Mutisme !    En solidarité avec le bâtonnier Sellini: Des avocats protestent à Alger    Une délégation en visite à la Zone industrielle d'Es-Senia: La Chambre du Commerce apporte son soutien aux opérateurs économiques    Sites expropriés pour l'implantation des logements AADL à Es-Sénia: Des exploitants agricoles non indemnisés en appellent au ministre    Mascara: Le foncier industriel inexploité sera récupéré    Combats meurtriers au Karabakh: L'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Adrar: Des promesses pour le secteur de la jeunesse et des sports    CA Bordj Bou-Arréridj: Vers une autre saison ratée    USM Bel-Abbès: Chérif El-Ouazani ne fait pas l'unanimité    Protection des consommateurs: «Les Associations sont empêchées d'accomplir leur mission»    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est    Djelfa: Trois morts dans une collision    LE BIENFAIT D'UN VIRUS    De pays de demain et de l'Algérie post-novembriste    «Le vent du sud ou ouargla la sultane des oasis»    Les avis des partis et des personnalités    Sit-in des avocats à Alger    Les propositions des uns et des autres    Les contaminations continuent de baisser    L'Algérie a besoin d'un baril à 157 dollars    Guardiola encense de nouveau Mahrez    Report du procès en appel    Tottenham : Mauvaise nouvelle pour Son Heung-min    Liban: appels à s'attaquer aux raisons de l'obstruction pour surmonter l'impasse politique    L'opération de révision des listes électorales s'est déroulée dans de bonnes conditions    Sahara occidental: mise en garde contre l'escalade marocaine    Covid-19: 153 nouveaux cas, 104 guérisons et 3 décès    Rentrée scolaire 2020-2021: la date pas encore fixée    EMIGRATION CLANDESTINE : Sauvetage de 755 personnes durant la dernière semaine    ANSEJ : Large mouvement au niveau des directions d'annexes    Alger : sit-in des avocats pour réclamer le règlement de leurs problèmes professionnels    23 morts dans le crash d'un avion militaire    40 terroristes présumés tués par l'armée    Algérie-Mexique, le 13 octobre à La Haye    CONDOLEANCES    Abdelwahab Maïche, l'homme au tempérament de gagneur    Ces nids à problèmes    Le FFS refuse de cautionner le référendum constitutionnel    Le leader du Mouvement M5 rappelle le rôle primordial de l'Algérie    Programme dense par le TNA et les théâtres régionaux    Ouverture de la galerie "Diwaniya Art Gallery" à Alger    Une bouffée d'oxygène pour l'Algérie ?    Sommes-nous tous victimes de l'abstraction sélective ?    Et si on causait d'érotisme dans Les Mille et une Nuits ?    Robes noires    Vers l'abandon progressif de l'essence super à partir de 2021    Règlement de la crise malienne: les efforts de l'Algérie salués    Importation: Pas de retour aux licences    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'apocalypse à Beyrouth
Au moins 100 morts et prés de 300.000 sans-abri
Publié dans Le Midi Libre le 06 - 08 - 2020

Selon un dernier bilan approximatif et provisoire,au moins 100 morts à la double explosion survenue au port de Beyrouth. Plus de 4.000 autres sont blessées.
Selon un dernier bilan approximatif et provisoire,au moins 100 morts à la double explosion survenue au port de Beyrouth. Plus de 4.000 autres sont blessées.
