Le Président opère un mouvement partiel dans le corps diplomatique    Des intellectuels appellent à la libération des détenus politiques et d'opinion    Opep+: la Russie appelle tous les pays membres à respecter le taux maximal de conformité    Cession des biens immobiliers de l'Etat: plus de 747.000 dossiers régularisés    Régularisation foncière: une priorité de l'Etat    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Corée en Algérie    Mostaganem: 5 personnes secourues et 4 corps sans vie repêchés en mer    L'ALGERIE, UN MONDE À L'ENVERS.    Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.    Covid-19: 228 nouveaux cas, 158 guérisons et 9 décès    Médéa: un individu arrêté pour trafic illicite de munitions réelles    Abderrahmane Hammad prend ses fonctions à la tête du Comité olympique et sportif algérien    JO: publication du décret présidentiel portant convocation du corps électoral    Le Bébête Show, version élections US    Le chef des ex-Farc confesse «haïr» son organisation pour les atrocités commises    Plaidoyer pour la dissolution de l'APN    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    Recours introduit pour la sanction de Mellal    Révision constitutionnelle: L'Initiative des forces nationales de réforme appelle à une "large" participation au débat et au vote    Régime sec    Signature de six conventions avec Algérie Poste    75 permis de chasse délivrés    Les commerçants en colère demandent la réouverture du marché    Plus de 668 000 têtes à vacciner    Sensibilisation des jeunes issus des zones d'ombre    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    Crise syrienne : Trump reconnaît avoir envisagé d'«éliminer» Al Assad    Tizi Ouzou : Les distributeurs de lait saisissent les autorités    Mahrez a repris les entraînements    Vers l'abolition du règlement de Dublin sur les demandes d'asile    La France regrette que le gouvernement ne soit toujours pas formé    CORONA, l'ennemi sans nom    La fille des Aurès    Les non-dits    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    Religion et politique : pourquoi craignons-nous la traduction ?    USM Bel-Abbès: Les supporters réclament une société nationale    La Protection civile dresse son bilan: Plus de 7 millions d'estivants et 7 noyades depuis le 15 août    Quatrième périphérique: Deux morts et deux blessés graves dans un accident    Paix et subterfuges    Détournement, dilapidation de deniers publics...: 8 ans de prison pour Ould-Abbès et 4 pour Barkat    Au boulot, citoyens !    Le procès en appel de Mahieddine Tahkout reporté    Les promesses du ministre des Finances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des messages de soutien et propositions d'aides au Liban
Explosions de Beyrouth
Publié dans Le Midi Libre le 06 - 08 - 2020

Des pays voisins et amis, Organisations internationales et de nombreux dirigeants du monde ont exprimé leur soutien et compassion avec le Liban et fait des propositions d'aides aux peuple libanais suite aux "effroyables" explosions de Beyrouth désormais ville "sinistrée".
Des pays voisins et amis, Organisations internationales et de nombreux dirigeants du monde ont exprimé leur soutien et compassion avec le Liban et fait des propositions d'aides aux peuple libanais suite aux "effroyables" explosions de Beyrouth désormais ville "sinistrée".
Dans un message de condoléances et de compassion adressé au président libanais Michel Aoun, le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a exprimé "la solidarité et le soutien de l'Algérie dans cette douloureuse épreuve". "C'est avec une profonde tristesse et affliction que j'ai appris la nouvelle des explosions survenues mardi au port de Beyrouth ayant fait plusieurs morts et blessés et des dégâts matériels.
En cette douloureuse circonstance, je tiens en mon nom personnel et au nom de l'Algérie, peuple et Gouvernement, à vous exprimer et à travers vous au peuple libanais frère et aux familles des victimes nos sincères condoléances et toute notre compassion et solidarité", a écrit M. Tebboune dans son message. De son côté, le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, a souligné l'"importance de trouver la vérité dans les explosions et ceux qui les ont causées." Elles "vont malheureusement exacerber les difficultés du Liban et augmenter la gravité de la crise (...) traversée par le pays", a-t-il ajouté.
