Les idées sont au chevet des actions    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi placé sous contrôle judiciaire    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Plaidoyer contre la détention préventive    La gêne manifeste du gouvernement suisse    Hong Kong suspend le projet de loi    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    Du règne sans partage à la déchéance    La fraude empoisonne le baccalauréat    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Secousse tellurique de 3,5    Les médecins généralistes pour soutenir les experts psychiatres    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Gala de charité au profit d'un enfant malade à Aït R'zine    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Mouloudia d'Alger : Djabou au Doyen, c'est fait    Oued Zhor (Jijel) : Le pillage de sable défigure un joyau de la côte    Pour une nouvelle feuille de route dans le cadre des ODD    MO Béjaïa : Adrar négocie avec Bouzidi    Titulaires du CAPA : Levée du gel sur stages de formation    Le temps judiciaire et le ton politique    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Pour poursuivre les corrupteurs : Les services judiciaires aux taquets    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Ouvrant un nouveau chapitre de la coopération internationale : Xi et Poutine engagent les liens bilatéraux dans une nouvelle ère    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Banxy, la banque mobile lance la carte Visa    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le DRS, cet arbre qui cache... le fiasco d'une génération
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 10 - 12 - 2012

Si le DRS[1] n'existait plus, beaucoup d'Algériens s'échineraient à le réinventer. Et pour cause, la situation profite à bien des gens. En premier lieu, les affiliés du pouvoir qui jouissent des privilèges de la rente et qui feraient tout pour que rien ne change. En second lieu, ce qui reste de l'« élite » du peuple qui peut d'une certaine façon s'en laver les mains de la situation de l'Algérie, et ainsi occulter une évidence fort dérangeante : son incapacité politique et intellectuelle à assumer les défis de ce grand pays et de son histoire.
À l'année longue, que ce soit au sommet de l'échelle socio-politique et intellectuelle, ou à la base du citoyen lambda, la référence à la tyrannie du DRS modèle les comportements et le langage des gens. On soutient que le DRS est à la fois capable et responsable de tous les revers qui affectent le pays. De la plus petite corruption de l'agent communal, au choix du chef de l'Etat. On comprend bien qu'entre l'extrémité de ces deux exemples, c'est toute une culture de gaspillage et de violation des lois qui s'est instaurée et dont le résultat s'affiche à travers l'état de déliquescence général de la société. Et bien sûr, qui dit déliquescence de la société dit aussi saccage du pays, comme en témoignent les places le plus souvent dégradantes qu'occupe l'Algérie dans les classements mondiaux, et ce dans divers domaines de la vie nationale rongée par l'incompétence et une corruption endémique.
C'est avec cette image peu flatteuse de 2012, boursouflée de plaies sociales et alourdie de multiples déficits, que notre pays s'apprête à franchir la nouvelle année 2013. D'ores et déjà, une chose est presque sûre, le DRS sera encore de la partie pour justifier la poursuite du désordre, et suppléer aussi bien l'incompétence des gouvernants que les incommensurables failles de la classe politique et intellectuelle nationale. Des failles qui seront occultées par la peur du DRS, qu'on décrit tel un phare, dont le faisceau lumineux traque impitoyablement tout mouvement citoyen soucieux de l'intérêt du pays. Il y a tant de discours sur sa tyrannie qu'on s'interroge sur cette toute puissance qu'on lui prête pour paralyser un pays de 36 millions d'habitants. À juste titre.
Certes, la réputation de nos services de renseignement (DRS-SM) est une des pires au monde, mais elle ne peut justifier à elle seule l'état des choses en Algérie. Aujourd'hui, la fragmentation du pouvoir, l'éveil des populations (surtout les jeunes), la circulation de l'information dans le nouveau contexte international, sont autant de facteurs qui affectent le potentiel répressif du DRS, tel qu'on le conçoit. Comme l'atteste d'ailleurs l'anarchie dans laquelle baigne le pays depuis des décennies malgré les discours d'assainissement que s'empresse de réchauffer chaque « nouveau » gouvernement.
À y regarder de près, le DRS semble s'être métamorphosé en une constellation d'intérêts, formant une secte politico-affairiste que la majorité dénonce, tandis que la minorité qui s'en nourrit, protège de toutes ses forces. Les adeptes de cette dernière forment autour des « décideurs » une impressionnante foule, où se côtoient élus, ministres, généraux, importateurs, représentants des classes politiques, médiatiques, bref, tous les affiliés du système unis par les liens de la rente et ce qu'elle génère comme avantages et corruption. Ils sont le véritable carburant du système pour ne pas dire son âme. L'ex. P.M. Sid-Ahmed Ghozali « estime leur nombre à quelques 2 millions d'Algériens » et parle d'un «parti clandestin » au service du système, sans autre religion, ni idéologie que celle du profit et des privilèges. Les partisans du changement politique ont donc affaire à cette caste au pouvoir fondamentalement opposée à l'avènement d'un Etat de droit qui mettrait en péril ses intérêts. D'où son acharnement à maintenir le statu quo, d'une part, en entretenant l'agitation d'une scène politique stérile, et d'autre part, en usant de l'épouvante du DRS qui a toujours hanté les gens et neutralisé leur volonté de changement.
Quand chacun prendra conscience que cette caste, imputable du chaos socio-économique et politique du pays, ne jouit plus d'impunité pour sévir comme elle le faisait par le passé, et qu'elle doit sa survie au « consentement » de la majorité, alors, le DRS sera chose du passé, au grand dam de tous ceux qui en profitent ou s'y abritent. D'ici là, le fiasco de la génération de l'indépendance, qui a inscrit l'Algérie dans les pires registres de la gouvernance, se poursuit au rythme de la dilapidation des richesses nationales, et du désarroi de plus en plus profond d'une société en mal d'idéal et de fierté.
Zehira Houfani Berfas,
écrivaine
[1] Personnifié par le général Tewfik Mediène


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.