Serie A : Mourinho essuie sa première défaite avec l'AS Rome    Recensement de 52 sinistrés    Qualifs Mondial 2022 : Les dates pour les matchs face au Niger dévoilées    Arrêt de la publication du rapport Doing Business    Le long chemin de la transition    Paris rappelle ses ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie    L'ex-président Condé "demeurera en Guinée"    Plus de 10 000 migrants campent sous un pont à la frontière    Le RCD explique les raisons de son boycott    "Notre participation n'est nullement un renoncement"    Un seul mot d'ordre : la qualification !    Mahrez à la hauteur de Madjer avec 11 buts    La direction dément un départ précipité d'Aït Djoudi    PSG : Leonardo mécontent des fuites sur le contrat de Messi    2021, année blanche pour l'automobile    Une rentrée difficile pour le CEM Admane-Arezki    Des écoles équipées en énergie solaire    Appel à candidatures jusqu'au 30 septembre    Une disparition dans la discrétion    Sachez que...    FAF-BF : un communiqué, deux versions    Un essai critique sur le discours des médias français    «Les Français quittent volontairement l'Algérie, après 132 ans de vacances...»    El-Bayadh: 21 établissements scolaires raccordés aux réseaux d'électricité et de gaz    Liste des bénéficiaires des logements de la formule à points: Plus de 9.000 recours déposés par les exclus du relogement    Gdyel: 50 logements LPA 2 distribués avant la fin de l'année    Trouble-fête    Une réforme délicate    Le cul-de-sac    Tlemcen: La bataille de Sidi-Brahim revisitée    Le MSP opte pour la participation    De chauds dossiers à traiter    Premières réponses à l'ONU    Attentats à Jalalabad, au moins 2 morts et 19 blessés    Une centaine de dirigeants attendus à New York malgré la pandémie    L'Algérie condamne l'attitude irresponsable du Maroc    Réactions internationales    Des logements et des barrages    Disparition mystérieuse d'une future mariée    Les kidnappeurs d'une fillette arrêtés    Le baril demande à souffler    Les dernières heures au pouvoir    Un diplomate hors normes    164.286 nouveaux inscrits    Une stèle érigée à sa mémoire    Un enregistrement inédit de John Lennon mis aux enchères    Offrez-vous les voitures du dernier Mad Max!    Le GPRA a joué un rôle "décisif"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quelle chance pour la médiation algérienne ?
Conflit du barrage de la renaissance
Publié dans Le Midi Libre le 01 - 08 - 2021

Ramtane Lamamra, ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, était hier au Caire, la capitale égyptienne.
Ramtane Lamamra, ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, était hier au Caire, la capitale égyptienne.
Un jour auparavant il était au Soudan qu il a rallié directement à partir d'Addis-Abeba la capitale éthiopienne. Le chef de la diplomatie algérienne conduit une mission de bons offices à l'effet de trouver une solution au conflit qui oppose l'Ethiopie au Soudan et a l'Egypte à propos du barrage de la renaissance. Ainsi à peine revenu aux affaires Ramtane Lamamra, qui effectue son retour à la tête de la diplomatie algérienne, va tenter de réconcilier les positions des trois pays sur la problématique que pose ce barrage construit par l'Ethiopie et qui provoque la crise avec l'Egypte et le Soudan. Il est notamment question du remplissage du barrage que rejette le Caire et Khartoum alors qu Addis-Abeba tente vainement de les rassurer sur ses bonnes intentions qui ne sont pas du tout belliqueuses alors que les deux pays n'ont eu de cesse de faire part de leurs grandes inquiétudes relatives aux conséquences du remplissage de ce gigantesque barrage. Ramtane Lamamra a eu hier des entretiens avec son homologue égyptien Sameh Choukri. "Je suis arrivé ce matin à Khartoum pour une visite de travail de deux jours.
Je remercie mon homologue et soeur, Mariam Sadeq al-Mahdi, de son accueil chaleureux et de son hospitalité", a tweeté le chef de la diplomatie algérienne avant-hier vendredi. Ramtane Lamamra a dit attendre "avec impatience la séance de travail" qu'il tiendra avec son homologue soudanaise "ainsi que les rencontres avec les autorités supérieures de la Républiquesoeur du Soudan". Lors de sa visite en Ethiopie Lamamra a notamment rencontré le Premier ministre, Abiy Ahmed. Il a aussi eu d'importantes réunions avec plusieurs responsables de la commission de l'Union africaine ainsi que la représentation des Nations unies auprès de l'Union africaine. Quelle chance de réussite de cette médiation algérienne dans un conflit qui risque de s'embraser a tout moment ? Les opinions différent car si certains accordent une mince chance à la diplomatie algérienne d'autres observateurs sont carrémen sceptiques et prédisent un échec de cette mission de bons offices. Cette médiation algérienne a été, pour rappel, sollicitée par l'Ethiopie ce qui prouve, une fois encore, de la grande crédibilité de l'Algérie sur le plan international. Il est vrai qu'Alger est rompu à cet exercice comme l'attestent les différentes médiations menées par la diplomatie algérienne dans différents conflits. On se souvient de la médiation de l'affaire des otages américains retenus à Téhéran menée a l'époque par le ministre des Affaires étrangères, le regretté Mohamed Sedik Benyahia.
