Industrie: vers une révision de la réglementation en faveur de l'investissement    Ligue 2 (19e j): le RC Arbaâ sur le podium, l'ASM Oran étrillée à Boussaâda    COUR SUPREME : Deux anciens walis de Skikda placés en détention provisoire    PROTECTION CIVILE : Session de formation au profit d'une délégation tunisienne    BELHIMER SOULIGNE LES BIENFAITS DU HIRAK : Vers le 22 février, ‘'journée nationale''    DEBRAYAGE DANS LE CYCLE PRIMAIRE : Les enseignants menacent de boycotter les examens    ORAN : 10 nouveaux appareils d'analyses médicales pour le CHU    Air Algérie: la Justice ordonne l'arrêt immédiat de la grève du PNC    Amar Belhimer annonce prochainement un encadrement juridiquement    Le ministère des Affaires étrangères célèbre la journée nationale du Chahid    Industrie automobile: les étrangers ne seront pas obligés de s'associer à un partenaire local    Une fatalité ou un choix de facilité ?    Cumul retraite et nouvelle activité    Arrestation d'un groupe d'extrême droite qui visait des mosquées    Le procès d'Anouar Rahmani renvoyé au 9 mars    La course des strapontins s'emballe !    Dortmund-PSG et Atlético-Liverpool pour ouvrir le bal    Hammouche reste confiant pour la suite    Karim Younès nommé médiateur de la République    "Opticharge" lance sa plateforme logistique digitale    Une famille s'en remet au ministre de l'Habitat    Le trafic routier basculé vers la RN5    12 000 foyers concernés à Batna en 2020    Un colis de près de 40 kg de kif rejeté par la mer à Abou-el-Hassan    Tizi Ouzou : hommage à la conteuse et poétesse Djedjiga Bourai    Chidekh Azouz présente ses ouvrages à El-Milia    Des journées dédiées au théâtre révolutionnaire    Il était une fois, la halqa et la waâda    ACTUCULT    Coronavirus : Fin de confinement et aucun cas de Covid 19    Train de vie de l'état : Halte aux excès !    «Je livrais des uniformes et des armes à l'ALN»    France : Les incidences positives de l'immigration    En bref…    RCA – MOB : Les Crabes visent un bon résultat    Syrie : L'armée syrienne libère plusieurs localités    Ateliers d'art-thérapie pour enfants malades à El Oued : Une première dans la région    Plaidoyer pour la conservation et la préservation du patrimoine culturel et artistique africain    Nouvelles opérations de rapatriement: Plus de 70 Subsahariens transférés vers leurs pays d'origine    La diseuse de choses «vraies» !    Ligue 1: ASAM 1 - USMA 1: Un nul équitable    USM Bel-Abbès: Les dettes, un casse-tête pour Benayad    DRB Tadjenanet: Le Difaâ dans l'œil du cyclone    Le Groupe PSA poursuit son projet d'implantation industrielle à Tafraoui    13 harraga algériens secourus    Cupra Leon : rendez-vous le 20 février 2020    Karim Younes nommé médiateur de la République    Manifestations pro etcontre une nouvelle Constitution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le syndicalisme a perdu de sa nature»
Amar Takjout (SG de l'Union de wilaya d'Alger-UGTA) :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 02 - 05 - 2018

Il y est allé fort, avec des accusations détonantes, Amar Takjout, le secrétaire général de l'Union de wilaya d'Alger du syndicat UGTA, lundi sur la Chaîne 3, dont il était l'invité. Des accusations, mais sans être vraiment précis sur ses cibles.
Invité, donc, de la Rédaction de la Chaîne 3, Amar Takjout a commencé par constater que de par le monde, on assiste à ce qu'il appelle «un recul dans la préservation des acquis des travailleurs» en expliquant que beaucoup de pays sont en train de «réformer par le bas, au nom de la compétitivité et de l'économie de marché». Une «pression»à laquelle l'Algérie n'échappe pas, admet-il, mais résiste à cette remise en cause des acquis puisque on continue à préserver les quatre semaines de congé, les huit heures de travail, le système de retraite et la Sécurité sociale. «L'Algérie n'échappe pas à cette pression, et même les syndicats semblent en deçà de leurs capacités à défendre les acquis sociaux», constate ce proche de Abdelmadjid Sidi Saïd qui précise tout de même : «Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas d'arrière-pensées, qu'il n'y a pas une démarche des gouvernants pour réduire, réformer ou reformuler un certain nombre d'acquis sociaux des travailleurs.»
Selon l'appréciation du patron de l'Union de wilaya d'Alger-UGTA, si le combat syndical «devient difficile», c'est parce que, depuis des décennies, on a été dans ce qu'il appelle «un certain confort syndical», mais d'un autre côté, il se dit convaincu que «l'éternel combat entre le patron et le travailleur fera renaître la lutte syndical pour se réapproprier les espaces perdus». Le genre d'espaces perdus pour les travailleurs syndiqués ailleurs qu'à l'UGTA qui se trouvent sous la menace de la dissolution pure et simple, et au sujet desquels Amar Takjout estime qu'«on est obligé de se conformer à la loi», tout en préconisant, pour les syndicats mis à l'index par le ministère du Travail, de militer pour changer les lois si elles sont «rigides».
A ce même propos, M. Takjout distillera un avis sibyllin pour dire : «La loi doit être applicable à tous, aucune partie ne doit échapper à la loi» pour ensuite faire en quelques mots le procès des syndicalistes, «à l'origine de la déperdition syndicale».
Sans se vouloir précis, il clamera à qui voulait l'entendre : «Les syndicats, c'est devenu beaucoup plus des machines à tirer profit, des machines à faire des sous ici et là, ce n'est plus du syndicalisme.» Il reste à savoir à qui il a voulu adresser ces amabilités. En tous les cas, si l'on doit se fier à son propos, le syndicalisme «a perdu de sa nature» et si les syndicats veulent bien retrouver leur vocation, «il faut changer de comportement, de mentalité, parce que le syndicalisme n'est pas un marchepied pour gagner des galons dans la hiérarchie professionnelle». Sans doute que beaucoup n'apprécieront pas tellement le propos du secrétaire général de l'Union de wilaya d'Alger.
M. Azedine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.