Le lait en sachet sera mieux distribué    Les petites bourses à rude épreuve    U17: Belmadi encourage les Verts    245 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Les syndicats de la santé interpellent Benbouzid    De nouvelles conditions imposées sur les véhicules    Le rapport Stora doit "interpeller la classe politique française    Abdelaziz Rahabi : «Le rapport Stora ne prend pas en compte la principale demande historique des Algériens»    Le Real Madrid communique au sujet de l'Inter et Hakimi    Importation de véhicules : Tirs groupés contre Ferhat Aït Ali    L'affaire de l'autoroute Est-Ouest renvoyée à la fin de la session criminelle    Bientôt des marchés de gros des dattes    Pour faire face à une forte demande en eau dans les zones côtières : Des avis d'appel d'offres pour trois stations de dessalement    Exportation des services numériques algériens    Début de la période des candidatures pour l'autorité exécutive unifiée    La Centrafrique proclame l'état d'urgence    HRW demande une enquête "rapide et impartiale"    Calme relatif en Tunisie    Un prêtre enlevé mardi retrouvé mort    Nairobi annonce la mise sous contrôle de la deuxième vague d'invasion de criquets pèlerins    Le procès de nouveau reporté    Le Hirak réinvestit la rue    L'ESS se reprend, le MCA se relâche, les visiteurs se lâchent !    Décès de l'ex-joueur Mohamed Zaoui    La Tunisie s'impose sur le fil et s'offre une finale contre l'Algérie    Farès retrouve la compétition    Deux joueurs du Zamalek suspendus face au MCA    Zemmamouche, une année sans jouer !    Le boy-scout révolté    Loi électorale : un autre recadrage pour brider les votes ?    - Aït Ali l'automobile - Biden contre le mur - Le Cnes newlook - Le vaccin arrive, le printemps pas loin    Stratégie retenue pour l'acquisition du vaccin contre la Covid-19 : Les mauvais calculs des autorités    Les syndicats mitigés    Une plateforme pour suivre les travaux de Seaal    Enième engagement pour la livraison des projets de réhabilitation des 5 hôtels du secteur public    Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 6 mois : Tadjadit et ses codétenus quittent la prison    Il a tancé plusieurs de ses ministres : Abdelaziz Djerad insatisfait du staff gouvernemental    Le lycée Kerouani de Sétif retrouve son éclat    ...CULTURE EN BREF...    Béjaïa "La perle de la Méditerranée"    Un Salvator Mundi de l'école de Léonard de Vinci retrouvé chez un Napolitain    Le Liban restitue deux icônes religieuses du XVIIIe siècle à la Grèce    Oum Siham, une poétesse engagée pour les bonnes causes, s'en va    El Ançor: Plus de 4 millions DA pour l'assainissement à la plage des Andalouses    LA CRISE ET LES ESPOIRS    Gouvernance et Affaires de l'Etat: Le départ de Laagab de la présidence officialisé    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le stockage des produits dangereux est interdit depuis 45 ans
Dans les ports Algériens
Publié dans Le Midi Libre le 09 - 08 - 2020

Le stockage des produits dangereux dans les ports algériens est interdit par une loi vieille de 45 ans, a indiqué ce samedi le ministre des Transports, Lazhar Hani, en réponse aux inquiétudes soulevées par les explosions qui se sont produites mardi dans le port de Beyrouth.
Le stockage des produits dangereux dans les ports algériens est interdit par une loi vieille de 45 ans, a indiqué ce samedi le ministre des Transports, Lazhar Hani, en réponse aux inquiétudes soulevées par les explosions qui se sont produites mardi dans le port de Beyrouth.
« Nous avons été les pionniers. En 1975, les autorités avaient pris la décision d'interdire formellement le stationnement des marchandises dangereuses dans les enceintes portuaires », a-t-il précisé lors d'une visite d'inspection au port d'Alger. Le PDG du Groupe services portuaires (Serport), Achour Djelloul, donne plus de détails. « Nous avons constaté de visu lors de la visite de M. le ministre qu'il n'y avait pas de marchandises dangereuses stockées à l'intérieur du port (d'Alger) », rapporte-t-il. M. Achour ajoute que le traitement dans les ports des marchandises dangereuses obéit à une procédure qui prévoit l'enlèvement immédiat lorsqu'elles font l'objet d'une déclaration spécifique. « Elles sont évacuées du port immédiatementaprès leur débarquement vers leurspropriétaires », assure M. Djelloul. « Pas question d'un séjour dans le port », insiste notre interlocuteur. Le PDG de Serport est catégorique :
« Dans nos ports, nous n'avons pas de produits qui présentent des risques majeurs », assurant que le scénario de l'explosion du 4 août au port de Beyrouth ne risque pas de se produire en Algérie. « En dehors du fait que nous sommes loin de ce risque dans nos ports, il y a une gestion rigoureuse de ce type de marchandises qui est observée par les gestionnaires des ports, y compris quand il s'agit de produits qui ne sont pas d'une dangerosité importante. Monsieur le ministre a d'ailleurs donné des instructions pour que le séjour de ce type de marchandises soit écourté le maximum possible », poursuit M. Djelloul. Les explosifs et les produits radioactifs interdits de réception dans les ports L'interdiction de stockage des matières dangereuses est valable pour l'ensemble des ports algériens à l'exception de ceux dotés des « parcs à feu », précise M. Djelloul, relevant que les ports de Bejaia et d'Oran disposent de ce type d'installations. Les « parcs à feu » consistent en des enceintes portuaires dotées de moyens de télésurveillance et de dispositifs antiincendie, et bénéficiant d'une surveillance particulière, détaille M. Djelloul. « Ce sont des installations qui sont conçues pour accueillir les marchandises dites dangereuses », explique-t-il. « Ces marchandises sont classées suivant le classement OMI
(Organisation maritime internationale) sur une échelle de 1 à 9. Lorsqu'elles sont susceptibles d'être reçues dans le port, elles obéissent à une procédure particulière. Il y a d'abord l'enlèvement direct après leur débarquementtout en faisant l'objet d'une escorte jusqu'à leur acheminement vers les propriétaires. Ou bien ce sont des marchandises dont les volumes ne sont pas importants mais susceptibles d'être accueillies à l'intérieur d'enceintes spécialement conçues comme les parcs à feu », détaille le P-DG de Serport. Et d'ajouter que le stockage de ces marchandises obéit à des règles « d'un très court séjour ne dépassant pas généralement les 48 heures ». Dans le classement de l'OMI les explosifs sont dans la classe 1. « Nous ne recevons pas les produits de la classes 1, ce sont les explosifs. Ils sont interdits de réception dans nos ports. Sont également interdits les produits de la classe 9 que sont les produits radioactifs. Sinon, de la classe 2 à la 8, il y a des produits très sensibles qui présentent une gravité sanitaire.
