FLN et TAJ appuient    13ème Mardi de mobilisation des étudiants : Pour une rupture radicale avec le système en place    ANP : Gaïd Salah appelle le peuple algérien à l'extrême vigilance    L'armée face aux conspirateurs    Non à l'Etat militaire    Récupération des avoirs de la corruption : Les Parquets généraux appelés à superviser minutieusement les enquêtes    Le foncier dans le viseur des enquêteurs    L'Algérie a pêché 1 437 tonnes en 2019    3 ans de prison pour les accusés    Bourses : Début de semaine difficile pour les actions    Grace aux processeurs Alpha 7 et Alpha 9 Gen 2 : Une nouvelle expérience utilisateur inédite sur les téléviseurs LG    En cinq ans de sanctions : La Russie a réduit drastiquement ses opérations en dollars    El Qods Occupée : Riyadh, Rabat et Ankara se disputent le statut de gardien des Lieux Saints    Sahara occidental : La France doit s'abstenir d'entraver les décisions du Conseil de sécurité    Le comité des sanctions de l'ONU met en garde    Maduro propose des élections législatives anticipées    La liberté d'expression à la russe!    Coopération algéro-nigérienne : Réunion du comité bilatéral frontalier au second semestre    Belmadi peaufine son programme    DRBT : Hamza Demane sanctionné de 3 matchs    Niki Lauda, miraculé de la F1 : Il décède paisiblement à 70 ans    "C'est le choix du coeur"    L'AIBA "optimiste" après son audition par le CIO    Examens de fin d'année : Le ministère de l'Education assure que toutes les conditions ont été réunies pour leur bon déroulement    Plus jamais de bidonvilles...    Les étudiants fidèles à leurs principes    Jusqu'à quand va-t-on nous raconter des salades?    Dafri filme la guerre d'Algérie en s'inspirant de Coppola    Demandeurs de fetwa, utilisez le SMS, courriel ou appelez le numéro vert    Les souffrances du jeune Ahmed...    Les shebabs fabriquent désormais eux-mêmes leurs explosifs    Le FLN favorable au report    41 morts et 1.433 blessés en une semaine    LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : Les procureurs généraux instruits de superviser les enquêtes    BRADAGE DU FONCIER AGRICOLE : Des terres agricoles utilisées pour des usines et des stations d'essence    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Débouté par la commission de recours, le WA Tlemcen saisira le TAS    On vous le dit    NAHD – JSK : Les Canaris veulent retrouver leur nid de champions    Conflit Palestino-israélien : Les confidences de Moubarak à propos de Netanyahu et Trump    Mostaganem : 57 dealers arrêtés en 10 jours    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Chaou anime la soirée de clôture    Concert de jazz algéro-polonais    L'Opep dit non à Trump    ACTUCULT    "Une beauté loin d'être déserte"    Gâteau de crêpes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sensibiliser pour prévenir
Suicide en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 04 - 2008

Mettre fin à ses jours sous le poids d'une réalité trop dure est devenu une conduite extrême de plus en plus adoptée par les Algériens. Plus de 177 suicides ont été enregistrés l'année dernière par les services de la police, alors que 129 suicidés ont été recensés par la Gendarmerie nationale.
Mettre fin à ses jours sous le poids d'une réalité trop dure est devenu une conduite extrême de plus en plus adoptée par les Algériens. Plus de 177 suicides ont été enregistrés l'année dernière par les services de la police, alors que 129 suicidés ont été recensés par la Gendarmerie nationale.
Le suicide est en constante augmentation depuis 2005 où 114 cas ont été dénombrés, 169 en 2006 et 177 en 2007. La courbe ascendante de ce fléau sociétal témoigne de l'alarmante situation dans laquelle subsiste la population algérienne.
Stress, dépression nerveuse, chômage, crise de logement, malvie sont entre autres causes qui précipitent les âmes fragilisées par un vécu accablant dans les gouffres du désespoir.
Pourquoi se suicide-on ? Comment déceler les signes précurseurs d'un éventuel passage à l'acte ? Qui sont les personnes les plus exposées au risque suicidaire ? Le contexte socioéconomique est-il imputable ? Peut-on parler d'un vrai travail de sensibilisation ayant pour visée d'emmener la société civile à prendre plus conscience des risques que les sujets vulnérables encourent ? Les conditions d'existence de la jeune génération en proie aux fléaux et aux maux les plus déchirants n'est-elle pas responsable du désespoir que ressent cette frange de la société qui, se sentant exclue, sur la marge de la société, choisit l'issue fatale ?
Mme S. Ferhat, psychologue clinicienne affirme que la santé mentale des Algériens est en nette détérioration. Le suicide, à son avis, n'est qu'un aspect de la déchéance humaine.
«Je m'occupe depuis plus de 18 ans de la prise en charge psychologique des malades atteints de pathologies psychiatriques diverses. Schizophrénie, dépression, paranoïa, trouble bipolaire, névroses traumatiques. Nombreux aussi sont les cas que j'ai accompagnés en thérapie après un suicide raté et qui semblaient avoir perdu totalement espoir en la vie.
Je ne saurais parler de santé mentale fragile sans évoquer la sombre décennie noire qui a endeuillé la population et dont les suites directes sont une explosion des maladies psychiatriques et des psychotrauma.
