ARRIVES AU PORT DE MOSTAGANEM EN 2019 : L'usine Tahkout demande le déblocage de sa marchandise    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    Zetchi écarté de la photo souvenir    AIN TEMOUCHENT : Un train de voyageurs percute un semi-remorque    «Le meilleur moyen de procurer de la joie au peuple est de gagner des titres»    Officiel : Bennacer à Milan pour la visite médicale !    Loukal appelle L'OFID à poursuivre ses efforts    Les auteurs du cambriolage neutralisés    Résultats du BAC : Session de juin 2019 à Aïn Témouchent    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    Zinédine Zidane félicite l'Algérie    Renard, c'est fini !    L'Algérie dans le groupe A avec le pays hôte    Djemaï boude ?    Un dialogue, deux approches    Un calvaire quotidien pour les populations    Un jeune de 18 ans meurt noyé à Oued Fragha    Des habitants de Kendoula ferment la route    L'autre casse-tête pour le gouvernement    ACTUCULT    Le faux débat sur les langues en Algérie    "La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"    L'intruse    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Le dialogue politique au point mort    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    Plus de 7530 microentreprises créées    Le calvaire des usagers à Draâ Ben-Khedda    Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    France : Un quai baptisé Josette et Maurice Audin à Aubervilliers    Bouira : Hausse des piqûres de scorpions    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits    La liste des accusations s'élargit    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Wilaya d'Alger: Large campagne de nettoiement des cités des communes d'El Harrach    Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ali Ghediri : « Nous n'avons plus le droit de nous taire
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 27 - 01 - 2019


Par: Fayçal Métaoui 27 Janv. 2019 à 13:29
Le général à la retraite Ali Ghediri, candidat à la candidature à la présidentielle de 2019, part en conquérant au scrutin du 18 avril 2019.
« Je pars pour gagner. On ne m'a pas appris dans les écoles d'échafauder ma stratégie en prenant comme appui la stratégie de l'adversaire mais j'y tient compte », a-t-il déclaré ce dimanche 27 janvier au Forum de Liberté, à Alger.
« Jusqu'à ce jour, Bouteflika est le président. Demain, s'il décide de se présenter, qu'Allah lui facilite les choses en tant que citoyen. Je l'affronterai en tant que citoyen, fermement ! », a-t-il répondu à une question sur l'éventualité d'une candidature de l'actuel chef de l'Etat pour un 5è mandat.
Pour Ali Ghediri, la fraude électorale n'est pas une fatalité. « Si la fraude existe, c'est parce que nous sommes passifs. Nous avons été absents. Et quand je dis nous, je parle de l'élite. L'élite était absente. Cela a ouvert la voie à des opportunistes de se mettre en avant. Ils sont arrivés même à nous humilier comme citoyens. Ils utilisent nos voix et nous, nous applaudissons. J'appelle le peuple, et notamment son élite, à prendre conscience. Nous n'avons plus le droit de nous taire sur ce phénomène qui a ravagé le pays. Si vous attendez du pouvoir à ce qu'il ne fasse pas dans la fraude, vous allez le mettre au chômage. C'est tout ce qu'il sait faire », a-t-il accusé.
« Au sein de l'armée, il y a des gens qui savent manier les armes. C'est leur métier. Mais, il y a énormément de gens qui savent aussi faire bon usage de la plume. Maintenant, je le fais parce que je suis dehors. J'aurai été à l'intérieur, vous ne m'auriez jamais vu. Nous savons parler nous autres militaires aussi (…) l'ANP n'a jamais été le refuge d'une classe quelle qu'elle soit », a-t-il déclaré.
A-t-il l'appui de l'armée pour sa candidature à la présidentielle ? « Vous parlez de l'armée ou des personnes ? J'ai un appui plus grand et plus puissant, c'est le peuple (…) Je revendique la rupture sans reniement. Et quand je dis rupture, c'est la mise à plat, la mise sur la table de tout sauf les valeurs qui ont fait de nous une Nation. Je suis venu rassembler ceux qui partagent ma vision sur la nécessité de sauver le pays du pourrissement actuel », a-t-il précisé.
Ali Ghediri n'a pas écarté la possibilité d'alliances politique dans le futur. « On vous dira tout, rien ne se fera dans l'opacité », a-t-il promis. Il a fait la même promesse à propos du financement de sa campagne.
Le problème de l'Algérie est, selon le général à la retraite, politique, pas économique. « L'origine de tous les problèmes est la corruption politique. Je ne pouvais pas en parler quand j'étais sous les drapeaux parce qu'il y avait l'obligation de réserve. Si j'en parle aujourd'hui, c'est parce que je suis à la retraite et les lois de la République et la Constitution me donnent toutes les libertés », a-t-il dit. Il a annoncé vouloir revoir les textes qui limitent l'expression publique aux anciens militaires, s'il est élu.
Ali Ghediri a confirmé avoir rencontré l'homme d'affaires Issad Rebrab. « Je l'ai vu et je pourrai le revoir, qu'ils m'emmènent en prison alors ! Ils se focalisent sur la rencontre avec Issad Rebrab sans parler de mes rencontres avec des écrivains, des politiques et Monsieur tout le monde. Je suis un candidat, je ne nourris aucun complexe et je ne laisserai pas le pouvoir me dicter qui je peux ou je ne peux pas rencontrer. Si j'avais rencontré un autre chef d'entreprise, m'auriez-vous posé la question ? », s'est-il adressé à un journaliste.
Ali Ghediri a démenti s'être déplacé à Paris pour y rencontrer l'ambassadeur des Etats Unis ou « les gens des services de renseignements américains », comme cela était rapporté par un site français. « Les Etats Unis, comme les autres puissances, ne sont pas un point d'appui dans ma campagne. Mon point d'appui, c'est le peuple », a-t-il dit.
Enfin, il a annoncé n'avoir délégué personne pour le représenter en France.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.