Editions Casbah. « L'Outrage fait à Sarah Ikker », nouveau roman de Yasmina Khadra    Crise politique et crise de nerfs    Le refus d'encadrer la présidentielle entériné    Suggestions pour un système électoral sans fraude    La semaine du titre pour le Barça ?    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    L'arbitre assistant Doulache va témoigner devant la CD/LFP    1 décès et 5 blessés graves lors d'un renversement d'un véhicule    Masques spécial peaux grasses et sèches    Paëlla    Le pouvoir maintient sa feuille de route    Papicha sur la croisette    Davantage d'efforts pour prendre en charge les bâtisses du vieux ksar    Plusieurs films algériens distingués    LETTRE D'UN HARAGUE CHERCHANT AILLEURS LA DIGNITE    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    En bref…    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Préparatifs de la saison estivale: Lancement prochain de la formation des administrateurs des plages    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Quatre dealers arrêtés et saisie de psychotropes et d'armes blanches    El Braya: Un homme mortellement poignardé    LFP - Ligue 1: Les quatre dernières journées en plein mois de Ramadhan    Football - Ligue 2: Une journée explosive    GCB Mascara Le handballeur Tomba Ali n'est plus    Ali Laskri pointé du doigt: Le siège du FFS à Alger attaqué    Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation    Sonatrach augmente la production de carburants    La mobilisation populaire intacte    Les tentatives ciblant la stabilité de l'Algérie ont néchoué et vont encore échouer    Manifestations devant le QG de l'armée    La date sera fixée dimanche    Fin de mission pour Mouad Bouchareb    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    Fédération des sports mécaniques.. Asma Ben Messaoud désignée DTN    Sidi Bel Abbés.. Légère baisse des accidents de la route    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Libye.. Les combats continuent    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    L'Afrique du Sud réitère son soutien constant aux peuples sahraoui et palestinien    Trump a donné l'ordre de limoger Robert Mueller    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le marché de gros de Khemis-el-Khechna sera mis aux enchères
IL EST QUALIFIE DE NID DE CORRUPTION
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 05 - 2018

«C'est un véritable gisement de corruption ! Beaucoup de gens se sont sucrés grâce à ce marché et ce, au détriment de la collectivité locale de Khemis-el-Khechna. Il ne rapportait annuellement que 3 milliards de centimes alors qu'il devait engranger au moins 25 milliards par année. Nous allons le mettre aux enchères.» C'est le wali de Boumerdès qui tenait ces propos lors de l'installation du Comité technique de la ville de Khemis-el-Khechna (Comi-KEK) en présence des nouveaux élus de cette APC, des responsables civils et sécuritaires et ceux de la société civile.
Effectivement, ce marché de gros de fruits et légumes, installé il y a un peu plus d'une vingtaine d'années à la périphérie ouest de l'ex-Fondouk, non loin de l'autoroute Est-Ouest, est devenu un espace de saletés, d'anarchie et, plus grave, un îlot de non-droit où tous les trafics et rackets sont permis. La presse a tout le temps fait des enquêtes et écrit pour attirer l'attention des pouvoirs publics sur cette situation. Mais il y a eu, d'une part, du laxisme, voire de la crainte de la part des hautes autorités de la wilaya et, d'autre part, de la résistance particulièrement acharnée de certains élus des anciennes assemblées qui trouvaient leur compte dans le statu quo. Même les terroristes y activaient par le biais de leurs éléments de soutien ou des repentis pour avoir leurs parts du gâteau. Il y a 5 ou 6 ans, plusieurs sources nous avaient confirmé cette information.
Par ailleurs, des élus ou des fonctionnaires qui n'ont rien à voir avec le commerce sont en possession d'un ou plusieurs carreaux.
Il existe 168 unités plus des aires de stationnement étalées sur 7 hectares. Ces locataires ne payent qu'un loyer de 8 000 DA/mois par carreau pour ensuite le sous-louer entre 30 000 et 50 000 DA mensuellement. Après avoir convaincu la nouvelle Assemblée communale de voter une délibération pour dissoudre le Cconseil d'administration (CA) de l'EPE (entreprise publique économique) chargée de gérer, pour le compte de la mairie, ce marché, le wali, Abderrahmane Madani Fouatih a, immédiatement, signé l'arrêté de cette dissolution confirmant la délibération de l'APC.
Pour rappel, ce CA, qui est présidé par le P/APC, comprend un élu communal, le représentant des commerçants et le directeur du marché. «Il y a 2 ou 3 jours, un liquidateur a été désigné. Il a, d'ores et déjà, entamé son travail. Pour l'avenir, nous allons élaborer un cahier des charges avant de le mettre en location aux enchères. Ce n'est pas normal qu'un tel espace ne rapporte, en 2017, que 2,5 milliards de centimes alors que son potentiel financier ne descend pas en dessous de 20 milliards», nous a confié Idir Medebeb, le chef de la daïra de Khemis-el-Khechna qui a fait de ce dossier son cheval de bataille.
Pour Medebeb, c'est à l'adjudicateur de revoir les termes des contrats de location. Cet adjudicateur devra, en outre, reprendre la cinquantaine de travailleurs.
Il y a lieu de noter que cette commune a complètement délaissé ses biens comme le marché couvert de la ville. «Il ne rapporte aucun dinar à la commune alors que certains occupants ont procédé à des transformations. Plus grave, cette commune n'a même pas de sommet de consistance (inventaire des biens, ndlr) », protestait le chef de la daïra lors de son intervention à la cérémonie de l'installation du Comi-KEK.
Abachi L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.