Aïd El-Fitr: Belhimer adresse ses vœux au personnel du secteur    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Un intérêt de Lyon pour Ghezzal ? L'intéressé répond    Liverpool : Mané refuse de serrer la main de Klopp (Vidéo)    Juventus : Ronaldo donne un indice sur son avenir    Aid el-Fitr: activité commerciale raisonnable dans la capitale    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Sahara occidental: des organisations internationales condamnent la campagne répressive marocaines    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    ElQods vaincra !    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Maturité et montée en gamme    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Le flou persiste    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Rebiaï suspendu quatre matches    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    La désignation de Houasnia fait polémique    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Est-ce une nouvelle crise ?
Relations Algéro-Françaises
Publié dans Le Midi Libre le 15 - 04 - 2021

Décidemment, les relations algéro-françaises ne sont pas prêtes de connaître de longues périodes d'apaisement, à croire que ces relations sont toujours appelées à connaître, périodiquement, des crises cycliques .
Décidemment, les relations algéro-françaises ne sont pas prêtes de connaître de longues périodes d'apaisement, à croire que ces relations sont toujours appelées à connaître, périodiquement, des crises cycliques .
Preuve en est ce qui se passe aujourd'hui et qui a dérouté pas mal d'analystes. En effet, et alors que l'on croyait que les relations des deux pays traversaient une belle période, qui contraste avec un passé tout récent, subitement le ciel s'est assombri et les deux pays donnaient la nette impression d'être très en froid dans leurs rapports. Le point culminant a été sans conteste le report de la visite du Premier ministre français en Algérie, Jean Castex et ce "compte tenu du contexte sanitaire", comme l'a annoncé la partie française jeudi dernier à la veille de cette visite.
"L'épidémie de Covid-19 ne permettant pas à ces délégations de se retrouver dans des conditions pleinement satisfaisantes". Le comité intergouvernemental franco-algérien (CIHn), "est donc reporté à une date ultérieure, lorsque le contexte sanitaire sera plus favorable", a ajouté Matignon. Depuis, ce report surprise a alimenté toutes les conjectures sur les dessous de ce développement de dernière minute, et pis encore, provoqué une crise comme l'atteste des déclarations relevées ça et là. La principale salve a été lancée par le ministre de la Communication et Porte-parole du gouvernement, Ammar Belhimer. "Je crois que l'ambassadeur de France ne ratera pas ces précieuses opportunités grâce à sa grande expérience et sa connaissance des limites et des règles de la pratique diplomatique, notamment en Algérie, qui, le cas échéant, n'hésitera pas à prendre les mesures nécessaires pour corriger la situation", a averti M. Belhimer selon ce qu'a rapporté un site d'information. Belhimer évoquait la question des rencontres périodiques de l'ambassadeur français avec les politiques algériens. "Nous déplorons ces différentes déclarations, qui ne reflètent ni la qualité de nos relations bilatérales, ni la dynamique de leur renforcement, soutenue au plus haut niveau par les autorités de nos deux pays", a répliqué la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères.
Le nouvel ambassadeur d'Algérie en France, Mohamed-Antar Daoud, a dans ce contexte remis lundi ses lettres de créance au Président Emmmanuel Macron, dans une atmosphère qualifiée de positive par les deux parties. "Il faut apaiser tout cela", avait déjà insisté dimanche le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes Clément Beaune après qu'un ministre algérien, el Hachemi Djaaboub en l'occurrence, eut qualifié la France, ex-puissance coloniale, "d'ennemi éternel". Tout cela est certainement l'expression d'une nouvelle crise qui refuse cependant de dire son nom et dont les tenants et aboutissants sont très difficiles à cerner. Pourtant les deux Présidents, Tebboune et Macron, semblent entretenir de bons rapports comme l'attestent les échanges entre eux.
Preuve en est ce qui se passe aujourd'hui et qui a dérouté pas mal d'analystes. En effet, et alors que l'on croyait que les relations des deux pays traversaient une belle période, qui contraste avec un passé tout récent, subitement le ciel s'est assombri et les deux pays donnaient la nette impression d'être très en froid dans leurs rapports. Le point culminant a été sans conteste le report de la visite du Premier ministre français en Algérie, Jean Castex et ce "compte tenu du contexte sanitaire", comme l'a annoncé la partie française jeudi dernier à la veille de cette visite.
"L'épidémie de Covid-19 ne permettant pas à ces délégations de se retrouver dans des conditions pleinement satisfaisantes". Le comité intergouvernemental franco-algérien (CIHn), "est donc reporté à une date ultérieure, lorsque le contexte sanitaire sera plus favorable", a ajouté Matignon. Depuis, ce report surprise a alimenté toutes les conjectures sur les dessous de ce développement de dernière minute, et pis encore, provoqué une crise comme l'atteste des déclarations relevées ça et là. La principale salve a été lancée par le ministre de la Communication et Porte-parole du gouvernement, Ammar Belhimer. "Je crois que l'ambassadeur de France ne ratera pas ces précieuses opportunités grâce à sa grande expérience et sa connaissance des limites et des règles de la pratique diplomatique, notamment en Algérie, qui, le cas échéant, n'hésitera pas à prendre les mesures nécessaires pour corriger la situation", a averti M. Belhimer selon ce qu'a rapporté un site d'information. Belhimer évoquait la question des rencontres périodiques de l'ambassadeur français avec les politiques algériens. "Nous déplorons ces différentes déclarations, qui ne reflètent ni la qualité de nos relations bilatérales, ni la dynamique de leur renforcement, soutenue au plus haut niveau par les autorités de nos deux pays", a répliqué la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères.
Le nouvel ambassadeur d'Algérie en France, Mohamed-Antar Daoud, a dans ce contexte remis lundi ses lettres de créance au Président Emmmanuel Macron, dans une atmosphère qualifiée de positive par les deux parties. "Il faut apaiser tout cela", avait déjà insisté dimanche le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes Clément Beaune après qu'un ministre algérien, el Hachemi Djaaboub en l'occurrence, eut qualifié la France, ex-puissance coloniale, "d'ennemi éternel". Tout cela est certainement l'expression d'une nouvelle crise qui refuse cependant de dire son nom et dont les tenants et aboutissants sont très difficiles à cerner. Pourtant les deux Présidents, Tebboune et Macron, semblent entretenir de bons rapports comme l'attestent les échanges entre eux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.