5 aliments anti-inflammatoires qu'il faut consommer    Besiktas : Rachid Ghezzal passeur décisif face à Adana Demirspor (Vidéo)    Liga : Falcao décisif avec l'Athletic Bilbao (Vidéo)    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Amar Belani dénonce les «mensonges» de l'ambassadeur du Maroc à Genève    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Quel avenir pour les entreprises publiques ?    MC Oran: L'ère Aït Djdoudi commence    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    UNE ORGANISATION MONDIALE VIRTUELLE    Santé: Les dépenses de soins jugées trop élevées    Intense activité pour Lamamra à New York    Biden et Xi livrent leur vision à l'ONU    Le Parlement accorde sa confiance au nouveau gouvernement    16 décès et 182 nouveaux cas    Des partis politiques à la traine    Les promesses d'un conclave    un conseil national du tourisme?    Les fondements d'un nouveau mode économique loin de la rente pétrolière    Koeman tire sur ses joueurs    Coup de pression de la justice espagnole    Pochettino s'est expliqué avec Messi    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Le retour du FFS    Un scrutin plus coloré    220.000 élèves au rendez-vous    Tebboune tient son engagement    Les paradoxes d'une rentrée    Des tablettes à l'école pour alléger les cartables    Inondations et routes bloquées    Parution de la version anglaise    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Les Nuits du théâtre    Des opposants à Baâdji convoqués par la police    En quête d'une stratégie industrielle    Wagner brouille les cartes au Mali    Le Chabab retrouve l'ASEC Mimosa au prochain tour    L'opposition crie à la fraude    L'Algérie attend toujours le retour de Baba Merzoug    "L'école algérienne est tournée vers le passé"    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    La Semaine de l'Indonésie 2021 s'est ouverte à Alger    Paris-Berlin Appel à candidature    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    Les dessous de la corbeille    La saga islamiste tire à sa fin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Seif al-Islam Kadhafi annonce sa candidature
Présidentielle en Libye
Publié dans Le Midi Libre le 01 - 08 - 2021

Seïf al-Islam Kadhafi, fils du Guide libyen assassina Maâmmar Kadhafi, veut "restaurer l'unité perdue" de la Libye après une décennie de chaos et évoque une candidature à la présidentielle, dans une interview accordée au New York Times. Les hommes politiques libyens n'ont "apporté que misère", selon Seïf al-Islam Kadhafi, fils de l'ex-dictateur libyen Mouammar Kadhafi, qui évoque une candidature à l'élection présidentielle dans une rare interview accordée au New York Times, publiée vendredi 30 juillet.
Seïf al-Islam Kadhafi, fils du Guide libyen assassina Maâmmar Kadhafi, veut "restaurer l'unité perdue" de la Libye après une décennie de chaos et évoque une candidature à la présidentielle, dans une interview accordée au New York Times. Les hommes politiques libyens n'ont "apporté que misère", selon Seïf al-Islam Kadhafi, fils de l'ex-dictateur libyen Mouammar Kadhafi, qui évoque une candidature à l'élection présidentielle dans une rare interview accordée au New York Times, publiée vendredi 30 juillet.
"L'heure est au retour dans le passé. Le pays est à genoux (...), il n'y a pas d'argent, pas de sécurité. Il n'y a pas de vie ici", estime Seïf al-Islam, 49 ans, réapparu pour la première fois depuis des années. En 2011, après quatre décennies d'un pouvoir sans partage, Mouammar Kadhafi et ses proches étaient tombés sous le coup d'un soulèvement populaire, éliminés, emprisonnés ou forcés à l'exil. Trois des fils Kadhafi avaient été tués, mais le sort du quatrième, Seïf al-Islam, qui a longtemps fait figure de successeur à son père, est resté un mystère. Capturé en novembre 2011 par un groupe armé à Zenten, dans le nord-ouest de la Libye, il avait été co damné à mort en 2015 à l'issue d'un procès expéditif. Le groupe le détenant avait néanmoins refusé de le livrer aux autorités ou à la Cour pénale internationale (CPI), qui le recherche pour "crimes contre l'humanité", mais l'avait libéré en 2017. Depuis, sa trace s'est évaporée. Préparation d'un retour politique Dans sa première rencontre avec un journaliste étranger depuis une décennie, Seïf al-Islam affirme qu'il est désormais un "homme libre" et qu'il organise un retour politique, sans indiquer précisément comment.
"Désenchantés par la révolution", les rebelles qui l'ont capturé ont "finalement réalisé qu'il pouvait être un puissant allié", explique-t-il dans ce long entretien à l'édition magazine du New York Times. L'interview, réalisée en mai, a été publiée seulement dimanche. Elle s'est déroulée dans une "somptueuse villa de deux étages" à l'intérieur d'un complexe fermé à Zenten. Le New York Times a également diffusé des photos de Seïf al-Islam prises pendant l'entretien, vêtu d'un qamis noir brodé de motifs dorés, barbe grisonnante et turban noir sur la tête. Après une décennie de lutte pour le pouvoir sur fond d'ingérences étrangères, la Libye s'est dotée en mars d'un gouvernement provisoire chargé d'unifier les institutions d'ici un double scrutin législatif et présidentiel prévu en décembre.
"L'heure est au retour dans le passé. Le pays est à genoux (...), il n'y a pas d'argent, pas de sécurité. Il n'y a pas de vie ici", estime Seïf al-Islam, 49 ans, réapparu pour la première fois depuis des années. En 2011, après quatre décennies d'un pouvoir sans partage, Mouammar Kadhafi et ses proches étaient tombés sous le coup d'un soulèvement populaire, éliminés, emprisonnés ou forcés à l'exil. Trois des fils Kadhafi avaient été tués, mais le sort du quatrième, Seïf al-Islam, qui a longtemps fait figure de successeur à son père, est resté un mystère. Capturé en novembre 2011 par un groupe armé à Zenten, dans le nord-ouest de la Libye, il avait été co damné à mort en 2015 à l'issue d'un procès expéditif. Le groupe le détenant avait néanmoins refusé de le livrer aux autorités ou à la Cour pénale internationale (CPI), qui le recherche pour "crimes contre l'humanité", mais l'avait libéré en 2017. Depuis, sa trace s'est évaporée. Préparation d'un retour politique Dans sa première rencontre avec un journaliste étranger depuis une décennie, Seïf al-Islam affirme qu'il est désormais un "homme libre" et qu'il organise un retour politique, sans indiquer précisément comment.
"Désenchantés par la révolution", les rebelles qui l'ont capturé ont "finalement réalisé qu'il pouvait être un puissant allié", explique-t-il dans ce long entretien à l'édition magazine du New York Times. L'interview, réalisée en mai, a été publiée seulement dimanche. Elle s'est déroulée dans une "somptueuse villa de deux étages" à l'intérieur d'un complexe fermé à Zenten. Le New York Times a également diffusé des photos de Seïf al-Islam prises pendant l'entretien, vêtu d'un qamis noir brodé de motifs dorés, barbe grisonnante et turban noir sur la tête. Après une décennie de lutte pour le pouvoir sur fond d'ingérences étrangères, la Libye s'est dotée en mars d'un gouvernement provisoire chargé d'unifier les institutions d'ici un double scrutin législatif et présidentiel prévu en décembre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.