Galatasaray : Falcao est attendu demain    Installation du président de la Cour d'Aïn Témouchent    Le pouvoir d'achat des citoyens sera préservé    «Cette nouvelle ne concerne pas que les voitures allemandes»    Les eaux souterraines, sources d'approvisionnement en eau potable    L'armée prend le contrôle de la route Damas-Alep et coupe les terroristes de leurs bases    «L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité qui lui est imposée»    La sélection algérienne dames termine à la 11e place    Un match contre ses détracteurs    Le FC Barcelone va faire une offre de prêt pour Neymar    Bataille rangée dans les rues d'Aïn Témouchent    Création prochaine d'une nouvelle zone d'extension touristique à Tala-Guilef    El Gasba (flûte), instrument musical phare des fêtes de la région du Hodna    POUR DETENTION DE 1776 UNITES DE PSYCHOTROPES : Une ressortissante espagnole sous contrôle judiciaire à Mostaganem    AEROPORT D'ORAN : Saisie de 6000 euros non déclarés    KSAR CHELLALA (TIARET) : Sit-in des bénéficiaires des logements sociaux    Les habitants revendiquent la délocalisation de la décharge    Sept hectares de forêt ravagés par le feu    Première titularisation et premier but pour Dani Alves avec Sao Paulo    Nouvelle menace de forfait en Ligue des champions    L'activité commerciale peine à reprendre    Gros marché    Ouverture, hier, du procès de l'ex-président déchu    PSA réaffirme ses engagements    Les fausses peurs des «experts»    "Le panel n'est pas sur la bonne voie"    Le FFS appelle le pouvoir à s'inspirer de l'exemple soudanais    Le ministère de la Santé nous écrit    sortir ...sortir ...sortir ...    "Renouer le fil de l'histoire interrompu en 1962"    Collections et musées dans la construction du passé de l'Algérie    Un Festival international des films de femmes à Cotonou    La citoyenneté en débat    Convergence à Ifri pour un ressourcement    Slimani direction à Al Gharafa ?    Sahara occidental : L'avocate espagnole Cristina Martinez empêchée de se rendre à El Ayoun occupée    Angleterre : Chelsea n'y arrive toujours pas    En souffrance aux ports: Les matériels roulants bloqués libérés    Le panel ne parle pas au nom du Hirak mais ses détracteurs aussi    Communiqué - Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Une campagne vouée a l'échec    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    17.200 Seat vendues en 7 mois    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





SEAAL veut assainir Alger
Eaux usées
Publié dans Le Midi Libre le 01 - 10 - 2007

Plus d'une année après son installation pour assurer la gestion déléguée de l'eau et de l'assainissement dans la capitale, la Société des eaux et de l'assainissement d'Alger (SEAAL) renforce de plus en plus ses activités. En effet, cette société créée par la fusion de l'Algérienne des eaux (ADE), l'Office national de l'assainissement (ONA) et la société française Suez Environnement, compte effectuer l'assainissement de 32 km du réseau des eaux usées de la capitale, estime Mohamed Redha Boudane, responsable du département des grands projets de cette société. Ce dernier souligne que cette opération de renouvellement des conduites d'un réseau global de 3.500 km, a été entamée il y a six mois, avec la réalisation effective de 10 km auparavant dégradés, a souligné ce même cadre de la SEAAL, dont la déclaration est reprise par l'APS. Et d'indiquer que le programme global du plan que prévoit de renouveler la SEAAL s'étale sur 82 km pour les trois années à venir, sans omettre de souligner que le remplacement des conduites des eaux usées constitue "une opération difficile", nécessitant de grands moyens et "un grand souffle", eu égard à la situation "catastrophique" du réseau d'assainissement dans certaines communes de la wilaya d'Alger. Le manque d'entretien et l'absence de civisme se sont accumulés des années durant, faisant de la capitale un dépotoir à ciel ouvert, où des odeurs nauséabondes émanent de partout et des conduites d'assainissement des eaux usées éclatées débordent dans plusieurs quartiers et cités. D'où la nécessité de réaliser des études "pointues" à même de donner une idée précise de la situation du réseau d'assainissement et une coordination étroite avec toutes les parties concernées, a-t-il précisé dans ce contexte. Le responsable du département des grands projets de la SEAAL a abordé le cas des communes qui connaissent à longueur d'année des contraintes dans leurs réseaux d'assainissement, particulièrement celles de Dergana, Gué de Constantine, Husseïn-Dey, Baraki, El-Harrach, Bach Djerrah, Baba Hassan, Ben Aknoun, Heuraoua et Rouïba. Ces problèmes proviennent de l'accumulation des déchets et ordures dont 70% sont la cause de l'obstruction des conduites d'assainissement, a-t-il souligné. Pour parer à d'éventuelles difficultés qui pourraient surgir à travers le réseau d'assainissement durant la période hivernale, la direction de la SEAAL a tracé un programme "spécial" afin d'entretenir les conduites au niveau des "points noirs" qui font l'objet d'une surveillance des équipes de la société, à l'effet d'éviter les risques d'inondation des voies de circulation. Cette surveillance concerne notamment l'avenue du Colonel Mira à Bab El Oued, l'avenue de l'ALN et la rue Tripoli à Hussein Dey et la zone portuaire d'Alger, a relevé Boudane qui souligne que les équipes de la SEAAL "surveillent" la station de Bab Ezzouar dont le rôle de transfert des eaux pluviales et usées vers Oued S'mar et la station de Baraki est important, d'où sa sécurisation à travers son équipement de pompes supplémentaires d'une capacité de 1.100 mètres cubes par jour. Pour se faire, SEAAL a réceptionné de nouveaux équipements, dont 16 pompes modernes qui contribueront efficacement dans les opérations d'assainissement attendues durant l'hiver, indique-t-il.
