Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Coronavirus: 98 nouveaux cas, 79 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Quatre personnes interpellées à Laghouat et Tiaret pour trafic de drogue et contrebande    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Les essais cliniques sur l'hydroxy-chloroquine repris: l'Algérie confortée dans sa position    Niger: 1,6 millions d'enfants vulnérables touchées par des crises humanitaires    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Déconfinement à multiples risques    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Il n'a pas d'arc-en-ciel la nuit    Vers un intérimaire à la tête du MPA    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Le Care critique les choix du gouvernement    Le pompage de l'eau prévu pour la fin du mois    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    Les travaux s'éternisent    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Plus de 500 migrants bloqués au large de Malte    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Trafic de drogue, 2 arrestations    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Un déni français    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    ENVOI DE TROUPES DE L'ANP A L'ETRANGER : Laraba apporte des précisions    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les prix flambent sur les marchés internationaux
Blé et riz
Publié dans Le Midi Libre le 07 - 04 - 2020

Les prix des principaux produits alimentaires de base, le riz et le blé notamment, montent en flèche sur les marchés internationaux dans le sillage de la propagation de la pandémie du coronavirus.
Les prix des principaux produits alimentaires de base, le riz et le blé notamment, montent en flèche sur les marchés internationaux dans le sillage de la propagation de la pandémie du coronavirus.
Les prix à "l'exportation du riz en provenance de Thaïlande, le deuxième plus grand expéditeur au monde, atteignent un sommet en six ans. Le contrat à terme sur le blé à Chicago, la référence mondiale, a bondi de plus de 8 % en mars,tandis que le blé dur canadien, le type de grain utilisé dans les pâtes et le couscous,est au plus haut depuis août 2017", rapporte le site spécialisé Bloomberg Tax. Pour les pays qui dépendent des importations, cela crée une charge financière supplémentaire au moment où la pandémie brise leurs économies et érode leur pouvoir d'achat. Au Nigéria, par exemple, le coût du riz sur les marchés de détail a grimpé de plus de 30 % au cours des quatre derniers jours de mars seulement, indique la même source.
L'augmentation est d'une manière ou d'une autre liée à la crise du coronavirus. Le monde n'étant pas sur le point de manquer de nourriture, la hausse des prix peut être expliquée par l'inquiétude quant à la capacité des décideurs politiques à livrerles produits "au bon endroit, au bon moment et au bon prix". Autrement dit, les gens ne sont pas sûrs que la chaîne d'approvisionnement puisse fonctionner normalement alors que le monde fait face à une pandémie inédite, explique Bloomberg Tax. "aucun problème. Les gens s'inquiètent pour la chaîne d'approvisionnement", tranche Stefan Vogel, responsable de la recherche sur les produits agricoles à Rabobank International, cité par la même source. Alors que les "stocks mondiaux de céréales sont abondants depuisplusieurs années, la réponse mondiale à la pandémie déclenche des effets d'entraînement, ce qui rend plus difficile pour les denrées de base d'être acheminées là où elles sont demandées. Cela se produit au moment où les gens font des provisions importantes pour le confinement", analyse-t-on. Ajoutant à la pression, des pays comme la Russie, le Kazakhstan et le Vietnam tentent de sécuriser l'approvisionnement intérieur en restreignant les exportations.
Les pays importateurs ont en revanche augmenté leurs achats pour sécuriser leurs approvisionnements, comme c'est le cas de l'Algérie, la Turquie et la Tunisie. L'Egypte et l'Arabie saoudite ont déclaré qu'elles augmenteraient aussi les réserves de céréales. Les Philippines prévoient d'acheter 300.000 tonnes de riz. Les analystes de Bloombergtax mettent en garde contre les conséquences de ces dysfonctionnements. "Le blé et le riz sont les cultures vivrières les plus consommées au monde. Les prix des cultures de base ont une longue histoire d'alimenter l'instabilité politique. Pendant les pics de 2011 et 2008, il y a eu des émeutes alimentaires dans plus de 30 pays à travers l'Afrique, l'Asie et le Moyen-Orient", rappellent- ils
Les prix à "l'exportation du riz en provenance de Thaïlande, le deuxième plus grand expéditeur au monde, atteignent un sommet en six ans. Le contrat à terme sur le blé à Chicago, la référence mondiale, a bondi de plus de 8 % en mars,tandis que le blé dur canadien, le type de grain utilisé dans les pâtes et le couscous,est au plus haut depuis août 2017", rapporte le site spécialisé Bloomberg Tax. Pour les pays qui dépendent des importations, cela crée une charge financière supplémentaire au moment où la pandémie brise leurs économies et érode leur pouvoir d'achat. Au Nigéria, par exemple, le coût du riz sur les marchés de détail a grimpé de plus de 30 % au cours des quatre derniers jours de mars seulement, indique la même source.
L'augmentation est d'une manière ou d'une autre liée à la crise du coronavirus. Le monde n'étant pas sur le point de manquer de nourriture, la hausse des prix peut être expliquée par l'inquiétude quant à la capacité des décideurs politiques à livrerles produits "au bon endroit, au bon moment et au bon prix". Autrement dit, les gens ne sont pas sûrs que la chaîne d'approvisionnement puisse fonctionner normalement alors que le monde fait face à une pandémie inédite, explique Bloomberg Tax. "aucun problème. Les gens s'inquiètent pour la chaîne d'approvisionnement", tranche Stefan Vogel, responsable de la recherche sur les produits agricoles à Rabobank International, cité par la même source. Alors que les "stocks mondiaux de céréales sont abondants depuisplusieurs années, la réponse mondiale à la pandémie déclenche des effets d'entraînement, ce qui rend plus difficile pour les denrées de base d'être acheminées là où elles sont demandées. Cela se produit au moment où les gens font des provisions importantes pour le confinement", analyse-t-on. Ajoutant à la pression, des pays comme la Russie, le Kazakhstan et le Vietnam tentent de sécuriser l'approvisionnement intérieur en restreignant les exportations.
Les pays importateurs ont en revanche augmenté leurs achats pour sécuriser leurs approvisionnements, comme c'est le cas de l'Algérie, la Turquie et la Tunisie. L'Egypte et l'Arabie saoudite ont déclaré qu'elles augmenteraient aussi les réserves de céréales. Les Philippines prévoient d'acheter 300.000 tonnes de riz. Les analystes de Bloombergtax mettent en garde contre les conséquences de ces dysfonctionnements. "Le blé et le riz sont les cultures vivrières les plus consommées au monde. Les prix des cultures de base ont une longue histoire d'alimenter l'instabilité politique. Pendant les pics de 2011 et 2008, il y a eu des émeutes alimentaires dans plus de 30 pays à travers l'Afrique, l'Asie et le Moyen-Orient", rappellent- ils


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.