Boukadoum réaffirme le rejet par l'Algérie de toute ingérence étrangère en Libye    La liste de Hakim Belahcel à la tête de l'instance présidentielle    COVID-19 : le wali d'Alger exclut la possibilité d'imposer un confinement partiel aux communes de la wilaya    470 nouveaux cas confirmés et 8 décès en Algérie    La PCH instruite de distribuer les moyens de protection au personnel médical le plus tôt possible    10 ANS DE PRISON REQUIS CONTRE UN COUPLE : Vaste escroquerie immobilière à Oran    ALGERIENNE DES EAUX (ADE) : Réception de 06 projets en juillet à Mostaganem    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION A MOSTAGANEM : 08 morts et 590 blessés au 1er semestre    Le Président Tebboune présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres consacrée au Plan national de relance socioéconomique    Le chanteur Belkhir Mohand-Akli s'éteint à 69 ans    Marchandises-prix: baisse de 14,3 % à l'exportation, hausse de 1,3 % à l'importation au 1er trimestre 2020    "Nous devons la vérité aux Algériens"    Le RCD dénonce la "reconduction de schémas sortis des laboratoires de la police politique"    Khacef veut continuer à Bordeaux    Les athlètes «qualifiés et qualifiables» autorisés à reprendre les entraînements    Goudjil et Chenine s'impliquent lourdement    Sapta sommée de livrer le pont métallique Haouch-Messaoudi avant septembre prochain    Les 4 samedis    Kaïs Saïed met en garde contre un danger interne    La BAD octroie une aide d'urgence pour la Libye    Forte convergence sur le dossier libyen entre Alger et Rome    34 personnes qui fêtaient un anniversaire, arrêtées    La reprise à nouveau renvoyée    Mohamed Yahiaoui installé à la tête de la commission    Le blues des colonies et l'implacable holocauste des origines    L'exemple français    Les journalistes seront expulsés des chambres de Sidi Fredj    La France risque de perdre le marché algérien    Nouvelle lune de miel entre Alger et Paris    "Tout geste unilatéral serait diplomatiquement malheureux"    Vers un mouvement de désobéissance civile au Mali    Le P-DG et 3 responsables de l'EPMC sous mandat de dépôt    Le port de Skikda et les instructions d'Amar Ghoul    Le barreau s'engage à défendre les droits de la victime    "Nous avons 25 milliards en instance d'encaissement"    Boussouf prêté à Courtrai puis à Eindhoven    Khaled rêve d'un Maghreb uni    Numidia TV dans la tourmente    L'ONEC dénonce les déclarations de Marine Le Pen contre l'Algérie    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    Suite à une panne dans le réseau: Des coupures du courant électrique dans plusieurs quartiers à Sidi Chami    Cité des 100 logements sociaux de Bouisseville: Les habitants attendent le gaz de ville depuis huit ans    Entre la liberté de réfléchir et l'interdiction de penser    Institut Cervantès d'Oran: Le cycle « Hispanistadesdecasa » à partir de demain    Les précisions de Ferhat Ait Ali    Les Algériens non concernés    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Nous assisterons à des révoltes sociales" selon Mebtoul
Crise économique
Publié dans Le Midi Libre le 31 - 05 - 2020

La sphère informelle produit de la mauvaise gouvernance. C'est le constat établi par le professeur Abderrahmane Mebtoul qui pense qu'avec l'épidémie du coronavirus, est posée toute la problématique de la sphère informelle notamment dans la majorité des pays en voie de développement qui représente entre 50 à 80 %de la population occupée sans protection sociale.
La sphère informelle produit de la mauvaise gouvernance. C'est le constat établi par le professeur Abderrahmane Mebtoul qui pense qu'avec l'épidémie du coronavirus, est posée toute la problématique de la sphère informelle notamment dans la majorité des pays en voie de développement qui représente entre 50 à 80 %de la population occupée sans protection sociale.