Une affaire qui a trouvé son épilogue grâce à cette médiation, cequi n'a pas manqué de renforcer le crédit de la diplomatie algérienne. Mais l'affaire du barrage de la renaissance est très compliqué. En effet cela fait des années que les trois pays n'arrivent pas à trouver une solution satisfaisantes pour les trois parties. Malgré toutes les médiations aucune solution n'a été trouvée. L'Union africaine et l'Organisation des Nations unies ont tenté vainement d"aboutir à un accord tripartie. Mardi dernier, Addis-Abeba a annoncé avoir achevé le second remplissage tant décrié par l'égypte et le Soudan.nDans un message publié en arabe sur son compte Twitter, le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed Ali, a adressé un message à l'Egypte et au Soudan pour les rassurer. "Comme je vous l'avais promis à l'avance, le 9 juillet, l'Ethiopie a rempli son barrage pendant la saison des pluies avec prudence et de manière bénéfique", at- il affirmé. Et d'ajouter, "je tiens à vous assurer une fois de plus que ce remplissage ne lésera aucun de nos pays", mais le Soudan comme l'Egypte sont très loin d être rassurés et considèrent toujours cette action de l'Ethiopie comme belliqueuse puisque menaçant leur sécurité nationale. Pour ces deux deniers pays c'est une question de vie ou de mort.
Un jour auparavant il était au Soudan qu il a rallié directement à partir d'Addis-Abeba la capitale éthiopienne. Le chef de la diplomatie algérienne conduit une mission de bons offices à l'effet de trouver une solution au conflit qui oppose l'Ethiopie au Soudan et a l'Egypte à propos du barrage de la renaissance. Ainsi à peine revenu aux affaires Ramtane Lamamra, qui effectue son retour à la tête de la diplomatie algérienne, va tenter de réconcilier les positions des trois pays sur la problématique que pose ce barrage construit par l'Ethiopie et qui provoque la crise avec l'Egypte et le Soudan. Il est notamment question du remplissage du barrage que rejette le Caire et Khartoum alors qu Addis-Abeba tente vainement de les rassurer sur ses bonnes intentions qui ne sont pas du tout belliqueuses alors que les deux pays n'ont eu de cesse de faire part de leurs grandes inquiétudes relatives aux conséquences du remplissage de ce gigantesque barrage. Ramtane Lamamra a eu hier des entretiens avec son homologue égyptien Sameh Choukri. "Je suis arrivé ce matin à Khartoum pour une visite de travail de deux jours.
Je remercie mon homologue et soeur, Mariam Sadeq al-Mahdi, de son accueil chaleureux et de son hospitalité", a tweeté le chef de la diplomatie algérienne avant-hier vendredi. Ramtane Lamamra a dit attendre "avec impatience la séance de travail" qu'il tiendra avec son homologue soudanaise "ainsi que les rencontres avec les autorités supérieures de la Républiquesoeur du Soudan". Lors de sa visite en Ethiopie Lamamra a notamment rencontré le Premier ministre, Abiy Ahmed. Il a aussi eu d'importantes réunions avec plusieurs responsables de la commission de l'Union africaine ainsi que la représentation des Nations unies auprès de l'Union africaine. Quelle chance de réussite de cette médiation algérienne dans un conflit qui risque de s'embraser a tout moment ? Les opinions différent car si certains accordent une mince chance à la diplomatie algérienne d'autres observateurs sont carrémen sceptiques et prédisent un échec de cette mission de bons offices. Cette médiation algérienne a été, pour rappel, sollicitée par l'Ethiopie ce qui prouve, une fois encore, de la grande crédibilité de l'Algérie sur le plan international. Il est vrai qu'Alger est rompu à cet exercice comme l'attestent les différentes médiations menées par la diplomatie algérienne dans différents conflits. On se souvient de la médiation de l'affaire des otages américains retenus à Téhéran menée a l'époque par le ministre des Affaires étrangères, le regretté Mohamed Sedik Benyahia.
Une affaire qui a trouvé son épilogue grâce à cette médiation, cequi n'a pas manqué de renforcer le crédit de la diplomatie algérienne. Mais l'affaire du barrage de la renaissance est très compliqué. En effet cela fait des années que les trois pays n'arrivent pas à trouver une solution satisfaisantes pour les trois parties. Malgré toutes les médiations aucune solution n'a été trouvée. L'Union africaine et l'Organisation des Nations unies ont tenté vainement d"aboutir à un accord tripartie. Mardi dernier, Addis-Abeba a annoncé avoir achevé le second remplissage tant décrié par l'égypte et le Soudan.nDans un message publié en arabe sur son compte Twitter, le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed Ali, a adressé un message à l'Egypte et au Soudan pour les rassurer. "Comme je vous l'avais promis à l'avance, le 9 juillet, l'Ethiopie a rempli son barrage pendant la saison des pluies avec prudence et de manière bénéfique", at- il affirmé. Et d'ajouter, "je tiens à vous assurer une fois de plus que ce remplissage ne lésera aucun de nos pays", mais le Soudan comme l'Egypte sont très loin d être rassurés et considèrent toujours cette action de l'Ethiopie comme belliqueuse puisque menaçant leur sécurité nationale. Pour ces deux deniers pays c'est une question de vie ou de mort.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.