Les pharmacies d'officine désormais ouvertes jusqu'à minuit    JSK-Royal Léopards d'Eswatini décalé à jeudi    La CAF sanctionne la FAF d'une amende de 5 000 dollars    Un jeune de 24 ans succombe au monoxyde de carbone    L'Algérie participe avec plus de 600 ouvrages    Paiement des amendes en contrepartie de la récupération du permis de conduire    Ligue 1 : Le live des matches de la 15e journée    L'Algérie envoie une deuxième cargaison d'aides humanitaires au Mali    Les efforts de l'Algérie dans la lutte contre le terrorisme dans la région sahélo-saharienne salués    Le Pr Kamel Djennouhat appelle à rendre accessible les tests antigéniques    Une députée britannique affirme avoir été évincée du gouvernement car musulmane    Ce n'était pas mission impossible pour les Aigles de Carthage    Des chutes de neige sur les reliefs de l'Ouest à partir de demain mercredi    Le Brent à plus de 87 dollars    L'Algérie condamne les agressions répétées contre l'Arabie saoudite et les Emirats Arabes Unis    La police recrute dans les nouvelles wilayas    Le sélectionneur se plaint des conditions d'hébergement    Vers le dénouement !    Sellal écope de 5 ans de prison ferme et Metidji de 8 ans    Bruits de bottes aux portes de Kiev    Les notaires en colère    Les horaires de distribution réaménagés    Plusieurs arrêtés de fermeture signés par le wali de Jijel    Danger sur les non-vaccinés    Plus de 60 000 m2 pour abriter la première mini-zone d'activités    Un homme apparemment déséquilibré fait 3 blessés dans un tram à Tunis    Amara-Belmadi, l'explication !    Victoire de l'ASMO devant le MC Saïda    Tayeb Mehiaoui livre ses «vérités»    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    La campagne de vaccination ne suscite pas d'engouement    Le Président Tebboune en visite de travail et de fraternité en Egypte    Un malheureux «chibani» à la croisée des chemins    Numérisation de 40 œuvres    Quarante millions d'entraîneurs pour aider Belmadi    Le président Tebboune quitte Alger à destination de l'Egypte    Eloge de l'amitié    Des juges qui ont le vertige...    «Les Algériens découvrent leur Sahara»    150000 quintaux produits à Oran    L'élan économique en sursis    Comment avoir les ripoux?    Les Emirats interceptent deux nouveaux missiles houthis    Plus de 150 morts dans l'assaut de l'EI    TAM renoue avec le tourisme    «Fouroulou était chacun de nous»    Ce patrimoine qu'on nous envie    Tebboune entame aujourd'hui une visite de travail et de fraternité en égypte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Augmentation pénalisante des prix
Eaux minérales, jus et autres produits alimentaires
Publié dans Le Midi Libre le 06 - 12 - 2021

Les prix de produits alimentaires transformés, les eaux minérales et les jus de fruits ont subi une nette augmentation.
Les prix de produits alimentaires transformés, les eaux minérales et les jus de fruits ont subi une nette augmentation.
Selon les premiers indices, cette hausse serait située entre 5 et 15 % sur différents produits. Après les légumes et fruits, c'est autour d'autres produits de large consommation d'enregister des augmentations. Ainsi l fardeau d'eau minérale coûte actuellement 200 DA alors qu'il ne dépassait pas les 170 DA. Une bouteille d'eau est comptabilisée à 35 DA au lieu de 25 DA. Même chose pour les jus de fruit où une augmentation de 15 DA sur les différentes gammes a été constatée il y a quelques jours. On note que les produits de base d'un litre de jus d'orange est à 160 DA alors qu'il coûtait 150 DA. Les eaux fruitées qui étaient les plus consommées à raison de 80 à 90 DA, affichent dorénavant 100 DA. Les sodas eux n'ont pas subi d'augmentations. Dans ce genre de situations, c'est l'Association des producteurs de boissons qui est tenue d'annoncer ces augmentations avec des justificatifs et des arguments convaincants.
Mais là, aucun communiqué officiel n'a été rendu public laissant les producteurs agir librement sur le marché. Même topo pour les produits alimentaires transformés tels que les biscuits, chocolats, friandises et autres détergents qui ont aligné des tarifs à la hausse entre 15 et 30 DA selon les différentes marques. Cette redoutable spirale haussière va encore peser sur les consommateurs qui ne pourront pas, dans une large majorité, acheter certains produits qui ne sont pas rangés dans la gamme de luxe. Les associations de défense des consommateurs qui n'ont eu de cesse de dénoncer ces pratiques non régies par les règles du marché sont montées au créneau. L'Apoce, comme d'habitude, a déploré dans un communiqué samedi dernier que "les prix sont hors de portée avec ces augmentations que devra subir le consommateur algérien" en pointant du doigt "les producteurs qui tentent de justifier ces augmentations par une hausse des coûts de la matière première". Une raison qui pousse les autorités du commerce à mener des enquêtes sur ces "abus" qui risquent de déstabiliser le marché pour l'année à venir.
Selon les premiers indices, cette hausse serait située entre 5 et 15 % sur différents produits. Après les légumes et fruits, c'est autour d'autres produits de large consommation d'enregister des augmentations. Ainsi l fardeau d'eau minérale coûte actuellement 200 DA alors qu'il ne dépassait pas les 170 DA. Une bouteille d'eau est comptabilisée à 35 DA au lieu de 25 DA. Même chose pour les jus de fruit où une augmentation de 15 DA sur les différentes gammes a été constatée il y a quelques jours. On note que les produits de base d'un litre de jus d'orange est à 160 DA alors qu'il coûtait 150 DA. Les eaux fruitées qui étaient les plus consommées à raison de 80 à 90 DA, affichent dorénavant 100 DA. Les sodas eux n'ont pas subi d'augmentations. Dans ce genre de situations, c'est l'Association des producteurs de boissons qui est tenue d'annoncer ces augmentations avec des justificatifs et des arguments convaincants.
Mais là, aucun communiqué officiel n'a été rendu public laissant les producteurs agir librement sur le marché. Même topo pour les produits alimentaires transformés tels que les biscuits, chocolats, friandises et autres détergents qui ont aligné des tarifs à la hausse entre 15 et 30 DA selon les différentes marques. Cette redoutable spirale haussière va encore peser sur les consommateurs qui ne pourront pas, dans une large majorité, acheter certains produits qui ne sont pas rangés dans la gamme de luxe. Les associations de défense des consommateurs qui n'ont eu de cesse de dénoncer ces pratiques non régies par les règles du marché sont montées au créneau. L'Apoce, comme d'habitude, a déploré dans un communiqué samedi dernier que "les prix sont hors de portée avec ces augmentations que devra subir le consommateur algérien" en pointant du doigt "les producteurs qui tentent de justifier ces augmentations par une hausse des coûts de la matière première". Une raison qui pousse les autorités du commerce à mener des enquêtes sur ces "abus" qui risquent de déstabiliser le marché pour l'année à venir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.