"Combattre, avec moi, la mafia du commerce ou descendre du train"    Flappy Bird : le petit oiseau jaune de retour en mode battle royale    Zetchi réitére sa confiance envers Belmadi    Les explications des experts    Décès d'une femme asphyxiée au monoxyde de carbone    Le coronavirus au menu    Un document relatant les ères historiques successives    Interland de Google apprend aux enfants à repérer les fake news    Microsoft propose un mash-up Minecraft Toy Story    Arzew obtient l'accord des autorités locales pour accueillir la compétition    Finale Tuniso-égyptienne    Comme l'ombre d'un doute…    Amina Belkadi confirme sa suprématie    Les autorités appellent à la vigilance et à la prudence    Près de 95% des accidents causé par le facteur humain    Le bras de fer synidcat-gouvernement se poursuit    Le MSP partie prenante du dialogue politique    Les autorités prévoient la mise en place d'un dispositif d'alerte et de riposte    Hommage à la mémoire de Matoub Lounes    Production et distribution du lait: Un système de traçabilité en cours de préparation    PREPARATION DU CONGRES DU RND : Mihoubi évoque de ‘'nouvelles bases'' pour le parti    MOSTAGANEM : 5 personnes écrouées pour trafic de drogue et vente d'alcool    La plateforme proposée pour l'aboutissement de la révolution    Tébessa: Recrutement de Trois Gardiens pour sécuriser la Nouvelle Mosaïque découverte à Négrine    PROGRAMME ECONOMIQUE DE TEBOUNE : BATATA ET GAZ DE SCHISTE    Réunion de conciliation avec Téhéran en février    Le procès de Fodil Boumala programmé pour le 9 février    Le réflexe de Chitour    Un vendredi dédié aux détenus d'opinion    Une secousse tellurique de magnitude 3.3 enregistrée à Jijel    La wilaya de Aïn Témouchent nous écrit    «Nous devons respecter nos adversaires»    Alger implique les voisins de la Libye    Au moins 11 soldats tués par des terroristes    Brexit : Boris Johnson a signé l'accord    Mostaganem abritera la 3e édition du Festival national de la poésie des jeunes    La prochaine édition sous le signe du rapprochement avec le citoyen    ACTUCULT    Bouira : Hommage à Matoub Lounès    Vita Club - JSK (aujourd'hui à 17h) : Belaïli «Nous avons les moyens de les surprendre»    PAC 1 - CSC 2 : C'est le grand retour du CSC    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 16ème journée    Energie et télécommunications : L'USTDA confirme l'intérêt américain    Venezuela : Maduro célèbre «l'échec de l'aventure putschiste» de Guaido    Pour des travaux de maintenance du réseau: Des coupures d'électricité annoncées dans trois communes    Indice de perception de la corruption 2019: L'Algérie à la 106e place    Réunion des voisins de la Libye à Alger: Rejet de l'ingérence étrangère    Tebboune, à coeur ouvert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La hantise de rester vieille fille
Crise de célibat
Publié dans Le Midi Libre le 03 - 04 - 2008

La crise de célibat pèse très lourd à la femme algérienne et ce témoignage n'est que l'illustration réelle du vécu pénible d'une catégorie de femmes. Qu'elle soit instruite ou non, active où femme au foyer, la femme aspire toujours à fonder son foyer.
La crise de célibat pèse très lourd à la femme algérienne et ce témoignage n'est que l'illustration réelle du vécu pénible d'une catégorie de femmes. Qu'elle soit instruite ou non, active où femme au foyer, la femme aspire toujours à fonder son foyer.