A la suite de ces "horribles explosions", les Nations-Unies qui comptent plusieurs blessés parmi son personnel à Beyrouth, "restent engagées à soutenir le Liban en ces temps difficiles et participent activement à la réponse à cet incident", a assuré le porte-parole adjoint du Secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres. Aussi, l'organisation mondiale de la Santé (OMS) est prête à apporter son soutien au gouvernement libanais et les travailleurs de la santé à sauver des vies, a déclaré son directeur général, Tedros Adhanom Ghebreyesus. Tout en promettant "l'assistance et le soutien" de l'Union européenne (UE), le président du Conseil européen, Charles Michel a écrit sur Twitter : "Mes pensées vont au peuple libanais et aux familles des victimes des terribles explosions de Beyrouth. Soyez forts ".
Des pays voisins et amis mobilisés
L'Allemagne, qui déplore des blessés parmi les membres du personnel de son ambassade à Beyrouth, promet "d'offrir un soutien" au Liban. La chancelière Angela Merkel, à travers sa porte-parole Ulrike Demmer, s'est quant à elle dite "choquée" par ces incidents. Pour sa part, le président américain Donald Trump a transmis la "sympathie" des Etats-Unis au Libanais et répété que son pays se "tenait prêt" à apporter son aide. D'autre part, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a affirmé que "l'Iran est tout à fait disponible pour fournir de l'assistance par tous les moyens nécessaires", tout en appelant le Liban à "rester fort".
Des secours et moyens français sont en cours d'acheminement sur place au Liban, a déclaré également le président français, Emmanuel Macron. Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau a, quant à lui, indiqué que le Canada était prêt à aider le Liban de "quelque façon que ce soit". De hauts responsables turcs, irakiens, jordaniens, chypriotes, et d'autres des pays du Golfe, pour ne citer que ceuxlà, se sont dit disposés aux noms de leurs gouvernements respectifs à fournir de l'aide nécessaire au peuple libanais. En Afrique, le président du Burkina Faso Roch Marc Christian Kaboré a exprimé sa "totale solidarité" au pays en deuil. "Nous nous tenons aux côtés du peuple Libanais", a écrit le président burkinabè. En effet, la communauté internationale s'est rapidement mobilisée après l'appel lancé par le Premier ministre libanais Hassan Diab aux "pays amis" à aider le Liban. "Je lance un appel urgent à tous les pays amis et les pays frères qui aiment le Liban à se tenir à ses côtés et à nous aider à panser nos plaies profondes", a indiqué le Premier ministre lors d'une allocution télévisée. Il a en outre prévenu que "les responsables de cette catastrophe devront payer le prix".
Les explosions dévastatrices ont frappé le port de Beyrouth mardi après-midi, aplatissant des immeubles dans le secteur, l'onde de choc ayant été ressentie à plusieurs kilomètres à la ronde. Environ 2.750 tonnes de nitrate d'ammonium étaient stockées dans l'entrepôt du port de Beyrouth qui a explosé mardi, selon le Premier ministre libanais Hassan Diab. Plus tôt, un haut responsable de la sécurité avait assuré que les explosions qui ont fait trembler toute la capitale libanaise pourraient être dues à des "matières explosives" confisquées et stockées dans un entrepôt "depuis des années". Le Conseil supérieur de défense du Liban a recommandé au gouvernement de décréter l'"état d'urgence" pour deux semaines dans la ville de Beyrouth.
Dans un message de condoléances et de compassion adressé au président libanais Michel Aoun, le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a exprimé "la solidarité et le soutien de l'Algérie dans cette douloureuse épreuve". "C'est avec une profonde tristesse et affliction que j'ai appris la nouvelle des explosions survenues mardi au port de Beyrouth ayant fait plusieurs morts et blessés et des dégâts matériels.
