Gaïd Salah félicite Tebboune    Quel sort pour le FLN ?    Le RCD dénonce, le TAJ et l'ANR s'en félicitent    Quelque 5 000 fonctionnaires régularisés    Le service VTC Yassir au cœur d'une polémique    Les journalistes non concernés    Le début d'une nouvelle phase ?    Boris Johnson veut faire le Brexit et rassembler le pays    Poursuite du démantèlement du régime d'Al-Bachir    Liban: des dizaines de blessés dans des heurts entre policiers et manifestants    Mahrez, 3e joueur africain le mieux payé    Pas de grands changements en décembre    L'épilogue, ce lundi !    L'Ordre de mérite olympique pour feus Fouad Boughanem et Ali Fodil    Le mouvement associatif s'impatiente et interpelle le P/APW    Arrestation de 2 dealers recherchés à El Kala    Cake aux thon et câpres    Un prisonnier s'évade en Ardèche    Résurgence de l'hépatite A à Bouira    La musique gnaoua entre rituel africain et culte des saints vénérés au Maroc    «Rare» découverte d'un buste de Ramsès II    ACTUCULT    Dialogue, constitution, loi électorale: Tebboune dévoile ses priorités    Entre 4 et 6 nouveaux cas d'hépatite A chaque jour: L'hygiène et l'eau des colporteurs pointés du doigt    Nouvel effondrement partiel au 5 rue Verdun: Des familles revendiquent des travaux de restauration des parties communes    Arguant de la «crise politique dans le pays»: Volkswagen suspend la production de sa marque en Algérie    Election de Tebboune: Les réactions internationales    WA Tlemcen: Tout est rentré dans l'ordre    Impacts du texte littéraire sur le parler quotidien    Disney envisagerait de s'attaquer à James Bond    10e Festival international du film documentaire de Saint-Louis    Publication de trois décrets présidentiels validant des contrats d'exploitation    La journée décisive du jeudi 12 décembre    5 individus arrêtés au sud du pays    Boko Haram : Entre attaques et enrôlements forcés au Caméroun    Madagascar: Le cyclone Belna atteint le nord-ouest, Soalala durement touchée    OPPO annonce le lancement de smartphones 5G au premier trimestre 2020    20 individus à Relizane et 6 à Guelma arrêtés pour entrave à l'opération de vote    A l'issue de sa première conférence de presse Un dialogue pour prospecter les défis du moment et du futur    Un député allemand : " L'Europe dépend fortement des importations du gaz, et un accord avec la Russie est raisonnable "    Bourses européennes : L'Europe termine en hausse, soutenue par l'accord USA-Chine    Manchester City: Guardiola souhaite "rester"    Canoë-Kayak - Championnat arabe : L'Algérie prend la 2e place    Tournoi féminin de l'UNAF (U-21) : L'Algérie débutera face à l'Egypte    MARCHES FINANCIERS Rebond de la livre sterling après la victoire de Boris Johnson    Le ton est monté lors du sommet au format Normandie Moscou en explique la raison    Littérature : Parution :    SAISON CULTURELLE 2019-2020 À AIN TEMOUCHENT Ouverture de plusieurs ateliers et clubs artistiques et pédagogiques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





‘'L'écriture, une passion qui me dévore''
Publié dans Le Midi Libre le 06 - 12 - 2008

A trente-neuf ans, le romancier Djamel Ayache est à son cinquième roman, publié dans la langue d'Ibn ‘Arabi. Bien qu'établi au Canada, il reste toujours rivé à cette passion qu'est l'écriture et reste à l'écoute des soubresauts de son pays natal, l'Algérie.
A trente-neuf ans, le romancier Djamel Ayache est à son cinquième roman, publié dans la langue d'Ibn ‘Arabi. Bien qu'établi au Canada, il reste toujours rivé à cette passion qu'est l'écriture et reste à l'écoute des soubresauts de son pays natal, l'Algérie.
Vous êtes informaticien de formation, et vous êtes à votre troisième roman. Comment vous êtes venu à l'écriture ?
En, réalité je suis à mon 5e roman, deux sont déjà publiés, ‘'les Sentiments tardifs'' et ‘'Parole du silence'', le 3e intitulé ‘'les Deux- chameaux'' paraitra bientôt. Il est, par ailleurs, publié, chaque mercredi, sur la page du quotidien Sawtt el Ahrar, le 4e est un roman que j'ai scindé en trois tomes sous le titre de ‘'Ouled Bab el Oued'' et le 5e, enfin, qui est sur le point d'être achevé, il ne reste qu'à le peaufiner, et bien sûr trouver le bon titre. Pour répondre à votre question, j'écris depuis mon jeune âge. Je suis informaticien de formation, mais la passion de l'écriture me ronge. D'ailleurs, j'ai publié mon premier récit ‘'Khatirra'' à l'âge de 16 ans. Aussi, je pense que la question de l'écriture repose davantage sur la prédisposition et l'expression de l'homme que sur sa formation pédagogique. Il est des écrivains ou des romanciers qui ont fait preuve de talent dans l'expression littéraire tels le docteur Céline; Tawfiq El Hakim qui était magistrat; l'ingénieur en électricité, le penseur Malek Bennabi et tout près de nous, le professeur Chemseddine Chitour ou le gynéco, Belgacem Ait Ouyahia pour ne citer que ceux-là.
