Fafa rénove la Casbah !!!    CONSEILS DE CLASSE : Les mentions avertissements et blâmes interdites    LOGEMENTS LPA : Les célibataires auront droit à un F2    Fin de la polémique autour du changement de statut du FCE    Retrait du marché de la poudre de jus «Amila» et gel de l'activité de la société productrice    194 projets d'investissement privé agréés par le Conseil de wilaya    Guterres juge «essentiel» qu'une enquête «crédible» soit menée    Le gouvernement espère la fin de la crise des gilets jaunes    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'entraîneur Bouzidi appelle à la mobilisation    Dix clubs présents dont la JSE Skikda et l'IC Ouargla    Bouakaz, Dob et compères poursuivent en justice Ennahar TV et son patron    3 personnes secourues après une intoxication au monoxyde de carbone    Le silence assourdissant de la sécurité sociale    L'Université de Sidi-Bel-Abbès 56e à l'échelle mondiale en 2018    Les «initiativeurs»    Dimajazz, le retour    Voyage en calligraphie arabe    Ces capitalistes qui aiment Karl Marx    Des sites archéologiques à l'abandon    Tlemcen: «La mondialisation en furie» à la librairie Alili    Politique: Mouwatana dénonce une tentative de report de la présidentielle    La symbolique plus forte que le syndicat    Tizi-Ouzou: Trois femmes membres d'un réseau de faux-monnayeurs arrêtées    Biskra: Collision entre deux camions et un bus, un mort et deux blessés    Et si les imams...    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'AS Protection Civile d'Alger (dames) et Sétif (hommes) sacrées à Biskra    L'Egypte et l'Afrique du Sud, seuls pays candidats    Hattab tire de nouveau sur les présidentsde clubs    Ryad Boudebouz : "Je suis bien au Bétis Séville, je veux rejouer"    La CNAS s'explique    L'usine fermée, les produits retirés du marché    L'opposition invisible    Le CNDH élude la presse électronique    Afin de garantir la poursuite du programme du président Bouteflika : L'alliance présidentielle ouverte aux propositions    Information arabe : Kaouane prendra part lundi à Ryad à une rencontre    Messahel réaffirme l'engagement de l'Algérie en faveur de l'Afrique    Ressources halieutiques : Les prix du poisson toujours en hausse    L'UA appelle à la retenue face à l'impasse politique    Emmanuel Macron renonce    Donald Trump menacé d'impeachment    Entre report, prolongement du mandat, révision de la Constitution… : Présidentielle 2019 des scénarios, un consensus !    Bedoui : «Le citoyen doit être au cœur des priorités»    Signature d'un contrat de sponsoring entre l'Eniem et la JSK    Une stèle d'un martyr de la Révolution profanée    Dix ans après sa disparition, un concert en hommage à Maâllem Benaïssa    FACE A L'EMIGRATION CLANDESTINE : Les partis de l'alliance plaident pour "une stratégie globale"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Madame Nouba
Beihdja Rahal
Publié dans Le Midi Libre le 11 - 03 - 2008

Dotée d'une voix mélodieuse aux vibrations fines, et célèbre pour sa maîtrise du genre musical Sanâa ou encore pour son combat en faveur de la vulgarisation de cette musique, Beihdja Rahal a réussi le pari d'enregistrer, en un peu plus de dix ans d'une carrière déjà riche, seize genres des 12 noubas (modes) confondus. Décidée depuis 1995 à se spécialiser coûte que coûte dans la nouba andalouse, elle a vite entrepris d'enregistrer un premier album dans le mode Zidane, en prélude à une première série des 12 modes que comprend désormais le patrimoine musical andalou. Quatre autres noubas d'une deuxième série, lancée en 2005, suivirent dans son répertoire. "Le nombre d'albums que j'ai sortis ne signifie pas que je détiens la totalité du patrimoine andalou, lequel est infiniment riche par ses textes, ses poèmes et ses mélodies", ne cesse-t-elle de répéter à chacune de ses sorties, tout en réitérant sa détermination à poursuivre les enregistrements. "Tant qu'il y a de la matière, j'interprète ce patrimoine et je l'enregistre pour contribuer à sa sauvegarde et pour le rapprocher du peuple, afin de battre en brèche l'idée largement répandue que cette musique savante appartiendrait à une certaine élite de la société", souligne souvent Beihdja. Militante dans son domaine de prédilection, elle a toujours plaidé pour le respect de l'authenticité et de la structure originelle de la nouba pour la maintenir à son état "pur", sans modification ni déformation car, pour elle, la musique andalouse, de par ses trois écoles d'Alger, de