Boumerdès : Réseau électrique dépassé    Aïn Témouchent : Le dispositif ANSEJ en question    Annaba : Sondage électronique sur les prestations de la CASNOS    Brèves    Mustapha Akmoune n'est plus    Horoya AC désapprouve le choix du Maroc    Les ligues commencent-elles à bouger ?    Boulevard de l'ALN : Insécurité dans les escaliers    Cité Souachet : Rareté du transport    Sidi Bel Abbès : L'APC en quête de nouvelles sources de financement    Tizi Ouzou : Villages historiques sans lieux de mémoire    Akli Kaci, l'homme des solutions justes    «Trari M'hamed était unique en son genre»    Saïd Chanegriha préside une cérémonie pour commémorer l'anniversaire de la fête de l'indépendance    JSM Béjaïa: Un club complètement à la dérive    Meilleurs joueurs africains (2ème partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Manque de liquidités: Les explications du ministre des Finances    Décès du Général-major Hassen Alaimia, commandant de la 4e RM    Le dérisoire des murs    El Tarf: Agressions et drogue, une bande sous les verrous    L'alimentation en eau renforcée    CHU d'Oran: Une victime du Covid-19 enterrée à la place d'une autre    Grâce présidentielle pour près de 4.700 détenus    Un moment historique    La fin justifie les moyens ?    Les gens de mon douar    Les contaminations toujours en hausse    Reprise des cours le 23 août    Les grandes annonces de Abdelmadjid Tebboune    Funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    L'infrangible lien...    Un jour sur la plage    Bruxelles ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Maroc-Affaire des écoutes: le militant Omar Radi déplore une campagne de "salissage"    Industriel public: recul de 6,7% de la production durant le 1er trimestre 2020    Décès du général-Major Hassen Alaïmia    FETE DE L'INDEPENDANCE ET DE LA JEUNESSE : Le président Tebboune décrète une nouvelle grâce présidentielle    Restes mortuaires des 24 martyrs: funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire inhumés au Carré des martyrs du cimetière d'El-Alia    Un procès à huis clos !    Quels moyens pour respecter le protocole sanitaire ?    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie passe dans une catégorie à revenu inférieure    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La revanche de Tayeb Zitouni
Il revient par la grande porte à la tete du rnd
Publié dans Le Midi Libre le 30 - 05 - 2020

C'est une double peine pour Ahmed Ouyahia : le plébiscite ce jeudi par les militants du Rassemblement national démocratique, (RND), réunis en Congrès extraordinaire au Centre international des conférences (CIC) au Club des Pins, de Tayeb Zitouni, en qualité de nouveau Secrétaire général du parti, est sans doute un autre cauchemar pour lui, alors qu'il croupit dans sa cellule à la prison d'El Harrach.
C'est une double peine pour Ahmed Ouyahia : le plébiscite ce jeudi par les militants du Rassemblement national démocratique, (RND), réunis en Congrès extraordinaire au Centre international des conférences (CIC) au Club des Pins, de Tayeb Zitouni, en qualité de nouveau Secrétaire général du parti, est sans doute un autre cauchemar pour lui, alors qu'il croupit dans sa cellule à la prison d'El Harrach.
En effet, après le retrait de l'ex-candidat à la présidence, Azzedine Mihoubi, Tayeb Zitouni était en roue libre pour un plébiscite annoncé. L'exmaire d'Alger-centre sous les couleurs du parti "moustache", dont il était par ailleurs membre fondateur en1997, revient ainsi de très loin. En effet, Zitouni, qui n'avait jamais apprécié les méthodes et la gestion du RND par Ahmed Ouyahia, a fini par en être exclu par son meilleur ennemi. C'était en décembre 2016, quand Ahmed Ouyahia avait abattu sa main lourde sur les dissidents du parti, dont précisément Tayeb Zitouni, Kacem Kebir, feu Yahia Guidoum et Nouria Hafsi, Ammar Hitta, entre autres.
