Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    Coupe de la CAF : Ca passe pour la JS Saoura et la JS Kabylie    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Pain et imaginaire populaire    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Feu vert pour le projet fou de Laporta    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des Professeurs en médecine émettent un avis défavorable
Maintien de l'Aïd-el-Adha en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 07 - 2020

Le maintien sous condition de l'Aïd-el-Adha ne fait pas l'unanimité en Algérie, qui fait face à une flambée du Covid- 19 depuis fin juin.
Le maintien sous condition de l'Aïd-el-Adha ne fait pas l'unanimité en Algérie, qui fait face à une flambée du Covid- 19 depuis fin juin.
Un collectif des professeurs en sciences médicales appelle les autorités à décréter l' "abstention pour tous" du sacrifice du mouton de l'Aïd-el- Adha, en raison de la pandémie de coronavirus. Ce collectif demande aux "plus hautes autorités du pays pour prendre toutes les mesures qu'impose la situation de crise sanitaire actuelle, en décrétant l'abstention, pour tous, de procéder au sacrifice du mouton" et "de faire de ces deux jours de l'Aïd el Adha, un grand moment de recueillement et de solidarité nationale". "En tant que membres du collectif, nous pensons qu'il faut impérativement suspendre l'Aïd el Adha pour cette année, du fait qu'elle favorise la dissémination du Covid", affirme le Pr Kamel Bouzid chef du service d'oncologie au CMPC et membre du collectif.
"Le Covid est particulièrement agressif et dangereux et on commence réellement à avoir peur les nouveaux bilans des contaminations. Il faut donc tirer la sonnette d'alarme", soutient-il. "Nous appelons à décréter l'abstention de procéder au sacrifice comme en 1966 lorsque le président Boumediene avait pris une décision similaire afin de préserver le cheptel. Aujourd'hui, nous sommes dans une situation où on ne peut pas se permettre de fêter l'Aïd el Adha dans ces conditions. On pourrait le faire l'an prochain, mais il faut impérativement cette année que les autorités interviennent", considère le président de la Société d'oncologie médicale. "Quels que soient les conseils que l'on pourrait prodiguer, l'achat du mouton dans des marchés collectifs, son transport à plusieurs, son sacrifice et sa consommation sont toutes des occasions qui vont favoriser les fortes affluences et regroupements qui vont exacerber la situation pandémique", préviennent ces spécialistes issus de différentes branches médicales. Ils appellent à faire de ces deux jours de l'Aïd El Adha
"un grand moment de recueillement et de solidarité nationale". "Par rapport aussi bien aux Algériens décédés, qu'aux personnels soignants dont 2 000 sont infectés et morts de Covid", souligne le Pr Bouzid. Enfin, le collectif exhorte la population à se conformer au respect strict des mesures sanitaires au vu de la hausse des contaminations au coronavirus. "La pandémie connaît actuellement une très forte hausse des contaminations et des décès qui va en s'aggravant depuis les relâchements du ramadan, de l'Aïd-el-fitr et du déconfinement. Ce qui nous impose à tous, aujourd'hui, le respect le plus strict des mesures barrières, notamment de distanciation physique", écrivent les membres du collectif dans une déclaration rédigée à l'issue d'une réunion tenue le 15 juillet dernier.
La fetwa du ministère des Affaires religieuses
Cette réunion a eu lieu au lendemain de la décision de la commission de la Fatwa du ministère des Affaires religieuses et des Wakfs, d'autoriser le sacrifice du moutonsous conditions. Emettant un avis favorable pour le maintien de ce rituel religieux, la commission donne "la possibilité d'effectuer le sacrifice le deuxième, voire le troisième jour de l'Aïd el-Adha", afin d'éviter les regroupements lors de l'accomplissement de ce rite sacrificiel.
Un collectif des professeurs en sciences médicales appelle les autorités à décréter l' "abstention pour tous" du sacrifice du mouton de l'Aïd-el- Adha, en raison de la pandémie de coronavirus. Ce collectif demande aux "plus hautes autorités du pays pour prendre toutes les mesures qu'impose la situation de crise sanitaire actuelle, en décrétant l'abstention, pour tous, de procéder au sacrifice du mouton" et "de faire de ces deux jours de l'Aïd el Adha, un grand moment de recueillement et de solidarité nationale". "En tant que membres du collectif, nous pensons qu'il faut impérativement suspendre l'Aïd el Adha pour cette année, du fait qu'elle favorise la dissémination du Covid", affirme le Pr Kamel Bouzid chef du service d'oncologie au CMPC et membre du collectif.
"Le Covid est particulièrement agressif et dangereux et on commence réellement à avoir peur les nouveaux bilans des contaminations. Il faut donc tirer la sonnette d'alarme", soutient-il. "Nous appelons à décréter l'abstention de procéder au sacrifice comme en 1966 lorsque le président Boumediene avait pris une décision similaire afin de préserver le cheptel. Aujourd'hui, nous sommes dans une situation où on ne peut pas se permettre de fêter l'Aïd el Adha dans ces conditions. On pourrait le faire l'an prochain, mais il faut impérativement cette année que les autorités interviennent", considère le président de la Société d'oncologie médicale. "Quels que soient les conseils que l'on pourrait prodiguer, l'achat du mouton dans des marchés collectifs, son transport à plusieurs, son sacrifice et sa consommation sont toutes des occasions qui vont favoriser les fortes affluences et regroupements qui vont exacerber la situation pandémique", préviennent ces spécialistes issus de différentes branches médicales. Ils appellent à faire de ces deux jours de l'Aïd El Adha
"un grand moment de recueillement et de solidarité nationale". "Par rapport aussi bien aux Algériens décédés, qu'aux personnels soignants dont 2 000 sont infectés et morts de Covid", souligne le Pr Bouzid. Enfin, le collectif exhorte la population à se conformer au respect strict des mesures sanitaires au vu de la hausse des contaminations au coronavirus. "La pandémie connaît actuellement une très forte hausse des contaminations et des décès qui va en s'aggravant depuis les relâchements du ramadan, de l'Aïd-el-fitr et du déconfinement. Ce qui nous impose à tous, aujourd'hui, le respect le plus strict des mesures barrières, notamment de distanciation physique", écrivent les membres du collectif dans une déclaration rédigée à l'issue d'une réunion tenue le 15 juillet dernier.
La fetwa du ministère des Affaires religieuses
Cette réunion a eu lieu au lendemain de la décision de la commission de la Fatwa du ministère des Affaires religieuses et des Wakfs, d'autoriser le sacrifice du moutonsous conditions. Emettant un avis favorable pour le maintien de ce rituel religieux, la commission donne "la possibilité d'effectuer le sacrifice le deuxième, voire le troisième jour de l'Aïd el-Adha", afin d'éviter les regroupements lors de l'accomplissement de ce rite sacrificiel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.