Blida: 3 blessés lors de l'opération d'extinction des incendies de forêt à Chréa    Coronavirus: 1305 nouveaux cas, 602 guérisons et 16 décès    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    Décès du metteur en scène Hassan Assous    Soudani s'engage avec Damac FC    JO - Judo : Fethi Nourine suspendu par la fédération internationale de judo    Arrivée d'experts chinois pour inspecter les équipements de Saidal    La FAF procédera à une désignation des quatre équipes pour les coupes africaines    La crise sanitaire alimente le différend au sommet de l'état tunisien    L'ANCIEN MINISTRE DE L'INDUSTRIE MAHMOUD KHOUDRI N'EST PLUS    L'ambassade d'Algérie à Paris dépose plainte    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Plein gaz pour Medgaz    LES FOURNISSEURS FRANÇAIS S'INTERROGENT    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    L'IMAM VOLONTAIRE DE LA MOSQUEE DE M'KIRA ASSASSINE    Journées portes ouvertes à l'université Yahia-Farès    ALGER RIPOSTE    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Ahmed Yahya énonce les critères de participation    Prêtez votre téléphone sans stresser    Larbi Houari emporté par le Covid-19    Le Makhzen viole les fondements des relations algéro-marocaines !    Qui dirige le Maroc ?    La campagne de vaccination gagne en cadence    375 personnes hospitalisées au niveau de la wilaya de Béjaïa    Pâtes gratinées à la viande hachée    Les Relizanaises en conquérantes à Berkane    Stage de dix jours à Alger    Adieu Hakim, on t'aimait bien    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    61% des candidats au baccalauréat admis à l'université : Les filières littéraires à la traîne    A Kaddour M'hamsadji    Prix du Président de la langue et de la littérature amazighes : Appel à participation    L'absentéisme, tout le monde connaît, mais sinon, le présentéisme, qu'est-ce que c'est ?    Une et indivisible    L'Algérie et le nouvel ordre mondial énergétique    Catastrophe écologique au Yémen    Washington et Baghdad discutent sur la présence militaire américaine    La FAF appelle à une large vaccination    Le président entame des consultations    Fini la politique de l'autruche    Du banal au pas normal?    Les «ripoux», les magistrats et les «privilèges»!    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    «Moussawiri» de l'Algérien Ahmed Tounsi    «Donner de l'espoir grâce à la musique est la meilleure chose que j'ai faite...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Une 3e vague n'est pas à écarter" selon le professeur Akhamouk
Covid-19 en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 23 - 06 - 2021

L'Algérie enregistre ces dernières semaines une situation épidémiologique instable marquée par une recrudescence du nombre de cas de la pandémie.
L'Algérie enregistre ces dernières semaines une situation épidémiologique instable marquée par une recrudescence du nombre de cas de la pandémie.
Malgré cela on constate un allégement des mesures de confinement et un retour presque à la normale de la vie quotidienne. Le spécialiste en maladies infectieuses et membre du Comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie de coronavirus, le docteur Lyes Akhamouk, n'a pas écarté la probabilité de l'arrivée d'une 3e vague de la pandémie. Lyes Akhamouk a révélé que les indicateurs portant sur la pandémie de la Covid- 19 sont "préoccupants". De l'éventualité de survenue d'une troisième vague du virus, il signale qu'elle pourrait se manifester à "n'importe quel moment", d'où la nécessité, indique-t-il, de ne pas relâcher les mesures préventives, appelant, en ce sens, les autorités à "rester fermes".
Les raisons de la flambée des cas
Le spécialiste a dit appréhender une troisième vague de la pandémie, surtout après l'abandon par la population des mesures barrières, mais aussi "au vu de l'augmentation constant des cas d'infection par les variants du virus (nigérian et britannique)".La situation est assez "préoccupante, surtout dans les grandes villes, notamment à Alger, Sétif, Oran et Constantine où l'augmentation du nombre de contaminations est continue", a-t-il déploré. Avant d'ajouter, "Au lieu d'avoir un pic rapide du nombre de cas de Covid-19 que nous craignons, nous enregistrons une hausse progressive des contaminations qui est en perpétuelle augmentation". Le spécialiste en maladies infectieuses dira que bien que pour l'heure les "variants sont moins virulents, ils ont la caractéristique d'être plus contagieux". Néanmoins, Akhamouk appelle à plus de vigilance et au respect des mesures barrières, notamment le port du masque.
La solution
De son avis, on aurait pu éviter cette peur d'une troisième vague, aujourd'hui, si on avait importé de grandes quantités de vaccins pour une vaccination massive lors de la relative accalmie vécue en janvierfévrier. "Et voilà le résultat de ce retard !", déplore-t-il. Evoquant la campagne de vaccination de masse qui vient d'être lancée à travers le pays, le professeur Akhamouk a souligné que "pour réussir une opération de telle envergure, il faut s renforcé le dispositif mis en place au lendemain de la validation de la stratégie d'immunisation des Algériens contre le coronavirus". Il affirme par conséquent que, la vaccination "n'empêche pas la propagation du virus, mais l'antidote est là pour empêcher les formes graves et les hospitalisations", considérant que si "on vaccine 60 % de la population ce seront 17 millions d'Algériens concernés, alors que 70 % représentent 20 millions d'Algériens".
