3 candidats pour le poste de SG du FLN    Le journaliste Sofiane Merakchi quitte la prison    Le Maroc construit une base militaire à 1 kilomètre de la frontière avec l'Algérie    Covid19: commercialisation de masques à un prix ne dépassant pas 30 DA    PLFC 2020: mobiliser tous les moyens pour couvrir les dépenses supplémentaires    L'UA attachée au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Afrique-Covid19: l'ONU appelle au respect des pratiques démocratiques    Foot/Enregistrement sonore: la Fifa n'aura pas à s'impliquer directement    Le Général-major Said Chanegriha présidera mercredi un colloque sur le Covid-19    ASL AIRLINES FRANCE : Programmation de 5 vols vers Paris à partir d'Alger    DURANT LES DEUX JOURS DE L'AID EL FITR : Rezig confirme : ‘'la permanence respectée à 99,44%''    APOCE : Le prix du masque ne doit pas dépasser 15 DA    TRIBUNAL DE BOUMERDES : Le procès d'Abdelghani Hamel reporté au 2 juin    BOUMERDES : Distribution de 100 000 masques médicaux    Le Parlement de Navarre appelle à la libération immédiate des prisonniers politiques sahraouis    AIN TEMOUCHENT : 301 contraventions pour non-respect du confinement    Corruption: report au 2 juin du procès d'Abdelghani Hamel et de son fils    Le ministre des Finances présente le PLFC 2020 devant l'APN    Covid19: 194 nouveaux cas, 171 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Foot/Révision des statuts et règlements: les travaux des sous-commissions "avancent bien"    Mohamed Bouhamidi: des ONG internationales tentent d'orienter le Hirak pour aboutir à une situation de chaos en Algérie    Création de l'Union africaine des sports de boules    Les 76 centres de torture de Mascara: témoins de la politique inhumaine du colonialisme français    Lounis Ait Menguellet célèbre la Journée de l'Afrique avec des artistes du monde entier    ES Sétif : Des contentieux en suspens…    Report de la CAN-2021 : Le Cameroun tranchera en septembre    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La piste Zeghba se dessine    Territoires : Non Autonomes L'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    Le patron de l'AIE se dit optimiste    Sonatrach bousculée en Europe    "Le texte empile contradictions et ambiguïtés"    "La santé du citoyen est notre préoccupation majeure"    Le Sahel s'enfonce dans la crise sécuritaire    Le PPE fustige la politique de la Commission européenne    "La crise sanitaire nous pousse à réfléchir sur la finalité de notre existence"    "Songs for freedom"    "Le bilan de l'Académie de tamazight est nul"    Covid-19: L'OMS suspend les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine "par sécurité"    Le ministre de la Santé: Le déconfinement, une mesure «indispensable»    Aïd El Fitr et Covid-19: Confusion et incompréhension    Tlemcen: Plus de 280 pochettes de sang collectées    SEUL UN VACCIN    Un e-Aïd inédit !    Tébessa: Youkous, un site naturel à valoriser    Une reprise graduelle et prudente    'l'automobile est trés complexe et tout est une question de compétitivité'    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un plan de charge de 280 milliards de dinars
Alimentation en eau, assainissement et hydraulique agricole
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 02 - 2018

L'Algérie ne sort pas du contexte mondial fortement caractérisé par la raréfaction de l'eau, et le dérèglement climatique fait que l'aridité ne fait que s'accentuer dans les pays qui le sont déjà, à l'instar du nôtre. C'est dans ce contexte qu'une stratégie a été mise en place en tenant compte de cet aléa, a assuré le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib.
Pour garantir l'alimentation en eau potable, la stratégie mise en place depuis le début des années 2000 a permis de capitaliser un certain nombre d'acquis à travers notamment la réalisation de beaucoup d'ouvrages pour la mobilisation des ressources hydriques, dont les barrages et les stations de dessalement, a rappelé le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib, invité de la Chaîne 3.
En parallèle à la mobilisation de ces infrastructures, il y a également le souci d'améliorer la distribution de l'eau potable et l'assainissement, d'une part, et la contribution dans le développement de nouvelles surfaces agricoles, d'autre part. Le maillage en infrastructures a permis de solutionner globalement le problème de la disponibilité de l'eau, mais la problématique demeure posée avec une certaine acuité, eu égard donc à la raréfaction de l'eau, pas seulement à l'échelle du pays. La solution pour assurer la sécurité dans l'alimentation en eau consiste à «mobiliser toutes les ressources conventionnelles et non conventionnelles», une stratégie qui, pour les ressources conventionnelles, en l'exploitation des eaux captées par les barrages, les eaux souterraines et la réserve d'eau du système aquifère du Sahara septentrional. Quant aux ressources non conventionnelles, elles concernent le dessalement de l'eau de mer, qualifiée d'option salutaire par le ministre qui a assuré que ce moyen est en train d'occuper une place importante dans ce qu'il appelle «l'optimisation du schéma hydraulique national».
Le schéma mis en place pour assurer la sécurisation de l'alimentation en eau repose également sur cette solution qui consiste en la réalisation d'une interconnexion entre les barrages et une autre entre les barrages et les stations de dessalement. Des solutions qui permettent de transférer les potentiels excédents d'une région vers une autre moins bien nantie comme c'est le cas du transfert de la plaine d'El-Tarf vers la plaine de la Medjerda et desservir Souk Ahras et Tébessa, deux wilayas des Hauts-Plateaux de l'Est qui connaissent un déficit structurel en eau. Une stratégie qui «coûte» évidemment et à laquelle les pouvoirs publics semblent avoir conféré toute l'importance budgétaire voulue. Ainsi, pour cette année, le secteur bénéficie d'un plan de charge de 280 milliards de dinars, a confié le ministre.
Un budget qui se répartit entre un programme tout neuf d'environ 160 milliards de dinars en plus du dégel d'un programme d'un montant de 84 milliards de dinars pour ce qui est de l'assainissement.
«C'est dire qu'il y a beaucoup à faire dans le secteur», a souligné M. Hocine Necib qui n'a pas manqué de conclure son passage à la Chaîne 3 sans se vouloir un peu rassurant sur la question des «fuites», une véritable tare qui coûte jusqu'à la perte de l'équivalent de 30 % de la ressource, alors que la norme mondialement admise se situe entre 15 et 18 %.
Pour y remédier, actuellement le rythme atteint les 1 500 km par an, mais l'objectif est d'atteindre les 2 000 km et, ainsi, d'ici une dizaine d'années, les fuites d'eau pourront être réduites à 20 %, voire 18 %, dit espérer le ministre Hocine Necib.
M. Azedine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.