Tebboune: la société civile, le 1er allié pour concrétiser l'édification de l'Etat    Lutte contre le Covid-19: Tebboune loue les efforts de certains walis    Fin de fonction de responsables locaux: ces décisions ne représentent qu'un début    COMMUNIQUE/ DENONCIATION. Solidaires avec Khaled Drareni et les détenus du Hirak.    Accidents de la route: 9 personnes décédées et 181 autres blessées en 24 heures    Deux morts dans un accident de la circulation    Covid-19: Benbouzid et l'ambassadeur russe évoquent l'état de disponibilité du vaccin    Pléthore de modèles d'ici 2022    10 millions de ventes pour RAV4    Pas de folie pour le recrutement !    Medaouar sollicite Zetchi pour l'attribution d'une prime au CRB et à l'OM    Ahmed Belhadj sollicité pour la présidence    «L'Algérie fait face à des tentatives de déstabilisation»    Mandat d'arrêt contre le général Belksir    Tribunal : report du procès de l'ancien député Baha Eddine Tliba au 2 septembre    «Le dépôt en ligne des comptes sociaux sera obligatoire»    Covid-19, le lourd tribut des soignants    Approbation des propositions des ligues régionales    L'ONG Acted suspend temporairement ses activités au Niger    Le DTP de Tébessa en détention préventive    Les dirigeants libanais étaient prévenus des dangers    "Nous avons été impressionnés par le pacifisme du Hirak"    Liberté provisoire pour Fahd Helfaia    Retour sur un savoir-faire ancestral    Un legs patrimonial et culturel à ressusciter    "Aâssab oua aoutar" en deuil    Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie    Maroc : Manifeste d'artistes contre la «répression» et la «diffamation»    Direction de la pêche de la wilaya : Réouverture aujourd'hui de la poissonnerie du port    Importation de véhicules neufs : Le cahier des charges, les incohérences d'une démarche    Entretien par visioconférence du ministre du Tourisme avec l'ambassadeur émirati à Alger    Seulement 22 plages autorisées à la baignade à Boumerdès    Ténès : Quel sort pour la station d'épuration des eaux usées ?    Procès de l'ex-chef de la DGSN : L'ex-chef d'état-major au 2e CRGN d'Oran, le colonel Allal Taifour répond à Abdelghani Hamel    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Championnat féminin : La JF Khroub déclarée championne    Ancien maire de Souk Ahras, moudjahid et fervent défenseur des couches défavorisées : Hemana Boulaâres tire sa révérence    Hommage à Abderrahmane Rebah    Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Polémique autour d'une agence naissante    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Plaidoyer pour une révision des textes de loi: 1.537 incendies de forêts en deux mois    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sensibiliser pour prévenir
Suicide en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 04 - 2008

Mettre fin à ses jours sous le poids d'une réalité trop dure est devenu une conduite extrême de plus en plus adoptée par les Algériens. Plus de 177 suicides ont été enregistrés l'année dernière par les services de la police, alors que 129 suicidés ont été recensés par la Gendarmerie nationale.
Mettre fin à ses jours sous le poids d'une réalité trop dure est devenu une conduite extrême de plus en plus adoptée par les Algériens. Plus de 177 suicides ont été enregistrés l'année dernière par les services de la police, alors que 129 suicidés ont été recensés par la Gendarmerie nationale.
Le suicide est en constante augmentation depuis 2005 où 114 cas ont été dénombrés, 169 en 2006 et 177 en 2007. La courbe ascendante de ce fléau sociétal témoigne de l'alarmante situation dans laquelle subsiste la population algérienne.
Stress, dépression nerveuse, chômage, crise de logement, malvie sont entre autres causes qui précipitent les âmes fragilisées par un vécu accablant dans les gouffres du désespoir.
Pourquoi se suicide-on ? Comment déceler les signes précurseurs d'un éventuel passage à l'acte ? Qui sont les personnes les plus exposées au risque suicidaire ? Le contexte socioéconomique est-il imputable ? Peut-on parler d'un vrai travail de sensibilisation ayant pour visée d'emmener la société civile à prendre plus conscience des risques que les sujets vulnérables encourent ? Les conditions d'existence de la jeune génération en proie aux fléaux et aux maux les plus déchirants n'est-elle pas responsable du désespoir que ressent cette frange de la société qui, se sentant exclue, sur la marge de la société, choisit l'issue fatale ?
Mme S. Ferhat, psychologue clinicienne affirme que la santé mentale des Algériens est en nette détérioration. Le suicide, à son avis, n'est qu'un aspect de la déchéance humaine.
«Je m'occupe depuis plus de 18 ans de la prise en charge psychologique des malades atteints de pathologies psychiatriques diverses. Schizophrénie, dépression, paranoïa, trouble bipolaire, névroses traumatiques. Nombreux aussi sont les cas que j'ai accompagnés en thérapie après un suicide raté et qui semblaient avoir perdu totalement espoir en la vie.
Je ne saurais parler de santé mentale fragile sans évoquer la sombre décennie noire qui a endeuillé la population et dont les suites directes sont une explosion des maladies psychiatriques et des psychotrauma.