Ce type de produits sont soit acheminés directement moyennant des escortes vers les utilisateurs, ou bien ils sont réceptionnés à l'intérieur des parcs à feu », détaille encore le P-DG de Serport. Mardi, une double explosion dans le port de Beyrouth a fait plus de 150 morts et plus de 5000 blessés, alors que les dégâts matériels ont été évalués entre 10 et 15 milliards de dollars. Ces explosions sont dues à la présence dans un hangar du port d'une quantité de 2700 tonnes de nitrate d'ammonium, une substance destinée à la fabrication des engrais, mais aussi des explosifs. Cette quantité était stockée dans ce port depuis six ans.
« Nous avons été les pionniers. En 1975, les autorités avaient pris la décision d'interdire formellement le stationnement des marchandises dangereuses dans les enceintes portuaires », a-t-il précisé lors d'une visite d'inspection au port d'Alger. Le PDG du Groupe services portuaires (Serport), Achour Djelloul, donne plus de détails. « Nous avons constaté de visu lors de la visite de M. le ministre qu'il n'y avait pas de marchandises dangereuses stockées à l'intérieur du port (d'Alger) », rapporte-t-il. M. Achour ajoute que le traitement dans les ports des marchandises dangereuses obéit à une procédure qui prévoit l'enlèvement immédiat lorsqu'elles font l'objet d'une déclaration spécifique. « Elles sont évacuées du port immédiatementaprès leur débarquement vers leurspropriétaires », assure M. Djelloul. « Pas question d'un séjour dans le port », insiste notre interlocuteur. Le PDG de Serport est catégorique :
« Dans nos ports, nous n'avons pas de produits qui présentent des risques majeurs », assurant que le scénario de l'explosion du 4 août au port de Beyrouth ne risque pas de se produire en Algérie. « En dehors du fait que nous sommes loin de ce risque dans nos ports, il y a une gestion rigoureuse de ce type de marchandises qui est observée par les gestionnaires des ports, y compris quand il s'agit de produits qui ne sont pas d'une dangerosité importante. Monsieur le ministre a d'ailleurs donné des instructions pour que le séjour de ce type de marchandises soit écourté le maximum possible », poursuit M. Djelloul. Les explosifs et les produits radioactifs interdits de réception dans les ports L'interdiction de stockage des matières dangereuses est valable pour l'ensemble des ports algériens à l'exception de ceux dotés des « parcs à feu », précise M. Djelloul, relevant que les ports de Bejaia et d'Oran disposent de ce type d'installations. Les « parcs à feu » consistent en des enceintes portuaires dotées de moyens de télésurveillance et de dispositifs antiincendie, et bénéficiant d'une surveillance particulière, détaille M. Djelloul. « Ce sont des installations qui sont conçues pour accueillir les marchandises dites dangereuses », explique-t-il. « Ces marchandises sont classées suivant le classement OMI
(Organisation maritime internationale) sur une échelle de 1 à 9. Lorsqu'elles sont susceptibles d'être reçues dans le port, elles obéissent à une procédure particulière. Il y a d'abord l'enlèvement direct après leur débarquementtout en faisant l'objet d'une escorte jusqu'à leur acheminement vers les propriétaires. Ou bien ce sont des marchandises dont les volumes ne sont pas importants mais susceptibles d'être accueillies à l'intérieur d'enceintes spécialement conçues comme les parcs à feu », détaille le P-DG de Serport. Et d'ajouter que le stockage de ces marchandises obéit à des règles « d'un très court séjour ne dépassant pas généralement les 48 heures ». Dans le classement de l'OMI les explosifs sont dans la classe 1. « Nous ne recevons pas les produits de la classes 1, ce sont les explosifs. Ils sont interdits de réception dans nos ports. Sont également interdits les produits de la classe 9 que sont les produits radioactifs. Sinon, de la classe 2 à la 8, il y a des produits très sensibles qui présentent une gravité sanitaire.
Ce type de produits sont soit acheminés directement moyennant des escortes vers les utilisateurs, ou bien ils sont réceptionnés à l'intérieur des parcs à feu », détaille encore le P-DG de Serport. Mardi, une double explosion dans le port de Beyrouth a fait plus de 150 morts et plus de 5000 blessés, alors que les dégâts matériels ont été évalués entre 10 et 15 milliards de dollars. Ces explosions sont dues à la présence dans un hangar du port d'une quantité de 2700 tonnes de nitrate d'ammonium, une substance destinée à la fabrication des engrais, mais aussi des explosifs. Cette quantité était stockée dans ce port depuis six ans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.