Ligue 1 : victoire l'ES Sétif devant la JS Kabylie (1-0)    [Vidéo]Grandiose manifestation malgré le jeûne et la pluie    Khenchela: décès du moudjahid Mohamed Tahar Bouchareb    Le MJS rassure les sportifs d'élite pour leur avenir professionnel, après la reconversion    Parution du roman d'épouvante "Fayla", de Abdelmoaiz Farhi    Maladies chroniques: appel au respect des recommandations médicales durant le Ramadhan    FAT: Décès de l'ancien DTN, Mohamed Bouchabou    Covid-19: au moins 2.987.891 morts dans le monde    Ligue 2 (12e j): le derby JSMB-MOB à l'affiche    Sétif: accélérer la cadence des travaux d'aménagement externes du pôle urbain de Tinar    Algérie-Liban: renforcer la coopération dans le domaine de l'enseignement supérieur    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces de l'armée marocaine    La ligue arabe avertit contre les plans coloniaux qui menacent la Mosquée d'Al-Aqsa    L'UNESCO adopte une nouvelle résolution sur les mesures sionistes à El Qods    Des pluies orageuses sur le Centre et l'Est du pays jusqu'à samedi    Le CN prend part au lancement de la stratégie régionale de l'OIM pour la région MENA (2020-2024)    Le musée national des Beaux-arts célèbre le mois du patrimoine    L'AARC s'investit dans l'initiation des enfants aux arts    Real : l'avenir de Benzema serait lui aussi scellé    Amara s'engage à de "profondes réformes"    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Huit blessés dans un accident sur l'autoroute est-ouest    Pour que la date du 20 avril 1980 ne soit plus exploitée    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Coup dur pour le processus de paix d'Alger    Amara, un plébiscite et des promesses    Le gouvernement français «regrette»...    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    Tous les indicateurs sont en hausse    Tension persistante dans l'éducation    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Ces partis à candidats «extra-muros»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Est-ce une nouvelle crise ?    La grève s'étend    Nomination des chefs de sûreté    Des partis à la recherche de candidats    Abu Rudeineh appelle la communauté internationale à agir    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Repentez-vous, avant qu'il ne soit trop tard !
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 05 - 03 - 2021

L'oligarchie militaro-financière doit comprendre que les algériennes et algériens dignes ont compris les véritables enjeux politiques et que leur silence durant des décennies n'était point ignorance des réalités ou soumission mais que souverain mépris. Vous avez et sans succès, usé et abusé de tous les stratagèmes. Vous avez transformé en près de 60 ans ce pays aux potentialités humaines énormes et aux richesses incommensurables en un vaste douar de misère et de désespoir et placé près de la moitié de la population en situation de survie. Vous avez même réussi la prouesse d'hypothéquer l'avenir d'algériens qui ne sont pas encore nés. Vous avez déclenché l'un des conflits internes des plus meurtriers de cette fin de siècle. Vous avez sacrifié des figures illustres qui ont façonné l'histoire de notre pays et déterré des cadavres politiques, pour tenter de sauver vos privilèges. Mais en vain !
La Révolution populaire du 22 février 2019 vient mettre fin à votre insolent autoritarisme.
Vous avez espéré, comme durant les années 90, tromper l'opinion publique avec vos intrigues et vos manipulations, mais sans succès. Vous avez tablé sur la pandémie de la Covid 19, pour éteindre cette flamme populaire et sauver vos meubles mités. Mais rien n'y fait. La majorité digne des Algérien(ne)s a repris et de plus bel, le chemin de la contestation, une contestation qui enfle chaque week-end. Ni votre répression aveugle, ni vos arrestations arbitraires, ni la torture, ni les procès iniques et les ignobles détentions n'ont freiné l'élan populaire libérateur.
Que vous reste-t-il à faire ? User et abuser de la violence comme vous l'avez fait durant 60 ans ou vous repentir et négocier sagement une transition démocratique vers un Etat de Droit ?
Repentez-vous, du moins pour ceux d'entre vous qui ont encore une conscience et les mains non souillées du sang des enfants de leur peuple. Le tribunal de l'Histoire a irrémédiablement et sévèrement condamné votre système. Dans votre entêtement et votre attachement névrotique au pouvoir, vous courez non seulement à votre perte mais à celle de toute la Nation. Oubliez un instant vos containers sur les ports et vos comptes Outre-Méditerranée. Regardez la réalité en face et soyez un moment, lucides, le temps d'une courte réflexion. Revisitez l'Histoire. Que sont devenus tous les régimes qui ont fondé leur pouvoir sur l'injustice et le mépris de leurs peuples ? Que sont devenues toutes les dictatures sud-américaines ? Qu'est devenu l'empire totalitaire soviétique, la monarchie iranienne, la dictature chilienne ? Que sont devenus les Bokassa, Mobutu, Mengistu, Vidéla, Duvallier, Papadopoulos, Rédha Pahlavi, Ceauscescu, Pinochet, Salazar, Caetano, Stroessner, Marcos, Suharto, Saddam, Benali, Abdallah Salah, Kadhafi et autres despotes qui avaient terrorisé leurs peuples ? N'avaient-ils pas eux aussi la force des armes et de l'argent ? Et pour certains l'intelligence en plus ? Aviez-vous songé un seul moment au sort que leur a réservé l'Histoire ?
Votre régime est appelé à disparaître. Il durera peut-être encore quelque temps, le temps pour vous de ruminer les illusions de pérennité de votre pouvoir mais aussi et surtout le temps de comptabiliser vos crimes et méfaits contre votre propre peuple, avant de répondre tôt ou tard de vos actes. L'exemple des Pinochet, Videla et Kadhafi est là pour vous le rappeler. « Il ne suffit pas de prendre un fusil pour devenir le maître légitime d'un pays ».
Salah-Eddine SIDHOUM.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.