L'engagement de l'Algérie à faire face aux défis sécuritaires réitéré    Baccalauréat: Fin des épreuves dans une ambiance d'optimisme    Berlin 2 loue la volonté de l'Algérie de partager son expérience de réconciliation avec la Libye    Joint-ventures: l'Algérie a toutes les chances d'attirer les investissements étrangers    Le ministère de la Santé élabore un guide de prise en charge post Covid-19    L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 268 guérisons et 9 décès    L'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    Mechichi campe sur ses positions    L'usage de la langue anglaise renforcé    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    Algérie-Etats-Unis: Accord pour améliorer l'apprentissage de l'anglais    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    MERIEM    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Algérie - France: Une visite reportée et des spéculations
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 10 - 04 - 2021

Le cabinet du Premier ministère français a confirmé jeudi officiellement le report de la visite à Alger de Jean Castex et sa délégation prévue pour demain, dimanche 11 avril.
Des rumeurs et supputations algériennes à une déclaration officielle française, Jean Castex ne viendra pas demain à Alger. Sa visite est reportée à «une date ultérieure ». Contactée par nos soins à ce sujet, l'ambassade de France nous a transmis le communiqué de l'hôtel de Matignon (siège du bureau et cabinet du Premier ministre) qui le confirme. « D'un commun accord et compte tenu du contexte sanitaire, les autorités algériennes et françaises ont décidé de reporter la 5e Session du Comité intergouvernemental de haut niveau franco-algérien (CIHN) qui devait avoir lieu le 11 avril », écrivent les services du Premier ministre français. Ils expliquent alors que, « à chaque session du CIHN, les délégations ministérielles, algériennes comme françaises, se réunissent afin d'échanger sur les sujets de coopération entre nos deux pays. L'épidémie de Covid-19 ne permettant pas à ces délégations de se retrouver dans des conditions pleinement satisfaisantes, le CIHN est donc reporté à une date ultérieure, lorsque le contexte sanitaire sera plus favorable ». Voilà qui semble clair du côté français, bien qu'une visite certainement préparée et programmée depuis plusieurs mois ne peut être reportée à peine à 72 heures de la date qui lui a été fixée. De surcroît lorsque la raison évoquée pour le justifier est une situation de crise sanitaire qui malmène les gouvernements depuis plus d'une année. Le communiqué de Matignon ne dit pas tout de ce que cache ce report inattendu d'une visite déjà renvoyée « à une date ultérieure » une première fois en janvier dernier alors que deux mois avant, Alger a reçu la visite de deux ministres régaliens, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian (15-16 octobre) et le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin (8-9 novembre) qui semblaient venus la préparer avec leurs homologues algériens.
Le silence étonnant d'Alger
Ceci, sans compter les nombreux entretiens téléphoniques entre les deux présidents Tebboune et Macron, ce qui laisse à penser que les deux hommes se concertent régulièrement sur les grandes questions bilatérales et régionales. Le côté algérien, lui, ne dit rien sur ce report. Jusqu'à hier, aucune déclaration officielle n'a été faite.
Des médias audiovisuels et électroniques ont rapporté des propos de sources anonymes pour l'annoncer. Certains ont même évoqué une source française qui reprend une autre algérienne qui fait savoir que le report de la visite française a été décidé par Alger « à cause du format de la délégation française (qui) n'est pas à la hauteur (de l'événement), la visite a été réduite à une journée et la délégation à 4 ministres ». « C'est un sous-format alors qu'il y avait beaucoup de dossiers bilatéraux à étudier », avancent des agences de presse reprenant des sources algériennes.
Il était prévu selon ces sources que les deux parties fassent le point sur les questions politiques, sécuritaires, économiques, de l'éducation et de la culture en plus de la signature d'accords dans des domaines de coopération ».
Des diplomates algériens nous font savoir que « de 10 ministres, la délégation française a été réduite à seulement 2 ou 3 ». Nos sources font remarquer en outre que « le Premier ministre français allait ramener avec lui une armada de journalistes qui pouvaient mettre à profit sa visite pour focaliser sur les militants du hirak ». Ces thèses ont été reprises par de nombreux médias français qui ont tous rappelé « un contexte algérien marqué par un mouvement de contestation populaire ».