En cette douloureuse circonstance, je tiens en mon nom personnel et au nom de l'Algérie, peuple et Gouvernement, à vous exprimer et à travers vous au peuple libanais frère et aux familles des victimes nos sincères condoléances et toute notre compassion et solidarité", a écrit M. Tebboune dans son message. De son côté, le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, a souligné l'"importance de trouver la vérité dans les explosions et ceux qui les ont causées." Elles "vont malheureusement exacerber les difficultés du Liban et augmenter la gravité de la crise (...) traversée par le pays", a-t-il ajouté.
A la suite de ces "horribles explosions", les Nations-Unies qui comptent plusieurs blessés parmi son personnel à Beyrouth, "restent engagées à soutenir le Liban en ces temps difficiles et participent activement à la réponse à cet incident", a assuré le porte-parole adjoint du Secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres. Aussi, l'organisation mondiale de la Santé (OMS) est prête à apporter son soutien au gouvernement libanais et les travailleurs de la santé à sauver des vies, a déclaré son directeur général, Tedros Adhanom Ghebreyesus. Tout en promettant "l'assistance et le soutien" de l'Union européenne (UE), le président du Conseil européen, Charles Michel a écrit sur Twitter : "Mes pensées vont au peuple libanais et aux familles des victimes des terribles explosions de Beyrouth. Soyez forts ".
Des pays voisins et amis mobilisés
L'Allemagne, qui déplore des blessés parmi les membres du personnel de son ambassade à Beyrouth, promet "d'offrir un soutien" au Liban. La chancelière Angela Merkel, à travers sa porte-parole Ulrike Demmer, s'est quant à elle dite "choquée" par ces incidents. Pour sa part, le président américain Donald Trump a transmis la "sympathie" des Etats-Unis au Libanais et répété que son pays se "tenait prêt" à apporter son aide. D'autre part, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a affirmé que "l'Iran est tout à fait disponible pour fournir de l'assistance par tous les moyens nécessaires", tout en appelant le Liban à "rester fort".
Des secours et moyens français sont en cours d'acheminement sur place au Liban, a déclaré également le président français, Emmanuel Macron. Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau a, quant à lui, indiqué que le Canada était prêt à aider le Liban de "quelque façon que ce soit". De hauts responsables turcs, irakiens, jordaniens, chypriotes, et d'autres des pays du Golfe, pour ne citer que ceuxlà, se sont dit disposés aux noms de leurs gouvernements respectifs à fournir de l'aide nécessaire au peuple libanais. En Afrique, le président du Burkina Faso Roch Marc Christian Kaboré a exprimé sa "totale solidarité" au pays en deuil. "Nous nous tenons aux côtés du peuple Libanais", a écrit le président burkinabè. En effet, la communauté internationale s'est rapidement mobilisée après l'appel lancé par le Premier ministre libanais Hassan Diab aux "pays amis" à aider le Liban. "Je lance un appel urgent à tous les pays amis et les pays frères qui aiment le Liban à se tenir à ses côtés et à nous aider à panser nos plaies profondes", a indiqué le Premier ministre lors d'une allocution télévisée. Il a en outre prévenu que "les responsables de cette catastrophe devront payer le prix".
Les explosions dévastatrices ont frappé le port de Beyrouth mardi après-midi, aplatissant des immeubles dans le secteur, l'onde de choc ayant été ressentie à plusieurs kilomètres à la ronde. Environ 2.750 tonnes de nitrate d'ammonium étaient stockées dans l'entrepôt du port de Beyrouth qui a explosé mardi, selon le Premier ministre libanais Hassan Diab. Plus tôt, un haut responsable de la sécurité avait assuré que les explosions qui ont fait trembler toute la capitale libanaise pourraient être dues à des "matières explosives" confisquées et stockées dans un entrepôt "depuis des années". Le Conseil supérieur de défense du Liban a recommandé au gouvernement de décréter l'"état d'urgence" pour deux semaines dans la ville de Beyrouth.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.