Gouvernance et Affaires de l'Etat: Le départ de Laagab de la présidence officialisé    Produits de consommation: Le ministre s'explique sur la hausse des prix    Véhicules de moins de trois ans: Ce pourquoi l'importation a été gelée    Affaire autoroute est-ouest: Le procès en appel reporté    Football - Ligue 1: Le WAT respire, le cauchemar continue pour le CABBA    La JSM Tiaret en deuil: Mohamed Zaoui n'est plus    El Ançor: Plus de 4 millions DA pour l'assainissement à la plage des Andalouses    L'ENTERREMENT DES VIVANTS    Organisation de la Omra: Près de 500 agences de voyages candidates    Mots et maux de l'histoire    La Roma sanctionné par une défaite sur tapis vert    Real : Un coach argentin en cas de départ de Zidane ?    Real Madrid: Zidane positif à la Covid-19    Boudjemaa Boushaba, nouveau directeur de l'Education de la wilaya de Sétif    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    La plateforme internet en stand-by    «Nous ne recevrons pas la quantité nécessaire de vaccin de façon immédiate»    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Vu à Alger    Quand l'offre dépasse la demande    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le tourisme grand perdant
Face à la grave crise de la covid-19
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 11 - 2020

Le tourisme essuie actuellement un revers sans précédent. Avec la crise de la pandémie virale, le secteur est en baisse de régime depuis des mois et n'arrive pas à décoller. La crise sanitaire l'a sérieusement ébranlé.
Le tourisme essuie actuellement un revers sans précédent. Avec la crise de la pandémie virale, le secteur est en baisse de régime depuis des mois et n'arrive pas à décoller. La crise sanitaire l'a sérieusement ébranlé.
C'est pratiquement la ruine avec notamment, la perte de clientsqui devaient se rendre dés cette find'année au grand Sud. Le tourisme saharien qui devait sauver la saison ne peut sedérouler dans le contexte de cette sévèrepandémie dont les effets sont redoutables.Et avec des frontières fermées, les promoteurs du tourisme s'attendent à une pirecrise. Les touristes seront les grandsabsents de la virée saharienne qu'ilsavaient toujours affectionnée en cette période de fin d'année. Les sites de Beni-Abbès, avec Taghit la féérique, Djanet etsa belle Oasis et les paysages époustouflantsde l'Ahaggar seront désormais désertés.La fin de l'année qui devait rapporterdes recettes en devises et en dinars auxinvestisseurs dans le secteur sera tout bonnementsèche.
A cet effet, le secteur est bousculé par une perte de chiffre d'affaireglobal avoisinant les 500 millions de dollarsnet, selon l'observatoire national dutourisme dans sa dernière note conjoncturelle."Les pertes sont immenses pour les agences de voyage qui accusent des fermeturesdepuis le mois de mars dernier". Leschiffres communiqués, récemment parBachir Djeribi, président du Syndicatnational des agences de voyages qui déplore la fermeture de 2.000 agences déjà,et que 800 en ont déjà fait les frais depuisdes mois. Une situation qui se répercuteégalement sur des hôtels totalement videsoù prés de 1.200 hôtels nouvellementclassés, sont en perte de vitesse enl'absence totale de clients. Sans compterque les grands hôtels 5 étoiles sont égalementdans l'expectative attendant vainement un séjour rare d'une délégation ou dediplomates. Les experts du domaine ont d'ailleurs tiré la sonnette d'alarme dés les premiers mois de l'apparition du coronavirusoù ils prévoyaient des dommages sur le secteur. "Dans l'impossibilité de sedéplacer et de réserver dans un hôtel, la demande est devenue restreinte uniquementpour ceux qui sont rapatriés pour de raisons sanitaires", note un professionnel du tourisme.
Ceux qui devaient passer quelques jours de vacances, dans le Sud ou dans au Nord, dans les stations de Talaguilef et Tikjda, ne peuvent le faire, en raison du strict protocole sanitaire qui est appliqué dans ces régions. En somme, laseule concession accordée par les pouvoirspublics aux agences de voyage est une prime qui compense les pertes occasionnées à cause de la pandémie. Les hôteliers ne sont pas concernés par cette prime. Cequi fait que ces derniers ne peuvent que se résigner à attendre une reprise de leurs activités,et cela après un fléchissement net de la courbe du virus qui a volé tout en éclats. F.Abdelghani
C'est pratiquement la ruine avec notamment, la perte de clientsqui devaient se rendre dés cette find'année au grand Sud. Le tourisme saharien qui devait sauver la saison ne peut sedérouler dans le contexte de cette sévèrepandémie dont les effets sont redoutables.Et avec des frontières fermées, les promoteurs du tourisme s'attendent à une pirecrise. Les touristes seront les grandsabsents de la virée saharienne qu'ilsavaient toujours affectionnée en cette période de fin d'année. Les sites de Beni-Abbès, avec Taghit la féérique, Djanet etsa belle Oasis et les paysages époustouflantsde l'Ahaggar seront désormais désertés.La fin de l'année qui devait rapporterdes recettes en devises et en dinars auxinvestisseurs dans le secteur sera tout bonnementsèche.
A cet effet, le secteur est bousculé par une perte de chiffre d'affaireglobal avoisinant les 500 millions de dollarsnet, selon l'observatoire national dutourisme dans sa dernière note conjoncturelle."Les pertes sont immenses pour les agences de voyage qui accusent des fermeturesdepuis le mois de mars dernier". Leschiffres communiqués, récemment parBachir Djeribi, président du Syndicatnational des agences de voyages qui déplore la fermeture de 2.000 agences déjà,et que 800 en ont déjà fait les frais depuisdes mois. Une situation qui se répercuteégalement sur des hôtels totalement videsoù prés de 1.200 hôtels nouvellementclassés, sont en perte de vitesse enl'absence totale de clients. Sans compterque les grands hôtels 5 étoiles sont égalementdans l'expectative attendant vainement un séjour rare d'une délégation ou dediplomates. Les experts du domaine ont d'ailleurs tiré la sonnette d'alarme dés les premiers mois de l'apparition du coronavirusoù ils prévoyaient des dommages sur le secteur. "Dans l'impossibilité de sedéplacer et de réserver dans un hôtel, la demande est devenue restreinte uniquementpour ceux qui sont rapatriés pour de raisons sanitaires", note un professionnel du tourisme.
Ceux qui devaient passer quelques jours de vacances, dans le Sud ou dans au Nord, dans les stations de Talaguilef et Tikjda, ne peuvent le faire, en raison du strict protocole sanitaire qui est appliqué dans ces régions. En somme, laseule concession accordée par les pouvoirspublics aux agences de voyage est une prime qui compense les pertes occasionnées à cause de la pandémie. Les hôteliers ne sont pas concernés par cette prime. Cequi fait que ces derniers ne peuvent que se résigner à attendre une reprise de leurs activités,et cela après un fléchissement net de la courbe du virus qui a volé tout en éclats. F.Abdelghani


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.