Real Madrid: Zidane positif à la Covid-19    La Roma sanctionné par une défaite sur tapis vert    Real : Un coach argentin en cas de départ de Zidane ?    Boudjemaa Boushaba, nouveau directeur de l'Education de la wilaya de Sétif    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fin tragique pour le petit Yanis
Disparu depuis mardi dernier à Aït Yahia-Moussa
Publié dans Le Midi Libre le 06 - 12 - 2020

Après d'interminables recherches, le petit Yanis Hassani du village Tachtiouine, commune d'Aït Yahia-Moussa (Tizi-Ouzou), disparu mystérieusement depuis mardi dernier, a été retrouvé mort, vendredi dernier, vers 13 heures, au fond d'un puits dans la forêt de Ighil Mouhou.
Après d'interminables recherches, le petit Yanis Hassani du village Tachtiouine, commune d'Aït Yahia-Moussa (Tizi-Ouzou), disparu mystérieusement depuis mardi dernier, a été retrouvé mort, vendredi dernier, vers 13 heures, au fond d'un puits dans la forêt de Ighil Mouhou.
La nouvelle, tombée tel un coup de massue, s'est propagée comme une traînée de poudre car tout le monde attendait les résultats des recherches qui étaient en cours pour la quatrième journée consécutive. Pourtant, l'espoir était encore présent que l'enfant soit retrouvé sain et sauf. La mobilisation a atteint son paroxysme. En plus des éléments de la Gendarmerie nationale et de la Protection civile, des citoyens venus d'un peu partoutont épaulé les habitants d'Aït Yahia- Moussa dans cette recherche. De leur côté,les autorités locales étaient sur le pied de guerre afin de prendre part à cette mobilisation générale aux côtés de la famille de Yanis et du village Ighil Mouhou.
C'est tout le monde qui a conjugué ses efforts afin de retrouver le petit Yanis. Malheureusement, l'enfant a connu une fin tragique. Il faut rappeler que mardi dernier, à 19 heures, les membres de la famille de Yanis ont signalé la disparition de leur enfant à la brigade de la Gendarmerie nationale qui a immédiatement entamé le travail nécessaire pour retrouver l'enfant de quatre ans qui, pour rappel, est autiste.Concernant les circonstances de cette disparition, Yanis est revenu des champs d'oliviers à 17 heures. Il est resté devant la maison avec ses frères pour jouer, comme il avait l'habitude de faire. Mais quand ses frères sont rentrés à la maison, Yanis n'était pas avec eux. Après avoir cherché pendant près de deux heures aux alentours de la maison, les parents de l'enfant ont fini par signaler la disparition aux services de sécurité. Il faut préciser que la maison de Yanis est mitoyenne d'une forêt très dense.
Le phénomène de disparition des enfants devient inquiétant. Même s'il nous est étranger, il a tout l'air de se frayer un chemin dans une société en proie à tous les déséquilibres. Aujourd'hui, parents et enfants ne se sentent plus en sécurité dans leur cité, au marché, dans la rue et même à l'école. Ce qui interpelle la société dans sa globalité, à savoir la société civile et les parents, bien sûr, à s'unir pour combattre ensemble ce fléau car c'est l'affaire de tout un chacun. A noter que le garde des sceaux a indiqué dernièrement qu'un texte de loi contre l'enlèvement sera prochainement promulgué. Le texte de loi en question propose une peine d'emprisonnement « allant de cinq ans de prison à la perpétuité en cas d'assassinat, en plus d'une amende qui atteindra les deux millions de dinars contre les auteurs du crime
La nouvelle, tombée tel un coup de massue, s'est propagée comme une traînée de poudre car tout le monde attendait les résultats des recherches qui étaient en cours pour la quatrième journée consécutive. Pourtant, l'espoir était encore présent que l'enfant soit retrouvé sain et sauf. La mobilisation a atteint son paroxysme. En plus des éléments de la Gendarmerie nationale et de la Protection civile, des citoyens venus d'un peu partoutont épaulé les habitants d'Aït Yahia- Moussa dans cette recherche. De leur côté,les autorités locales étaient sur le pied de guerre afin de prendre part à cette mobilisation générale aux côtés de la famille de Yanis et du village Ighil Mouhou.
C'est tout le monde qui a conjugué ses efforts afin de retrouver le petit Yanis. Malheureusement, l'enfant a connu une fin tragique. Il faut rappeler que mardi dernier, à 19 heures, les membres de la famille de Yanis ont signalé la disparition de leur enfant à la brigade de la Gendarmerie nationale qui a immédiatement entamé le travail nécessaire pour retrouver l'enfant de quatre ans qui, pour rappel, est autiste.Concernant les circonstances de cette disparition, Yanis est revenu des champs d'oliviers à 17 heures. Il est resté devant la maison avec ses frères pour jouer, comme il avait l'habitude de faire. Mais quand ses frères sont rentrés à la maison, Yanis n'était pas avec eux. Après avoir cherché pendant près de deux heures aux alentours de la maison, les parents de l'enfant ont fini par signaler la disparition aux services de sécurité. Il faut préciser que la maison de Yanis est mitoyenne d'une forêt très dense.
Le phénomène de disparition des enfants devient inquiétant. Même s'il nous est étranger, il a tout l'air de se frayer un chemin dans une société en proie à tous les déséquilibres. Aujourd'hui, parents et enfants ne se sentent plus en sécurité dans leur cité, au marché, dans la rue et même à l'école. Ce qui interpelle la société dans sa globalité, à savoir la société civile et les parents, bien sûr, à s'unir pour combattre ensemble ce fléau car c'est l'affaire de tout un chacun. A noter que le garde des sceaux a indiqué dernièrement qu'un texte de loi contre l'enlèvement sera prochainement promulgué. Le texte de loi en question propose une peine d'emprisonnement « allant de cinq ans de prison à la perpétuité en cas d'assassinat, en plus d'une amende qui atteindra les deux millions de dinars contre les auteurs du crime


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.