"Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Tuchel ne lâche pas Werner    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Prémices d'une troisième vague
Les nouveaux variants de la Covid-19 progressent vite, les urgences se remplissent
Publié dans L'Expression le 24 - 04 - 2021

Retour à la case départ? C'est la grande peur des professionnels de la santé. Depuis le début du mois d'avril, la pandémie de coronavirus enregistre une nette recrudescence.
Le nombre de cas quotidien a doublé en deux semaines, les services Covid-19 commencent à se remplir. Certains sont même «full»! C'est notamment le cas dans la capitale où le «marathon» des places dans les hôpitaux a fait son retour. Ils sont de plus en plus nombreux à faire le tour des établissements hospitaliers du grand Alger avant d'espérer se faire hospitaliser! Les spécialistes ont tiré la sonnette d'alarme. À l'image du professeur Riad Mahyaoui, chef de service réanimation au Cnms, membre du Comité scientifique de lutte contre la Covid-19. Il a multiplié les sorties médiatiques afin d'appeler la population à plus de vigilance. Jeudi dernier, il a reconnu que la situation commençait à être inquiétante. Il va plus loin en n'écartant pas la possibilité de voir arriver, très prochainement, la tant redoutée troisième vague.
«La situation épidémiologique était calme depuis près de 4 mois. Ce qui nous mettait à l'abri d'une nouvelle vague, mais les choses ont changé», a-t-il soutenu. «Aujourd'hui, les services dédiés à cette pandémie se remplissent alors que les contaminations risquent de continuer leur ascension à cause du relâchement général enregistré», soutient-il. Des appréhensions partagées par la majorité de ses confrères.
Le professeur Kamel Djenouhat reconnaît lui aussi que la situation actuelle risque de fortement se dégrader les prochains jours. Le président de la Société algérienne d'immunologie et chef de service du laboratoire central EPH Rouiba, met en avant le grand relâchement des citoyens, qui coïncide avec la progression
«rapide» de nouveaux variants de ce virus.
Le dernier bilan de séquençage des virus SARS-CoV-2 publié, jeudi dernier, par l'institut Pasteur d'Algérie (IPA) donne froid dans le dos. 166 nouveaux cas de ces «mutants», presque 100 fois plus contagieux que la souche initiale, ont été détectés. «Il s'agit de 65 nouveaux cas du variant britannique (B.1.1.7) et de 101 nouveaux cas du variant nigérian (B.1.525)», précise l'IPA dans un communiqué.
Le nombre total de cas confirmés s'élève ainsi à 143 cas pour le britannique et 230 cas pour le nigérian. Des chiffres qui sont très loin du nombre de cas réels, car les moyens dont dispose le pays ne permettent pas un séquençage de masse.
«Actuellement, seul l'institut Pasteur peut détecter ces souches. Il n'est pas possible de déceler tous les nouveaux cas à travers le pays», a expliqué le professeur Djenouhat. De plus, il semblerait que ces souches commencent à se propager à travers tout le pays.
«Les nouveaux cas du variant britannique ont été détectés dans les wilayas suivantes: 29 cas à Alger, six à Blida, sept à Béjaïa, deux à Ouargla, trois à Relizane, un à Tiaret, sept à Tindouf, un à
Tizi Ouzou, sept à Oran et deux à El Bayadh», indique l'IPA.
«S'agissant des 101 cas du variant nigérian, 39 ont été confirmés à Alger, quatre à Béjaïa, quatre à Bouira, 12 à Laghouat, 16 à Médéa, trois à Relizane, un à Touggourt, 39 à Oran et trois à In Salah», ajoute la même source.
Un bilan des plus inquiétants, particulièrement en ce qui concerne le variant nigérian. D'ailleurs, le professeur Djenouhat n'hésite pas à le qualifier de plus grande menace contre le pays. «Cette souche se propage de façon rapide et résiste aux vaccins», a-t-il attesté. «Une étude britannique a confirmé, cette semaine, que le variant nigérian a un taux de mortalité de 4,5, qui est la plus grande proportion de décès dus à ce virus», a-t-il rappelé avec beaucoup d'inquiétude. Il soutient cependant qu'il n'est pas encore trop tard afin d'éviter la catastrophe. «Nous sommes au début de l'escalade des chiffres. Nous pouvons encore contrôler la situation et éviter la troisième vague avec des mesures préventives», a estimé ce spécialiste. Il insiste, néanmoins, sur le fait que le temps n'est pas de notre côté. Il appelle alors à retrouver les gestes barrières, notamment le port obligatoire du masque.
Cet appel trouvera-t-il, enfin, un écho? Pas si sûr, car le relâchement se fait de plus en plus ressentir chez les citoyens. Dans les commerces ou autres lieux publics, on a l'impression que la Covid-19 n'a jamais existé.
Pis encore, ces trois derniers jours, de nouveaux établissements ont organisé des soirées d'inauguration.
Ils ont regroupé des centaines de personnes sans le moindre respect des mesures barrières! Un égoïsme qui risque d'être...fatal!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.