Constantine et de Tlemcen (Sanâa, Maâlouf et Gharnati), représente l'identité et la personnalité nationales dans toute leur acception. Beihdja classe ce genre musical, venu au Maghreb après la chute de Grenade, au même niveau que les gravures rupestres du Tassili ou encore les différents sites historiques qui font la marque civilisationnelle du pays. C'est pourquoi elle tient, depuis le début de sa carrière à le faire connaître dans les régions les plus reculées du pays comme dans les grandes concentrations urbaines. Vêtue d'habits traditionnels, karakou ou kaftan, une kwitra entre les mains et dirigeant un orchestre d'hommes, elle offre, à chaque fois qu'elle se représente, l'agréable image de l'artiste qui, par les seules vibrations de sa voix, "cherche à emporter doucement son auditoire vers un monde imaginaire enfin débarrassé des conflits, de la haine ou de la violence, par la grâce de textes déclamés en toute finesse et justesse, une voix apaisante et une exécution parfaite", souligne un mélomane visiblement enchanté. Née trois jours après l'indépendance du pays, un 8 juillet 1962, à El-Biar sur les hauteurs d'Alger, Beihdja suit des cours de mandoline et de kwitra, depuis son plus jeune âge, aux conservatoires d'Alger et de son quartier, jusqu'en 1982 date à laquelle elle intègre l'association El Fekhardjia. Installée en France depuis 1992, Beihdja, ne trouve pas d'inconvénient à ce qu'on la surnomme "Madame Nouba".
Dotée d'une voix mélodieuse aux vibrations fines, et célèbre pour sa maîtrise du genre musical Sanâa ou encore pour son combat en faveur de la vulgarisation de cette musique, Beihdja Rahal a réussi le pari d'enregistrer, en un peu plus de dix ans d'une carrière déjà riche, seize genres des 12 noubas (modes) confondus. Décidée depuis 1995 à se spécialiser coûte que coûte dans la nouba andalouse, elle a vite entrepris d'enregistrer un premier album dans le mode Zidane, en prélude à une première série des 12 modes que comprend désormais le patrimoine musical andalou. Quatre autres noubas d'une deuxième série, lancée en 2005, suivirent dans son répertoire. "Le nombre d'albums que j'ai sortis ne signifie pas que je détiens la totalité du patrimoine andalou, lequel est infiniment riche par ses textes, ses poèmes et ses mélodies", ne cesse-t-elle de répéter à chacune de ses sorties, tout en réitérant sa détermination à poursuivre les enregistrements. "Tant qu'il y a de la matière, j'interprète ce patrimoine et je l'enregistre pour contribuer à sa sauvegarde et pour le rapprocher du peuple, afin de battre en brèche l'idée largement répandue que cette musique savante appartiendrait à une certaine élite de la société", souligne souvent Beihdja. Militante dans son domaine de prédilection, elle a toujours plaidé pour le respect de l'authenticité et de la structure originelle de la nouba pour la maintenir à son état "pur", sans modification ni déformation car, pour elle, la musique andalouse, de par ses trois écoles d'Alger, de Constantine et de Tlemcen (Sanâa, Maâlouf et Gharnati), représente l'identité et la personnalité nationales dans toute leur acception. Beihdja classe ce genre musical, venu au Maghreb après la chute de Grenade, au même niveau que les gravures rupestres du Tassili ou encore les différents sites historiques qui font la marque civilisationnelle du pays. C'est pourquoi elle tient, depuis le début de sa carrière à le faire connaître dans les régions les plus reculées du pays comme dans les grandes concentrations urbaines. Vêtue d'habits traditionnels, karakou ou kaftan, une kwitra entre les mains et dirigeant un orchestre d'hommes, elle offre, à chaque fois qu'elle se représente, l'agréable image de l'artiste qui, par les seules vibrations de sa voix, "cherche à emporter doucement son auditoire vers un monde imaginaire enfin débarrassé des conflits, de la haine ou de la violence, par la grâce de textes déclamés en toute finesse et justesse, une voix apaisante et une exécution parfaite", souligne un mélomane visiblement enchanté. Née trois jours après l'indépendance du pays, un 8 juillet 1962, à El-Biar sur les hauteurs d'Alger, Beihdja suit des cours de mandoline et de kwitra, depuis son plus jeune âge, aux conservatoires d'Alger et de son quartier, jusqu'en 1982 date à laquelle elle intègre l'association El Fekhardjia. Installée en France depuis 1992, Beihdja, ne trouve pas d'inconvénient à ce qu'on la surnomme "Madame Nouba".

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.