Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    CAN-2023 (U23) (qualifications): tirage au sort jeudi au Caire    Plages de Tlemcen: près de 2 mns d'estivants recensés en juin et juillet    Jeux de la Solidarité Islamique/Natation: Syoud décroche une 2ème médaille d'or    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Parution d'une publication dédiée à l'histoire de la participation algérienne aux Jeux Olympiques    Said Chanegriha préside la cérémonie d'ouverture    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    NC Magra: Le maintien comme unique objectif    Après un gel des activités durant ces deux dernières années: Du nouveau pour le montage d'appareils électroménagers    Naftal: 660.000 véhicules roulent au GPLc    Onze foyers d'incendies enregistrés à travers six wilayas du pays    Une voiture dérape et chute d'un pont : un mort et un blessé    Etres pensants et animalité    Optimisme interdit ?    RC Relizane - Bilans adoptés et démission du président du CSA: Les responsables du désastre tenus de rendre des comptes    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Rentrée ratée pour le Barça et Lewandowski    Le Hamas en appelle aux organisations internationales    L'Algérie pays à fortes potentialités    Ces entreprises qui ne connaissent pas la crise    Plus de 4 millions de demandeurs    La nouvelle stratégie    danger permanent    Des chiffres toujours en hausse    Les essais techniques lancés fin août    41 morts dans l'incendie d'une église du Caire    Nouveau coach, mêmes ambitions    Manchester United s'effondre    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    L'Algérie présente ses condoléances    Décès du journaliste italien Piero Angela: Goudjil présente ses condoléances    Le CN prend part à une séance sur la participation des jeunes à la vie politique    Le jeune prodige palestinien Mohamed Wael El Bessiouni enchante le public algérois    Salman Rushdie sous respirateur après avoir été poignardé    Grand engouement à Ath Mahmoud et à Ath Boumahdi    40 départs de feu en trois jours    Une question toujours d'actualité    Ghannouchi sur le départ ?    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



UNE INDEPENDANCE CONFISQUEE PAR L'ARMEE DE BOUMEDIENE
Publié dans Le Quotidien d'Algérie le 04 - 07 - 2022

Dès l'indépendance, le clan d'Oujda, conduit par Boumediene, Ben Bella et Bouteflika, s'empare du pouvoir par la force en s'appuyant sur l'armée des frontières. La révolution est trahie et toutes ses structures et instances sont dissoutes au profit d'un clan qui impose un système despotique dans lequel l'état-major décide de tout. Un système toujours en place.
BOUMEDIENE MÈNE LA GUERRE CONTRE LES MOUDJAHIDINES
Les maquisards de l'intérieur épuisés par 7 ans de guerre contre le colonialisme, ont essayé de résister dans un combat inégal face à l'armée de Boumediene, composée dans sa majorité de militaires dont aucun n'a tiré une seule balle contre l'armée française.
Boumediene et ses troupes fraiches arrivées de Tunisie, aidés par les fameux déserteurs de l'armée française (les DAF), mettent beaucoup de zèle pour combattre les maquisards qui refusent la confiscation du pouvoir par ce son clan usurpateur. Dans ce combat inégal, des milliers de vrais maquisards et de civils sont tombés au champ d'honneur notamment dans la wilaya 4 et la région kabyle. Des centaines de maquisards sont arrêtés et torturés dans les mêmes locaux et avec les mêmes méthodes utilisées par les tortionnaires : Massu, Bigeard et Aussaresses.
Les chefs historiques de la révolution sont éliminés physiquement, jetés en prison ou poussés à l'exil. Boumediene installe un pouvoir absolu aidé dans sa sale guerre contre la révolution par des capitaines et commandants issus du clan des DAF qui finiront par prendre les commandes du pays 30 ans après. Parmi eux, les futurs généraux : Khaled Nezzar, Larbi Belkheir, Mohamed Touati, Mohamed Lamari…
UN SYSTÈME DESPOTIQUE TOUJOURS EN PLACE
Le système imposé par Boumediene repose toujours sur la même configuration du pouvoir et poursuit un même et immuable objectif : maintenir le contrôle total sur le peuple, le pays et ses richesses.
Qu'il est triste de constater que 60 ans après l'indépendance, on retrouve dans notre pays les grandes lignes de la structure politique du colonialisme : les Algériens exclus du processus politique, privés de liberté et de leur dignité, humiliés, opprimés, dépossèdés de leur mémoire collective et de leur histoire. La Hogra, la violence pathologique de l'état, le mépris, le mensonge, la politique de division, l'oppression psychologique, le mensonge et les techniques de manipulation sont érigés en leviers de gestion de la société.
LE COMBAT AUJOURD'HUI POURSUIT CELUI DE NOS MARTYRS
Le pouvoir a tout fait pour falsifier l'histoire de notre pays, notamment celle liée à la guerre de libération, il a cherché par tous les moyens à faire oublier les vrais héros et en fabriquer des Zaïms et des Fakhamates. Falsifier l'histoire pour ces Zaîms en carton vise également à empêcher le peuple de mesurer la distance qui sépare les escrocs et usurpateurs du pouvoir avec les vrais héros de la révolution et ce qu'ils incarnent en termes de valeurs et de dévouement.
L'idéal d'une Algérie libre, démocratique et sociale a été trahi dès l'indépendance. Dans cette perspective, on peut dire qu'il y'a un lien fondamental entre le combat inachevé pour l'indépendance et toutes les luttes menées pour résister contre le système despotique en vigueur depuis 1962.
Le Hirak s'inscrit dans cette continuité historique, il est porteur de la même espérance lumineuse pour laquelle se sont sacrifiés les martyrs : libérer le pays et le peuple en se réappropriant les valeurs de fraternité, solidarité, justice et liberté.
Cependant, cette espérance doit continuer à être agissante et active, si elle ne l'est pas, elle devient chimère et illusion et comme dirait Aristote : « Le rêve d'un homme éveillé ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.