Le prix du masque ne "doit pas dépasser 15 dinars"    Débats sur fond de crise politico-sanitaire    Les "barques de la mort" reprennent du service    Axe central de la stratégiede déconfinement en Algérie ?    8 nouveaux décés, les contaminations en hausse    3 candidats pour le poste de SG du FLN    Le journaliste Sofiane Merakchi quitte la prison    Le Maroc construit une base militaire à 1 kilomètre de la frontière avec l'Algérie    Covid19: commercialisation de masques à un prix ne dépassant pas 30 DA    PLFC 2020: mobiliser tous les moyens pour couvrir les dépenses supplémentaires    Le Général-major Said Chanegriha présidera mercredi un colloque sur le Covid-19    L'UA attachée au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Afrique-Covid19: l'ONU appelle au respect des pratiques démocratiques    Foot/Enregistrement sonore: la Fifa n'aura pas à s'impliquer directement    TRIBUNAL DE BOUMERDES : Le procès d'Abdelghani Hamel reporté au 2 juin    ASL AIRLINES FRANCE : Programmation de 5 vols vers Paris à partir d'Alger    DURANT LES DEUX JOURS DE L'AID EL FITR : Rezig confirme : ‘'la permanence respectée à 99,44%''    APOCE : Le prix du masque ne doit pas dépasser 15 DA    BOUMERDES : Distribution de 100 000 masques médicaux    Le Parlement de Navarre appelle à la libération immédiate des prisonniers politiques sahraouis    AIN TEMOUCHENT : 301 contraventions pour non-respect du confinement    Le ministre des Finances présente le PLFC 2020 devant l'APN    Corruption: report au 2 juin du procès d'Abdelghani Hamel et de son fils    Covid19: 194 nouveaux cas, 171 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Foot/Révision des statuts et règlements: les travaux des sous-commissions "avancent bien"    Mohamed Bouhamidi: des ONG internationales tentent d'orienter le Hirak pour aboutir à une situation de chaos en Algérie    Création de l'Union africaine des sports de boules    Les 76 centres de torture de Mascara: témoins de la politique inhumaine du colonialisme français    Lounis Ait Menguellet célèbre la Journée de l'Afrique avec des artistes du monde entier    Report de la CAN-2021 : Le Cameroun tranchera en septembre    ES Sétif : Des contentieux en suspens…    Territoires : Non Autonomes L'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    "Le texte empile contradictions et ambiguïtés"    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La piste Zeghba se dessine    "La santé du citoyen est notre préoccupation majeure"    Le Sahel s'enfonce dans la crise sécuritaire    Le PPE fustige la politique de la Commission européenne    "La crise sanitaire nous pousse à réfléchir sur la finalité de notre existence"    "Songs for freedom"    "Le bilan de l'Académie de tamazight est nul"    Aïd El Fitr et Covid-19: Confusion et incompréhension    SEUL UN VACCIN    Un e-Aïd inédit !    Tébessa: Youkous, un site naturel à valoriser    Une reprise graduelle et prudente    'l'automobile est trés complexe et tout est une question de compétitivité'    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le montage n'est pas une fin en soi»
Industrie automobile
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 02 - 2018

L'opinion publique a du mal à le croire, eu égard à la multitude de projets ayant été agréés ces dernières semaines et au contour pris par la naissante industrie automobile, mais le montage de véhicules n'est pas l'objectif à terme des pouvoirs publics.
Pour Mustapha Abdelkrim, conseiller au ministère de l'Industrie, qui intervenait hier sur la Chaîne 3, un premier éclaircissement s'imposait : l'Etat est décidé à mettre de l'ordre dans le secteur de l'industrie automobile.
L'objectif, ce n'est pas le montage, mais d'asseoir une véritable industrie. C'est dans ce sens que, comme l'exige le dernier cahier des charges, les sociétés engagées sont tenues d'atteindre un taux d'intégration minimum de 15% après la troisième année d'activité et de 40 à 60% après la cinquième année. En fait, selon le conseiller au ministère de l'Industrie, le montage n'est pas une fin en soi, mais une nécessité pour ensuite aller crescendo vers l'intégration.
Les balbutiements de cette industrie constituent «un signal aux équipementiers qui auront ainsi un marché». Ces équipementiers, ou sous-traitants, c'est aux constructeurs de les attirer en Algérie où les attend un marché de plus d'un demi-million de véhicules d'ici deux à trois ans, a expliqué Mustapha Abdelkrim.
A croire ce dernier, les constructeurs qui se sont installés en Algérie sont en train de démarcher leurs fournisseurs d'équipements, leur expliquant les avantages que leur offre notre marché à tout point de vue. Il citera en exemple les équipementiers en visite la semaine dernière dans les locaux de Volkswagen, ainsi qu'un autre constructeur qui, lui, a réuni ses sous-traitants lors de conférences à l'étranger.
C'est dans cet ordre d'idées que les 5 et 6 du mois prochain se tiendront les premières Journées techniques nationales, auxquelles prendront part plus de 500 participants, consacrées aux constructeurs et aux équipementiers déjà installés et potentiels, rendez-vous lors duquel des contrats seront probablement signés.
Au sujet de la liste des constructeurs agréés, le cadre du ministère de l'Industrie a levé l'équivoque qui avait cours jusque-là, cette liste qui inclut les constructeurs de voitures de tourisme aux engins en passant par les camions et les motocycles demeure ouverte.
Un éclaircissement qui s'imposait tout autant que celui ayant trait aux prix des véhicules ou encore le coût de la facture d'importation des kits destinés au montage. Ainsi, pour la facture d'importation de tout ce qui constitue le véhicule, qui a atteint 1,6 milliard de dollars l'année dernière, il recommande de comparer ce chiffre avec les 7,5 milliards de dollars que coûtaient les importations de véhicules en 2012. L'augmentation «normale» enregistrée en 2017 par rapport à l'année d'avant s'explique au ministère de l'Industrie par la montée en cadence du rythme de production dans les usines déjà installées auxquelles sont venues s'ajouter les nouvelles, et le coût de la facture d'importation des kits devrait continuer à augmenter dans les années à venir jusqu'à ce que l'on atteigne des taux d'intégration significatifs.
Quant à l'augmentation du prix des véhicules sur le marché, Mustapha Abdelkrim distingue deux périodes pour expliquer le fait. Jusqu'à 2016, la hausse significative des prix s'expliquait par plusieurs facteurs dont, en premier lieu, l'obligation faite aux concessionnaires, en 2015, d'introduire de nouveaux équipements de sécurité dans les véhicules importés ou montés en Algérie. Durant cette même première période, il y a eu la dévaluation d'une proportion de 20 à 30 % selon les monnaies prises en compte. Et puis, pour la seconde période, il y a eu les effets induits par les licences d'importation jusqu'à la fin 2016, lorsque les prix ont connu une légère diminution, a-t-il assuré.
Il est prévu que, dorénavant et comme stipulé dans le cahier des charges régissant l'activité, le prix des pièces importées ne devra pas être supérieur à leur prix de sortie d'usine en hors taxe. Ça a le mérite au moins d'être dit pour éclairer la, jusque-là, sombre lanterne des Algériens qui font du marché de l'automobile local l'un des plus prometteurs au monde.
Az. Maktour


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.