Le Président Tebboune appelle au changement des mentalités et met en garde contre la contrerévolution    La liste s'allonge au fil des jours    Les contrôles seront renforcés au niveau des établissements pharmaceutiques    Une édition amputée de la participation étrangère    Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison    Un front contre la normalisation avec l'Etat d'Israël    Le CRB, le MCA, l'ESS et la JSK exempts du tour préliminaire    Dernière ligne droite pour les Verts    Cap sur Omdourman    Un corps sans vie retrouvé au bord d'une falaise de la plage Cap Rousseau    Fermeture de la route menant au siège de la Wilaya    «La sécurité et la stabilité d'abord...»    Le danger de la polarisation    Le principal opposant retire sa candidature    Euro-Med Monitor exprime sa profonde inquiétude    Une exposition plurielle sur l'Algérie à Marseille    Des associations s'opposent au contrôle d'identité au faciès    La parabole fraternelle de Robert Namia    Les soupçons de Tebboune    Forte hausse des fonds circulant hors banques    Priorité à la production nationale    4 décès et 163 nouveaux cas    L'avenir de Zemmamouche en question    ESS-Orlando Pirates au Ghana    CAF : Ahmad Ahmad sera fixé sur son sort aujourd'hui    FAF-SAS : Audience au TAS le 4 mars    Algérie Télécom à El Tarf : Les clients toujours insatisfaits    Marasme social à Souk Ahras : Chômage, droits bafoués et grogne syndicale    Le confinement partiel prorogé dans 19 wilayas    Les instructions de Tebboune    Le ministre ordonne sa fermeture    «Le rapport Stora a été mal compris»    Lecture scénique des "Filles de Bernarda" au TNA    "Les œuvres inachevées sont celles qui aboutissent le mieux"    Aïn Témouchent : Concours de photo : le niveau s'améliore    Exposition de peinture de l'artiste Hakim Tounsi à la villa Abdellatif à Alger : De la magie et de l'émotion à profusion    32e anniversaire de la disparition de Dda Lmulud : L'apport de Mammeri à la préservation de la poésie populaire    Nécessité d'intensifier l'activité culturelle dans toutes les communes du pays    Ce nuage rouge sang entre l'Algérie et la France    Accord de libre-échange UE/Maroc: La Cour de justice de l'UE examine le recours du Polisario    Du verbiage et des actes    Bouira - Monoxyde de carbone : 4 personnes secourues    L'étude de près de 50.000 demandes de logement se poursuit: Plus de 16.000 dossiers étudiés et 5.129 rejetés par les commissions    Le discours officiel à l'épreuve    Tiaret: Le théâtre s'éveille    Président Tebboune: Des sites web d'un pays voisin à l'origine des rumeurs sur mon état de santé    Président Tebboune: l'ANP a atteint un niveau de professionnalisme qui la tient à l'écart de la politique    La Seaal annonce des coupures dans plusieurs communes d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plus de 220.000 PME ont déclaré faillite depuis 2011
Dispositif ansej
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 01 - 2021

Chérif Baoud, directeur général de l'Agence nationale de l'aide et de développement des entreprises, (ANADE),
Chérif Baoud, directeur général de l'Agence nationale de l'aide et de développement des entreprises, (ANADE),
nouvelle appellation de l'ANSEJ, a révélé hier, que pas moins de 220.000 PME sont en situation de faillite depuis 2011, et que des mesures seront prises pour les aider à rééchelonner leurs dettes, tout en bénéficiant de l'annulation pure et simple des pénalités de retard de remboursement. Intervenant, dimanche, sur les ondes de la Radio nationale (Chaine 1), le patron de l'ANADE a révélé, que "notre évaluation au niveau de l'ANSEJ, jusqu'au mois de juin 2020, montre que 80% des dettes des PM, depuis la création de l'ANSEJ en1997, jusqu'à 2010, sont remboursées à hauteur de 80% sur le plan bancaire, mains avec 100% de non remboursement au niveau de l'agence".
Les dettes de l'ANSEJ sont évaluées à 172 milliards de dinars, selon M.Baoud, qui explique cet état de fait, par "des choix politiques inappropriés et mal étudiés" et annonce, dans le cadre d'une récente évaluation du dispositif ANSEJ, "la mise en place de nouveau mécanismes dans le cadre de l'accompagnement des jeunes porteurs de projets pour créer leurs entreprises" Le rééchelonnement des dettes fait partie de ces mesures urgentes annoncées, ainsi que l'annulation des pénalités de retard par Chérif Baoud, afin, dit-il, de relancer l'activités des PME, grâce notamment, à l'activation de l'article 187 du Code des marchés publics qui octroie 20% de la commande publique aux PME. A la faveur de cette nouvelle approche économique, qui vise une redynamisation de l'investissement, le directeur de l'ANADE table dur la création de 1 million de PME à l'horizon 2024, à raison de 50.000 par a
nouvelle appellation de l'ANSEJ, a révélé hier, que pas moins de 220.000 PME sont en situation de faillite depuis 2011, et que des mesures seront prises pour les aider à rééchelonner leurs dettes, tout en bénéficiant de l'annulation pure et simple des pénalités de retard de remboursement. Intervenant, dimanche, sur les ondes de la Radio nationale (Chaine 1), le patron de l'ANADE a révélé, que "notre évaluation au niveau de l'ANSEJ, jusqu'au mois de juin 2020, montre que 80% des dettes des PM, depuis la création de l'ANSEJ en1997, jusqu'à 2010, sont remboursées à hauteur de 80% sur le plan bancaire, mains avec 100% de non remboursement au niveau de l'agence".
Les dettes de l'ANSEJ sont évaluées à 172 milliards de dinars, selon M.Baoud, qui explique cet état de fait, par "des choix politiques inappropriés et mal étudiés" et annonce, dans le cadre d'une récente évaluation du dispositif ANSEJ, "la mise en place de nouveau mécanismes dans le cadre de l'accompagnement des jeunes porteurs de projets pour créer leurs entreprises" Le rééchelonnement des dettes fait partie de ces mesures urgentes annoncées, ainsi que l'annulation des pénalités de retard par Chérif Baoud, afin, dit-il, de relancer l'activités des PME, grâce notamment, à l'activation de l'article 187 du Code des marchés publics qui octroie 20% de la commande publique aux PME. A la faveur de cette nouvelle approche économique, qui vise une redynamisation de l'investissement, le directeur de l'ANADE table dur la création de 1 million de PME à l'horizon 2024, à raison de 50.000 par a


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.