Installation des nouveaux président et procureur général à la Cour de justice d'El-Bayadh    Foot: les clubs contestataires de la LNFA et de la LIRF introduisent des recours    Le procès de Baha Eddine Tliba reporté    ECOLE SUPERIEURE DE LA GN DE ZERALDA : Sortie de la 07ème promotion d'officiers    Belkecir risque le peloton d'exécution    Affaire de l'enregistrement sonore: liberté provisoire pour Nassim Saâdaoui    LUTTE CONTRE LA COVID-19 : Benbouzid et l'ambassadeur russe évoquent le vaccin    Installation du nouveau président de la Cour de justice de Constantine    495 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    En attendant l'ouverture des plages, les estivants envahissent la Corniche oranaise    Les habitants de Jijel redécouvrent la splendeur de la nature loin des plages    REOUVERTURE GRADUELLE DES PLAGES : Toutes les conditions sont réunies à Mostaganem    Lutte contre le Covid-19: Tebboune loue les efforts de certains walis    COMMUNIQUE/ DENONCIATION. Solidaires avec Khaled Drareni et les détenus du Hirak.    10 millions de ventes pour RAV4    «Le dépôt en ligne des comptes sociaux sera obligatoire»    Pléthore de modèles d'ici 2022    Pas de folie pour le recrutement !    Medaouar sollicite Zetchi pour l'attribution d'une prime au CRB et à l'OM    Ahmed Belhadj sollicité pour la présidence    L'ONG Acted suspend temporairement ses activités au Niger    Le DTP de Tébessa en détention préventive    Les dirigeants libanais étaient prévenus des dangers    "Nous avons été impressionnés par le pacifisme du Hirak"    Retour sur un savoir-faire ancestral    Un legs patrimonial et culturel à ressusciter    "Aâssab oua aoutar" en deuil    Maroc : Manifeste d'artistes contre la «répression» et la «diffamation»    Direction de la pêche de la wilaya : Réouverture aujourd'hui de la poissonnerie du port    Importation de véhicules neufs : Le cahier des charges, les incohérences d'une démarche    Entretien par visioconférence du ministre du Tourisme avec l'ambassadeur émirati à Alger    Procès de l'ex-chef de la DGSN : L'ex-chef d'état-major au 2e CRGN d'Oran, le colonel Allal Taifour répond à Abdelghani Hamel    Ténès : Quel sort pour la station d'épuration des eaux usées ?    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Championnat féminin : La JF Khroub déclarée championne    Gouvernement de compétences indépendantes ou des législatives anticipées : Les partis politiques dos au mur en Tunisie    Ancien maire de Souk Ahras, moudjahid et fervent défenseur des couches défavorisées : Hemana Boulaâres tire sa révérence    Hommage à Abderrahmane Rebah    Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Polémique autour d'une agence naissante    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Plaidoyer pour une révision des textes de loi: 1.537 incendies de forêts en deux mois    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ali Ghediri : « Nous n'avons plus le droit de nous taire
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 27 - 01 - 2019


Par: Fayçal Métaoui 27 Janv. 2019 à 13:29
Le général à la retraite Ali Ghediri, candidat à la candidature à la présidentielle de 2019, part en conquérant au scrutin du 18 avril 2019.
« Je pars pour gagner. On ne m'a pas appris dans les écoles d'échafauder ma stratégie en prenant comme appui la stratégie de l'adversaire mais j'y tient compte », a-t-il déclaré ce dimanche 27 janvier au Forum de Liberté, à Alger.
« Jusqu'à ce jour, Bouteflika est le président. Demain, s'il décide de se présenter, qu'Allah lui facilite les choses en tant que citoyen. Je l'affronterai en tant que citoyen, fermement ! », a-t-il répondu à une question sur l'éventualité d'une candidature de l'actuel chef de l'Etat pour un 5è mandat.
Pour Ali Ghediri, la fraude électorale n'est pas une fatalité. « Si la fraude existe, c'est parce que nous sommes passifs. Nous avons été absents. Et quand je dis nous, je parle de l'élite. L'élite était absente. Cela a ouvert la voie à des opportunistes de se mettre en avant. Ils sont arrivés même à nous humilier comme citoyens. Ils utilisent nos voix et nous, nous applaudissons. J'appelle le peuple, et notamment son élite, à prendre conscience. Nous n'avons plus le droit de nous taire sur ce phénomène qui a ravagé le pays. Si vous attendez du pouvoir à ce qu'il ne fasse pas dans la fraude, vous allez le mettre au chômage. C'est tout ce qu'il sait faire », a-t-il accusé.
« Au sein de l'armée, il y a des gens qui savent manier les armes. C'est leur métier. Mais, il y a énormément de gens qui savent aussi faire bon usage de la plume. Maintenant, je le fais parce que je suis dehors. J'aurai été à l'intérieur, vous ne m'auriez jamais vu. Nous savons parler nous autres militaires aussi (…) l'ANP n'a jamais été le refuge d'une classe quelle qu'elle soit », a-t-il déclaré.
A-t-il l'appui de l'armée pour sa candidature à la présidentielle ? « Vous parlez de l'armée ou des personnes ? J'ai un appui plus grand et plus puissant, c'est le peuple (…) Je revendique la rupture sans reniement. Et quand je dis rupture, c'est la mise à plat, la mise sur la table de tout sauf les valeurs qui ont fait de nous une Nation. Je suis venu rassembler ceux qui partagent ma vision sur la nécessité de sauver le pays du pourrissement actuel », a-t-il précisé.
Ali Ghediri n'a pas écarté la possibilité d'alliances politique dans le futur. « On vous dira tout, rien ne se fera dans l'opacité », a-t-il promis. Il a fait la même promesse à propos du financement de sa campagne.
Le problème de l'Algérie est, selon le général à la retraite, politique, pas économique. « L'origine de tous les problèmes est la corruption politique. Je ne pouvais pas en parler quand j'étais sous les drapeaux parce qu'il y avait l'obligation de réserve. Si j'en parle aujourd'hui, c'est parce que je suis à la retraite et les lois de la République et la Constitution me donnent toutes les libertés », a-t-il dit. Il a annoncé vouloir revoir les textes qui limitent l'expression publique aux anciens militaires, s'il est élu.
Ali Ghediri a confirmé avoir rencontré l'homme d'affaires Issad Rebrab. « Je l'ai vu et je pourrai le revoir, qu'ils m'emmènent en prison alors ! Ils se focalisent sur la rencontre avec Issad Rebrab sans parler de mes rencontres avec des écrivains, des politiques et Monsieur tout le monde. Je suis un candidat, je ne nourris aucun complexe et je ne laisserai pas le pouvoir me dicter qui je peux ou je ne peux pas rencontrer. Si j'avais rencontré un autre chef d'entreprise, m'auriez-vous posé la question ? », s'est-il adressé à un journaliste.
Ali Ghediri a démenti s'être déplacé à Paris pour y rencontrer l'ambassadeur des Etats Unis ou « les gens des services de renseignements américains », comme cela était rapporté par un site français. « Les Etats Unis, comme les autres puissances, ne sont pas un point d'appui dans ma campagne. Mon point d'appui, c'est le peuple », a-t-il dit.
Enfin, il a annoncé n'avoir délégué personne pour le représenter en France.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.