Beyrouth hier en fin d'après-midi, après deux explosions massives au hangar numéro 12 du port de la ville. De Dora, dans la banlieue nord de Beyrouth, jusqu'au port, l'autoroute est jonchée de débris en tout genre. Le port lui-même semble dévasté dans des proportions dantesques. Les conteneurs ont explosé, les gigantesques silos à grains ont été soufflés, les grues sont à terre. Au-dessus du port, dans un ballet sonore incessant de sirènes de pompiers et d'ambulances, les hélicoptères tentaient, dans l'aprèsmidi, d'éteindre l'incendie. Les opérations se poursuivaient encore tard en soirée. Sur les bords de la route, les badauds sont hagards. Patil, la vingtaine, tremble. Elle habite dans le quartier de la Quarantaine. « Pendant 15 minutes, on a vu de la fumée s'élever au port de Beyrouth, puis on a entendu les explosions, raconte-t-elle. Je me suis cachée dans la salle de bains, puis brusquement les vitres ont été soufflées. »
Elle a vu des gens blessés qui gisaient par terre. Certains dans un état grave. Mohammad, la trentaine, est arrivé sur les lieux du sinistre quelques secondes après les déflagrations. Il confie avoir fait la navette « entre les bâtiments voisins pour sortir des gens blessés ou tués ». Avec l'aide d'autres volontaires, il a dû évacuer une soixantaine de personnes dont une personne âgée « coincée au vingtième étage ». Céline, 20 ans, se trouvait dans un restaurant près de la place Sassine au moment de l'explosion. « J'ai entendu un grand boum, confie-t-elle. J'ai cru que quelque chose était tombé d'un immeuble en construction. Puis j'a senti la terre trembler. J'ai alors compris que quelque chose d'anormal se passait. J'ai couru vers les toilettes, parce que j'ai eu peur que les vitres du restaurant n'explosent. J'avais tellement peur que je me suis mise à hurler. J'avais vécu l'explosition qui avait eu lieu en 2013 (au centre-ville de Beyrouth, coûtant la vie au ministre Mohammad Chatah, NDLR). Mais cette explosion est bien pire. Je ne voulais pas revivre cette même peur. »
Pierre et Carole étaient assis dans leur salon à Sodeco, lorsqu'ils ont entendu un bruitassourdissant et ont senti la terre trembler. Ne comprenant pas ce qu'il se passait, Pierre s'est jeté à plat ventre sur le sol pour se protéger. « Lorsque j'ai vu la poussière, j'ai tout de suite compris qu'il s'agissait d'une explosion », confie-t-il. Pendant ce temps, Carole a vu la poussière entrer par les fenêtres tandis que le lustre dansait au-dessus de leur tête. Elle a juste eu le temps de se lever du fauteuil et de s'éloigner de la fenêtre. Elle était dans un état second, ne comprenant pas ce qu'il se passait. Puis elle a vu son mari au sol entouré de débris de verre et de cadres de fenêtre. Ce n'est que quelques minutes plus tard, après avoir repris leurs esprits, qu'ils ont pu constater l'ampleur des dégâts dans l'immeuble.Beyrouth sinistrée C'est tout Beyrouth qui est sinistrée.
Les destructions les plus spectaculaires touchent surtout les quartiers limitrophes du port, notamment le entre-ville, Saïfi, Gemmayzé, Achrafieh, Mar Mikhaël, Bourj Hammoud et Dora. Des bâtiments sont soufflés. Des pans entiers de murs sont tombés. De certains immeubles couverts de paroi en verre, il ne reste plus que leur structure. Et partout, sur les trottoirs, dans les décombres, des blessés. Rapidement, les hôpitaux sont débordés et se voient contraints de refouler les blessés légers, afin de garder des places pour ceux dans un état grave. Le bilan s'annonce lourd. En soirée, le ministre de la Santé Hamad Hassan annonçait un dernier bilan approximatif et provisoire de plus de soixante-dix morts. Plus de 3.000 personnes sont blessées.
Lors d'une tournée dans les hôpitaux, il explique que les médicaments qui se trouvaient à la pharmacie centrale à l'hôpital de la Quarantaine, gravement atteint par l'explosion, sont en train d'être transférés aux dépôts de l'Unrwa. M. Hamad précise aussi que son ministère a demandé à l'Organisation mondiale de la santé de lui dépêcher un avion de médicaments. Un appel a été adressé également au Qatar pour mettre en place des hôpitaux de campagne. Le secrétaire général des Kataëb, grièvement atteint alors qu'il se trouvait dans son bureau au siège du parti à Saïfi, devait succomber à ses blessures. Le député Nadim Gemayel est légèrement blessé. À Electricité du Liban, le directeur général Kamal Hayek et des employés de l'office, blessés, étaient toujours bloqués sous les décombres en soirée. À l'hôpital Notre-Dame du Rosaire à Gemmayzé, fortement endommagé par l'explosion, une infirmière a succombé à ses blessures. Hôpitaux débordés Devant l'Hôtel-Dieu endommagé par l'explosion, c'est le chaos. Des gens vont et viennent et se mêlent aux secouristes, visiblement débordés. Certains cherchent leurs proches. L'air est empli du hurlement des sirènes des ambulances et des cris des proches des victimes.
