Feux de forêt: le Président Tebboune reçoit les condoléances de son homologue palestinien    Goudjil salue le grand intérêt qu'accorde le Président de la République au dossier de la Mémoire    Feux de forêt: le secrétaire général de la Ligue arabe présente ses condoléances à l'Algérie    Jeux de la Solidarité Islamique: l'Algérie décroche dix médailles en Kick-boxing, dont cinq ce jeudi    Manchester United: l'hypothèse Dortmund pour Ronaldo    Congrès de la Soummam: un dispositif de génie pour assurer la plus grande sécurité    Congrès de la Soummam: Un "saut qualitatif" dans la conduite de la Révolution    Feux de forêt : le Président Tebboune reçoit les condoléances de son homologue tunisien Kaïs Saïed    Tennis / Tournoi international ITF (U14): l'Algérienne Badache sacrée à Tunis    Le Premier ministre se rend à El-Tarf    Feux de forêts: le Haut commandement de l'ANP mobilise des hélicoptères    Une délégation du Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies reçue à Alger    "Section Aéroportée 2022": exécution de l'épreuve du Biathlon    Industrie pharmaceutique: Benbahmed aborde avec des experts de l'UA les opportunités de coopération    Le monodrame "Gilgamesh, comme vous en avez jamais entendu parler" présenté à Alger    Déclarations algérophobes de Raïssoui : des "divagations infâmes" étrangères à l'unité des rangs    «Les Palestiniens, spectateurs et acteurs de leur... propre extinction ?»    Faible impact    Agriculture et développement rural: Aperçu historique sur l'évolution du foncier agricole en Algérie à travers les âges    Démographie et procréation    Les habitants de la corniche endurent le calvaire: Embouteillages, tension sur les transports, diktat des «clandestins»    Aïn El Beïda: La ligne 28 prolongée jusqu'à la cité 2000 logements    ONE, DEUX, TROIS... TAHIA L'ALGERIE !    Gara-Djebilet: L'exploitation de la mine de fer a commencé    Ligue 2: Préparation de la nouvelle saison    Le courage de vivre    L'esprit des comportements    Incorrigible Makhzen!    La presse marocaine prend le relais    Dix-sept morts après des frappes turques dans le nord    La recherche scientifique est la seule voie    «Le bien-être individuel est lié à l'action collective»    La justice rouvre de nombreux dossiers    Le Maroc c'est toujours... kif-kif    «Il faut revoir la gestion des ports de pêche»    Fin de mission pour les administrateurs    Afrique nous voilà!    Algérie-Brésil en France?    Lagraâ veut partir    Et de trois pour Syoud!    «Raïssouni se trompe de cible»    Demain, l'ascension d'Azrou N'Thor    «Décoloniser la préhistoire algérienne»    Tebboune présente ses condoléances    Céréaliculture: rappel aux producteurs l'obligation de livrer leurs récoltes aux CCLS    Des partis algériens dénoncent: Nouvelle provocation marocaine    Solution factice    15 pays y prennent part    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Lutter contre toute fixation stérilisante du poète
Colloque sur le parcours et l'œuvre de Mahmoud Darwich au M.A.M.A.
Publié dans Le Midi Libre le 05 - 10 - 2009

A la troisième journée de la manifestation, "Mahmoud Darwich, une vie de poésie", la vie et l'œuvre du poète disparu ont été disséqués lors de trois tables rondes successives animées par ses traducteurs, éditeurs, amis et compagnons de combat. Pourtant le danger d'en faire une icône figée et de précipiter ainsi sa disparition a été souligné par Breyten Breytenbach, poète sud-africain, très applaudi. «Il faut faire attention. Il est là, il s'approche, il commence à rester figé, il s'en va», a déclaré le grand poète sud-africain qui a passé 7 années de sa vie en prison, incarcéré pour sa lutte anti-apartheid. Breytenbach a attiré l'attention des participants sur les dangers inhérents aux hommages rendus aux disparus. «Sa disparition entraîne des actes illimités d'intimité.(…) Nous le mangeons tous ensemble et il n'est plus là pour dire si cela lui plaît. Au fur et à mesure, il perd de sa substance, de ses particularités. Il devient une figure de fixation. La tentation est grande de lisser, d'arrondir les angles, de le garder comme on le veut…C'est dangereux». Cette intervention qui semble avoir réveillé l'auditoire a déclenché une tempête d'applaudissements. Il a souligné que l'impact de Mahmoud Darwich se situait bien au-delà de la langue et du monde arabes. «Il nous a marqué depuis 50 ans. Il ne faut pas le laisser mourir en en faisant une icône». Le poète sud-africain a souligné que Mahmoud Darwich, n'était captif ni de son époque, ni de sa langue, ni de sa terre. Il ne se vautrait pas dans l'entendu et allait toujours plus loin. Il se posait des problèmes et des défis et, être profondément spirituel, il traversait les temps et les siècles. "Comment faire pour devenir un captif amoureux ou un étranger intime lorsqu'on est devenu la voix de son peuple ?". Cette situation complexe, Mahmoud Darwich la résolvait à travers son métier. En étant dans le vrai, du côté des pauvres, c'est-à-dire de ceux pour qui la vie reste palpable… La magnifique intervention de Breyten Breytenbach qui a