Erratum    Les précisions d'un des ex-associés    Appel à la relance du projet de loi criminalisant la colonisation    Un parti marocain crique sévèrement le Makhzen    Le représentant spécial de la Cédéao déclaré persona non grata    Le départ de Stambouli presque consommé    Les joueurs en grève    La place du malade comme enjeu central    Le photographe Karim Bouchetata décroche la 3e place au Festival arabe du film du patrimoine    "Faim blanche", le nouveau roman d'Amin Zaoui    L'auteur Youssef Bendekhis décroche le grand prix    Une voix d'outre-tombe    Objectif : diversifier l'économie nationale    Vers le plafonnement des prix de l'hôtellerie    Le prince écolo et la biodégradabilité des corps !    Pression pour la Lazio, Coupe pour le Bayern    Les tribunaux administratifs trancheront vendredi    Le cri d'alarme de Benbouzid    Installation d'une commission technique chargée du dossier    Jongler entre l'envie de... et celle de...    Belaribi ordonne le transfert de la gestion des réservoirs d'eau à l'ADE et Seaal    Enième coup d'Etat militaire    Le sort de Julian Assange suspendu à la décision de la justice britannique    La guerre oubliée d'Algérie : les débuts de la conquête et de la colonisation (1re partie)    Haydée Santamaría, une femme dans la révolution cubaine, aux côtés de Fidel Castro    «Les constantes et les variables dans les Constitutions algériennes», thème d'un ouvrage de Mohamed Saïd Boussadia    Simple formalité pour les Algériennes    Tlemcen: Protéger l'agriculture des risques climatiques    Une question d'Etat de droit    LNFA - Ligue 2: Trente-deux postulants pour deux places    Un tracteur se renverse sur oued Serdias, le conducteur sauvé    Le président du CNESE dénonce: «De la surfacturation à la sous-facturation»    La continuité des coups d'Etat    Elira qui élira bien le dernier...    Mobilis, Djezzy et Ooredoo avertis    Un renvoi et ensuite ?    50000 Arbres plantés    Immenses dégâts matériels    Report, au 15 novembre, du procès de Mohamed Hattab    Le verdict rendu le 7 novembre    Mystères et certitudes du gouvernement    L'Arabie saoudite fait flamber le baril    4/4 Pour les Algériens    Le gazoduc, Sonelgaz et les migrants    «L'Algérie a toujours soutenu les causes justes»    Goudjil reçoit l'ambassadeur de l'Etat de Palestine en Algérie    "COMME UN MIROIR BRISE"    MERIEM    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La fin des enseignants non doctorants ?
Université
Publié dans Le Midi Libre le 26 - 09 - 2021

Un chiffre hallucinant a été publié il y a quelques jours par la presse nationale concernant le nombre de docteurs chômeurs en Algérie. Il s'agit en effet de 22 000 docteurs qui se sont retrouvés sans emploi malgré huit ans d'études supérieures. Après avoir médiatisé ce constat alarmant,
Un chiffre hallucinant a été publié il y a quelques jours par la presse nationale concernant le nombre de docteurs chômeurs en Algérie. Il s'agit en effet de 22 000 docteurs qui se sont retrouvés sans emploi malgré huit ans d'études supérieures. Après avoir médiatisé ce constat alarmant,
les journaux algériens notamment le quotidien arabophone Echorouk rapporte aujourd'hui, vendredi 24 septembre que certaines universités font appel ces dernières années à des enseignants qui détiennent uniquement un diplôme de licence ou de master. Ces derniers sont chargés de dispenser des cours relevant de certaines spécialités qui connaissent un manque cruel d'enseignants universitaires et d'encadrants. De ce fait, des diplômés en licence et en masters se retrouvent en train d'enseigner des modules à des centaines d'étudiants, censés être formés par des docteurs et des professeurs. À cet effet et à l'approche de la rentrée universitaire 2021/2022, le ministère de l'Enseignement supérieur a indiqué dans une note destinée aux directeurs des établissements de l'enseignement supérieur qu'il est strictement interdit de faire appel aux détenteurs de licences et masters uniquement.
Les directives du ministère de l'Enseignement supérieur
Cependant, le département de Abdelbaki Benziane a ajouté que si un manque d'enseignant-chercheur et d'encadrement a été constaté, il serait exceptionnellement permis de recourir aux diplômés en licence et master, mais à une condition. En effet, la même source réitère l'importance et l'obligation pour ces derniers d'avoir les compétences scientifiques requises ainsi qu'une expérience professionnelle conformément aux normes et critères fixés par le décret exécutif n 01-293 du 1er octobre 2001. Ainsi, les directeurs des établissements universitaire sont appelés à prioriser ceux qui détiennent un diplôme de magistère ou les doctorants non salariés qui sont autorisés à enseigner les étudiants de première année licence, dans le cadre des TD et TP. Enfin, Ces doctorants doivent évidemment appartenir à l'établissement universitaire en question, dans lequel ils préparent leurs thèses de doctorats, et ce, en bénéficiant d'une récompense financière selon l'article 6 du décret exécutif n 10- 231 du 2 octobre 2010.
les journaux algériens notamment le quotidien arabophone Echorouk rapporte aujourd'hui, vendredi 24 septembre que certaines universités font appel ces dernières années à des enseignants qui détiennent uniquement un diplôme de licence ou de master. Ces derniers sont chargés de dispenser des cours relevant de certaines spécialités qui connaissent un manque cruel d'enseignants universitaires et d'encadrants. De ce fait, des diplômés en licence et en masters se retrouvent en train d'enseigner des modules à des centaines d'étudiants, censés être formés par des docteurs et des professeurs. À cet effet et à l'approche de la rentrée universitaire 2021/2022, le ministère de l'Enseignement supérieur a indiqué dans une note destinée aux directeurs des établissements de l'enseignement supérieur qu'il est strictement interdit de faire appel aux détenteurs de licences et masters uniquement.
Les directives du ministère de l'Enseignement supérieur
Cependant, le département de Abdelbaki Benziane a ajouté que si un manque d'enseignant-chercheur et d'encadrement a été constaté, il serait exceptionnellement permis de recourir aux diplômés en licence et master, mais à une condition. En effet, la même source réitère l'importance et l'obligation pour ces derniers d'avoir les compétences scientifiques requises ainsi qu'une expérience professionnelle conformément aux normes et critères fixés par le décret exécutif n 01-293 du 1er octobre 2001. Ainsi, les directeurs des établissements universitaire sont appelés à prioriser ceux qui détiennent un diplôme de magistère ou les doctorants non salariés qui sont autorisés à enseigner les étudiants de première année licence, dans le cadre des TD et TP. Enfin, Ces doctorants doivent évidemment appartenir à l'établissement universitaire en question, dans lequel ils préparent leurs thèses de doctorats, et ce, en bénéficiant d'une récompense financière selon l'article 6 du décret exécutif n 10- 231 du 2 octobre 2010.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.