Mohamma, la quarantaine, fume unecigarette avec un ami. « On a entendu dire qu'ils ont besoin de sang, nous sommes venus en donner. J'ai entendu un père hurler que son fils est décédé. » Quelques minutes plus tard, le père affligé sort dans la rue. Il tombe à terre, en pleurs. Trois hommes essaient, en vain, de le consoler. L'Hôtel-Dieu et le Centre médical de l'Université libano-américaine – Clinique Rizk sont submergés. Et pour cause. Fortement endommagés, l'hôpital libanais – Jeïtaoui et le Centre médical universitaire – hôpital Saint-Georges ne sont plus en mesure d'accueillir un grand nombre de blessés. Le Centre médical universitaire – hôpital Saint-Georges a transformé le parking en hôpital de campagne, pour les urgences. Scène de guerre. Les hôpitaux du Chouf ont annoncé en soirée qu'ils ouvraient leurs portes pour accueillir les blessés. Idem à Saïda où des blessés ont été admis à l'hôpital Hammoud et au Centre médical Labib. Des médecins ont de leur côté annoncé qu'ils recevaient dans leur cabinet les cas bénins ayant besoin de traitements. Face à l'apocalypse, la solidarité se met en branle. Les différents partis politiques appellent, eux, leurs partisans et sympathisants à donner du sang. Dans les camps des réfugiés palestiniens à Saïda, des appels similaires sont lancés à travers des haut-parleurs. Panique généralisée Dans les rues, les gens sont paniqués ou hagards. Nombreux sont ceux qui, désemparés, perdus,
courent dans tous les sens à la recherche de leurs proches. Un homme de 70 ans, portant des sacs en plastique, raconte que lesouffle de l'explosion l'a « fait voler d'une pièce à l'autre ». « Personne n'a été blessé », dit-il, précisant qu'il va passer la nuit chez sa fille à Fanar,parce qu'il ne reste plus rien de sa maison. Sur le bord de la route, des voitures sont écrasées, comme du papier mâché. Certaines ont été retournées par le souffle de l'explosion. Une étrangère est assise sur l'asphalte, les bras lacérés par des bris de verre. Un homme arrive, la fait monter sur sa moto pour l'évacuer vers un hôpital de la ville. Mais vers 21 heures, les hôpitauxde Beyrouth avertissent les équipes de secours et la population qu'ils ne sont plus en mesure d'accueillir des victimes, leurs demandant de se diriger vers des établissement hospitaliers en banlieue et dans les provinces. « Une vieille bâtisse vient de s'effondrer, les pompiers étaient dedans. Elle s'est effondrée sur eux », lâche un militaire, qui semble perdu. Près de l'ancien immeuble de Touch, le toit d'une station-service s'est effondré sur un employé. Tard en soirée, il était toujours sous les décombres.
