Reprise de l'activité du contrôle technique des véhicules    L'ENIE se lance dans la fabricationde respirateurs artificiels    L'afrique risque de ne pas recevoir le soutien souhaité    L'Algérie "peut compter" sur son amitié avec la Chine    Réception de 8,5 millions de masques en provenance de Chine    Le Pr Benbouzid annonce l'arrivée prochaine d'une vague de contamination    COVID-19 : L'Algérie continuera à réceptionner des équipements médicaux    OPEP : l'Algérie appelle à une réduction immédiate de la production de pétrole    LUTTE CONTRE L'INFORMEL ET LA SPECULATION : Les commerçants sommés de déclarer leurs entrepôts    POUR LES ABONNES DE BLIDA : Aucune coupure d'internet jusqu'au 19 avril    Pas de date butoir pour la LDC selon le démenti de l'UEFA    MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE : Ouadjaout annonce une mouture de plan de contingence    PREMIER MINISTERE : Reprise de certaines activités commerciales    Covid-19 : Nouveau bilan à Sétif    MASCARA : La BRI saisit une quantité de cocaïne    HRW : Algérie : La peine d'un leader d'opposition doublée la veille de sa libération.    Oran : concours du meilleur conte pour enfants sur Internet    Football : vers un retour de Slimani à Lisbonne    Angleterre : Southgate donne l'exemple aux joueurs de Premier League    LES 100 JOURS DE MALHEUR DE ABDELMADJID TEBBOUNE (OPINION)    Trois banques publiques fin prêtes    4 hirakistes relaxés    Ronaldinho emprisonné depuis un mois    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    Plus d'une semaine après son enlèvement : Négociations pour la libération du chef de l'opposition malienne    Approvisionnement en sucre et huile à Constantine : Des rumeurs de pénurie provoquent la panique    "La vie du président déchu est un roman à rebondissements"    Lancement du premier salon virtuel de la photographie    Des avocats africains déposent une plainte contre Jean-Paul Mira    Décès du chanteur américain Bill Withers : L'une des plus voix de la soul    Lettre ouverte de l'UNESCO en réponse à l'annonce d'un projet de construction sur le site archéologique de Nahr el Kalb au Liban    Le coronavirus peut-il affecter les hommes plus que les femmes ?    IS Tighennif - Ismaïl Abdelhamid (Président) : «Notre objectif est atteint»    RENAISSANCE HUMAINE    L'infrangible lien…    Les feuilles de l'automne    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    La chute de la maison Bouteflika    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le DRS, cet arbre qui cache... le fiasco d'une génération
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 10 - 12 - 2012

Si le DRS[1] n'existait plus, beaucoup d'Algériens s'échineraient à le réinventer. Et pour cause, la situation profite à bien des gens. En premier lieu, les affiliés du pouvoir qui jouissent des privilèges de la rente et qui feraient tout pour que rien ne change. En second lieu, ce qui reste de l'« élite » du peuple qui peut d'une certaine façon s'en laver les mains de la situation de l'Algérie, et ainsi occulter une évidence fort dérangeante : son incapacité politique et intellectuelle à assumer les défis de ce grand pays et de son histoire.
À l'année longue, que ce soit au sommet de l'échelle socio-politique et intellectuelle, ou à la base du citoyen lambda, la référence à la tyrannie du DRS modèle les comportements et le langage des gens. On soutient que le DRS est à la fois capable et responsable de tous les revers qui affectent le pays. De la plus petite corruption de l'agent communal, au choix du chef de l'Etat. On comprend bien qu'entre l'extrémité de ces deux exemples, c'est toute une culture de gaspillage et de violation des lois qui s'est instaurée et dont le résultat s'affiche à travers l'état de déliquescence général de la société. Et bien sûr, qui dit déliquescence de la société dit aussi saccage du pays, comme en témoignent les places le plus souvent dégradantes qu'occupe l'Algérie dans les classements mondiaux, et ce dans divers domaines de la vie nationale rongée par l'incompétence et une corruption endémique.
C'est avec cette image peu flatteuse de 2012, boursouflée de plaies sociales et alourdie de multiples déficits, que notre pays s'apprête à franchir la nouvelle année 2013. D'ores et déjà, une chose est presque sûre, le DRS sera encore de la partie pour justifier la poursuite du désordre, et suppléer aussi bien l'incompétence des gouvernants que les incommensurables failles de la classe politique et intellectuelle nationale. Des failles qui seront occultées par la peur du DRS, qu'on décrit tel un phare, dont le faisceau lumineux traque impitoyablement tout mouvement citoyen soucieux de l'intérêt du pays. Il y a tant de discours sur sa tyrannie qu'on s'interroge sur cette toute puissance qu'on lui prête pour paralyser un pays de 36 millions d'habitants. À juste titre.
Certes, la réputation de nos services de renseignement (DRS-SM) est une des pires au monde, mais elle ne peut justifier à elle seule l'état des choses en Algérie. Aujourd'hui, la fragmentation du pouvoir, l'éveil des populations (surtout les jeunes), la circulation de l'information dans le nouveau contexte international, sont autant de facteurs qui affectent le potentiel répressif du DRS, tel qu'on le conçoit. Comme l'atteste d'ailleurs l'anarchie dans laquelle baigne le pays depuis des décennies malgré les discours d'assainissement que s'empresse de réchauffer chaque « nouveau » gouvernement.
À y regarder de près, le DRS semble s'être métamorphosé en une constellation d'intérêts, formant une secte politico-affairiste que la majorité dénonce, tandis que la minorité qui s'en nourrit, protège de toutes ses forces. Les adeptes de cette dernière forment autour des « décideurs » une impressionnante foule, où se côtoient élus, ministres, généraux, importateurs, représentants des classes politiques, médiatiques, bref, tous les affiliés du système unis par les liens de la rente et ce qu'elle génère comme avantages et corruption. Ils sont le véritable carburant du système pour ne pas dire son âme. L'ex. P.M. Sid-Ahmed Ghozali « estime leur nombre à quelques 2 millions d'Algériens » et parle d'un «parti clandestin » au service du système, sans autre religion, ni idéologie que celle du profit et des privilèges. Les partisans du changement politique ont donc affaire à cette caste au pouvoir fondamentalement opposée à l'avènement d'un Etat de droit qui mettrait en péril ses intérêts. D'où son acharnement à maintenir le statu quo, d'une part, en entretenant l'agitation d'une scène politique stérile, et d'autre part, en usant de l'épouvante du DRS qui a toujours hanté les gens et neutralisé leur volonté de changement.
Quand chacun prendra conscience que cette caste, imputable du chaos socio-économique et politique du pays, ne jouit plus d'impunité pour sévir comme elle le faisait par le passé, et qu'elle doit sa survie au « consentement » de la majorité, alors, le DRS sera chose du passé, au grand dam de tous ceux qui en profitent ou s'y abritent. D'ici là, le fiasco de la génération de l'indépendance, qui a inscrit l'Algérie dans les pires registres de la gouvernance, se poursuit au rythme de la dilapidation des richesses nationales, et du désarroi de plus en plus profond d'une société en mal d'idéal et de fierté.
Zehira Houfani Berfas,
écrivaine
[1] Personnifié par le général Tewfik Mediène


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.