Les récits de tes premiers romans, sont-ils inspirés de la réalité ?
Dans le monde de l'écriture, le réel et l'imaginaire se confondent entre eux, et dans la plupart des cas, l'écrivain, lui-même, ne peut faire la différence, car l'inconscient joue un rôle très important. C'est-à-dire, peut-on nous rappeler de tous les détails de notre enfance ? La réponse est non, car seuls les moments forts restent gravés dans notre mémoire, Donc, où sont les autres moments ?! Ils sont quelque part, et l'écriture peut révéler ces moments ! Mais il reste la chose la plus importante, ces instants demeurent toujours anonymes sans date, et c'est là le paradoxe. Seuls les spécialistes de la critique peuvent dessiner les frontières entre un souvenir connu est son opposant. Pour les petites gens, il ne s'agit là que d'un oubli, et l'oubli, en d'autres termes, ce n'est que l'ensemble des souvenirs inconnus. En termes plus clairs, la réalité dans le monde de l'écriture est l'ensemble des souvenirs liés à un événement bien particulier. Cet événement est le sujet du roman lui-même, qui peut être basé sur un vécu, ou projeté dans le temps.
Vous utilisez un langage accessible et un style imagé lorsque le lecteur défile les chapitres, mais il y a une sorte de philosophie qui imprègne l'histoire de vos deux premiers romans. S'agit-il d'un message à vouloir faire passer aux lecteurs ?
Je pense que la philosophie qui imprègne mes écrits, puise de deux aspects, moral et émotionnel. En ce qui concerne ‘'la Parole du silence'', l'idée polarise autour de la lutte qui se déroule dans chaque âme, entre la force mentale et la charge émotionnelle, un homme équilibré ce n'est qu'un être qui sait comment équilibrer ces deux forces dans son for intérieur, pour pouvoir surmonter l'écueil. Le personnage de Akacha dans mon roman ‘'la Parole du silence'' ignorait toute force morale : ivre de ses émotions, malgré son instruction, il demeurait sous la bénédiction de sa charge émotionnelle. Celle-ci le dominait. Il tenait à Maria qui, elle, ne l'acceptait pas. Il était face à un comportement dichotomique, déchiré entre se faire aimer contre son gré et la force qu'il devra puiser de sa dignité d'homme qu'il fallait préserver. Il finira par vivre dans un état de déséquilibre. Quant au roman intitulé ‘'les Sentiments tardifs'', il y a une certaine incohérence entre les sentiments du couple (Amel et Sadek) qui voulait fonder un foyer. Amel réagit lentement ou plus précisément, tardivement, ce qui a causé un ralentissement, puis une brisure transformée en déception. Aussi, il y a d'autres éléments, cités dans le livre qui concourent à créer l'environnement adéquat pour la rupture.
Votre dernier produit les Deux-chameaux. Pourquoi le choix d'un pareil titre et que révèle-t-il au lecteur ?
Les Deux-chameaux, c'est une plage qui existe réellement dans le quartier de Bologhine. J'ai passé une bonne partie mon enfance dans cet endroit qui m'a marqué, car différents catégories d'hommes ont côtoyé ce site balnéaire : musicien, écrivain, poète, les pêcheurs et aussi, les sans abri et les alcooliques. Le récit laisse libre cours à un dialogue autour de la vie et de la mort, que j'engonce dans deux personnages imprégnés par un vieil homme retraité (Saïd) et un jeune homme intellectuel ambitieux (Yacine) qui tient à découvrir l'autre monde, l'Amérique du nord. L'endroit pour moi porte un imaginaire, une symbolique, car je considère le symbole (Deux-chameaux, ndlr) comme étant le couple que résume le dialogue engagé entre la vie et la mort ; entre un vieil homme qui cumule une somme d'expériences et un jeune homme ambitieux, qui tient à matérialiser ses rêves, en se soustrayant à la pesanteur de son morne quotidien. La triste fin de l'histoire est que dans notre société, les jeunes préfèrent l'exil, les vieux préfèrent quitter la vie, en silence. Cela révèle, l'état maladif de notre société d'une part, et d'autre part, l'échec total de projet de société.
Vous êtes informaticien de formation, et vous êtes à votre troisième roman. Comment vous êtes venu à l'écriture ?