Plus loin, à Mar Mikhaël, un chauffeur de taxi ensanglanté se tient toujours devant sa voiture. « On aurait dit une bombe atomique, dit-il. Je ne voyais plus rien. J'entendais des pierres s'écraser sur le toit du véhicule. » Il attendait que l'un des membres de sa famille vienne l'accompagner au Akkar. Des propriétaires de petits hôtels, des écoles et des couvents ont eux aussi annoncé sur les réseaux sociaux qu'ils ouvraient leurs portes à toute personne dont l'habitation a été endommagée et qui ne trouverait pas de place pour la nuit. Avant-hier soir, Beyrouth, et tout le Liban, était chaos, sonné, par ce énième coup du so
Beyrouth hier en fin d'après-midi, après deux explosions massives au hangar numéro 12 du port de la ville. De Dora, dans la banlieue nord de Beyrouth, jusqu'au port, l'autoroute est jonchée de débris en tout genre. Le port lui-même semble dévasté dans des proportions dantesques. Les conteneurs ont explosé, les gigantesques silos à grains ont été soufflés, les grues sont à terre. Au-dessus du port, dans un ballet sonore incessant de sirènes de pompiers et d'ambulances, les hélicoptères tentaient, dans l'aprèsmidi, d'éteindre l'incendie. Les opérations se poursuivaient encore tard en soirée. Sur les bords de la route, les badauds sont hagards. Patil, la vingtaine, tremble. Elle habite dans le quartier de la Quarantaine. « Pendant 15 minutes, on a vu de la fumée s'élever au port de Beyrouth, puis on a entendu les explosions, raconte-t-elle. Je me suis cachée dans la salle de bains, puis brusquement les vitres ont été soufflées. »
Elle a vu des gens blessés qui gisaient par terre. Certains dans un état grave. Mohammad, la trentaine, est arrivé sur les lieux du sinistre quelques secondes après les déflagrations. Il confie avoir fait la navette « entre les bâtiments voisins pour sortir des gens blessés ou tués ». Avec l'aide d'autres volontaires, il a dû évacuer une soixantaine de personnes dont une personne âgée « coincée au vingtième étage ». Céline, 20 ans, se trouvait dans un restaurant près de la place Sassine au moment de l'explosion. « J'ai entendu un grand boum, confie-t-elle. J'ai cru que quelque chose était tombé d'un immeuble en construction. Puis j'a senti la terre trembler. J'ai alors compris que quelque chose d'anormal se passait. J'ai couru vers les toilettes, parce que j'ai eu peur que les vitres du restaurant n'explosent. J'avais tellement peur que je me suis mise à hurler. J'avais vécu l'explosition qui avait eu lieu en 2013 (au centre-ville de Beyrouth, coûtant la vie au ministre Mohammad Chatah, NDLR). Mais cette explosion est bien pire. Je ne voulais pas revivre cette même peur. »
Pierre et Carole étaient assis dans leur salon à Sodeco, lorsqu'ils ont entendu un bruitassourdissant et ont senti la terre trembler. Ne comprenant pas ce qu'il se passait, Pierre s'est jeté à plat ventre sur le sol pour se protéger. « Lorsque j'ai vu la poussière, j'ai tout de suite compris qu'il s'agissait d'une explosion », confie-t-il. Pendant ce temps, Carole a vu la poussière entrer par les fenêtres tandis que le lustre dansait au-dessus de leur tête. Elle a juste eu le temps de se lever du fauteuil et de s'éloigner de la fenêtre. Elle était dans un état second, ne comprenant pas ce qu'il se passait. Puis elle a vu son mari au sol entouré de débris de verre et de cadres de fenêtre. Ce n'est que quelques minutes plus tard, après avoir repris leurs esprits, qu'ils ont pu constater l'ampleur des dégâts dans l'immeuble.Beyrouth sinistrée C'est tout Beyrouth qui est sinistrée.
Les destructions les plus spectaculaires touchent surtout les quartiers limitrophes du port, notamment le entre-ville, Saïfi, Gemmayzé, Achrafieh, Mar Mikhaël, Bourj Hammoud et Dora. Des bâtiments sont soufflés. Des pans entiers de murs sont tombés. De certains immeubles couverts de paroi en verre, il ne reste plus que leur structure. Et partout, sur les trottoirs, dans les décombres, des blessés. Rapidement, les hôpitaux sont débordés et se voient contraints de refouler les blessés légers, afin de garder des places pour ceux dans un état grave. Le bilan s'annonce lourd. En soirée, le ministre de la Santé Hamad Hassan annonçait un dernier bilan approximatif et provisoire de plus de soixante-dix morts. Plus de 3.000 personnes sont blessées.
