Rapatriement de 740 ressortissants algériens bloqués en Turquie    Extension du confinement partiel à toutes les wilaya et rallongement des horaires pour neuf autres wilayas à compter de dimanche    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le président Tebboune interdit les cadeaux entre responsables de l'Etat    ORAN : Deux secteurs seulement pourvoyeurs d'emplois    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    Coronavirus : la Cnep-Banque prend de nouvelles mesures    MOSTAGANEM : L'Association Salsabil intensifie ses actions envers les établissements de santé    Real Madrid: l'agent d'Hakimi dément un accord    La chute de la maison Bouteflika    80 nouveaux cas confirmés et 25 nouveaux décès en Algérie    Pétrole : les pays de l'Opep+ décidés à agir pour stabiliser les cours de l'or noir    JM d'Oran: vers l'organisation d'un maximum de manifestations sportives pour tester les infrastructures    Covid-19: des aides financières au profit des artistes dont les activités sont suspendues    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    L'Unep mobilise les entreprises publiques    Le MJS, la FAF et la LFP ne veulent pas d'un championnat à blanc    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    USM Alger : Le groupe Serport engagé contre le Covid-19    JSM Béjaïa : Hammouche plaide pour une meilleure reprise    Premier prototype de respirateur artificiel 100% algérien    Douanes : entrée en vigueur des mesures exceptionnelles    Boudouaou : Distribution défaillante du lait en sachet    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Wilaya de Tizi Ouzou : Les actions citoyennes solidaires se multiplient    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    "Nous avons encore une vision très normative de la création théâtrale"    Le geste fort d'Aït Menguellet en faveur des détenus d'opinion    Cela s'est passé le 29 mars 1956 à Constantine : L'assassinat du commissaire principal Jean Sammarcelli    Théâtre régional Azzeddine Medjoubi d'Annaba : Riche programme virtuel pour le public confiné    Hommage à la «princesse rouge» : Son Altesse populaire    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    Pour faire face à la suspension des cours: Un «plan d'urgence» pour l'Education    Pour avoir publié une vidéo «alarmiste visant à tromper l'opinion publique»: Une femme arrêtée à Oran    Traitement à la chloroquine: L'optimisme du ministre de la santé    LFP: La Ligue fait un don d'un milliard de centimes    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Appel à la libération des détenus d'opinion    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vers un nouveau choc pétrolier ?
Hydrocarbures
Publié dans Le Midi Libre le 16 - 02 - 2020

La surabondance du pétrole et du gaz, dans un contexte de ralentissement de l'économie mondiale, a de nouveau fait déraper les prix à des niveaux qui n'agréent guère les pays qui, à l'instar de l'Algérie, en dépendent quasi exclusivement.
La surabondance du pétrole et du gaz, dans un contexte de ralentissement de l'économie mondiale, a de nouveau fait déraper les prix à des niveaux qui n'agréent guère les pays qui, à l'instar de l'Algérie, en dépendent quasi exclusivement.
D'environ 65 dollars le baril en moyenne durant les six derniers mois il ne vallait plus que 51,44 dollars le 12 février dernier et la dégringolade promet de se poursuivre en raison de certains déterminismes. Il y a d'abord la surabondance mondiale d'hydrocarbures, dopée par le pétrole et le gaz de schiste, extraits de puits qui ont envahi l'Amérique du nord et commence à proliférer dans d'autres régions du monde.La présence d'immenses gisements d'hydrocarbures non conventionnels, en Algérie et en Argentine notamment, laissent entendre que ces énergies ne manqueront à l'avenir et qu'elles seront même surabondantes. La géopolitique n'a par ailleurs pas du tout affectée comme on l'avait redouté avec les conflits au moyens orient,et la Libye qui ont toujours continué à "pomper" du pétrole, en dépit des turbulences qui affectent périodiquemment ces régions.
Il y a ensuite, la maladie du coronavirus qui a quelque peu "grippée" la croissance mondiale tirée par l'économie chinoise (20% du PIB mondial), et dont les conséquences commencent à être ressenties aux Etats-Unis d'Amérique, en Europe et dans les pays émergents qui ont des liens industriels et commerciaux intenses avec cette locomotive économique mondiale qu'est la Chine. Beaucoup moins d'énergie fossile a été consommée depuis l'apparition de cette maladie contagieuse et les importations ont été également fortement réduites, selon l'Agence internationale de l'énergi (AIE). En tournant à moindre régime, l'industrie chinoise affectera celles des nombreux autres pays avec qui elle travaille. La demande en énergie baissera si fort qu'elle affectera tout le marché mondial, qui se plaignait déjà d'un excès de l'offre.
On pourrait ajouter à ces deux causes, lavolonté des Etats Unis d'Amérique, premier exportateur mondial d'hydrocarbures, et de son allier saoudien qui préside au destin de l'Opep, d'asphyxier économiquement l'Iran, devenu leur ennemi commun, en lui interdisant de commercer son pétrole ailleurs qu'en Chine qui, non seulement en achète beaucoup moins à cause de la crise qui affecte son économie, mais également à plus bas prix. Il y a, pour tous ces éléments objectifs, de bonnes raisons de s'inquiéter que ce déclin des prix s'installe dans la durée et ruine tous les pays qui n'ont pas su diversifier leurs économies.