«Le temps presse et je ne supporte plus ma solitude. Quand j'y pense que toutes mes copines sont mariées et que moi, je suis encore célibataire, cela me donne vraiment le cafard. Le pire est que je n'ai vraiment pas de prétendant. Mon entourage trouve que je suis belle, séduisante, coquette, mais rien n'explique ma solitude. J'ai pensé à un certain moment, moi la femme instruite, que mon célibat n'était autre qu'un mauvais sort que m'a lancé, dans le passé, une femme ou une amie envieuse et méchante. Ma vieille mère a renforcé ces idées dans mon esprit au point de partir à maintes reprises à la rencontre d'un «raki» et parfois même des charlatans afin d'exorciser le mal et chasser le mauvais œil. Cependant, jusqu'à ce jour je ne constate aucun résultat. Je sortais récemment avec un homme qui disait m'aimer. Impatiente et pressée, je lui demande de venir m'épouser et là, il disparaît carrément dans la nature. Mon célibat me fait souffrir, encore plus les regards hostiles de la société qui me taxe de vieille fille. Je ne trouve plus goût à la vie», témoigne Karima, jeune femme âgée de 33 ans.
La crise de célibat pèse très lourd sur la femme Algérienne et ce témoignage n'est que l'illustration réelle du vécu pénible d'une catégorie de femmes. Qu'elle soit instruite ou non, active où femme au foyer, la femme aspire toujours à fonder son foyer. Or, de nos temps beaucoup de facteurs font que les algériens se marient moins. Conditions socioéconomiques déplorables, crise de logement, chômage et donc manque de moyens font que les jeunes Algériens se marient de moins en moins et de plus en plus tard.
Seulement, face à ce célibat imposé par des conditions de vie difficiles, il semble que les femmes sont plus exposées à la souffrance psychologique que le statut de célibataire induit que les hommes.
Entre la hantise de rester seule, le désir maternel, le temps qui presse et les pressions familiales, la femme célibataire souffre d'une solitude qui lui a été imposée. Nombreuses d'ailleurs sont celles qui affirment être en relation depuis plusieurs années avec un prétendant sincère, mais qui n'arrive malheureusement pas à concrétiser une union faute de moyen.
«Je sors avec Fouad depuis six ans, on est amoureux mais notre amour ne suffit pas pour construire un foyer. Rien que pour nous unir, nous avons besoin d'une fortune. On attend encore le logement qui tarde et devons encore patienter plus d'une année pour pouvoir officialiser. Ce qui me gêne le plus dans ma situation de femme célibataire est que dans un mois exactement je fêterais mes 34 ans. Ce n'est pas vraiment la joie, car cet âge me rappelle que je ne suis plus jeune et que je risque dans quelques années de faire le deuil de ma maternité. Ma famille continue à me faire pression, en contrôlant mes horaires et mes déplacements. Pour eux, une femme encore célibataire est plus exposée aux critiques désobligeantes», avoue Werda.
Certes, le statut de la femme au sein de la société a nettement progressé, mais en matière de statut personnel, il semble encore ancré dans l'esprit de certains qu'une femme est appelée à se marier très tôt et que si elle reste célibataire, elle sera mal considérée par la société. L'intrusion familiale dans les choix de la femme, dans sa vie et la pression qu'exercent les parents empirent la situation des femmes célibataires. La solitude pèse déjà trop lourd à ces femmes, la peur de finir leur existence seules aussi, mais ce qui leur rend la vie plus difficile c'est le regard social sévère qui les rend coupable de leur solitude.
Il faut dire que si les algériens se marient de plus en plus moins, cela n'est pas un choix. Vivant sous le poids de conditions d'existence difficile dont il est inutile de faire l'inventaire, ces jeunes personnes attendent de construire un avenir commun, mais pour le faire ils doivent posséder d'abord les moyens. Or, quand un jeune dont l'avenir est incertain souffre de chômage et de crise de logement, le mariage est la dernière chose à laquelle il peut songer. Promouvoir la jeunesse, améliorer les conditions de vie des algériens, offrir aux jeunes personnes les moyens qui leur permettent de s'unir, ce n'est qu'ainsi que nous pourrons faire reculer le pourcentage du célibat chez nous.
