Constitution: les animateurs de la campagne insistent sur l'importance d'aller voter en masse    Anniversaire de la Guerre de libération: le Musée central de l'armée abrite un programme riche    Message du Président Tebboune à l'occasion de la Journée nationale de la presse    CPA: lancement inaugural de la finance islamique ce dimanche    Budget 2021: le secteur de l'Habitat détient la part du lion    Sahara occidental : créer une ONG pour plaider en faveur de l'indépendance du peuple sahraoui    Le projet d'amendement constitutionnel nécessite un "avis consensuel"    Palestine: le plan d'annexion se poursuivit en prétextant de la création de "réserves naturelles"    Classement Fifa: l'Algérie gagne cinq places    Arsenal: Özil, la mise au point d'Arteta    Coronavirus : 266 nouveaux cas, 136 guérisons et 8 décès    Manchester City: Fernandinho absent au moins un mois    Mawlid: une campagne de sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Macron et l'arabe    «Le sigle FLN doit être restitué au peuple»    La liberté dans le respect de l'autre    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Musulmans de France, tous coupables ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie obtient une victoire définitive contre Orascom Télécom
Affaire Djezzy
Publié dans Le Midi Libre le 23 - 09 - 2020

Défendu par le cabinet Shearman & Sterling, l'Etat algérien a définitivement obtenu gain de cause dans l'affaire qui l'opposait au groupe Orascom Telecom Holding (OTH), autrefois actionnaire de Djezzy, détenu par le milliardaire égyptien Naguib Sawiris, a indiqué un communiqué publié par le cabinet d'avocats.
Défendu par le cabinet Shearman & Sterling, l'Etat algérien a définitivement obtenu gain de cause dans l'affaire qui l'opposait au groupe Orascom Telecom Holding (OTH), autrefois actionnaire de Djezzy, détenu par le milliardaire égyptien Naguib Sawiris, a indiqué un communiqué publié par le cabinet d'avocats.
"Le 17 septembre 2020, une commission ad hoc a rejeté la demande d'annulation déposée contre la sentence rendue en faveur du gouvernement algérien dans un différend avec la société luxembourgeoise Orascom TMT Investments (Orascom TMTI), société détenue et contrôlée par le milliardaire égyptien Naguib Sawiris", selon le même communiqué. La sentence rendue en mai 2017 par un tribunal arbitral international constitué sous l'égide du Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI), avait rejeté la réclamation de 4 milliards de dollars de Sawiris Orascom TMTI contre l'Algérie, dans son intégralité, la jugeant irrecevable et abusive, précise la même source. Le tribunal avait également ordonné à Orascom TMTI de supporter les frais de la procédure ainsi que 50% des frais et dépenses de l'Algérie. L'actionnaire direct égyptien de l'OTA, Orascom Telecom Holding (OTH), a intenté une procédure d'arbitrage devant la Commission des Nations Unies pour le droit commercial international (CNUDCI), réclamant 16 milliards de dollars, contre l'Algérie au sujet du même différend qui a été réglé en 2014, a rappelé le cabinet d'avocats dans le même communiqué.
Ce règlement a été conclu après trois ans de négociations très complexes, à la suite desquelles le Fonds national d'investissement algérien (FNI), un fonds d'investissement stratégique contrôlé par l'Etat algérien, a signé un accord d'achat d'actions lié à l'acquisition d'une participationde 51% dans OTA, pour une contrepartie d'achat de 2,643 milliards de dollars. Orascom TMTI, ancien actionnaire indirect d'OTH, a fait valoir que le règlement de 2014 n'avait pas eu d'incidence sur sa procédure parallèle et distincte. A ce propos, le cabinet d'avocats a rappelé qu'après cinq ans de procédure, le tribunal arbitral a conclu que la demande de l'OTMTI était irrecevable et a jugé qu'il n'était pas possible d'exercer sa compétence sur le litige. Le tribunal a également conclu que, compte tenu des circonstances entourant les demandes de M. Sawiris, la poursuite de l'OTMTI équivalait à «un abus du système de protection des investissements ». En conséquence, le tribunal a ordonné à Oracsom TMTI, qui avait déjà engagé 20 millions de dollars en frais et dépenses juridiques, de payer l'intégralité des frais de procédure et de rembourser 50% des dépenses de l'Algérie, engagées dans le cadre de l'arbitrage, ce qui a coûté à la société 3,5 millions de dollars supplémentaires, souligne le même communiqué.
En septembre 2017, Orascom TMTI a déposé une demande d'annulation partielle de la sentence, demandant l'annulation des parties de la sentence relatives à la recevabilité et aux dépenses. Orascom TMTI a fait valoir que le tribunal avait manifestement outrepassé ses pouvoirs, s'était sérieusement écarté d'une règle de procédure fondamentale et n'avait pas motivé la sentence. Par décision du 17 septembre 2020, une commission ad hoc du CIRDI, constituée pour entendre la demande d'annulation, présidée par le juge de la CIJ Peter Tomka, a rejeté la demande d'annulation d'Orascom TMTI et condamné Orascom TMTI à supporter les frais de la procédure d'annulation, s'élevant à 755.000 $, précise le cabinet d'avocats Shearman & Sterling. Emmanuel Gaillard, avocat principal de l'Algérie et qui dirige le département d'arbitrage international de Shearman & Sterling, déclare: "Nous sommes extrêmement heureux de cette décision. Tout d'abord, nous sommes ravis pour l'Algérie.
