Constitution: Une large révision de lois essentielles en perspective    Le délai de dépôt des comptes sociaux prorogé au 30 novembre    Investissement: «L'instabilité législative, une entrave majeure»    Energies renouvelables: Des réformes sont nécessaires    Le syndrome libanais    Deux ou trois réflexions après l'attaque au couteau de Paris    Compétitions sportives: Tebboune ordonne la reprise    Football à l'Ouest: Les clubs dans un labyrinthe    Hormis les pneumologues, les réanimateurs et les généralistes: Les médecins spécialistes affectés à l'hôpital de Haï Nedjma rejoignent l'EHU    Skikda: 40 conteneurs de carburant saisis, l'exportateur écroué    Laghouat: Deux morts et un blessé dans un carambolage    HUMEURS PREFABRIQUEES    Bekkat Berkani s'exprime à nouveau    Yasmine Moussous, 1re Algérienne à recevoir une dose    Alger et Tunis attachés à la solution politique    Koweït: le prince héritier Nawaf al-Ahmad al-Sabah nommé nouvel émir    Inondations: l'Algérie octroie un don de 500 tentes au Niger    Nécessité d'accompagner le renouveau des arts de l'oralité    Journée mondiale contre la rage: vers l'élimination des décès d'ici à 2030    Real Madrid: Jovic vers la Serie A ?    El Guergarat : la MAP attribue une fausse déclaration au SG de l'ONU    Covid-19: 155 nouveaux cas, 101 guérisons et 7 décès    La commission des affaires juridiques examine la demande du ministre de la Justice    Référendum sur la Constitution : l'ANIE fixe les critères de la campagne électorale    CONSEIL DE LA NATION : Zeghmati présente le projet de Code de procédure pénale    Benabdi, nouvelle recrue    Guemroud signe pour 2 ans au CSC    PSG : Thiago Silva allume Unai Emery    Barcelone : Koeman aurait un plan pour recruter une pépite de Guardiola !    Tassili Airlines dément le prétendu accident de l'un des ses avions    "Les émirats ont fait pression concernant l'emblème amazigh"    Larbi Ouanoughi a fait long feu    Guerre ouverte entre l'Arménie et l'Azerbaidjan    Six nouveaux Saoudiens inculpés en Turquie    «Notre rôle est de prévenir et combattre la corruption»    Un nouveau médicament biosimilaire fabriqué en Algérie    Les robes noires en grève à partir de demain    «Le projet de Constitution profite aux laïcs»    Un faux «cadre supérieur» neutralisé    Scénarios possibles et choix difficile    Le député démissionnaire de Béjaïa, Khaled Tazaghart, condamné à un an de prison ferme    Ces détenus oubliés du hirak    Réalités du présumé différend arabo-berbère (3e partie et fin)    Des voix s'élèvent pour naturaliser le héros algérien    Entre "amour divin" et détermination de femmes sahraouies    "Réalisations dans le théâtre algérien : questionnements, réflexions et enjeu"    FUITE EN AVANT    «Loukan», le mot-clé de la réussite    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières
Frontiéres Algériennes
Publié dans Le Midi Libre le 11 - 08 - 2020

L'Algérie est engagée dans une lutte "sans relâche" contre les différentes menaces à ses frontières et "privilégie" les voies de la coopération et du dialogue avec l'ensemble de ses voisins pour contrecarrer toute forme de trafic et de terrorisme transnational, a indiqué Arslan Chikhaoui, expert membre du Forum économique mondial.
L'Algérie est engagée dans une lutte "sans relâche" contre les différentes menaces à ses frontières et "privilégie" les voies de la coopération et du dialogue avec l'ensemble de ses voisins pour contrecarrer toute forme de trafic et de terrorisme transnational, a indiqué Arslan Chikhaoui, expert membre du Forum économique mondial.
"L'Algérie est engagée dans une lutte sans relâche contre les différentes menaces à ses frontières et privilégie, en ce sens, les voies de la coopération et du dialogue avec l'ensemble de ses voisins pour contrecarrer la logique des 2T (Trafics et Terrorisme transnational)", a souligné M. Chikhaoui dans une contribution publiée,lundi, dans le quotidien national l'"Expression", précisant que pour l'Algérie, les politiques de lutte contre ces différents fléaux ainsi que la politique de gestion de ses frontières, restent "en accord et guidées" par cinq principes.
Il s'agit, a-t-il expliqué, du principe d'intangibilité des frontières qui reconnaît à chaque pays les frontières héritées au moment des indépendances, du principe de la souveraineté dans ses espaces terrestre et aérien qui tire ses références du droit algérien et du droit international. Il s'agit aussi du principe de bon voisinage, du principe de bornage des frontières et le développement des régions frontalières, et celui de non-ingérence qui puise ses référents dans la doctrine de politiqueétrangère et de défense de l'Algérie. M.Chikhaoui note que la lutte contre l'immigration clandestine, le narcotrafic, la criminalité transfrontalière et le terrorisme ainsi que le soutien au développement économique durable des zones frontalières demeurent les grandes priorités des autorités algériennes, estimant que "l'Algérie, avec son expérience éprouvée en matière de lutte contre le terrorisme ainsi que ses moyens, est en mesure de jouer un rôle moteur dans ce contexte", souligne-t-il. Dans ce cadre, l'expert rappelle toutes les initiatives auxquelles l'Algérie prend part, à l'échelle régionale et internationale, ne ménageant aucun "effort pour lutter contre le terrorisme, le trafic de tout genre et le crime organisé". Ainsi, elle fait partie de la Convention arabe sur la suppression du terrorisme adoptée en 1998 et le protocole à la convention de l'Union africaine (UA) sur laprévention et la lutte contre le terrorisme de 2004.