La fragilité des malades souvent stigmatisés par la société après avoir perdu leur statut social à cause de la maladie est frappante. Elles traversent lors de leur pathologie, des phases sensibles lors desquelles elles sont envahies par des idées suicidaires. Pour ces personnes malades, les possibilités du passage à l'acte suicidaire sont élevées et notre rôle est de prévenir toute conduite risquée en suivant de près la progression de la maladie et en appelant l'entourage des malades à plus de vigilance», affirme Mme Ferhat.
Selon notre interlocutrice, une grande partie des suicidés sont des individus atteints de pathologies psychiatriques parfois non-diagnostiquées.
D'après la psychologue, les tranches sociales les plus exposées au risque suicidaire sont : Les dépressifs dont les symptômes de la maladie passent souvent inaperçus, les adolescents en plein crise identitaire, repliés sur eux-mêmes et mutiques, les fonctionnaires exposés à un contexte professionnel stressant, les individus atteints de pathologie psychiatrique dont la schizophrénie et les âmes fragilisées par des conditions de vie précaire, dont le présent est chargé de tourmentes et le futur incertain.
«La malvie qui, contrairement au discours chimérique sur une éventuelle disparition de la pauvreté en Algérie, d'une amélioration des conditions de vie, gagne de plus en plus la population algérienne est l'une des causes principales de l'expansion du suicide», déclare Mme Ferhat.
Le suicide reste un sérieux problème de santé publique qui mérite un profond travail de terrain, selon notre interlocutrice. La prévention par la sensibilisation, l'amélioration des conditions d'existence de la population sont deux pas incontournables dans l'élaboration d'une stratégie nationale de lutte contre ce fléau.
Le suicide est en constante augmentation depuis 2005 où 114 cas ont été dénombrés, 169 en 2006 et 177 en 2007. La courbe ascendante de ce fléau sociétal témoigne de l'alarmante situation dans laquelle subsiste la population algérienne.
Stress, dépression nerveuse, chômage, crise de logement, malvie sont entre autres causes qui précipitent les âmes fragilisées par un vécu accablant dans les gouffres du désespoir.
Pourquoi se suicide-on ? Comment déceler les signes précurseurs d'un éventuel passage à l'acte ? Qui sont les personnes les plus exposées au risque suicidaire ? Le contexte socioéconomique est-il imputable ? Peut-on parler d'un vrai travail de sensibilisation ayant pour visée d'emmener la société civile à prendre plus conscience des risques que les sujets vulnérables encourent ? Les conditions d'existence de la jeune génération en proie aux fléaux et aux maux les plus déchirants n'est-elle pas responsable du désespoir que ressent cette frange de la société qui, se sentant exclue, sur la marge de la société, choisit l'issue fatale ?
Mme S. Ferhat, psychologue clinicienne affirme que la santé mentale des Algériens est en nette détérioration. Le suicide, à son avis, n'est qu'un aspect de la déchéance humaine.
«Je m'occupe depuis plus de 18 ans de la prise en charge psychologique des malades atteints de pathologies psychiatriques diverses. Schizophrénie, dépression, paranoïa, trouble bipolaire, névroses traumatiques. Nombreux aussi sont les cas que j'ai accompagnés en thérapie après un suicide raté et qui semblaient avoir perdu totalement espoir en la vie.
Je ne saurais parler de santé mentale fragile sans évoquer la sombre décennie noire qui a endeuillé la population et dont les suites directes sont une explosion des maladies psychiatriques et des psychotrauma.
La fragilité des malades souvent stigmatisés par la société après avoir perdu leur statut social à cause de la maladie est frappante. Elles traversent lors de leur pathologie, des phases sensibles lors desquelles elles sont envahies par des idées suicidaires. Pour ces personnes malades, les possibilités du passage à l'acte suicidaire sont élevées et notre rôle est de prévenir toute conduite risquée en suivant de près la progression de la maladie et en appelant l'entourage des malades à plus de vigilance», affirme Mme Ferhat.
Selon notre interlocutrice, une grande partie des suicidés sont des individus atteints de pathologies psychiatriques parfois non-diagnostiquées.
D'après la psychologue, les tranches sociales les plus exposées au risque suicidaire sont : Les dépressifs dont les symptômes de la maladie passent souvent inaperçus, les adolescents en plein crise identitaire, repliés sur eux-mêmes et mutiques, les fonctionnaires exposés à un contexte professionnel stressant, les individus atteints de pathologie psychiatrique dont la schizophrénie et les âmes fragilisées par des conditions de vie précaire, dont le présent est chargé de tourmentes et le futur incertain.
«La malvie qui, contrairement au discours chimérique sur une éventuelle disparition de la pauvreté en Algérie, d'une amélioration des conditions de vie, gagne de plus en plus la population algérienne est l'une des causes principales de l'expansion du suicide», déclare Mme Ferhat.
Le suicide reste un sérieux problème de santé publique qui mérite un profond travail de terrain, selon notre interlocutrice. La prévention par la sensibilisation, l'amélioration des conditions d'existence de la population sont deux pas incontournables dans l'élaboration d'une stratégie nationale de lutte contre ce fléau.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.