Campagne référendaire : agir positivement pour une Algérie nouvelle    La Constitution de novembre 2020 "vient pour parachever le processus d'édification d'un Etat national"    Man City - Guardiola : "Face à l'OM, nous n'avons pas beaucoup souffert"    Assemblée générale ordinaire de la FAF : Les bilans adoptés    Affaire Rooney : Un nouveau document qui enfonce le Camerounais    Tlemcen: mise en service du gaz de ville au village de Maaziz    Une nouveauté pour les routiers algériens    Le groupe Condor reprend les exportations    L'inflation amorce une nouvelle accélération    La deuxième vague de la Covid-19 pourrait plomber la mobilité    La Sadeg lance l'opération Siyana    Toyota en leader dans l'automobile    Succès annoncé pour le colosse électrique    Le challenge sportif de Hyundai    Libye: Le Conseil de sécurité de l'ONU entérine l'accord de cessez-le-feu    Panamera délivre, désormais, jusqu'à 700 chevaux    La médiation demande l'accès au chef de l'opposition en Guinée    Quand les Etats-Unis s'en mêlent    Zoukh bénéficie d'un nouveau et dernier report    «Il y a alliance entre la bande en prison et les ennemis à l'étranger»    Trois ans de prison ferme requis contre l'activiste Yanis Adjlia    Un duel Messi-Ronaldo en sursis, Paris en terre hostile    USM El Harrach : Sept recrues en un jour    Sofiane Kherraz, Saied Abderraouf et Saïdoune Mohamed Anis, les dernières recrues    Quelle parade face au virus ?    Les communaux protestent devant le siège de la Wilaya    Fondant au chocolat    Universités : Inscriptions et portes ouvertes en ligne    Lancement d'un projet de bande verte    La mercuriale en roue libre à Sétif    Conférences autour du concept de la "colonisabilité" dans la pensée de Malek Bennabi    Abou Leila et les autres    Si on cale déjà sur un dossier pareil...    Mawlid: lancement de la caravane culturelle "El Manara"    Pour une révolution d'encre !    Farid Abache revient avec un album musical poétique    Lancement des travaux de restauration du site Haouch El-Bey    Santé du président Tebboune : «Aucune inquiétude», selon la présidence    La clôture de la campagne référendaire mise en exergue par ses animateurs    L'amendement de la Constitution: réaliser les objectifs ambitieux pour les enfants de l'Algérie    Blida: Le ministre du Commerce incite les industriels à se préparer à l'exportation    Le Vote Des Expatriés En Question    UN COMBAT CONTRE SOI    Recrudescence des cas de Covid-19: Hôpitaux : retour à la case départ ?    JS Kabylie: Zelfani mise sur le tournoi d'Alger    Mercato estival 2020-2021: Une grande transhumance, pour quels résultats ?    Les produits pétroliers disponibles durant les fêtes d'El Mawlid Ennabaoui et du 1er novembre    Quand Macron irrite les musulmans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il avait intenté une autre action contre l'Algérie: Sawiris de nouveau débouté dans l'affaire Djezzy
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 09 - 2020

Un tribunal arbitral vient de rejeter la «demande en annulation partielle» introduite par Orascom TMT Investments dans le conflit qui l'oppose, depuis 2012, à l'Algérie. Une décision qui vient ainsi confirmer la sentence arbitrale prononcée le 31 mai 2017, déboutant le milliardaire égyptien Naguib Sawiris qui réclamait 4 milliards de dollars à l'Etat algérien dans un litige portant sur le rachat de l'opérateur mobile algérien Djezzy.
