La diseuse de choses «vraies» !    UNE POPULATION DECONTENANCEE    Rencontre gouvernement-walis : les recommandations    Air Algérie: Grève du personnel navigant, des retards enregistrés    Nouvelles opérations de rapatriement: Plus de 70 Subsahariens transférés vers leurs pays d'origine    Football - Ligue 2: Trois chocs à six points au menu    Ligue 1: ASAM 1 - USMA 1: Un nul équitable    USM Bel-Abbès: Les dettes, un casse-tête pour Benayad    Enrichissement illicite    Des interpellations à Alger: La marche des enseignants du Primaire empêchée    80 harraga secourus en Espagne et 112 autres arrêtés dans les eaux nationales    Le théâtre de rue attire la foule    Manifestations pro etcontre une nouvelle Constitution    Le Groupe PSA poursuit son projet d'implantation industrielle à Tafraoui    Cupra Leon : rendez-vous le 20 février 2020    Bientôt une nouvelle formule    "Nous allons organiser des rencontres avec le partenaire social"    Fin de quarantaine pour les Algériens rapatriés deWuhan    13 harraga algériens secourus    Karim Younes nommé médiateur de la République    Man United : L'agent de Pogba répond à Solskjaer    Man City : Sterling aurait également pris sa décision    Gouvernement-walis: un cadre de concertation pour améliorer la gestion des collectivités locales    Appel à consacrer davantage d'études historiques au parcours du cheikh Larbi Tébessi    Un fichier du produit national fin prêt dans six mois    Les anciens walis de Skikda, Mohamed Bouderbali et Faouzi Benhassine, placés en détention provisoire    Gouvernement-Walis: concrétiser la nouvelle feuille de route pour la relance de l'investissement et le développement local    L'Algérie s'emploie "activement" à trouver une solution à la crise libyenne    Karim Younes: un Médiateur de la République pour veiller au respect des droits des citoyens    CORONAVIRUS : Les Algériens rapatriés de Wuhan quittent l'hôpital    LOGEMENT : Vers l'unification du Fichier national    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Vers la création prochaine de 7 pôles d'excellence    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 18ème journée    Le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    L'Algérie réclame deux sièges permanents pour l'Afrique    L'Algérie après Bouteflika vue par Benjamin Stora    Les Canaris décidés à reprendre la seconde place !    Le Targui    Les éleveurs qui ratent cette vaccination se mettront face au risque    Marche et rassemblement hier à Tizi Ouzou    Grandes déceptions après l'annonce du nouveau gouvernement    ACTUCULT    Vent divin de Merzak Allouache : un discours sur la vie, l'amour, la mort et le djihad armé    "Tighremt", premier quotidien national en langue amazighe    La crème des humoristes africains sur la scène de Cotonou    Maâzouz Bouadjadj et Abderrahmane El-Koubi honorés au TNA    Vive les vieux ! Tahya la gérontocratie !    La ville de Kherrata célèbre le 1er anniversaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«On ne peut exercer de pression avec 20% de part de la publicité»
Le ministre de la Communication :
Publié dans Le Soir d'Algérie le 05 - 05 - 2018

La liberté d'expression, la liberté de ton «parfois même outrancier» sont les signes qui font que la liberté de la presse est une réalité concrète, a assuré le ministre de la Communication, Djamal Kaouane, invité de la rédaction de la Chaîne 3, jeudi, à l'occasion de la célébration de la journée mondiale de la Liberté de la presse.
Le ministre a, en fait, repris à son compte le discours, éculé à la longue, sur lequel s'appuient les pouvoirs publics pour crier à qui veut bien les entendre que l'Algérie a une presse libre qui, parfois même, donc, use d'un ton outrancier. Une presse, a-t-il rappelé, à laquelle l'Etat assure «un soutien puissant depuis vingt ans à travers le soutien au papier journal, les imprimeries publiques, et les loyers symboliques versés aux maisons de la presse. Des mesures qui concourent à aider la presse algérienne». Mais, d'autre part, M. Kaouane reconnaît que l'accès à l'information n'est pas une évidence, et à ce titre, il a estimé que «effectivement, il y a un gros effort à faire de la part des institutions (...) C'est un droit que la presse a beaucoup de légitimité à revendiquer».
De la chute des recettes publicitaires que les patrons assimilent au moyen de pression par excellence dont usent les pouvoirs publics pour mater la presse, le ministre a tranquillement rétorqué que «quand il y a pression, il faudrait qu'elle soit documentée et prouvée».
Son argument pour battre en brèche celui des patrons de presse, il le puisera de la difficile conjoncture financière que traverse le pays en soutenant que «la crise économique n'est pas une pression, et si tant est qu'elle est une pression, elle est exercée sur toute l'Algérie, et cela n'est pas propre à l'Algérie, des puissances économiques», explique-t-il avant de faire constater le «phénomène» qui a fait que la publicité qui revenait aux journaux a migré vers la télévision et d'autres moyens de communication, tels que l'affichage. «La part des institutions dans le marché de la publicité est à peine de 20% (...) On ne peut pas faire pression avec 20% de part du marché. Sans la publicité institutionnelle, aucun titre ne survivrait». Puis au ministre de la Communication d'assurer que les pouvoirs publics n'ont rien à voir avec la disparition de titres.
Puis à Djamal Kaouane de se lâcher sur ce qu'il appelle «fake news» pour parler du dernier rapport de Reporters sans frontières (RSF) sur l'état de la presse en Algérie, rapport qu'il qualifiera également d'énormité et de complètement décalé tant il est constitué «d'extrapolations qui n'ont aucune valeur». Des nombreuses questions qui font l'actualité dans le monde de la presse nationale, le ministre évoquera le statut de la presse électronique «une presse particulièrement présente aujourd'hui» et dont les conditions d'exercice seront définies par la future Autorité de régulation de la presse écrite (ARPE) qui devrait voir le jour avant la fin de cette année. Quant aux chaînes de télévision qui peinent à obtenir leur agrément, il fera état de six parmi la floraison de chaînes ont eu le droit de diffusion et cela constitue un bel acquis en matière de diversité.
Az. Maktour


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.