Accidents de la circulation : 32 morts et 1462 blessés en une semaine    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    Le choc !    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Cauchemar    Ah ! La fine équipe !    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    La lutte contre le crime organisé sur la table    L'UGCAA de Tizi Ouzou demande la prolongation des délais    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    Drareni condamné à 3 ans de prison ferme    Incompréhension et réserves de la communauté universitaire    1 349 interventions enregistrées par la Sûreté de wilaya    Reprise à la Pêcherie    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Ce n'est pas moi qui le dis !    Enseignement supérieur : examen de la coopération bilatérale avec les Emirats arabes unis    Ligue 1 : Tayeb Mahyaoui nouveau président du MC Oran    Le moudjahid Hamana Boulaaras n'est plus    Mila: logements et aides financières pour les sinistrés des deux tremblements de terre    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au Niger    Tiaret : Le réseau d'alimentation en eau potable sera réhabilité    Encore un scandale à l'ESSTS de Dely Brahim : Quatre plaintes pour harcèlement contre le directeur    On vous le dit    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    Chlef: Le nouveau procureur général installé    Les habitants de Guentour protestent contre le manque d'eau    Le président de la forem: «On a fabriqué un clientélisme au sein des associations»    Tébessa: Autre temps, autres gens...    Ankara envoie un navire de recherche d'hydrocarbures    Le gouvernement Diab démissionne    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    La composition des deux groupes connue    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    L'affaire Khaled_Drareni, la fin du mirage de «l'Algérie nouvelle »    Reconstruction de Beyrouth: les donateurs conditionnent l'aide à une palette de réformes    WSRW demande au français Voltalia de s'abstenir de toute activité à Laâyoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Un peu prématuré pour en parler», selon la Commission de la fetwa: Plaidoyer pour l'annulation du sacrifice de l'Aïd El-Adha
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 07 - 2020

La Commission ministérielle de la fetwa, relevant du ministère des Affaires religieuses et des Wakfs ne s'est pas, encore, penchée sur la question de la célébration de l'Aid El Adha, prévu le 31 juillet, en cours. Un rituel religieux qui intervient cette année dans un climat sanitaire assez tendu, notamment avec la recrudescence des cas de coronavirus en Algérie, ces derniers jours. Les contaminations quotidiennes au coronavirus qui enregistrent, de jour en jour, des records, avec une moyenne de 400 cas par jour, a poussé un sénateur du FLN, à demander l'annulation de la célébration de l'Aïd El Adha. Et de proposer de récolter l'argent du sacrifice religieux pour le mettre au service de la lutte contre le Covid 19, en Algérie. Le sénateur Abdelouaheb Benzaim, a appelé, en effet, à annuler le rituel du sacrifice de la fête de l'Aïd El Adha, sur sa page ‘Facebook'. Motivant cette demande par la propagation inquiétante de la pandémie du coronavirus en Algérie. Il a même invité la Commission de la fetwa, relevant du ministère des Affaires religieuses et des Wakfs d'envisager la possibilité d'abandonner la célébration du rite religieux, le jour de l'Aïd El Adha.
Contacté par nos soins, le président de la Commission ministérielle de la fetwa, Mohand Idir Mechnane a affirmé que ladite commission n'a pas encore débattu l'option ou pas de l'annulation de Aid El Adha. «C'est encore trop tôt pour mettre ce dossier sur la table des discussions», a-t-il indiqué en estimant «qu'il est encore prématuré de parler de cette option». Selon notre interlocuteur «nous suivons de près la situation sanitaire, dans notre pays, en précisant que toutes les fetwas émises par la Commission se basent et obéissent aux recommandations du Comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie, et ce pratiquement sur le sort de toute circonstance religieuse ou pratique religieuse». Et de rassurer que la commission est sommée d'éclairer l'opinion publique sur toutes les questions qui suscitent des interrogations, au moment opportun.
Pour rappel, le gouvernement avait décidé de limiter les mouvements et la circulation de la population et d'astreindre les citoyens à un confinement général pendant les deux jours de l'Aïd El Fitr dernier. Les choses apparemment se compliquent pour l'Aid El Adha, avec la montée alarmante du nombre des personnes contaminées et des responsables locaux ont déjà procédé à la fermeture des marchés à bestiaux, dans certaines wilayas du pays. Comment les Algériens vont-ils passer l'Aid El Adha, en cette période d'exception ? La question reste posée. Sachant que l'abattage rituel d'Aid El Adha peut bien causer des problèmes sanitaires, selon le sénateur qui a évoqué sur son compte Facebook que «l'abattage des moutons se fait généralement, collectivement, notamment dans les cités regroupant une grande masse de population, qui égorgent les moutons dans des cours collectives. Ce qui entraine un mélange de sang et de déchets». Et ce «sans parler autant des contacts physiques entre familles, voisins et enfants».
Sur sa page, le sénateur avait déjà souligné que plus de 1.000 contaminations au Covid-19 ont été enregistrées en 3 jours consécutifs, dont la plupart sont d'origine familiale. C'est d'ailleurs ce qu'avait indiqué le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid , en affirmant que «25 à 30 % du total des cas confirmés d'infection par le nouveau coronavirus, en Algérie sont d'origine familiale», en précisant que «les réunions familiales, notamment les fêtes de mariage et les funérailles, ont été, dernièrement les causes directes de l'augmentation du nombre de cas d'infection par la Covid-19, à travers les wilayas du pays».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.