En, réalité je suis à mon 5e roman, deux sont déjà publiés, ‘'les Sentiments tardifs'' et ‘'Parole du silence'', le 3e intitulé ‘'les Deux- chameaux'' paraitra bientôt. Il est, par ailleurs, publié, chaque mercredi, sur la page du quotidien Sawtt el Ahrar, le 4e est un roman que j'ai scindé en trois tomes sous le titre de ‘'Ouled Bab el Oued'' et le 5e, enfin, qui est sur le point d'être achevé, il ne reste qu'à le peaufiner, et bien sûr trouver le bon titre. Pour répondre à votre question, j'écris depuis mon jeune âge. Je suis informaticien de formation, mais la passion de l'écriture me ronge. D'ailleurs, j'ai publié mon premier récit ‘'Khatirra'' à l'âge de 16 ans. Aussi, je pense que la question de l'écriture repose davantage sur la prédisposition et l'expression de l'homme que sur sa formation pédagogique. Il est des écrivains ou des romanciers qui ont fait preuve de talent dans l'expression littéraire tels le docteur Céline; Tawfiq El Hakim qui était magistrat; l'ingénieur en électricité, le penseur Malek Bennabi et tout près de nous, le professeur Chemseddine Chitour ou le gynéco, Belgacem Ait Ouyahia pour ne citer que ceux-là.
Les récits de tes premiers romans, sont-ils inspirés de la réalité ?
Dans le monde de l'écriture, le réel et l'imaginaire se confondent entre eux, et dans la plupart des cas, l'écrivain, lui-même, ne peut faire la différence, car l'inconscient joue un rôle très important. C'est-à-dire, peut-on nous rappeler de tous les détails de notre enfance ? La réponse est non, car seuls les moments forts restent gravés dans notre mémoire, Donc, où sont les autres moments ?! Ils sont quelque part, et l'écriture peut révéler ces moments ! Mais il reste la chose la plus importante, ces instants demeurent toujours anonymes sans date, et c'est là le paradoxe. Seuls les spécialistes de la critique peuvent dessiner les frontières entre un souvenir connu est son opposant. Pour les petites gens, il ne s'agit là que d'un oubli, et l'oubli, en d'autres termes, ce n'est que l'ensemble des souvenirs inconnus. En termes plus clairs, la réalité dans le monde de l'écriture est l'ensemble des souvenirs liés à un événement bien particulier. Cet événement est le sujet du roman lui-même, qui peut être basé sur un vécu, ou projeté dans le temps.
Vous utilisez un langage accessible et un style imagé lorsque le lecteur défile les chapitres, mais il y a une sorte de philosophie qui imprègne l'histoire de vos deux premiers romans. S'agit-il d'un message à vouloir faire passer aux lecteurs ?
Je pense que la philosophie qui imprègne mes écrits, puise de deux aspects, moral et émotionnel. En ce qui concerne ‘'la Parole du silence'', l'idée polarise autour de la lutte qui se déroule dans chaque âme, entre la force mentale et la charge émotionnelle, un homme équilibré ce n'est qu'un être qui sait comment équilibrer ces deux forces dans son for intérieur, pour pouvoir surmonter l'écueil. Le personnage de Akacha dans mon roman ‘'la Parole du silence'' ignorait toute force morale : ivre de ses émotions, malgré son instruction, il demeurait sous la bénédiction de sa charge émotionnelle. Celle-ci le dominait. Il tenait à Maria qui, elle, ne l'acceptait pas. Il était face à un comportement dichotomique, déchiré entre se faire aimer contre son gré et la force qu'il devra puiser de sa dignité d'homme qu'il fallait préserver. Il finira par vivre dans un état de déséquilibre. Quant au roman intitulé ‘'les Sentiments tardifs'', il y a une certaine incohérence entre les sentiments du couple (Amel et Sadek) qui voulait fonder un foyer. Amel réagit lentement ou plus précisément, tardivement, ce qui a causé un ralentissement, puis une brisure transformée en déception. Aussi, il y a d'autres éléments, cités dans le livre qui concourent à créer l'environnement adéquat pour la rupture.
Votre dernier produit les Deux-chameaux. Pourquoi le choix d'un pareil titre et que révèle-t-il au lecteur ?
Les Deux-chameaux, c'est une plage qui existe réellement dans le quartier de Bologhine. J'ai passé une bonne partie mon enfance dans cet endroit qui m'a marqué, car différents catégories d'hommes ont côtoyé ce site balnéaire : musicien, écrivain, poète, les pêcheurs et aussi, les sans abri et les alcooliques. Le récit laisse libre cours à un dialogue autour de la vie et de la mort, que j'engonce dans deux personnages imprégnés par un vieil homme retraité (Saïd) et un jeune homme intellectuel ambitieux (Yacine) qui tient à découvrir l'autre monde, l'Amérique du nord. L'endroit pour moi porte un imaginaire, une symbolique, car je considère le symbole (Deux-chameaux, ndlr) comme étant le couple que résume le dialogue engagé entre la vie et la mort ; entre un vieil homme qui cumule une somme d'expériences et un jeune homme ambitieux, qui tient à matérialiser ses rêves, en se soustrayant à la pesanteur de son morne quotidien. La triste fin de l'histoire est que dans notre société, les jeunes préfèrent l'exil, les vieux préfèrent quitter la vie, en silence. Cela révèle, l'état maladif de notre société d'une part, et d'autre part, l'échec total de projet de société.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.