Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Amar Ghoul placé en détention provisoire à la prison d'El Harrach    L'état de santé de Lakhdar Bouregâa inquiète ses avocats    Sonelgaz recourt à l'emprunt international    «Les pays émergents doivent leur essor au secteur privé producteur de richesses»    Trump accusé de racisme par le Congrès    13 personnalités proposées pour le dialogue    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    «La SPA Soprovi est le seul opérateur agréé dans le montage des véhicules en Algérie»    La France se dote d'un commandement de l'espace    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La campagne lancée à la veille du match de la finale de la CAN    Des personnalités conduiront le processus    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    LE JUSTE MILIEU    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Le calvaire des usagers    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Défiant l'armada policière, les étudiants donnent une leçon de nationalisme
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 25 - 06 - 2019

25.06.2019 16 H 39 Mis à jour le 25.06.2019 17 H 08 /
Par Bouzid ICHALALENE
CREDIT PHOTO : INTERLIGNES MEDIA | Les étudiants avec des tenues traditionnelles
Dès 09H30, les étudiants commencent à arriver à la Place des Martyrs, lieu de rendez-vous et point de départ de la marche. Le dispositif policier déployé ne peut pas passer inaperçu. En tenues, en civil, les policiers sont postés partout. Petites ruelles, rue viscérales, escaliers, tous ce qui est sur l'itinéraire de la marche est sous leurs yeux. À peine 10 heure passée, les étudiants qui sont déjà plusieurs centaines entament la marche.
Pancartes, slogans, tenues traditionnelles, tous les moyens qui permettent de relayer un message sont exploités. Sur les pancartes, plusieurs messages sont inscrits: « Arabes ou kabyles, nous sommes des frères », « vous n'allez pas nous détourner de l'objectif principal, nous sommes des frères », « vous allez tous partir » et « libérez les détenus porteurs de drapeau Amazigh ».
Les étudiants n'empruntent pas le boulevard Che Guevara pour rejoindre le centre de la capitale. Ils passent par le marché Bab Azoune et puis par le square port Said avant d'entamer la rue d'Isly pour enfin atteindre la grande poste. Alors qu'une étudiante brandi un drapeau Amazigh devant la place de l'Emir Abdelkader, des femmes policières tentent de le lui arracher avec force. Les étudiants interviennent et empêchent ces policières essayant tant bien que mal d'embarquer l'étudiante. Devant une foule impressionnante, elles ont fini par se retirer.
Pacifiques et fidèles à leur engagement, Les étudiants attirent la sympathie des badauds. En guise de soutien, certains leur offrent de l'eau pour se rafraîchir, et d'autres crient « Hadou Talaba, machi Irhab » (ceux-là sont des étudiants, et non pas des terroristes ». Parfois, les passants ne résistent pas et finissent par se joindre à la marche qui draine de plus en plus de monde.
Au début de la rue Hassiba, les étudiants sont surpris du dispositif qui les attend afin de les empêcher d'atteindre leur destination finale, en l'occurence, la Place du 1 mai. « On dirait que c'est la marche de la police encadrée par les étudiants », lâche un étudiant avec beaucoup de sarcasme en voyant le nombre impressionnant de policiers. Les étudiants insistent et tentent de forcer le cordon policier, mais ces dernier se montrent très fermes et repoussent violemment les étudiants.
Les étudiants contournent le dispositif et traversent le marché Clauzel pour atteindre la rue Hassiba Ben Bouali. C'est une véritable course qui s'annonce entre les manifestants et les policiers. Le rythme de la marche devient très intense et les policiers chargés de casques, boucliers et matraques n'arrivent plus à suivre le rythme des jeunes marcheurs. Des policiers en civils, en moto, tentent de repousser les étudiants mais en vain.
Sueur sur les visages, détermination affichée, les étudiants se rassemblent à la place du 1 mai, où les manifestants forment un cercle humain. « Serrez vous, ne laissez personne rentrer à part les étudiants » ordonne Ait Said Abdenour, un des étudiants leaders du mouvement. Les étudiants sortent plusieurs drapeaux amazighs et l'emblème nationale avant de commencer à scander « Mazalagh d'imazighen » (Nous sommes encore des Amazighs), « Casbah, Bab El Oued, d'Imazighen ». Juste après, les étudiants prennent Abdenour sur leur épaules lançant le compte à rebours de 10. Les étudiants entonnent l'hymne national algérien.
« Nous sommes tous des frères, arabes, kabyles, Chaouis, Mzabis. Notre seul objectif est l'aboutissement des revendications du Hirak. Personne va parvenir à nous séparer, et toi Gaid Salah, il est temps que tu cèdes ta place, car toi aussi, on va te sauter de ton poste, comme nous avons fait avec toute la bande que tu continues à protéger »,déclare Abdenour avant de donner un coup de sifflet final en guise de fin de la manifestation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.