Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Ligue 1 (mise à jour) : La LFP fixe les dates de deux matches de la JSK    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    «Je m'inspire des couleurs et des personnalités de mon pays»    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    MC Oran: Encore une saison ratée !    RC Relizane: Le maintien en bonne voie    Malgré un flux d'estivants relativement faible: La corniche renoue avec les embouteillages et les bouchons    Mascara: Trois morts et quatre blessés dans une collision    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    La session parlementaire clôturée demain    Belazri retenu comme juge de ligne    Lagab et Mansouri abandonnent    Melih et Sahnoune officiellement engagés    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    L'unité aérienne de la protection civile dépêchée    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Rym Feroukhi sur le podium    Situation catastrophique à Sétif    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    208 migrants secourus en 48 heures    Confinement à Hanoï    Le baril efface ses pertes    Le paiement en ligne est opérationnel    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    ALGER RIPOSTE    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Le volcan s'est éteint»
Décès de Mamadou El Bechir Gologo
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 03 - 2009

Mamadou El Bechir Gologo, un grand nom de la littérature malienne, est décédé avant-hier à l'âge de 85 ans à Bamako, où de nombreuses personnalités du monde politique et culturel l'ont accompagné à sa dernière demeure. «Le volcan s'est éteint», comme l'écriront en manchette les journaux de la presse locale en référence au titre d'un de ses ouvrages célèbres «Mon cœur est un volcan» qui résume bien le personnage de la littérature malienne qui était médecin militant et écrivain.
Mamadou Gologo, né à Koulikoro en 1924, a fait ses études de médecine à l'Ecole de médecine de Dakar après de brillantes études à l'Ecole normale William-Ponty de Gore au Sénégal.
Rebelle, naturel, comme on le qualifie dans le milieu de la culture, Mamadou Gologo exerça dans plusieurs localités sénégalaises avant d'être révoqué de ses fonctions en raison, surtout de son côté révolté. Militant de l'indépendance de la première heure, il sera de tous les combats pour l'émancipation du peuple malien en particulier, avant de devenir ministre de l'Information dans le gouvernement de Modibo Keita et haut cadre de l'Union soudanaise/Rassemblement démocratique africain (USRDA).
Le «Volcan» comme ont témoigné avant-hier les journaux n'a jamais été calme ni n'a baissé la garde. Et ni le poids des années ni les maladies n'ont eu raison de sa combativité et de sa révolte.
Mamadou Gologo est auteur de nombreux ouvrages dont Mon cœur est un Volcan publié en 1961, le Rescapé de l'Ethylos (1963), Tornade africaine (1966) et Mon cœur reste un volcan publié en 1998.
Mamadou El Bechir Gologo, un grand nom de la littérature malienne, est décédé avant-hier à l'âge de 85 ans à Bamako, où de nombreuses personnalités du monde politique et culturel l'ont accompagné à sa dernière demeure. «Le volcan s'est éteint», comme l'écriront en manchette les journaux de la presse locale en référence au titre d'un de ses ouvrages célèbres «Mon cœur est un volcan» qui résume bien le personnage de la littérature malienne qui était médecin militant et écrivain.
Mamadou Gologo, né à Koulikoro en 1924, a fait ses études de médecine à l'Ecole de médecine de Dakar après de brillantes études à l'Ecole normale William-Ponty de Gore au Sénégal.
Rebelle, naturel, comme on le qualifie dans le milieu de la culture, Mamadou Gologo exerça dans plusieurs localités sénégalaises avant d'être révoqué de ses fonctions en raison, surtout de son côté révolté. Militant de l'indépendance de la première heure, il sera de tous les combats pour l'émancipation du peuple malien en particulier, avant de devenir ministre de l'Information dans le gouvernement de Modibo Keita et haut cadre de l'Union soudanaise/Rassemblement démocratique africain (USRDA).
Le «Volcan» comme ont témoigné avant-hier les journaux n'a jamais été calme ni n'a baissé la garde. Et ni le poids des années ni les maladies n'ont eu raison de sa combativité et de sa révolte.
Mamadou Gologo est auteur de nombreux ouvrages dont Mon cœur est un Volcan publié en 1961, le Rescapé de l'Ethylos (1963), Tornade africaine (1966) et Mon cœur reste un volcan publié en 1998.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.