Selon un document de 123 pages transmis le 17 septembre dernier aux deux parties en conflit par le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI), un mécanisme d'arbitrage de la Banque mondiale, Orascom TMT Investment est tenue en outre de prendre «à sa charge tous les frais CIRDI engagés dans le cadre de la procédure en annulation». Représentée par le cabinet d'avocat international «Shearman & Sterling», l'Algérie a donc eu, une nouvelle fois, gain de cause dans la bataille judiciaire qui l'oppose depuis maintenant huit ans à Orascom TMTI. Basée au Luxembourg, cette dernière qui est détenue et contrôlée par le milliardaire égyptien Naguib Sawiris, réclamait 4 milliards de dollars américains au gouvernement algérien pour «harcèlement et ingérence présumés dans les affaires de l'opérateur de télécommunications algérien, Orascom Telecom Algérie (OTA)», maintenant appelé «Optimum Telecom Algérie», et qui opère sous le nom commercial de Djezzy. Compte tenu de l'issue de l'affaire et de l'abus de procédure d'Orascom TMTI, le tribunal arbitral a ordonné à Orascom TMTI - qui avait déjà encouru des frais et dépenses juridiques supérieurs à 20 millions de dollars US - de payer la totalité des frais de procédure (les frais et dépenses du tribunal et les frais du CIRDI, représentant 673.975 dollars US) et de rembourser 50% des frais et dépenses que l'Algérie avait encourus en relation avec l'arbitrage (représentant 2.842.811 dollars US et 58.382,16 euros respectivement), pour un montant total de plus de 3,5 millions de dollars US. Selon Shearman & Sterling, «un arbitrage CNUDCI (Commission des Nations unies pour le droit commercial international) de 16 milliards de dollars US intenté par l'actionnaire direct égyptien d'OTA, Orascom Telecom Holding (OTH, maintenant appelé «Global Telecom Holding»), contre l'Algérie sur le même litige avait été réglé en 2014».
Ce règlement, est-il expliqué, «est intervenu après trois ans de négociations très complexes, à la suite desquelles le Fonds national d'investissement (FNI), un fonds d'investissement stratégique contrôlé par l'Etat algérien, avait signé un accord d'achat d'actions relatif à l'acquisition d'une participation de 51% dans OTA, pour un montant de 2,643 milliards de dollars américains». Orascom TMTI, l'ancien actionnaire indirect d'OTH, a, par ailleurs, déposé en 2012 une réclamation CIRDI parallèle, dans le cadre du traité d'investissement bilatéral entre l'Union économique belgo-luxembourgeoise et l'Algérie, puis a soutenu que le règlement de 2014 n'avait aucun impact sur ces procédures parallèles et distinctes. Le tribunal arbitral du CIRDI a estimé, bien qu'il ait compétence pour traiter du litige, qu'il ne pouvait pas exercer sa compétence étant donné l'irrecevabilité des demandes d'Orascom TMTI.
Le tribunal arbitral a noté, bien que plusieurs entités puissent en théorie engager des procédures d'arbitrage dans la chaîne verticalement intégrée qui constituait le groupe Sawiris, que la disponibilité théorique de motifs juridiques ne signifiait pas nécessairement que les différentes entités de la chaîne d'actionnaires étaient en fait autorisées à utiliser les différentes clauses d'arbitrage pour contester les mêmes mesures et récupérer la même perte économique. Le tribunal a alors considéré que le litige en cause était identique à celui porté en arbitrage par OTH, et que M. Sawiris avait amené les organes sociaux d'OTH à cristalliser le litige au niveau d'OTH en envoyant le premier avis de contestation à l'Algérie.
Le tribunal a également estimé qu'en exerçant son droit d'arbitrage contre l'Algérie, OTH s'était mis en position de réparation du préjudice allégué. Après une analyse approfondie de la réparation demandée par la société luxembourgeoise, le tribunal arbitral a conclu que les demandes CIRDI d'Orascom TMTI étaient soit couvertes par les demandes soulevées dans l'arbitrage CNUDCI, soit avaient été ou auraient dû être prises en compte au moment de la vente de son investissement. Le tribunal arbitral a ensuite estimé que l'accord de règlement mettait fin au litige qui lui avait été soumis de la même manière que si une sentence rendue dans le cadre de l'arbitrage CNUDCI avait mis fin au litige. En l'absence de tout préjudice subi par Orascom TMTI elle-même, elle n'aurait pas pu se prévaloir du litige, indépendamment du contenu de l'accord de règlement et de la vente de son investissement avant le règlement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.