"Si la crise économique venait à durer, nous assisterons à des révoltes sociales avec des incidences politiques sur les régimes en place sans légitimité populaire. D'où l'importance stratégique de comprendre le fonctionnement de la sphère informelle", estime le professeur. Mebtoul rappelle qu'il a eu à d
iriger une étude sur la sphère informelle pour le 4e Think Tank mondial, l'Institut français des relations internationales Ifri où il avait recensé quatre méthodes de calculs, chaque mode donnant un montant différent, avec un écart de 20/30 %. Tout pouvoir, s'il veut améliorer sa gouvernance, doit s'attaquer à l'essentiel, selon lui, une nouvelle régulation de l'économi algérienne s'impose, existant un théorème en sciences politiques : 80 %d'actions mal ciblées ont un impact seulement de 20 %sur le fonctionnement de la société avec un gaspillage financier et des énergies que l'o voile par de l'activisme, mais 20 % d'actions bien ciblées ont un impact de 80 %, favorisant le développement, renvoyant à une vision stratégique qui fait cruellement défaut. Pour le professeur, c'est faute d'une compréhension l'insérant dans le cadre de la dynamique sociale et historique que certains reposent leurs actions sur des mesures seulement pénales la taxent de tous les maux, paradoxalement par ceux mêmes qui permettent son extension en freinant les réformes. Cela ne concerne pas uniquement les catégories économiques mais d'autres segments difficilement quantifiables. "Ainsi, la rumeur est le système d'information informel par excellence, accentué en Algérie par la tradition de la voie orale, rumeur qui peut être destructrice mais n'étant que latraduction de lafaiblesse de la démocratisation du système économique et politique, donnant d'ailleurs du pouvoir à ceux qui contrôlent l'information", indique le professeur quipoursuit
"On peut démontrer scientifiquement que l'extension de la sphère informelle est le produit des dysfonctionnements des appareils de l'Etat et de la bureaucratie centrale et locale. Elle contrôle 70 % des segments de produits de première nécessité". Selon lui, cette sphère utilise des billets de banques au lieu de la monnaie scripturale (chèques) ou électronique faute de confiance, existant des situations soit de monopole ou d'oligopoles au niveau de cette sphère avec des liens entre certaines sphères et la logique rentière. Il y a un lien inversement proportionnel, pour le professeur, entre l'avancée des réformes structurelles, qui seules peuvent intégrer la sphère informelle, et l'évolution du cours des hydrocarbures, réformes ralenties paradoxalement lorsque le cours est en hausse alors que cela devrait être le contraire si l'on veut préparer l'ère hors hydrocarbures.
La dominance de la sphère informelle, dont l'essence renvoie au mode de gouvernance et à l'incohérence de la politique socio-économique, explique que des mesures bureaucratiques ont eu peu d'effets pour son intégration. Il poursuit que d'une manière générale s'impose un nouveau paradigme culturel pour nos dirigeants et des stratégies d'adaptation réalistes, au nouveau monde entre 2020/2030, donc une nouvelle gouvernance, tenant compte des nouvelles transformations du monde dans le domaine militaire, sécuritaire (les cyber attaques) sanitaire, économique, social et culturel.
"Si la crise économique venait à durer, nous assisterons à des révoltes sociales avec des incidences politiques sur les régimes en place sans légitimité populaire. D'où l'importance stratégique de comprendre le fonctionnement de la sphère informelle", estime le professeur. Mebtoul rappelle qu'il a eu à d
iriger une étude sur la sphère informelle pour le 4e Think Tank mondial, l'Institut français des relations internationales Ifri où il avait recensé quatre méthodes de calculs, chaque mode donnant un montant différent, avec un écart de 20/30 %. Tout pouvoir, s'il veut améliorer sa gouvernance, doit s'attaquer à l'essentiel, selon lui, une nouvelle régulation de l'économi algérienne s'impose, existant un théorème en sciences politiques : 80 %d'actions mal ciblées ont un impact seulement de 20 %sur le fonctionnement de la société avec un gaspillage financier et des énergies que l'o voile par de l'activisme, mais 20 % d'actions bien ciblées ont un impact de 80 %, favorisant le développement, renvoyant à une vision stratégique qui fait cruellement défaut. Pour le professeur, c'est faute d'une compréhension l'insérant dans le cadre de la dynamique sociale et historique que certains reposent leurs actions sur des mesures seulement pénales la taxent de tous les maux, paradoxalement par ceux mêmes qui permettent son extension en freinant les réformes. Cela ne concerne pas uniquement les catégories économiques mais d'autres segments difficilement quantifiables. "Ainsi, la rumeur est le système d'information informel par excellence, accentué en Algérie par la tradition de la voie orale, rumeur qui peut être destructrice mais n'étant que latraduction de lafaiblesse de la démocratisation du système économique et politique, donnant d'ailleurs du pouvoir à ceux qui contrôlent l'information", indique le professeur quipoursuit
"On peut démontrer scientifiquement que l'extension de la sphère informelle est le produit des dysfonctionnements des appareils de l'Etat et de la bureaucratie centrale et locale. Elle contrôle 70 % des segments de produits de première nécessité". Selon lui, cette sphère utilise des billets de banques au lieu de la monnaie scripturale (chèques) ou électronique faute de confiance, existant des situations soit de monopole ou d'oligopoles au niveau de cette sphère avec des liens entre certaines sphères et la logique rentière. Il y a un lien inversement proportionnel, pour le professeur, entre l'avancée des réformes structurelles, qui seules peuvent intégrer la sphère informelle, et l'évolution du cours des hydrocarbures, réformes ralenties paradoxalement lorsque le cours est en hausse alors que cela devrait être le contraire si l'on veut préparer l'ère hors hydrocarbures.
La dominance de la sphère informelle, dont l'essence renvoie au mode de gouvernance et à l'incohérence de la politique socio-économique, explique que des mesures bureaucratiques ont eu peu d'effets pour son intégration. Il poursuit que d'une manière générale s'impose un nouveau paradigme culturel pour nos dirigeants et des stratégies d'adaptation réalistes, au nouveau monde entre 2020/2030, donc une nouvelle gouvernance, tenant compte des nouvelles transformations du monde dans le domaine militaire, sécuritaire (les cyber attaques) sanitaire, économique, social et culturel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.