Nabni : Les chantiers de la refondation    Tourisme chez l'habitant : La réglementation ignorée    Propos de Trump sur le Golan occupé : La Syrie et des pays arabes dénoncent la position américaine    Glissements de terrain à Illiten    Aéroport Ahmed Benbella: Saisie de 108 cartouches de cigarettes    Chlef: Le commerce informel fait toujours parler de lui    Vendredi «5»    Alors que les manifestants contestent toute ingérence étrangère: Paris émerveillée, Moscou prudente    Mohamed Mebtoul à Médiapart: «Bouteflika et sa clientèle continuent de mentir au peuple»    Conflit OM-JSK: La FAF appelle les deux présidents à la sagesse    CAN-2019 (U23) : Guinée Equatoriale - Algérie: Aujourd'hui à 18h00 - Les Algériens pour prendre option    LFP - Programmation: La Ligue face à ses responsabilités    Une feuille de route morte et enterrée    Un jeune de 20 ans tué par un train de voyageurs    Intempéries: Des inondations et des routes coupées    CHU d'Oran: Lancement des travaux de rénovation du réseau AEP    La Ligue arabe dénonce la saisie des recettes d'impôts par l'occupant israélien    La solution de classe mondiale pérenne et performante pour l'efficacité énergétique des bâtiments AIRIUM    Prenez votre envol avec la technologie intelligente de LG    La FNAI alerte contre des transactions immobilières douteuses    La Guinée Bissau croit en la qualification    L'Algérie décroche 37 médailles dont 9 en or    Contrat de partenariat entre la Fédération algérienne et BP jusqu'en 2020    Meeting du Front El Moustkbal à Aïn Temouchent    Manifestations populaires et perspectives    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    Une autre étape du processus du règlement du conflit    Plantation de plus de 2.000 arbustes à Ghardaïa    L'étanchéité déjà défectueuse    Protestation de dizaines de citoyens de la commune d'El Mehmel    Une production d'oeuvres sur fond de contestations    La mobilisation populaire au rendez-vous    L'Algérie est devenue un "exemple à suivre"    Des magistrats et des avocats d'Alger dénoncent    Une "conférence nationale" en avril pour dresser une "feuille de route"    Les explications de l'ambassade US    "C'est l'Algérie qui décide de son avenir"    Benzia et Slimani s'entraînent hors du groupe    Des familles évacuées et plusieurs routes coupées    Un match de Gala face Red Star ce soir    Création prochaine de la 1re école de musique militaire en Afrique    Pour se repositionner sur le marché des céréales.. La Russie expédie une cargaison-test en Algérie    Spectacle pour enfants.. Journées théâtrales du 24 mars au 4 avril    Considéré comme étant le premier romancier Kabyle.. Taguemount-Azouz rend hommage à Rachid Aliche    Baromètre.. En hausse : Jacinda Ardern    L'équipe de TF1 chassée par les manifestants    Hommage à Jean-Luc Einaudi, historien du 17 octobre 1961 et combattant de la vérité, décédé le 22 mars 2014    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La « main étrangère » au service du régime illégitime d'Alger durant la « sale guerre ».
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 20 - 02 - 2019

C'est la propagande des services de l'action psychologique que nous observons ces jours-ci sur la toile pour contrer (vainement) le réveil populaire contre le régime illégitime et sa mascarade électorale, accusant notre jeunesse d'être à la solde de la « main étrangère », du sionisme et du sinistre BHL, qui m'a amené à reprendre un de mes articles publié au début des années 2000 sur le rôle de la « main étrangère » en soutien au régime dans sa « sale guerre » menée contre une grande partie du peuple.
SE. SIDHOUM.
__________________________________________
Salah-Eddine SIDHOUM.
Parler de ce que certains ont appelé déjà la «seconde guerre d'Algérie » et de la désinformation, c'est parler inéluctablement du rôle de la France officielle et du lobby néo-colonial dans la tragédie algérienne.
Il est indéniable que la France officielle a joué un rôle non négligeable dans la prolongation de la guerre, par son soutien inconditionnel à la politique répressive de l'oligarchie. Il est important ici d'ouvrir une parenthèse pour clarifier certains faits. Pour lever d'emblée toute équivoque, nous distinguerons clairement dans notre analyse la France officielle du peuple français. Si nous persistons à dire que la France officielle et ses réseaux mafieux politico-financiers ne sont pas étrangers à l'aggravation de la guerre, nous insisterons aussi sur le fait que l'écrasante majorité du peuple français s'est réfugiée dans une indifférence teintée de compassion.