«Le temps presse et je ne supporte plus ma solitude. Quand j'y pense que toutes mes copines sont mariées et que moi, je suis encore célibataire, cela me donne vraiment le cafard. Le pire est que je n'ai vraiment pas de prétendant. Mon entourage trouve que je suis belle, séduisante, coquette, mais rien n'explique ma solitude. J'ai pensé à un certain moment, moi la femme instruite, que mon célibat n'était autre qu'un mauvais sort que m'a lancé, dans le passé, une femme ou une amie envieuse et méchante. Ma vieille mère a renforcé ces idées dans mon esprit au point de partir à maintes reprises à la rencontre d'un «raki» et parfois même des charlatans afin d'exorciser le mal et chasser le mauvais œil. Cependant, jusqu'à ce jour je ne constate aucun résultat. Je sortais récemment avec un homme qui disait m'aimer. Impatiente et pressée, je lui demande de venir m'épouser et là, il disparaît carrément dans la nature. Mon célibat me fait souffrir, encore plus les regards hostiles de la société qui me taxe de vieille fille. Je ne trouve plus goût à la vie», témoigne Karima, jeune femme âgée de 33 ans.
La crise de célibat pèse très lourd sur la femme Algérienne et ce témoignage n'est que l'illustration réelle du vécu pénible d'une catégorie de femmes. Qu'elle soit instruite ou non, active où femme au foyer, la femme aspire toujours à fonder son foyer. Or, de nos temps beaucoup de facteurs font que les algériens se marient moins. Conditions socioéconomiques déplorables, crise de logement, chômage et donc manque de moyens font que les jeunes Algériens se marient de moins en moins et de plus en plus tard.
Seulement, face à ce célibat imposé par des conditions de vie difficiles, il semble que les femmes sont plus exposées à la souffrance psychologique que le statut de célibataire induit que les hommes.
Entre la hantise de rester seule, le désir maternel, le temps qui presse et les pressions familiales, la femme célibataire souffre d'une solitude qui lui a été imposée. Nombreuses d'ailleurs sont celles qui affirment être en relation depuis plusieurs années avec un prétendant sincère, mais qui n'arrive malheureusement pas à concrétiser une union faute de moyen.
«Je sors avec Fouad depuis six ans, on est amoureux mais notre amour ne suffit pas pour construire un foyer. Rien que pour nous unir, nous avons besoin d'une fortune. On attend encore le logement qui tarde et devons encore patienter plus d'une année pour pouvoir officialiser. Ce qui me gêne le plus dans ma situation de femme célibataire est que dans un mois exactement je fêterais mes 34 ans. Ce n'est pas vraiment la joie, car cet âge me rappelle que je ne suis plus jeune et que je risque dans quelques années de faire le deuil de ma maternité. Ma famille continue à me faire pression, en contrôlant mes horaires et mes déplacements. Pour eux, une femme encore célibataire est plus exposée aux critiques désobligeantes», avoue Werda.
Certes, le statut de la femme au sein de la société a nettement progressé, mais en matière de statut personnel, il semble encore ancré dans l'esprit de certains qu'une femme est appelée à se marier très tôt et que si elle reste célibataire, elle sera mal considérée par la société. L'intrusion familiale dans les choix de la femme, dans sa vie et la pression qu'exercent les parents empirent la situation des femmes célibataires. La solitude pèse déjà trop lourd à ces femmes, la peur de finir leur existence seules aussi, mais ce qui leur rend la vie plus difficile c'est le regard social sévère qui les rend coupable de leur solitude.
Il faut dire que si les algériens se marient de plus en plus moins, cela n'est pas un choix. Vivant sous le poids de conditions d'existence difficile dont il est inutile de faire l'inventaire, ces jeunes personnes attendent de construire un avenir commun, mais pour le faire ils doivent posséder d'abord les moyens. Or, quand un jeune dont l'avenir est incertain souffre de chômage et de crise de logement, le mariage est la dernière chose à laquelle il peut songer. Promouvoir la jeunesse, améliorer les conditions de vie des algériens, offrir aux jeunes personnes les moyens qui leur permettent de s'unir, ce n'est qu'ainsi que nous pourrons faire reculer le pourcentage du célibat chez nous.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.