Au faîte de son pouvoir, AhmedOuyahia, qui avait repris les rênes du parti après l'intermède de Bensalah, a mis ses adversaires hors d'état de nuire. Mais, ironie du sort, c'est son ennemi juré Tayeb Zitouni qui va lui succéder officiellement et légalement à la tête du RND, pendant que lui broie du noir dans le noir… C'est assurément une belle revanche pour ce jeune loup politique qui a su garder patience et attendre son heure de gloire. Et son étoile à brillé ce jeudi au Palais des Nations, où il a été consacré patron du deuxième parti algérien, en termes de poids politiques dans les différentes assemblées. Un peu rancunier par rapport à celui qui l'a exclu du parti, T a y e b Zitouni n'a pas hésité à glisser une petite phrase assassine : "J'étais un opposant convaincu au sein du parti, face aux comportements et aux politiques de l'ancienne direction", lancera-t-il. Et de rassurer ses ouailles par une tirade : "il arrive que le RND tombe malade, mais il ne meurt jamais !" Mais le ton chez le nouveau patron du RND n'est plus aux mauvais souvenirs et aux rancoeurs contre les anciens responsables du parti. Preuve en est qu'il a remercié son prédécesseur et éphémère concurrent Azzedine Mihoubi qui a assuré l'intérim après l'emprisonnement d'Ouyahia. Tayeb Zitouni a par ailleurs rendu hommage aux hommes du RND "qui ont servi le pays, dont Abdelkader Bensalah".
Désormais, il aura la lourde tache de transformer le "bébé Moustache", en un parti adulte, autonome, qui disposera d'un projet politique et tentera de se débarrasser de l'étiquette peu glorieuse d'appareil au service du pouvoir tout comme son alter ego le PFLN. Le Directeur de la Société algérienne des foires et des exportations (SAFEX), saura-t-il mettre fin à la foire d'empoigne qu'est devenu le RND ces dernières années ? S'agissant de Mihoubi, qui était tout désigné pour présider aux destinées du parti après avoir été son candidat à la Présidentielle, c'est probablement ses déboires avec la Justice et l'arrestation de son ancienne secrétaire au ministère de la culture, sur fond de soupçons de corruption, qui ont plombé son ambition.
En effet, après le retrait de l'ex-candidat à la présidence, Azzedine Mihoubi, Tayeb Zitouni était en roue libre pour un plébiscite annoncé. L'exmaire d'Alger-centre sous les couleurs du parti "moustache", dont il était par ailleurs membre fondateur en1997, revient ainsi de très loin. En effet, Zitouni, qui n'avait jamais apprécié les méthodes et la gestion du RND par Ahmed Ouyahia, a fini par en être exclu par son meilleur ennemi. C'était en décembre 2016, quand Ahmed Ouyahia avait abattu sa main lourde sur les dissidents du parti, dont précisément Tayeb Zitouni, Kacem Kebir, feu Yahia Guidoum et Nouria Hafsi, Ammar Hitta, entre autres.
Au faîte de son pouvoir, AhmedOuyahia, qui avait repris les rênes du parti après l'intermède de Bensalah, a mis ses adversaires hors d'état de nuire. Mais, ironie du sort, c'est son ennemi juré Tayeb Zitouni qui va lui succéder officiellement et légalement à la tête du RND, pendant que lui broie du noir dans le noir… C'est assurément une belle revanche pour ce jeune loup politique qui a su garder patience et attendre son heure de gloire. Et son étoile à brillé ce jeudi au Palais des Nations, où il a été consacré patron du deuxième parti algérien, en termes de poids politiques dans les différentes assemblées. Un peu rancunier par rapport à celui qui l'a exclu du parti, T a y e b Zitouni n'a pas hésité à glisser une petite phrase assassine : "J'étais un opposant convaincu au sein du parti, face aux comportements et aux politiques de l'ancienne direction", lancera-t-il. Et de rassurer ses ouailles par une tirade : "il arrive que le RND tombe malade, mais il ne meurt jamais !" Mais le ton chez le nouveau patron du RND n'est plus aux mauvais souvenirs et aux rancoeurs contre les anciens responsables du parti. Preuve en est qu'il a remercié son prédécesseur et éphémère concurrent Azzedine Mihoubi qui a assuré l'intérim après l'emprisonnement d'Ouyahia. Tayeb Zitouni a par ailleurs rendu hommage aux hommes du RND "qui ont servi le pays, dont Abdelkader Bensalah".
Désormais, il aura la lourde tache de transformer le "bébé Moustache", en un parti adulte, autonome, qui disposera d'un projet politique et tentera de se débarrasser de l'étiquette peu glorieuse d'appareil au service du pouvoir tout comme son alter ego le PFLN. Le Directeur de la Société algérienne des foires et des exportations (SAFEX), saura-t-il mettre fin à la foire d'empoigne qu'est devenu le RND ces dernières années ? S'agissant de Mihoubi, qui était tout désigné pour présider aux destinées du parti après avoir été son candidat à la Présidentielle, c'est probablement ses déboires avec la Justice et l'arrestation de son ancienne secrétaire au ministère de la culture, sur fond de soupçons de corruption, qui ont plombé son ambition.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.