De l'aide militaire à l'aide financière en passant par la vaste campagne diplomatique de soutien de l'oligarchie au sein des institutions politiques et financières internationales, la France officielle aura joué pleinement son rôle néo-colonial. En tant que militants des droits de l'homme, nous garderons à l'esprit l'impressionnant travail de coulisses que déployèrent ses «agents » lors de la session de la commission des droits de l'homme de l'ONU à Genève, durant le printemps de l'année 98. Alors que des preuves irréfutables de violations massives des droits de l'homme se trouvaient entre les mains des experts internationaux de la dite commission, les représentants français déployèrent des efforts surhumains pour éviter une motion de condamnation de l'oligarchie d'Alger. Les querelles et fréquentes scènes de ménage, savamment entretenues entre Alger et Paris, par médias interposés, ne sont en fait que des montages grossiers des communicateurs des deux rives. L'intrication des intérêts de l'oligarchie militaro-financière et de certains milieux politico-mafieux français n'est plus à démontrer et certaines vérités doivent être crûment dites aujourd'hui.
L'esprit colonial n'a jamais quitté l'Algérie malgré les apparences et la notion de colonisabilité n'est pas une simple vue de l'esprit. De part et d'autre de la Méditerranée se sont tissés des liens plus que douteux entre une minorité algérienne de nostalgiques de l'Algérie des bachaghas, atteinte d'une francophilie névrotique qui vire à une véritable francofolie, et un lobby néo-colonial hexagonal avec ses réseaux extrêmement bien structurés, constituant de puissants groupes d'influence et de pression économique et politique.
La répartition des rôles se fera avec une admirable synchronisation. Ce lobby aura ses hommes politiques (Pasqua et ses réseaux, Marsaux, Bonnet, Stasi, Sarre, Lang, Audibert, Chesson, Soulier..), ses journalistes attitrés (Taveau, Schemla, Adler, Paul-Marie de la Garce, Nahon, Kahn, Leconte, Benyamin, Ghozlan, Julliard ….), ses intellectuels (Glucksmann, Lefort, Bernard-Henri-Levy, Herzog, Finkelkraut, Brukner, .).
Français et algériens dignes connaîtront tous, les honteux rôles joués par les acteurs de ce lobby dans la guerre de désinformation menée durant les six premières années du conflit. Doit-on rappeler pour l'Histoire, le tristement célèbre CISIA et son indigne indignation sélective, l'odieuse partialité du député André Soulier au sein de la commission européenne en visite en Algérie lors des massacres, les multiples meetings de soutien à la politique d'éradication tenus à la Mutualité, qui constituaient de véritables encouragements au terrorisme d'Etat et au meurtre, l'ignoble émission de désinformation de plus de 4 heures d'Arte, sous la direction de Daniel Leconte qui soulèvera l'indignation des journalistes français, les reportages et autres écrits télécommandés de certains philosophes de l'imposture qui joueront le rôle d'envoyés «spécieux » en Algérie sous la garde très rapprochée des services spéciaux (BHL et Glucksmann en « visite organisée » à Bentalha en 97 après l'odieux massacre).
Doit-on aussi rappeler les grossières provocations et machinations policières contre certains opposants politiques réfugiés en France et les nombreuses arrestations arbitraires qui se termineront au bout de quelques années par des non-lieux, tout comme les pressions exercées contre certains avocats et magistrats français, pratiques indignes de la patrie des droits de l'homme. Pour la France officielle, spécialiste dans l'élevage des dictatures en Afrique, la raison d'Etat et la protection de ses affidés prenaient encore une fois le dessus sur les valeurs et les principes universels de défense de la personne humaine dont elle était sensée en représenter la patrie.
Tout comme à Alger et en parfaite coordination, les acteurs médiatiques et intellectuels de ce lobby Outre-Méditerranée descendront en flammes tout ce qui ne s'inscrira pas en droite ligne avec la «pensée dominante». Des personnalités comme Burgat, B. Etienne, Guillard, Césari, Joxe ou des journalistes comme Tuquoi, Garçon, Simon en savent quelque chose.
Dans une correspondance datant de 1997, un ami intellectuel français qui ramait courageusement durant cette période de désinformation à contre-courant de la «pensée dominante » m'écrivait à juste titre : « L'Algérie depuis 166 ans, nous sert à nous français, à nous unifier, à nous rassurer quant à l'avenir, à nous persuader que nous sommes dans la bonne voie (alors qu'en vérité nous en doutons). Notre hymne national dit : »Qu'un sang impur abreuve nos sillons ! ». Depuis 1830, nous avons décidé que l'Algérie serait le »sang impur » que nous pouvions faire couler à loisir. Le FIS fut le bouc émissaire de nos pêchés, et il ne s'est rien passé d'autre, ces quatre dernières années que ce qu'avaient connu l'Emir Abdelkader ou Mourad Didouche. C'est toujours la même histoire ! ». Sages et courageusesvérités qui expliquent beaucoup de choses en ces temps d'imposture intellectuelle !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.