C'est le cas de l'Algérie qui ne vit que de ses recettes d'hydrocarbures, qui perdent chaque jour de leurs consistances sous le double effet de cette baisse des prix et de la réduction des volumes de gaz et de pétrole qu'elle exporte. Le boum de consommation intérieur et l'absence de nouveaux gisements opérationnels, laissent en effet de moins en moins de quantités d'hydrocarbures à exporter. Les prix du pétrole étant déterminés par la loi de l'offre et de la demande qui, dans les conditions objectives actuelles, ne plaide pas pour une remonté des prix, il ne reste comme seule variable possible que le Cartel de l'Opep, qui interférer sur la loi du marché en réduisant les quotas d'exportation des pays membres. Si une telle décision venait à être prise, elle ne pourrait dans le meilleur des cas que stabiliser les cours à leurs niveaux très faibles actuels. C'est donc un choc pétrolier d'une grande ampleur, qui se profile à la faveur des données structurelles que nous avions évoquées. Un choc qui ne manquera pas de ravager les économies des pays trop fortement dépendants des recettes d'hydrocarbures.
L'Algérie a, à titre d'exemple, besoin d'un baril à 110 dollars (estimation du FMI en 2015), pour faire fonctionner son économie, financer les transferts sociaux auxquels elle a habitué les Algériens, assurer un minimum de dépenses d'équipement et payer les quatre millions de fonctionnaires et environ 1,5 millions de retraités. Il faut savoir que le déficit budgétaire de cette année n'est pas loin de 10% du PIB, ce qui est énorme et inconcevable, sous d'autres cieux. La question est de savoir comment le gouvernement va s'y prendre, pour mettre en oeuvre son ambitieux programme d'actions avec un tel déficit, un rendement fiscal en déclin et aussi peu de recettes d'hydrocarbures à attendre ?
D'environ 65 dollars le baril en moyenne durant les six derniers mois il ne vallait plus que 51,44 dollars le 12 février dernier et la dégringolade promet de se poursuivre en raison de certains déterminismes. Il y a d'abord la surabondance mondiale d'hydrocarbures, dopée par le pétrole et le gaz de schiste, extraits de puits qui ont envahi l'Amérique du nord et commence à proliférer dans d'autres régions du monde.La présence d'immenses gisements d'hydrocarbures non conventionnels, en Algérie et en Argentine notamment, laissent entendre que ces énergies ne manqueront à l'avenir et qu'elles seront même surabondantes. La géopolitique n'a par ailleurs pas du tout affectée comme on l'avait redouté avec les conflits au moyens orient,et la Libye qui ont toujours continué à "pomper" du pétrole, en dépit des turbulences qui affectent périodiquemment ces régions.
Il y a ensuite, la maladie du coronavirus qui a quelque peu "grippée" la croissance mondiale tirée par l'économie chinoise (20% du PIB mondial), et dont les conséquences commencent à être ressenties aux Etats-Unis d'Amérique, en Europe et dans les pays émergents qui ont des liens industriels et commerciaux intenses avec cette locomotive économique mondiale qu'est la Chine. Beaucoup moins d'énergie fossile a été consommée depuis l'apparition de cette maladie contagieuse et les importations ont été également fortement réduites, selon l'Agence internationale de l'énergi (AIE). En tournant à moindre régime, l'industrie chinoise affectera celles des nombreux autres pays avec qui elle travaille. La demande en énergie baissera si fort qu'elle affectera tout le marché mondial, qui se plaignait déjà d'un excès de l'offre.
On pourrait ajouter à ces deux causes, lavolonté des Etats Unis d'Amérique, premier exportateur mondial d'hydrocarbures, et de son allier saoudien qui préside au destin de l'Opep, d'asphyxier économiquement l'Iran, devenu leur ennemi commun, en lui interdisant de commercer son pétrole ailleurs qu'en Chine qui, non seulement en achète beaucoup moins à cause de la crise qui affecte son économie, mais également à plus bas prix. Il y a, pour tous ces éléments objectifs, de bonnes raisons de s'inquiéter que ce déclin des prix s'installe dans la durée et ruine tous les pays qui n'ont pas su diversifier leurs économies.
C'est le cas de l'Algérie qui ne vit que de ses recettes d'hydrocarbures, qui perdent chaque jour de leurs consistances sous le double effet de cette baisse des prix et de la réduction des volumes de gaz et de pétrole qu'elle exporte. Le boum de consommation intérieur et l'absence de nouveaux gisements opérationnels, laissent en effet de moins en moins de quantités d'hydrocarbures à exporter. Les prix du pétrole étant déterminés par la loi de l'offre et de la demande qui, dans les conditions objectives actuelles, ne plaide pas pour une remonté des prix, il ne reste comme seule variable possible que le Cartel de l'Opep, qui interférer sur la loi du marché en réduisant les quotas d'exportation des pays membres. Si une telle décision venait à être prise, elle ne pourrait dans le meilleur des cas que stabiliser les cours à leurs niveaux très faibles actuels. C'est donc un choc pétrolier d'une grande ampleur, qui se profile à la faveur des données structurelles que nous avions évoquées. Un choc qui ne manquera pas de ravager les économies des pays trop fortement dépendants des recettes d'hydrocarbures.
L'Algérie a, à titre d'exemple, besoin d'un baril à 110 dollars (estimation du FMI en 2015), pour faire fonctionner son économie, financer les transferts sociaux auxquels elle a habitué les Algériens, assurer un minimum de dépenses d'équipement et payer les quatre millions de fonctionnaires et environ 1,5 millions de retraités. Il faut savoir que le déficit budgétaire de cette année n'est pas loin de 10% du PIB, ce qui est énorme et inconcevable, sous d'autres cieux. La question est de savoir comment le gouvernement va s'y prendre, pour mettre en oeuvre son ambitieux programme d'actions avec un tel déficit, un rendement fiscal en déclin et aussi peu de recettes d'hydrocarbures à attendre ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.