Elle a été également à l'origine de l'élaboration d'une stratégie unifiée pour faire face aux fléaux répandus au Sahel (terrorisme, trafic de stupéfiants et crime organisé transfrontalier) qui s'est traduite, en 2009, par la conclusion d'un mémorandum de coopération et de coordination des actions avec le Mali, le Niger et la Mauritanie. Sur la base de ce mémorandum, a été créé, en 2010, un Comité d'état major opérationnel conjoint "Cemoc" installé à Tamanrasset (Sud de l'Algérie) et une Unité de fusion et de liaison "UFL" a également été installée pour coordonner les efforts opérationnels des quatre pays. L'Algérie participe, aussi, au niveau méditerranéen, à toutes les réunions des 5+5, notamment celles des ministres de l'Intérieur et des ministres de la Défense. Elle introduit régulièrement au niveau de l'Assemblée générale des Nations unies une résolution pour le renforcement de la sécurité et la coopération en Méditerranée à l'exemple de la résolution 66/63 de Décembre 2011 adoptée par consensus. Elle fait également partie des trois conventions de l'ONU de lutte contre le traficillicite de stupéfiants, de corruption et de criminalité transnationale organisée. L'Algérie est activement engagée dans plusieurs actions multi-facettes de coopération et d'aide des pays du Sahel contribuant, notamment, au développement de cette région-a-t-il ajouté.
"L'Algérie est engagée dans une lutte sans relâche contre les différentes menaces à ses frontières et privilégie, en ce sens, les voies de la coopération et du dialogue avec l'ensemble de ses voisins pour contrecarrer la logique des 2T (Trafics et Terrorisme transnational)", a souligné M. Chikhaoui dans une contribution publiée,lundi, dans le quotidien national l'"Expression", précisant que pour l'Algérie, les politiques de lutte contre ces différents fléaux ainsi que la politique de gestion de ses frontières, restent "en accord et guidées" par cinq principes.
Il s'agit, a-t-il expliqué, du principe d'intangibilité des frontières qui reconnaît à chaque pays les frontières héritées au moment des indépendances, du principe de la souveraineté dans ses espaces terrestre et aérien qui tire ses références du droit algérien et du droit international. Il s'agit aussi du principe de bon voisinage, du principe de bornage des frontières et le développement des régions frontalières, et celui de non-ingérence qui puise ses référents dans la doctrine de politiqueétrangère et de défense de l'Algérie. M.Chikhaoui note que la lutte contre l'immigration clandestine, le narcotrafic, la criminalité transfrontalière et le terrorisme ainsi que le soutien au développement économique durable des zones frontalières demeurent les grandes priorités des autorités algériennes, estimant que "l'Algérie, avec son expérience éprouvée en matière de lutte contre le terrorisme ainsi que ses moyens, est en mesure de jouer un rôle moteur dans ce contexte", souligne-t-il. Dans ce cadre, l'expert rappelle toutes les initiatives auxquelles l'Algérie prend part, à l'échelle régionale et internationale, ne ménageant aucun "effort pour lutter contre le terrorisme, le trafic de tout genre et le crime organisé". Ainsi, elle fait partie de la Convention arabe sur la suppression du terrorisme adoptée en 1998 et le protocole à la convention de l'Union africaine (UA) sur laprévention et la lutte contre le terrorisme de 2004.
Elle a été également à l'origine de l'élaboration d'une stratégie unifiée pour faire face aux fléaux répandus au Sahel (terrorisme, trafic de stupéfiants et crime organisé transfrontalier) qui s'est traduite, en 2009, par la conclusion d'un mémorandum de coopération et de coordination des actions avec le Mali, le Niger et la Mauritanie. Sur la base de ce mémorandum, a été créé, en 2010, un Comité d'état major opérationnel conjoint "Cemoc" installé à Tamanrasset (Sud de l'Algérie) et une Unité de fusion et de liaison "UFL" a également été installée pour coordonner les efforts opérationnels des quatre pays. L'Algérie participe, aussi, au niveau méditerranéen, à toutes les réunions des 5+5, notamment celles des ministres de l'Intérieur et des ministres de la Défense. Elle introduit régulièrement au niveau de l'Assemblée générale des Nations unies une résolution pour le renforcement de la sécurité et la coopération en Méditerranée à l'exemple de la résolution 66/63 de Décembre 2011 adoptée par consensus. Elle fait également partie des trois conventions de l'ONU de lutte contre le traficillicite de stupéfiants, de corruption et de criminalité transnationale organisée. L'Algérie est activement engagée dans plusieurs actions multi-facettes de coopération et d'aide des pays du Sahel contribuant, notamment, au développement de cette région-a-t-il ajouté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.