L'Algérie n'a jamais été vaincue dans aucune des affaires d'arbitrage en matière d'investissement dont elle est saisie. Nous sommes également extrêmement heureux que le comité ait confirmé la décision historique du tribunal, qui aidera les futurs tribunaux arbitraux à contrôlerle comportement abusif de certains investisseurs qui engagent des procédures arbitrales parallèles à différents niveaux d'une chaîne d'entreprises intégrée en relation avec le même différend". Yas Banifatemi qui dirige le département droit international public chez Shearman & Sterling, a déclaré : "La décision du comité est très bien motivée, en particulier en ce qui concerne le concept de recevabilité. Le comité confirme que le fait de tirer des règles d'irrecevabilité des principes du droit international, des pouvoirs inhérents du tribunal et / ou de l'objet de l'arbitrage en matière d'investissement constitue un exercice légitime de la fonction du tribunal. C'est une confirmation très appréciée des pouvoirs des tribunaux d'investissement et de leur rôle dans le développement du droit des investissements".
"Le 17 septembre 2020, une commission ad hoc a rejeté la demande d'annulation déposée contre la sentence rendue en faveur du gouvernement algérien dans un différend avec la société luxembourgeoise Orascom TMT Investments (Orascom TMTI), société détenue et contrôlée par le milliardaire égyptien Naguib Sawiris", selon le même communiqué. La sentence rendue en mai 2017 par un tribunal arbitral international constitué sous l'égide du Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI), avait rejeté la réclamation de 4 milliards de dollars de Sawiris Orascom TMTI contre l'Algérie, dans son intégralité, la jugeant irrecevable et abusive, précise la même source. Le tribunal avait également ordonné à Orascom TMTI de supporter les frais de la procédure ainsi que 50% des frais et dépenses de l'Algérie. L'actionnaire direct égyptien de l'OTA, Orascom Telecom Holding (OTH), a intenté une procédure d'arbitrage devant la Commission des Nations Unies pour le droit commercial international (CNUDCI), réclamant 16 milliards de dollars, contre l'Algérie au sujet du même différend qui a été réglé en 2014, a rappelé le cabinet d'avocats dans le même communiqué.
Ce règlement a été conclu après trois ans de négociations très complexes, à la suite desquelles le Fonds national d'investissement algérien (FNI), un fonds d'investissement stratégique contrôlé par l'Etat algérien, a signé un accord d'achat d'actions lié à l'acquisition d'une participationde 51% dans OTA, pour une contrepartie d'achat de 2,643 milliards de dollars. Orascom TMTI, ancien actionnaire indirect d'OTH, a fait valoir que le règlement de 2014 n'avait pas eu d'incidence sur sa procédure parallèle et distincte. A ce propos, le cabinet d'avocats a rappelé qu'après cinq ans de procédure, le tribunal arbitral a conclu que la demande de l'OTMTI était irrecevable et a jugé qu'il n'était pas possible d'exercer sa compétence sur le litige. Le tribunal a également conclu que, compte tenu des circonstances entourant les demandes de M. Sawiris, la poursuite de l'OTMTI équivalait à «un abus du système de protection des investissements ». En conséquence, le tribunal a ordonné à Oracsom TMTI, qui avait déjà engagé 20 millions de dollars en frais et dépenses juridiques, de payer l'intégralité des frais de procédure et de rembourser 50% des dépenses de l'Algérie, engagées dans le cadre de l'arbitrage, ce qui a coûté à la société 3,5 millions de dollars supplémentaires, souligne le même communiqué.
En septembre 2017, Orascom TMTI a déposé une demande d'annulation partielle de la sentence, demandant l'annulation des parties de la sentence relatives à la recevabilité et aux dépenses. Orascom TMTI a fait valoir que le tribunal avait manifestement outrepassé ses pouvoirs, s'était sérieusement écarté d'une règle de procédure fondamentale et n'avait pas motivé la sentence. Par décision du 17 septembre 2020, une commission ad hoc du CIRDI, constituée pour entendre la demande d'annulation, présidée par le juge de la CIJ Peter Tomka, a rejeté la demande d'annulation d'Orascom TMTI et condamné Orascom TMTI à supporter les frais de la procédure d'annulation, s'élevant à 755.000 $, précise le cabinet d'avocats Shearman & Sterling. Emmanuel Gaillard, avocat principal de l'Algérie et qui dirige le département d'arbitrage international de Shearman & Sterling, déclare: "Nous sommes extrêmement heureux de cette décision. Tout d'abord, nous sommes ravis pour l'Algérie.
L'Algérie n'a jamais été vaincue dans aucune des affaires d'arbitrage en matière d'investissement dont elle est saisie. Nous sommes également extrêmement heureux que le comité ait confirmé la décision historique du tribunal, qui aidera les futurs tribunaux arbitraux à contrôlerle comportement abusif de certains investisseurs qui engagent des procédures arbitrales parallèles à différents niveaux d'une chaîne d'entreprises intégrée en relation avec le même différend". Yas Banifatemi qui dirige le département droit international public chez Shearman & Sterling, a déclaré : "La décision du comité est très bien motivée, en particulier en ce qui concerne le concept de recevabilité. Le comité confirme que le fait de tirer des règles d'irrecevabilité des principes du droit international, des pouvoirs inhérents du tribunal et / ou de l'objet de l'arbitrage en matière d'investissement constitue un exercice légitime de la fonction du tribunal. C'est une confirmation très appréciée des pouvoirs des tribunaux d'investissement et de leur rôle dans le développement du droit des investissements".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.