Real : Vers le départ en prêt de Ruben Blanco    Liverpool : Klopp en veut à Darwin Nunez    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    La faim plus menaçante    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    U 23 - Après le ratage des Jeux de la Solidarité Islamique 2022: Des lacunes à combler chez les Verts    La série noire continue à Tiaret: Deux morts et trois blessés dans une collision    Des feux de forêts toujours actifs dans plusieurs wilayas: Des centaines d'hectares carbonisés et des familles évacuées    Le pain, la viande et le poulet    Le vieux de mon village    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Une troisième voie «pointe du nez»    Dimanche, le pic!    Le grand retour    «Garante d'une sécurité alimentaire durable»    Les Verts déjà en forme    Altercation entre Tuchel et Conte    PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    L'Union africaine se penche sur le Tchad    La Chine relance ses manœuvres militaires    Retrouvailles familiales    Près de 200 personnes évacuées aux urgences    «Complet» partout    Un Palestinien tombe en martyr    Une autobiographie de Rachid Boudjedra    Riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Accompagner le projet d'amélioration de la production et de la commercialisation du lait de chamelle    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Incendie dans une église du Caire: l'Algérie présente ses condoléances    Salman Rushdie sous respirateur après avoir été poignardé    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ecrire l'histoire ou la réécrire ? telle est la question
Conférence de Benjamin Stora et Mohamed Harbi
Publié dans Le Midi Libre le 28 - 04 - 2009

A la veille de la commémoration des massacres du 8 Mai 1945, perpétrés par le colonialisme français, le Centre culturel français d'Alger (CCFA) organise aujourd'hui à partir de 17 heures une conférence-débat sous le signe générique «Ecrire l'histoire». Elle sera animée par deux grands professeurs, l'historien Benjamin Stora et le sociologue et historien Mohamed Harbi. Cette rencontre sera modérée par Mme Ouanassa Siari Tengour, historienne, maîtresse assistante à l'université de Constantine.
Durant cette conférence, plusieurs problématiques seront relevées à travers les deux communications de ces illustres intervenants.
Ainsi, Benjamin Stora interviendra durant sa communication intitulée : «La guerre d'indépendance algérienne : usages de ce passé en France, entre histoire et mémoire».
Il relèvera que depuis une dizaine d'années, la connaissance de la séquence-guerre d'indépendance algérienne s'est considérablement développée en France, notamment à la suite de travaux universitaires portant, par exemple, sur les images de cette guerre, les refus d'obéissance ou l'activité politique des immigrés algériens. Mais ce qui frappe, provoque l'interrogation, c'est que cette histoire savante n'arrive pas à freiner les usages abusifs du passé s'exprimant par la puissance des revendications mémorielles, quelquefois portées par des nostalgiques du temps colonial.
De surcroit, qu'il s'agisse du passé lointain ou du passé proche, une série de débats se sont organisés autour des lois mémorielles, des conflits entre groupes porteurs de la mémoire de l'Algérie. Vingt ans après la rédaction de son ouvrage La gangrène et l'oubli, la mémoire de la guerre d'Algérie, cette communication présente les divers aspects de ces conflits qui affectent le statut du travail historique.
Quant à Mohamed Harbi, il s'appuiera sur plusieurs interrogations pour bâtir sa communication intitulée : «Connaissance de l'Algérie à l'épreuve de l'histoire contemporaine».
Pour lui il est indispensable de savoir où en sommes-nous dans l'écriture de l'histoire contemporaine de l'Algérie ? Comment a été élaborée son historiographie ?
Comment mettre de l'ordre dans le "commerce des idées usagées " ? Que faire du passé colonial ? Comment affirmer et consolider l'émergence du métier d'historien ?
A la veille de la commémoration des massacres du 8 Mai 1945, perpétrés par le colonialisme français, le Centre culturel français d'Alger (CCFA) organise aujourd'hui à partir de 17 heures une conférence-débat sous le signe générique «Ecrire l'histoire». Elle sera animée par deux grands professeurs, l'historien Benjamin Stora et le sociologue et historien Mohamed Harbi. Cette rencontre sera modérée par Mme Ouanassa Siari Tengour, historienne, maîtresse assistante à l'université de Constantine.
Durant cette conférence, plusieurs problématiques seront relevées à travers les deux communications de ces illustres intervenants.
Ainsi, Benjamin Stora interviendra durant sa communication intitulée : «La guerre d'indépendance algérienne : usages de ce passé en France, entre histoire et mémoire».
Il relèvera que depuis une dizaine d'années, la connaissance de la séquence-guerre d'indépendance algérienne s'est considérablement développée en France, notamment à la suite de travaux universitaires portant, par exemple, sur les images de cette guerre, les refus d'obéissance ou l'activité politique des immigrés algériens. Mais ce qui frappe, provoque l'interrogation, c'est que cette histoire savante n'arrive pas à freiner les usages abusifs du passé s'exprimant par la puissance des revendications mémorielles, quelquefois portées par des nostalgiques du temps colonial.
De surcroit, qu'il s'agisse du passé lointain ou du passé proche, une série de débats se sont organisés autour des lois mémorielles, des conflits entre groupes porteurs de la mémoire de l'Algérie. Vingt ans après la rédaction de son ouvrage La gangrène et l'oubli, la mémoire de la guerre d'Algérie, cette communication présente les divers aspects de ces conflits qui affectent le statut du travail historique.
Quant à Mohamed Harbi, il s'appuiera sur plusieurs interrogations pour bâtir sa communication intitulée : «Connaissance de l'Algérie à l'épreuve de l'histoire contemporaine».
Pour lui il est indispensable de savoir où en sommes-nous dans l'écriture de l'histoire contemporaine de l'Algérie ? Comment a été élaborée son historiographie ?
Comment mettre de l'ordre dans le "commerce des idées usagées " ? Que faire du passé colonial ? Comment affirmer et consolider l'émergence du métier d'historien ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.