Yaoum El Ilm: Message du Président de la République    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Participation du Conseil de la nation à la réunion du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient de l'UIP    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    Imposant dispositif sécuritaire durant ce mois de Ramadhan    Ces partis à candidats «extra-muros»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Pérez ne lâchera pas Hazard    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le compte à rebours commence
Elections législatives anticipées
Publié dans Le Midi Libre le 09 - 03 - 2021

La classe politique n'ignore pas que le compte à rebours pour les prochaines joutes électorales à bel et bien commencé...
La classe politique n'ignore pas que le compte à rebours pour les prochaines joutes électorales à bel et bien commencé...
L'adoption par le Conseil des ministres, réuni avant-hier sous la présidence du président de la République Abdelmadjid Tebboune, d'un projet d'ordonnance portant loi organique relative au régime électoral et d'un projet d'ordonnance relatif à la détermination des circonscriptions électorales et du nombre de sièges à pourvoir pour l'élection du Parlement, sonne comme un coup de départ de la course pour les élections législatives anticipées. Désormais donc la classe politique sait globalement à quoi s'en tenir puisque toutes les dispositions relatives au régime électoral sont connues.
Il va sans dire que le projet de loi en question doit d'abord être promulgué dans le Journal officiel pour qu'il ait effectivement force de loi. Mis à part cette simple formalité la classe politique n'ignore pas cependant que le compte à rebours pour les prochaines joutes électorales a bel et bien commencé. Cependant une inconnue de taille reste encore à éclaircir pour que l'horizon politique soit totalement clair. En effet on ne sait pas encore, du moins pour le moment, si les élections législatives anticipées seront couplées avec les élections locales. Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a, en évoquant le sujet lors de sa dernière rencontre avec des représentants de la presse nationale, laissé plané l'ombre d'un doute en n'étant pas très explicite. Abdelmadjid Tebboune a parlé d'abord d'élections locales puis d'élections législatives au renouvellement des assemblées populaires de wilaya (APW).
Depuis, motus et bouche cousue, puisque aucun officiel n'est venu lever le voile sur cette inconnue. Mais il semble qu'il serait question de la tenue des seules élections relatives aux APW. Les élections relatives aux assemblées populaire communales devront sans doute attendre quelques mois supplémentaires avant d'être organisées. L'option de coupler ou non les législatives anticipées avec les électrisons locales a suscité un vif débat au sein de la classe politique. L'option a en effet des partisans et des détracteurs et chacun y va de son argument pour justifier sa position. Ainsi, pour les partisans de cette option de "jumelage" cela permettra incontestablement de faire beaucoup d'économie puisque des centaines de milliards seront ainsi préservés et ce au moment où le pays, qui traverse une grave crise financière, en a le plus grand besoin.
Par contre pour les détracteurs de cette option, le "jumelage" va sérieusement handicaper l'opération électorale dans le sens où l'opération de dépouillement des voix risque d'être très compliquée, cela outre le fait qu'elle prendra du temps. Mais qu'à cela ne tienne puisque tout cela sera plus clair dans quelques jours. Ce qu'il faut retenir c'est que la classe politique, celle en tout cas qui a fait preuve de sa volonté de participer aux prochains scrutins, s'inscrit d'ores et déjà dans cette perspective en attendant le jour "J". Dans peu de temps on va certainement s'attaquer à l'épineux dossier de la confection des listes électorales. Une opération qui ne sera pas estiment les observateurs, très ardue du fait que cette fois-ci "c'est la liste ouverte" qui a été retenue et non celle, qui a prévalu jusque-là, la liste fermée avec une tête de liste.
L'adoption par le Conseil des ministres, réuni avant-hier sous la présidence du président de la République Abdelmadjid Tebboune, d'un projet d'ordonnance portant loi organique relative au régime électoral et d'un projet d'ordonnance relatif à la détermination des circonscriptions électorales et du nombre de sièges à pourvoir pour l'élection du Parlement, sonne comme un coup de départ de la course pour les élections législatives anticipées. Désormais donc la classe politique sait globalement à quoi s'en tenir puisque toutes les dispositions relatives au régime électoral sont connues.
Il va sans dire que le projet de loi en question doit d'abord être promulgué dans le Journal officiel pour qu'il ait effectivement force de loi. Mis à part cette simple formalité la classe politique n'ignore pas cependant que le compte à rebours pour les prochaines joutes électorales a bel et bien commencé. Cependant une inconnue de taille reste encore à éclaircir pour que l'horizon politique soit totalement clair. En effet on ne sait pas encore, du moins pour le moment, si les élections législatives anticipées seront couplées avec les élections locales. Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a, en évoquant le sujet lors de sa dernière rencontre avec des représentants de la presse nationale, laissé plané l'ombre d'un doute en n'étant pas très explicite. Abdelmadjid Tebboune a parlé d'abord d'élections locales puis d'élections législatives au renouvellement des assemblées populaires de wilaya (APW).
Depuis, motus et bouche cousue, puisque aucun officiel n'est venu lever le voile sur cette inconnue. Mais il semble qu'il serait question de la tenue des seules élections relatives aux APW. Les élections relatives aux assemblées populaire communales devront sans doute attendre quelques mois supplémentaires avant d'être organisées. L'option de coupler ou non les législatives anticipées avec les électrisons locales a suscité un vif débat au sein de la classe politique. L'option a en effet des partisans et des détracteurs et chacun y va de son argument pour justifier sa position. Ainsi, pour les partisans de cette option de "jumelage" cela permettra incontestablement de faire beaucoup d'économie puisque des centaines de milliards seront ainsi préservés et ce au moment où le pays, qui traverse une grave crise financière, en a le plus grand besoin.
Par contre pour les détracteurs de cette option, le "jumelage" va sérieusement handicaper l'opération électorale dans le sens où l'opération de dépouillement des voix risque d'être très compliquée, cela outre le fait qu'elle prendra du temps. Mais qu'à cela ne tienne puisque tout cela sera plus clair dans quelques jours. Ce qu'il faut retenir c'est que la classe politique, celle en tout cas qui a fait preuve de sa volonté de participer aux prochains scrutins, s'inscrit d'ores et déjà dans cette perspective en attendant le jour "J". Dans peu de temps on va certainement s'attaquer à l'épineux dossier de la confection des listes électorales. Une opération qui ne sera pas estiment les observateurs, très ardue du fait que cette fois-ci "c'est la liste ouverte" qui a été retenue et non celle, qui a prévalu jusque-là, la liste fermée avec une tête de liste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.