Au-delà, les diplomates algériens relèvent les propos tenus jeudi dernier devant le Conseil de la Nation par le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale.
Les couacs de plus
« Personne ne s'est attendu à ce que El Hachemi Djaâboub écorche la France alors qu'il devait expliquait les raisons du déficit des caisses de sécurité sociale en tête celle des retraites », disent-ils. En soulignant que toutes les caisses de retraite dans le monde souffrent de déficits, le ministre a lâché, « la France, notre ennemi traditionnel et éternel, a un déficit de 44,4 milliards d'euros dans sa caisse de retraite, nous, on en est pas là Alhamdoullillah »… Propos qu'ils qualifient de « couac politique à la veille d'une visite officielle française importante ». Nos diplomates nuancent par contre les effets de la décision du parti du président français LREM (La République en marche) d'ouvrir un bureau à Dakhla, ville sahraouie occupée. « Bien qu'elle frise la provocation, cette décision ne peut en rien peser sur la visite parce que sur la question du Sahara Occidental, les Français n'ont jamais caché leur soutien à nos voisins marocains et cette question n'a jamais été un élément décisif dans les relations entre nos deux pays, qu'un parti, fût-il celui du président, décide d'ouvrir un bureau à Dakhla alors qu'ils nous mènent la vie dure aux Nations Unies, ce serait exagéré de penser que c'est ça qui a provoqué le courroux de nos autorités», affirment-ils.
Ce qui étonne le plus les diplomates algériens, c'est, nous disent-ils « ce couac diplomatique qui dure, Mohamed-Antar Daoud nommé ambassadeur d'Algérie en France n'a pas encore présenté ses lettres de créances au président Macron alors qu'il se trouve à Paris depuis 8 mois ». Pour eux, « en langage diplomatique, la France ne veut pas de lui, alors que son ambassadeur François Gouyette, les a présentées en juillet dernier au président Tebboune ».
Alger et Paris pourraient croiser le fer une nouvelle fois et ce malgré la multiplication des signes d'apaisement de Macron concernant notamment la mémoire et l'histoire coloniale.
Quand le militaire prend le pas sur le politique
Il semble cependant que le militaire a décidé de prendre le pas sur le politique puisque ce même jeudi de l'annonce du report de la visite de Castex, le chef d'état-major algérien recevait son homologue français au siège du ministère de la Défense nationale. Comme indiqué par un communiqué du MDN, le général de corps d'armée Saïd Chanegriha, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire (ANP), a en effet reçu jeudi au siège de l'état-major de l'ANP, le général d'armée, François Lecointre, chef d'état-major des armées françaises. «L'Algérie considère que la stabilité et la sécurité de son voisinage sont directement liées à sa sécurité. Pour cela, d'énormes efforts sont consentis par mon pays à travers l'adaptation des dispositifs militaires tout au long des frontières, en vue de concrétiser la stabilité dans les pays de l'espace méditerranéen», a affirmé le général de corps d'armée Saïd Chanegriha.» A cet effet, consciente de l'ampleur du danger que représente le terrorisme sur la paix et la stabilité régionales, l'Algérie n'a pas lésiné sur les initiatives et le soutien en direction de ses voisins pour coordonner les efforts sur la base d'une vision commune, à travers le mécanisme du Comité d'état-major opérationnel conjoint (CEMOC)», a-t-il souligné. A cette occasion, note le communiqué, le général de corps d'armée a évoqué «la problématique liée à la réhabilitation des deux anciens sites d'essais nucléaires français, à Reggane et In-Ikker».
Chanegriha a déclaré à cet effet que «je tiens à évoquer la problématique des négociations, au sein du groupe algéro-français, au sujet des anciens sites d'essais nucléaires et des autres essais au Sahara algérien, où nous attendons votre soutien, lors de la 17ème session du groupe mixte algéro-français, prévue en mai 2021, pour la prise en charge définitive des opérations de réhabilitation des sites de Reggane et In-Ikker, ainsi que votre assistance pour nous fournir les cartes topographiques permettant la localisation des zones d'enfouissement, non découvertes à ce jour, des déchets contaminés, radioactifs ou chimiques ». Contrastant avec les ambiguïtés diplomatiques ambiantes, le message militaire est d'une grande clarté, qui plus est concerne des questions d'une sensibilité et d'une importance cruciales pour l'Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.