Décès d'Idriss El Djazairi : une carrière vouée aux bonnes causes    Juventus: l'avenir de Sarri lié à Lyon ?    Coronavirus: le ministre de la santé répond personnellement à des appels sur le numéro vert 3030    Coronavirus: le Premier ministre instruit les parties concernées à prendre les mesures nécessaires    Coronavirus: Aucune personne ayant approché le ressortissant italien ne présenterait des signes inquiétants    LE CARACTÈRE ET L'AMBIVALENCE DE CERTAINS DE MES COMPATRIOTES    Algérie- Maroc : conjuguer le Hirak au pluriel maghrébin    MOULOUD MAMMERI UNE MORT INJUSTE    Les réserves hydriques actuelles, "suffisantes" pour satisfaire les besoins nationaux en 2020    Le Président Tebboune se rend à la Mosquée du Prophète à Médine    Real Madrid: Zidane aurait une alternative à 150M€ pour Mbappé !    Le soutien de l'Algérie au droit à l'autodétermination du peuple Sahraoui salué à Bechar    Vinicius Jr s'en prend à l'arbitre de Real Madrid-Manchester City    Ligue 1 (USM Alger) succession de Dziri Billel: l'entraîneur Bira dit oui avant de se rétracter    Rassemblement de protestation des Patriotes    T'es pas mon frère !    Pour ne pas rentrer les mains vides…    Appels à intensifier l'effort de lutte contre le terrorisme    L'ambassadeur du Mali en France dénonce des "débordements"    PT : "Le régime n'a pas changé"    An I du Hirak, tentative de dévoiement et décantation !    Les revendeurs «partenaires»    Huawei présente le nouveau Mate XS 5G pliable à 2 400 euros    Berraf maintient sa démission du COA    Derby indécis pour une place dans le dernier carré    ASO-PAC pour ouvrir le bal    Le président de Madar secoue les joueurs    Samsung présente ses nouveautés au MENA Forum 2020    Près de 80% des commandes maintenus chez Renault Algérie    Les vérités, toujours bonnes à dire !    Les pharmacies d'Oran prises d'assaut    10 ans de prison requis contre Kamel Chikhi    Le président Tebboune appelle à une "extrême vigilance"    Pas de cadeaux pour Chenine    Les 8 élus du RCD annoncent leur retrait du parti    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Les «gilets jaunes» s'invitent à la Berlinale    Pollution : pointé du doigt, le monde de l'art fait sa mue tardive    Le théâtre comme expérience sensorielle    Le livre-mémoire de l'enfant d'Aghbalou    Jeux méditerranéens 2021: la capacité du parc hôtelier d'Oran doublera    Grève de l'Education: Suivi mitigé dans les écoles primaires    Quelle communication pour la «nouvelle Algérie» ?    Révision Constitutionnelle - L'immunité parlementaire : une spécificité algérienne    Les explications du ministère de la Santé: Le coronavirus arrive en Algérie    Les expatriés du Groupe Volkswagen jettent l'éponge    ENI donne des détails sur son employé atteint du virus    Les avocats continuent de denoncer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aïn El-Kerma et Baba El-Mansour ferment le bal
Clôture du 31e festival de Timgad
Publié dans Le Midi Libre le 02 - 08 - 2009

La dernière soirée du Festival a été consacrée, hier, à l'art vocal et instrumental des Aurès et à celui de la Tunisie toute proche. L'artiste populaire originaire de Khenchela, Abdelhamid Bouzaher, a régalé le public de quelques morceaux du grand Aïssa Djarmouni, disparu en 1946. l'Incontournable Aïn El-Kerma a fait vibré la nostalgie d'un public de tous les âges. Bouzaher a également interprété des morceaux de son cru. Le chanteur a acquis les rudiments de son art à même les champs de blé de son enfance lorsque les moissons- battages s'accompagnaient du rude chant sraoui des travailleurs de la terre. Il s'est ainsi, peu à peu, hissé à une maîtrise du chant, de la danse et de la confection des instruments de musique traditionnelle chaouis. Il reste celui qui a essayé de populariser la chanson chaouie à travers le territoire national en traduisant les textes en arabe. Ce fut ensuite au chanteur tunisien, Saber Ribai, de se produire accompagné de son orchestre. Le public, qui connaissait tous les morceaux de l'artiste, s'en est donné à cœur joie. Assidu du festival de Timgad, l'artiste tunisien a donc retrouvé son public. Il a entonné la chanson très aimée en Algérie de Baba El-Mansour puis d'autres chansons du terroir tunisien. Des titres orientaux et du Golfe constituaient également son répertoire. Ouahchani Guidden, Mezyana, Ma cha Allah Aliha, Atahadda el Alem, Barcha Barcha ya Medellel, se sont succédé avec un grand professionnalisme. Youm Elli Ftarkna a particulièrement fait un tabac. Cette clôture du Festival international de Timgad a donné lieu à une remise du trophée «l'arc de triomphe de Trajan» à des journalistes qui ont couvert cet évènement depuis des années. Notons que c'est la dernière fois que le Festival de Timgad se tient au Théâtre romain antique. Selon les organisateurs, un théâtre va être incessamment construit à cet effet. Voilà qui va réjouir les archéologues et autres amoureux du patrimoine qui n'ont cessé de protester contre les atteintes que portait ce Festival au site historique, année après année.
La dernière soirée du Festival a été consacrée, hier, à l'art vocal et instrumental des Aurès et à celui de la Tunisie toute proche. L'artiste populaire originaire de Khenchela, Abdelhamid Bouzaher, a régalé le public de quelques morceaux du grand Aïssa Djarmouni, disparu en 1946. l'Incontournable Aïn El-Kerma a fait vibré la nostalgie d'un public de tous les âges. Bouzaher a également interprété des morceaux de son cru. Le chanteur a acquis les rudiments de son art à même les champs de blé de son enfance lorsque les moissons- battages s'accompagnaient du rude chant sraoui des travailleurs de la terre. Il s'est ainsi, peu à peu, hissé à une maîtrise du chant, de la danse et de la confection des instruments de musique traditionnelle chaouis. Il reste celui qui a essayé de populariser la chanson chaouie à travers le territoire national en traduisant les textes en arabe. Ce fut ensuite au chanteur tunisien, Saber Ribai, de se produire accompagné de son orchestre. Le public, qui connaissait tous les morceaux de l'artiste, s'en est donné à cœur joie. Assidu du festival de Timgad, l'artiste tunisien a donc retrouvé son public. Il a entonné la chanson très aimée en Algérie de Baba El-Mansour puis d'autres chansons du terroir tunisien. Des titres orientaux et du Golfe constituaient également son répertoire. Ouahchani Guidden, Mezyana, Ma cha Allah Aliha, Atahadda el Alem, Barcha Barcha ya Medellel, se sont succédé avec un grand professionnalisme. Youm Elli Ftarkna a particulièrement fait un tabac. Cette clôture du Festival international de Timgad a donné lieu à une remise du trophée «l'arc de triomphe de Trajan» à des journalistes qui ont couvert cet évènement depuis des années. Notons que c'est la dernière fois que le Festival de Timgad se tient au Théâtre romain antique. Selon les organisateurs, un théâtre va être incessamment construit à cet effet. Voilà qui va réjouir les archéologues et autres amoureux du patrimoine qui n'ont cessé de protester contre les atteintes que portait ce Festival au site historique, année après année.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.