Plus d'une année après son installation pour assurer la gestion déléguée de l'eau et de l'assainissement dans la capitale, la Société des eaux et de l'assainissement d'Alger (SEAAL) renforce de plus en plus ses activités. En effet, cette société créée par la fusion de l'Algérienne des eaux (ADE), l'Office national de l'assainissement (ONA) et la société française Suez Environnement, compte effectuer l'assainissement de 32 km du réseau des eaux usées de la capitale, estime Mohamed Redha Boudane, responsable du département des grands projets de cette société. Ce dernier souligne que cette opération de renouvellement des conduites d'un réseau global de 3.500 km, a été entamée il y a six mois, avec la réalisation effective de 10 km auparavant dégradés, a souligné ce même cadre de la SEAAL, dont la déclaration est reprise par l'APS. Et d'indiquer que le programme global du plan que prévoit de renouveler la SEAAL s'étale sur 82 km pour les trois années à venir, sans omettre de souligner que le remplacement des conduites des eaux usées constitue "une opération difficile", nécessitant de grands moyens et "un grand souffle", eu égard à la situation "catastrophique" du réseau d'assainissement dans certaines communes de la wilaya d'Alger. Le manque d'entretien et l'absence de civisme se sont accumulés des années durant, faisant de la capitale un dépotoir à ciel ouvert, où des odeurs nauséabondes émanent de partout et des conduites d'assainissement des eaux usées éclatées débordent dans plusieurs quartiers et cités. D'où la nécessité de réaliser des études "pointues" à même de donner une idée précise de la situation du réseau d'assainissement et une coordination étroite avec toutes les parties concernées, a-t-il précisé dans ce contexte. Le responsable du département des grands projets de la SEAAL a abordé le cas des communes qui connaissent à longueur d'année des contraintes dans leurs réseaux d'assainissement, particulièrement celles de Dergana, Gué de Constantine, Husseïn-Dey, Baraki, El-Harrach, Bach Djerrah, Baba Hassan, Ben Aknoun, Heuraoua et Rouïba. Ces problèmes proviennent de l'accumulation des déchets et ordures dont 70% sont la cause de l'obstruction des conduites d'assainissement, a-t-il souligné. Pour parer à d'éventuelles difficultés qui pourraient surgir à travers le réseau d'assainissement durant la période hivernale, la direction de la SEAAL a tracé un programme "spécial" afin d'entretenir les conduites au niveau des "points noirs" qui font l'objet d'une surveillance des équipes de la société, à l'effet d'éviter les risques d'inondation des voies de circulation. Cette surveillance concerne notamment l'avenue du Colonel Mira à Bab El Oued, l'avenue de l'ALN et la rue Tripoli à Hussein Dey et la zone portuaire d'Alger, a relevé Boudane qui souligne que les équipes de la SEAAL "surveillent" la station de Bab Ezzouar dont le rôle de transfert des eaux pluviales et usées vers Oued S'mar et la station de Baraki est important, d'où sa sécurisation à travers son équipement de pompes supplémentaires d'une capacité de 1.100 mètres cubes par jour. Pour se faire, SEAAL a réceptionné de nouveaux équipements, dont 16 pompes modernes qui contribueront efficacement dans les opérations d'assainissement attendues durant l'hiver, indique-t-il.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.