Il a affiché son soutien au candidat Bouteflika : Le maire de Khenchela attise la colère populaire    «Le choix de Bouteflika est une nécessité»    Seuls 43,7% des commerçants sont immatriculés    570 opérateurs attendus début mars à Oran    Plus de 100 000 Algériens bénéficient des allocations supplémentaires, de solidarité et d'invalidité    Réformes sans ouverture    Le Chabab pour la confirmation, le Milaha sur tous les fronts    220 lutteurs attendus à Annaba    Les Françaises sacrées par équipes    Saisie de 34 grammes de kif traité et arrestation d'un trafiquant    Du nouveau pour la rentrée de dimanche prochain    «L'écriture romanesque est la sœur jumelle de la liberté»    Mauvais cholestérol    Salon de l'environnement des Scouts : Plus de 300 arbustes plantés    Hommage à Nabila Djahnine, symbole de lutte    Chlef: Cap sur l'exportation de ciment    Coupe d'Algérie - 1/4 de finale: Deux chauds derbys    Football - Quota des entraîneurs largement dépassé: Une situation très alarmante    Message de Bouteflika: Sécurité, unité et consensus    Quand les Haïtiens sont tués en laissant de marbre D. Trump    L'ambassadrice algérienne en Espagne affirme - Immigration : «L'Algérie est un pays de destination»    Après l'assassinat du jeune Assil: Activation des dispositifs de sécurité au sein des cités universitaires    Des portables volés et des armes blanches saisies: Les « agresseurs » de la place Valéro sous les verrous    Ingérence occidentale au Venezuela : l'errance des pays rentiers vulnérables (Suite et fin)    De la pondération    Lahbiri nommé sénateur du tiers présidentiel    Journée de la ville : comment le centre-ville d'Oran a changé à travers les siècles ?- Les places d'Oran    Défaite du GSP devant Gaz-Sud    Possible reconversion du bassin de plongeur en bassin de water-polo    Démission de l'entraîneur Abdelkrim Latreche    Soutien de l'UNFA au candidat Bouteflika pour la poursuite des réformes    La Ligue arabe s'oppose à la présence de troupes étrangères en Syrie    L'Algérie participe avec une centaine de start-up à Viva Technology du 16 au 18 mai 2019 à Paris    Une grande histoire et de grandes personnalités    Un important plan de développement en cours de réalisation    Remise de 391 décisions d'attribution de parcelles et d'aides à l'auto-construction    ELECT.M participe au plus grand Salon de l'électricité au monde «Middle East Electricity»    Les dix solutions pour maintenir les réserves de change à 100 milliards de dollars    Appel à manifester le 20 février pour libérer les militants du mouvement populaire    Accord sur le redéploiement à Hodeida, la crise au menu du Conseil de sécurité    Si nos montagnes pouvaient parler !    Célébration de la journée du chahid à Tiaret    Les chercheurs ont retrouvé 2 000 pièces à ce jour    Les USA sont en recul face à la Russie et la Chine    Energie : L'Algérie exportera le carburant vers l'Afrique et l'Europe dès 2022    Le MDN appelle les Algériens à "plus de vigilance"    Conférence de Denis Martinez    Abdelaziz Bouteflika : «L'Algérie attachée à ce choix stratégique et populaire»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le marché de gros de Khemis-el-Khechna sera mis aux enchères
IL EST QUALIFIE DE NID DE CORRUPTION
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 05 - 2018

«C'est un véritable gisement de corruption ! Beaucoup de gens se sont sucrés grâce à ce marché et ce, au détriment de la collectivité locale de Khemis-el-Khechna. Il ne rapportait annuellement que 3 milliards de centimes alors qu'il devait engranger au moins 25 milliards par année. Nous allons le mettre aux enchères.» C'est le wali de Boumerdès qui tenait ces propos lors de l'installation du Comité technique de la ville de Khemis-el-Khechna (Comi-KEK) en présence des nouveaux élus de cette APC, des responsables civils et sécuritaires et ceux de la société civile.
Effectivement, ce marché de gros de fruits et légumes, installé il y a un peu plus d'une vingtaine d'années à la périphérie ouest de l'ex-Fondouk, non loin de l'autoroute Est-Ouest, est devenu un espace de saletés, d'anarchie et, plus grave, un îlot de non-droit où tous les trafics et rackets sont permis. La presse a tout le temps fait des enquêtes et écrit pour attirer l'attention des pouvoirs publics sur cette situation. Mais il y a eu, d'une part, du laxisme, voire de la crainte de la part des hautes autorités de la wilaya et, d'autre part, de la résistance particulièrement acharnée de certains élus des anciennes assemblées qui trouvaient leur compte dans le statu quo. Même les terroristes y activaient par le biais de leurs éléments de soutien ou des repentis pour avoir leurs parts du gâteau. Il y a 5 ou 6 ans, plusieurs sources nous avaient confirmé cette information.
Par ailleurs, des élus ou des fonctionnaires qui n'ont rien à voir avec le commerce sont en possession d'un ou plusieurs carreaux.
Il existe 168 unités plus des aires de stationnement étalées sur 7 hectares. Ces locataires ne payent qu'un loyer de 8 000 DA/mois par carreau pour ensuite le sous-louer entre 30 000 et 50 000 DA mensuellement. Après avoir convaincu la nouvelle Assemblée communale de voter une délibération pour dissoudre le Cconseil d'administration (CA) de l'EPE (entreprise publique économique) chargée de gérer, pour le compte de la mairie, ce marché, le wali, Abderrahmane Madani Fouatih a, immédiatement, signé l'arrêté de cette dissolution confirmant la délibération de l'APC.
Pour rappel, ce CA, qui est présidé par le P/APC, comprend un élu communal, le représentant des commerçants et le directeur du marché. «Il y a 2 ou 3 jours, un liquidateur a été désigné. Il a, d'ores et déjà, entamé son travail. Pour l'avenir, nous allons élaborer un cahier des charges avant de le mettre en location aux enchères. Ce n'est pas normal qu'un tel espace ne rapporte, en 2017, que 2,5 milliards de centimes alors que son potentiel financier ne descend pas en dessous de 20 milliards», nous a confié Idir Medebeb, le chef de la daïra de Khemis-el-Khechna qui a fait de ce dossier son cheval de bataille.
Pour Medebeb, c'est à l'adjudicateur de revoir les termes des contrats de location. Cet adjudicateur devra, en outre, reprendre la cinquantaine de travailleurs.
Il y a lieu de noter que cette commune a complètement délaissé ses biens comme le marché couvert de la ville. «Il ne rapporte aucun dinar à la commune alors que certains occupants ont procédé à des transformations. Plus grave, cette commune n'a même pas de sommet de consistance (inventaire des biens, ndlr) », protestait le chef de la daïra lors de son intervention à la cérémonie de l'installation du Comi-KEK.
Abachi L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.