225 cas de variants
225 cas de différents variants du virus SARS-CoV-2 ont été détectés en Algérie durant le mois de juin en cours, ce qui porte à 749 cas le nombre total de cas détectés au niveau national, selon un bilan établi avant-hier par l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA). "Dans la continuité des activités de séquençage relatives à la surveillance des variants du virus SARS-CoV-2, menées par l'Institut Pasteur d'Algérie sur les prélèvements reçus des différentes wilayas du pays, nous faisons état du total des
cas des différents variants détectés à ce jour, qui est de 749 cas. Notons que 225 cas de variants ont été détectés au cours du mois de juin", précise la même source. S'agissant de la répartition des cas du variant Alpha, Alger totalise 71 cas. Le nombre de cas détectés dans les autres wilayas s'établit comme suit : 3 à Tipaza, 21 à Blida, 7 à Bejaia, 9 à Bouira, 3 à Djelfa, 8 à Constantine, 4 à Annaba, 5 à Bordj-Bou-Arreridj, 3 à Médéa, 2 à Mila, 39 à Oran, 6 à Relizane, 4 à Aïn- Témouchent, 2 à Mascara, 3 à Naâma, 2 à Oum el-Bouaghi, 22 à Ouargla, 5 à Ouled- Djellal, 2 à Tissemsilt et 1 à Laghouat. Pour ce qui est du variant Delta, l'IPA fait état de la détection de 3 cas dans la wilaya d'Alger.
Malgré cela on constate un allégement des mesures de confinement et un retour presque à la normale de la vie quotidienne. Le spécialiste en maladies infectieuses et membre du Comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie de coronavirus, le docteur Lyes Akhamouk, n'a pas écarté la probabilité de l'arrivée d'une 3e vague de la pandémie. Lyes Akhamouk a révélé que les indicateurs portant sur la pandémie de la Covid- 19 sont "préoccupants". De l'éventualité de survenue d'une troisième vague du virus, il signale qu'elle pourrait se manifester à "n'importe quel moment", d'où la nécessité, indique-t-il, de ne pas relâcher les mesures préventives, appelant, en ce sens, les autorités à "rester fermes".
Les raisons de la flambée des cas
Le spécialiste a dit appréhender une troisième vague de la pandémie, surtout après l'abandon par la population des mesures barrières, mais aussi "au vu de l'augmentation constant des cas d'infection par les variants du virus (nigérian et britannique)".La situation est assez "préoccupante, surtout dans les grandes villes, notamment à Alger, Sétif, Oran et Constantine où l'augmentation du nombre de contaminations est continue", a-t-il déploré. Avant d'ajouter, "Au lieu d'avoir un pic rapide du nombre de cas de Covid-19 que nous craignons, nous enregistrons une hausse progressive des contaminations qui est en perpétuelle augmentation". Le spécialiste en maladies infectieuses dira que bien que pour l'heure les "variants sont moins virulents, ils ont la caractéristique d'être plus contagieux". Néanmoins, Akhamouk appelle à plus de vigilance et au respect des mesures barrières, notamment le port du masque.
La solution
De son avis, on aurait pu éviter cette peur d'une troisième vague, aujourd'hui, si on avait importé de grandes quantités de vaccins pour une vaccination massive lors de la relative accalmie vécue en janvierfévrier. "Et voilà le résultat de ce retard !", déplore-t-il. Evoquant la campagne de vaccination de masse qui vient d'être lancée à travers le pays, le professeur Akhamouk a souligné que "pour réussir une opération de telle envergure, il faut s renforcé le dispositif mis en place au lendemain de la validation de la stratégie d'immunisation des Algériens contre le coronavirus". Il affirme par conséquent que, la vaccination "n'empêche pas la propagation du virus, mais l'antidote est là pour empêcher les formes graves et les hospitalisations", considérant que si "on vaccine 60 % de la population ce seront 17 millions d'Algériens concernés, alors que 70 % représentent 20 millions d'Algériens".
225 cas de variants
225 cas de différents variants du virus SARS-CoV-2 ont été détectés en Algérie durant le mois de juin en cours, ce qui porte à 749 cas le nombre total de cas détectés au niveau national, selon un bilan établi avant-hier par l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA). "Dans la continuité des activités de séquençage relatives à la surveillance des variants du virus SARS-CoV-2, menées par l'Institut Pasteur d'Algérie sur les prélèvements reçus des différentes wilayas du pays, nous faisons état du total des
cas des différents variants détectés à ce jour, qui est de 749 cas. Notons que 225 cas de variants ont été détectés au cours du mois de juin", précise la même source. S'agissant de la répartition des cas du variant Alpha, Alger totalise 71 cas. Le nombre de cas détectés dans les autres wilayas s'établit comme suit : 3 à Tipaza, 21 à Blida, 7 à Bejaia, 9 à Bouira, 3 à Djelfa, 8 à Constantine, 4 à Annaba, 5 à Bordj-Bou-Arreridj, 3 à Médéa, 2 à Mila, 39 à Oran, 6 à Relizane, 4 à Aïn- Témouchent, 2 à Mascara, 3 à Naâma, 2 à Oum el-Bouaghi, 22 à Ouargla, 5 à Ouled- Djellal, 2 à Tissemsilt et 1 à Laghouat. Pour ce qui est du variant Delta, l'IPA fait état de la détection de 3 cas dans la wilaya d'Alger.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.