Covid-19/Djerad plaide pour l'allègement de la dette des pays en développement    Décès de Guy Bedos: Un artiste épris de justice s'en va    Djerad participe à une réunion de haut niveau sur le financement du développement à l'ère du Covid-19    4 médecins et 6 paramédicaux testés positifs au Coronavirus    Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    Le confinement partiel reconduit jusqu'au 13 juin en Algérie    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    DGF: quelque 3000 incendies ont dévasté plus de 21.000 h en 2019    Foot-Coronavirus: Zetchi prend part à une réunion FIFA-UNAF-WAFU    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Cour de Tipasa: Karim Tabou "a volontairement refusé d'effectuer un appel téléphonique"    Le Président Tebboune reçoit le moudjahid Othmane Belouizdad    Foot: "l'enregistrement sonore n'est pas un faux", se défend Saâdaoui    Sahara occidental: une ONG dénonce les pratiques illégales des multinationales qui nourrissent l'occupation    140 nouveaux cas confirmés et 7 décès enregistrés en Algérie    Message sur Twitter du MAE espagnole supprimant le drapeau sahraoui: le Polisario proteste officiellement    Programmes télévisés français: le PLJ soutient la décision de l'Algérie de rappeler son ambassadeur en France    Foot : réunion du Bureau Fédéral de la FAF dimanche en visioconférence    Documentaire sur le Hirak: la presse nationale dénonce une campagne haineuse contre l'Etat algérien et ses institutions    Palestine/Covid-19: les portes d'Al-Aqsa ouvriront dimanche prochain    Le harcèlement des activistes continue    Le moudjahid Ramdane Leftissi inhumé hier à Skikda    Biskra, la Mitidja du Sud    Argentine : le nord subit une sécheresse majeure    CANADA : à 14 ans, elle est élue jeune ministre de l'Environnement à Pointo    Sept défenseurs de la nature récompensés aux Oscars de l'Environnement    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    Rapatriement: Arrivée mercredi à Alger de 300 Algériens bloqués à Londres    Coronavirus: Peurs, défis et remises en question    Pouvoir et géopolitique - Hirak : jeux et enjeux    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Pour non-respect des mesures de confinement: 8.237 personnes interpellées durant le mois de Ramadhan    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Le Snapo suggère l'utilisation de masques en tissu    L'infrangible lien…    Les pêcheurs de Mostaganem comptent faire le plein    L'ADE promet de l'eau H24 pour Sétif    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Le renouvellement de Sayoud, une priorité    Les feuilles de l'automne    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 08 - 04 - 2020

Le nouveau président algérien Abdelmajid Tebboune n'a pas modifié l'ADN du régime. Et le bâillonnement des voix discordantes se poursuit même en période de confinement…
Par Baudouin Loos
LE SOIR de Bruxelles, 7/04/2020 à 17:56
L'Algérie n'échappe pas à la pandémie mondiale, mais dans ce pays en proie depuis plus d'un an à une contestation massive de « la rue » qui veut se débarrasser de son régime à la fois opaque et prédateur, il se passe que le pouvoir semble tenter de profiter des événements pour mieux bâillonner les trop nombreuses voix discordantes. En attestent plusieurs condamnations à des peines de prison ferme qui ont visé des personnalités proches du « Hirak » (mouvement), comme les Algériens ont surnommé leur propre élan de protestation.
Ainsi, une justice que les opposants considèrent comme « aux ordres » a condamné le 6 avril à un an ferme pour « atteinte à l'intégrité du territoire national » Abdelouahab Fersaoui, 39 ans, président du Rassemblement-Actions-Jeunesse (RAJ), une association citoyenne très active. Il avait critiqué la répression, il y a six mois, et s'était alors fait embastiller. « La justice a fondé son accusation sur mes publications sur mon compte Facebook. Ces publications, dont je suis responsable, ne menacent ni l'unité nationale ni n'incitent à la violence », s'était-il défendu, selon le RAJ.
Parmi les autres victimes de la « justice » algérienne figurent trois journalistes et un homme politique. Ce dernier, Karim Tabbou, une figure active du « Hirak » a été condamné le 23 mars à un an de prison ferme pour « atteinte au moral de l'armée » et « atteinte à l'unité nationale ». Il doit encore comparaître le 27 avril dans un autre procès.
Qu'est-ce que cette répression nous dit du régime algérien ? Deux Algériens contactés par voie électronique nous ont donné des réponses différentes. Pour notre confrère indépendant Abed Charef, « le pays est en train de solder l'année 2019, qui a permis d'éliminer le cœur de l'ancien système. Les soubresauts d'aujourd'hui sont les séquelles d'une étape qui s'achève en queue de poisson, avec un Hirak qui se délite. On est entré dans une nouvelle séquence… »
Le docteur Salah-Eddine Sidhoum, opposant radical de longue date, se montre plus offensif dans son analyse : « Rien n'a changé depuis le début de la révolution populaire pacifique du 22 février 2019, en dehors de l'effondrement du mur de la peur. Le système est toujours le même avec ses ignobles pratiques, ses pantins de service, ses partis des officines et sa police politique omniprésente. L'an passé, l'un des gangs de l'oligarchie militaro-financière a surfé sur cet événement pour régler ses comptes avec le gang adverse. Puis progressivement l'oligarchie s'est retournée contre ce mouvement populaire pour le réduire, par une lâche répression contre les activistes. Personne n'y a échappé, ni les vieux ni les jeunes. Comme toujours, elle instrumentalise une justice aux ordres pour faire taire les voix libres. Le procès scandaleux de Karim Tabbou et la condamnation inique d'Abdelouahab Fersaoui sont des exemples éloquents de l'instrumentalisation de la "justice". Sa lâcheté a atteint son comble lorsqu'elle a profité de cette trêve décidée par le mouvement populaire en raison de la pandémie pour redoubler de férocité en convoquant des dizaines d'activistes et en incarcérant des dizaines d'autres, pour leurs idées politiques. »
Le régime, on s'en souviendra, avait réussi après moult tentatives à organiser en décembre dernier une élection présidentielle qui, même si boudée par une majorité d'Algériens, avait abouti à l'élection d'un ancien Premier ministre, Abdelmajid Tebboune. Ce dernier, qui cautionne la répression, veut-il avancer sur la voie des réformes ? Nos interlocuteurs divergent là aussi.
« Tebboune essaie de s'installer dans le costume de président, mais il est pris par les urgences de la crise du coronavirus, estime Abed Charef. C'est un impulsif (il a changé de directeur de campagne en pleine campagne et il a déjà changé de directeur de cabinet). Je ne sais s'il est en mesure de construire un nouveau pouvoir. »
S'agissant du nouveau locataire d'El Mouradia, le palais présidentiel, Salah-Eddine Sidhoum ne lâche rien. « Le règne de celui qui a été intronisé par l'oligarchie militaro-financière sera pire que celui de son prédécesseur. On a changé quelques personnes mais le système déliquescent et en fin de cycle est toujours en place. La crise politique de légitimité du pouvoir qui perdure depuis l'indépendance en 1962 ne fera que s'aggraver. Seul un changement radical du système politique pourra mettre le pays sur les rails d'un Etat de droit et des libertés démocratiques. ».
La crise sanitaire mondiale peut être l'occasion de rebattre les cartes politiques, pour le meilleur ou pour le pire. A ce point de vue, les Algériens, à leur corps défendant, paraissent mal partis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.