Lors d'une tournée dans les hôpitaux, il explique que les médicaments qui se trouvaient à la pharmacie centrale à l'hôpital de la Quarantaine, gravement atteint par l'explosion, sont en train d'être transférés aux dépôts de l'Unrwa. M. Hamad précise aussi que son ministère a demandé à l'Organisation mondiale de la santé de lui dépêcher un avion de médicaments. Un appel a été adressé également au Qatar pour mettre en place des hôpitaux de campagne. Le secrétaire général des Kataëb, grièvement atteint alors qu'il se trouvait dans son bureau au siège du parti à Saïfi, devait succomber à ses blessures. Le député Nadim Gemayel est légèrement blessé. À Electricité du Liban, le directeur général Kamal Hayek et des employés de l'office, blessés, étaient toujours bloqués sous les décombres en soirée. À l'hôpital Notre-Dame du Rosaire à Gemmayzé, fortement endommagé par l'explosion, une infirmière a succombé à ses blessures. Hôpitaux débordés Devant l'Hôtel-Dieu endommagé par l'explosion, c'est le chaos. Des gens vont et viennent et se mêlent aux secouristes, visiblement débordés. Certains cherchent leurs proches. L'air est empli du hurlement des sirènes des ambulances et des cris des proches des victimes.
Mohamma, la quarantaine, fume unecigarette avec un ami. « On a entendu dire qu'ils ont besoin de sang, nous sommes venus en donner. J'ai entendu un père hurler que son fils est décédé. » Quelques minutes plus tard, le père affligé sort dans la rue. Il tombe à terre, en pleurs. Trois hommes essaient, en vain, de le consoler. L'Hôtel-Dieu et le Centre médical de l'Université libano-américaine – Clinique Rizk sont submergés. Et pour cause. Fortement endommagés, l'hôpital libanais – Jeïtaoui et le Centre médical universitaire – hôpital Saint-Georges ne sont plus en mesure d'accueillir un grand nombre de blessés. Le Centre médical universitaire – hôpital Saint-Georges a transformé le parking en hôpital de campagne, pour les urgences. Scène de guerre. Les hôpitaux du Chouf ont annoncé en soirée qu'ils ouvraient leurs portes pour accueillir les blessés. Idem à Saïda où des blessés ont été admis à l'hôpital Hammoud et au Centre médical Labib. Des médecins ont de leur côté annoncé qu'ils recevaient dans leur cabinet les cas bénins ayant besoin de traitements. Face à l'apocalypse, la solidarité se met en branle. Les différents partis politiques appellent, eux, leurs partisans et sympathisants à donner du sang. Dans les camps des réfugiés palestiniens à Saïda, des appels similaires sont lancés à travers des haut-parleurs. Panique généralisée Dans les rues, les gens sont paniqués ou hagards. Nombreux sont ceux qui, désemparés, perdus,
courent dans tous les sens à la recherche de leurs proches. Un homme de 70 ans, portant des sacs en plastique, raconte que lesouffle de l'explosion l'a « fait voler d'une pièce à l'autre ». « Personne n'a été blessé », dit-il, précisant qu'il va passer la nuit chez sa fille à Fanar,parce qu'il ne reste plus rien de sa maison. Sur le bord de la route, des voitures sont écrasées, comme du papier mâché. Certaines ont été retournées par le souffle de l'explosion. Une étrangère est assise sur l'asphalte, les bras lacérés par des bris de verre. Un homme arrive, la fait monter sur sa moto pour l'évacuer vers un hôpital de la ville. Mais vers 21 heures, les hôpitauxde Beyrouth avertissent les équipes de secours et la population qu'ils ne sont plus en mesure d'accueillir des victimes, leurs demandant de se diriger vers des établissement hospitaliers en banlieue et dans les provinces. « Une vieille bâtisse vient de s'effondrer, les pompiers étaient dedans. Elle s'est effondrée sur eux », lâche un militaire, qui semble perdu. Près de l'ancien immeuble de Touch, le toit d'une station-service s'est effondré sur un employé. Tard en soirée, il était toujours sous les décombres.
Plus loin, à Mar Mikhaël, un chauffeur de taxi ensanglanté se tient toujours devant sa voiture. « On aurait dit une bombe atomique, dit-il. Je ne voyais plus rien. J'entendais des pierres s'écraser sur le toit du véhicule. » Il attendait que l'un des membres de sa famille vienne l'accompagner au Akkar. Des propriétaires de petits hôtels, des écoles et des couvents ont eux aussi annoncé sur les réseaux sociaux qu'ils ouvraient leurs portes à toute personne dont l'habitation a été endommagée et qui ne trouverait pas de place pour la nuit. Avant-hier soir, Beyrouth, et tout le Liban, était chaos, sonné, par ce énième coup du so


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.