également exprimé sa grande joie d'être en Algérie "dans la partie la plus au Nord de notre continent". a été parmi les dernières d'une rencontre d'une grande richesse artistique, scientifique et émotionnelle. S'exprimant dans un arabe châtié, Luz Gómez Garcia, traductrice de Mahmoud Darwich en espagnol et Francesca Corrao, sa traductrice italienne ont captivé l'assistance, autant par l'exposé de leurs difficultés à traduire le verbe poétique du poète palestinien que par le charme de leur accent. Mohammed Bennis, poète marocain, Abbas Beydoun, poète libanais, Inaâm Bioud , poétesse et traductrice algérienne, Rachid Boudjedra, Adel Karachouli, traducteur de Darwich en langue allemande, Farouk Mardam-Bey son éditeur en France, Hakim Miloud, poète algérien, se sont succédé pour exprimer, dire, expliquer Darwich. Selon leurs souvenirs de l'homme singulier et leur perception de son œuvre. Rachid Koraïchi, l'artiste plasticien qui a partagé avec Darwich des tranches de vie et une œuvre commune, exposée au M.A.M.A , a ému l'assistance en retraçant les étapes de ce compagnonnage artistique. Le jeune espoir palestinien Najwan Darwich, qui participe à une résidence d'écriture partagée avec Abdallah el-Hamel, écrivain et journaliste de Tindouf, a secoué l'assistance par ses propos d'un humour et d'une verve iconoclaste. L'assistance a cependant eu à regretter l'absence d'Elias Sanbar, écrivain et traducteur palestinien qui a dû s'envoler vers d'autres cieux , pressé par ses responsabilités à l'Unesco.
A la troisième journée de la manifestation, "Mahmoud Darwich, une vie de poésie", la vie et l'œuvre du poète disparu ont été disséqués lors de trois tables rondes successives animées par ses traducteurs, éditeurs, amis et compagnons de combat. Pourtant le danger d'en faire une icône figée et de précipiter ainsi sa disparition a été souligné par Breyten Breytenbach, poète sud-africain, très applaudi. «Il faut faire attention. Il est là, il s'approche, il commence à rester figé, il s'en va», a déclaré le grand poète sud-africain qui a passé 7 années de sa vie en prison, incarcéré pour sa lutte anti-apartheid. Breytenbach a attiré l'attention des participants sur les dangers inhérents aux hommages rendus aux disparus. «Sa disparition entraîne des actes illimités d'intimité.(…) Nous le mangeons tous ensemble et il n'est plus là pour dire si cela lui plaît. Au fur et à mesure, il perd de sa substance, de ses particularités. Il devient une figure de fixation. La tentation est grande de lisser, d'arrondir les angles, de le garder comme on le veut…C'est dangereux». Cette intervention qui semble avoir réveillé l'auditoire a déclenché une tempête d'applaudissements. Il a souligné que l'impact de Mahmoud Darwich se situait bien au-delà de la langue et du monde arabes. «Il nous a marqué depuis 50 ans. Il ne faut pas le laisser mourir en en faisant une icône». Le poète sud-africain a souligné que Mahmoud Darwich, n'était captif ni de son époque, ni de sa langue, ni de sa terre. Il ne se vautrait pas dans l'entendu et allait toujours plus loin. Il se posait des problèmes et des défis et, être profondément spirituel, il traversait les temps et les siècles. "Comment faire pour devenir un captif amoureux ou un étranger intime lorsqu'on est devenu la voix de son peuple ?". Cette situation complexe, Mahmoud Darwich la résolvait à travers son métier. En étant dans le vrai, du côté des pauvres, c'est-à-dire de ceux pour qui la vie reste palpable… La magnifique intervention de Breyten Breytenbach qui a également exprimé sa grande joie d'être en Algérie "dans la partie la plus au Nord de notre continent". a été parmi les dernières d'une rencontre d'une grande richesse artistique, scientifique et émotionnelle. S'exprimant dans un arabe châtié, Luz Gómez Garcia, traductrice de Mahmoud Darwich en espagnol et Francesca Corrao, sa traductrice italienne ont captivé l'assistance, autant par l'exposé de leurs difficultés à traduire le verbe poétique du poète palestinien que par le charme de leur accent. Mohammed Bennis, poète marocain, Abbas Beydoun, poète libanais, Inaâm Bioud , poétesse et traductrice algérienne, Rachid Boudjedra, Adel Karachouli, traducteur de Darwich en langue allemande, Farouk Mardam-Bey son éditeur en France, Hakim Miloud, poète algérien, se sont succédé pour exprimer, dire, expliquer Darwich. Selon leurs souvenirs de l'homme singulier et leur perception de son œuvre. Rachid Koraïchi, l'artiste plasticien qui a partagé avec Darwich des tranches de vie et une œuvre commune, exposée au M.A.M.A , a ému l'assistance en retraçant les étapes de ce compagnonnage artistique. Le jeune espoir palestinien Najwan Darwich, qui participe à une résidence d'écriture partagée avec Abdallah el-Hamel, écrivain et journaliste de Tindouf, a secoué l'assistance par ses propos d'un humour et d'une verve iconoclaste. L'assistance a cependant eu à regretter l'absence d'Elias Sanbar, écrivain et traducteur palestinien qui a dû s'envoler vers d'autres cieux , pressé par ses responsabilités à l'Unesco.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.