La fragilité des malades souvent stigmatisés par la société après avoir perdu leur statut social à cause de la maladie est frappante. Elles traversent lors de leur pathologie, des phases sensibles lors desquelles elles sont envahies par des idées suicidaires. Pour ces personnes malades, les possibilités du passage à l'acte suicidaire sont élevées et notre rôle est de prévenir toute conduite risquée en suivant de près la progression de la maladie et en appelant l'entourage des malades à plus de vigilance», affirme Mme Ferhat.
Selon notre interlocutrice, une grande partie des suicidés sont des individus atteints de pathologies psychiatriques parfois non-diagnostiquées.
D'après la psychologue, les tranches sociales les plus exposées au risque suicidaire sont : Les dépressifs dont les symptômes de la maladie passent souvent inaperçus, les adolescents en plein crise identitaire, repliés sur eux-mêmes et mutiques, les fonctionnaires exposés à un contexte professionnel stressant, les individus atteints de pathologie psychiatrique dont la schizophrénie et les âmes fragilisées par des conditions de vie précaire, dont le présent est chargé de tourmentes et le futur incertain.
«La malvie qui, contrairement au discours chimérique sur une éventuelle disparition de la pauvreté en Algérie, d'une amélioration des conditions de vie, gagne de plus en plus la population algérienne est l'une des causes principales de l'expansion du suicide», déclare Mme Ferhat.
Le suicide reste un sérieux problème de santé publique qui mérite un profond travail de terrain, selon notre interlocutrice. La prévention par la sensibilisation, l'amélioration des conditions d'existence de la population sont deux pas incontournables dans l'élaboration d'une stratégie nationale de lutte contre ce fléau.
Le suicide est en constante augmentation depuis 2005 où 114 cas ont été dénombrés, 169 en 2006 et 177 en 2007. La courbe ascendante de ce fléau sociétal témoigne de l'alarmante situation dans laquelle subsiste la population algérienne.
Stress, dépression nerveuse, chômage, crise de logement, malvie sont entre autres causes qui précipitent les âmes fragilisées par un vécu accablant dans les gouffres du désespoir.
Pourquoi se suicide-on ? Comment déceler les signes précurseurs d'un éventuel passage à l'acte ? Qui sont les personnes les plus exposées au risque suicidaire ? Le contexte socioéconomique est-il imputable ? Peut-on parler d'un vrai travail de sensibilisation ayant pour visée d'emmener la société civile à prendre plus conscience des risques que les sujets vulnérables encourent ? Les conditions d'existence de la jeune génération en proie aux fléaux et aux maux les plus déchirants n'est-elle pas responsable du désespoir que ressent cette frange de la société qui, se sentant exclue, sur la marge de la société, choisit l'issue fatale ?
Mme S. Ferhat, psychologue clinicienne affirme que la santé mentale des Algériens est en nette détérioration. Le suicide, à son avis, n'est qu'un aspect de la déchéance humaine.
«Je m'occupe depuis plus de 18 ans de la prise en charge psychologique des malades atteints de pathologies psychiatriques diverses. Schizophrénie, dépression, paranoïa, trouble bipolaire, névroses traumatiques. Nombreux aussi sont les cas que j'ai accompagnés en thérapie après un suicide raté et qui semblaient avoir perdu totalement espoir en la vie.
Je ne saurais parler de santé mentale fragile sans évoquer la sombre décennie noire qui a endeuillé la population et dont les suites directes sont une explosion des maladies psychiatriques et des psychotrauma.
La fragilité des malades souvent stigmatisés par la société après avoir perdu leur statut social à cause de la maladie est frappante. Elles traversent lors de leur pathologie, des phases sensibles lors desquelles elles sont envahies par des idées suicidaires. Pour ces personnes malades, les possibilités du passage à l'acte suicidaire sont élevées et notre rôle est de prévenir toute conduite risquée en suivant de près la progression de la maladie et en appelant l'entourage des malades à plus de vigilance», affirme Mme Ferhat.
Selon notre interlocutrice, une grande partie des suicidés sont des individus atteints de pathologies psychiatriques parfois non-diagnostiquées.
D'après la psychologue, les tranches sociales les plus exposées au risque suicidaire sont : Les dépressifs dont les symptômes de la maladie passent souvent inaperçus, les adolescents en plein crise identitaire, repliés sur eux-mêmes et mutiques, les fonctionnaires exposés à un contexte professionnel stressant, les individus atteints de pathologie psychiatrique dont la schizophrénie et les âmes fragilisées par des conditions de vie précaire, dont le présent est chargé de tourmentes et le futur incertain.
«La malvie qui, contrairement au discours chimérique sur une éventuelle disparition de la pauvreté en Algérie, d'une amélioration des conditions de vie, gagne de plus en plus la population algérienne est l'une des causes principales de l'expansion du suicide», déclare Mme Ferhat.
Le suicide reste un sérieux problème de santé publique qui mérite un profond travail de terrain, selon notre interlocutrice. La prévention par la sensibilisation, l'amélioration des conditions d'existence de la population sont deux pas incontournables dans l'élaboration d'une stratégie nationale de lutte contre ce fléau.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.