Goudjil salue le grand intérêt qu'accorde le Président de la République au dossier de la Mémoire    Feux de forêt: le secrétaire général de la Ligue arabe présente ses condoléances à l'Algérie    Jeux de la Solidarité Islamique: l'Algérie décroche dix médailles en Kick-boxing, dont cinq ce jeudi    Manchester United: l'hypothèse Dortmund pour Ronaldo    Feux de forêt: l'Etat mobilise tous les moyens pour circonscrire les feux et prendre en charge les sinistrés    Congrès de la Soummam: un dispositif de génie pour assurer la plus grande sécurité    Congrès de la Soummam: Un "saut qualitatif" dans la conduite de la Révolution    Feux de forêt : le Président Tebboune reçoit les condoléances de son homologue tunisien Kaïs Saïed    Tennis / Tournoi international ITF (U14): l'Algérienne Badache sacrée à Tunis    Le Premier ministre se rend à El-Tarf    Une délégation du Centre africain pour le contrôle et la prévention des maladies reçue à Alger    Industrie pharmaceutique: Benbahmed aborde avec des experts de l'UA les opportunités de coopération    "Section Aéroportée 2022": exécution de l'épreuve du Biathlon    Le monodrame "Gilgamesh, comme vous en avez jamais entendu parler" présenté à Alger    Déclarations algérophobes de Raïssoui : des "divagations infâmes" étrangères à l'unité des rangs    «Les Palestiniens, spectateurs et acteurs de leur... propre extinction ?»    Faible impact    Agriculture et développement rural: Aperçu historique sur l'évolution du foncier agricole en Algérie à travers les âges    Démographie et procréation    Les habitants de la corniche endurent le calvaire: Embouteillages, tension sur les transports, diktat des «clandestins»    Aïn El Beïda: La ligne 28 prolongée jusqu'à la cité 2000 logements    ONE, DEUX, TROIS... TAHIA L'ALGERIE !    Gara-Djebilet: L'exploitation de la mine de fer a commencé    Ligue 2: Préparation de la nouvelle saison    Le courage de vivre    L'esprit des comportements    Incorrigible Makhzen!    La presse marocaine prend le relais    Dix-sept morts après des frappes turques dans le nord    La recherche scientifique est la seule voie    «Le bien-être individuel est lié à l'action collective»    La justice rouvre de nombreux dossiers    Le Maroc c'est toujours... kif-kif    «Il faut revoir la gestion des ports de pêche»    Fin de mission pour les administrateurs    Afrique nous voilà!    Algérie-Brésil en France?    Lagraâ veut partir    Et de trois pour Syoud!    «Raïssouni se trompe de cible»    Demain, l'ascension d'Azrou N'Thor    «Décoloniser la préhistoire algérienne»    Tebboune présente ses condoléances    Décès du caricaturiste Benaouda Taouche    Céréaliculture: rappel aux producteurs l'obligation de livrer leurs récoltes aux CCLS    Des partis algériens dénoncent: Nouvelle provocation marocaine    Solution factice    15 pays y prennent part    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les craintes et les bons points du FMI
ECONOMIE ALGERIENNE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 03 - 06 - 2018

Tel qu'édicté par l'article IV de ses statuts, le FMI a délégué une mission qui s'est récemment rendue en Algérie où elle a eu des consultations avec les responsables nationaux de l'évolution de la politique économique du pays et recueilli des données économiques et financières. A leur retour de mission, les experts du FMI ont rédigé un rapport qui a servi de cadre aux délibérations du conseil d'administration dont un résumé concis a été transmis aux autorités du pays et rendu public vendredi.
Le FMI relève que malgré un assainissement considérable des finances publiques en 2017, les déficits, qu'ils soient budgétaire ou courant, demeurent élevés au moment où est enregistrée une croissance fortement ralentie du PIB réel, et ce, en raison d'une réduction de la production d'hydrocarbures.
Autre indicateur mis en avant pour illustrer la passe morose de l'économie nationale : le chômage s'est hissé à 11,7% en septembre 2017, contre 10,5% un an plus tôt, et reste particulièrement élevé chez les jeunes (28,3%) et chez les femmes (20,7%), a consigné le FMI dans son rapport où il est également relevé que le taux d'inflation moyen s'est établi à 5,6%, contre 6,4% en 2016 en conséquence du ralentissement de l'inflation pour les produits manufacturés et les services.
Quant aux réserves de change, que le FMI trouve «abondantes» tout de même, elles ont diminué de 17 milliards de dollars, pour s'établir à 96 milliards de dollars, alors que la dette extérieure reste négligeable, contrairement à la dette publique intérieure qui a considérablement augmenté depuis 2016, tout en demeurant modérée. «Les administrateurs relèvent que l'Algérie est confrontée à des défis de taille en raison de la baisse des prix pétroliers depuis 2014 et du ralentissement de son activité économique. Tout en saluant les efforts des autorités pour gérer le processus d'ajustement, ils prônent la poursuite de l'assainissement des finances publiques et l'application de réformes structurelles ambitieuses en vue de faciliter la diversification du modèle de croissance et de soutenir le développement du secteur privé», note la directrice générale du FMI dans le résumé envoyé aux autorités du pays.
Le flot d'indicateurs relevé par sa mission en Algérie recommande au FMI de réitérer le conseil déjà entendu de «poursuivre l'assainissement des finances publiques et l'application de réformes structurelles ambitieuses en vue de faciliter la diversification du modèle de croissance et de soutenir le développement du secteur privé». L'augmentation des dépenses budgétaires en 2018 suivie par la reprise de l'assainissement des finances publiques à moyen terme, le recours à la planche à billets, ou «le financement monétaire des déficits budgétaires» comme le dit pudiquement le FMI, les restrictions temporaires aux importations, ainsi que des réformes structurelles visant à diversifier l'économie, sont des mesures prises par les autorités algériennes qui semblent agréer dans une certaine mesure le FMI, du moins certains de ses administrateurs au moment où la plupart d'entre eux estime que cette approche pourrait certes offrir un répit à l'économie à court terme, mais également faire peser des risques considérables sur les perspectives économiques, a expliqué la directrice du FMI. Cette dernière a confié aux autorités algériennes que l'approche que ceux-ci ont privilégiée « aura comme conséquences probables d'exacerber les déséquilibres budgétaires et extérieurs, d'alimenter l'inflation, d'accélérer la diminution des réserves de change, d'aggraver les risques pour la stabilité financière et, en fin de compte, de ralentir la croissance».
Selon la directrice du FMI, ses collaborateurs recommandent à l'Algérie une approche susceptible de donner de meilleurs résultats tout en étant plus viable. En effet, à l'attention de nos gouvernants, il est souligné «(qu')il serait possible de mener un assainissement progressif des finances publiques dès 2018 sans recourir au financement par la banque centrale, mais en s'appuyant sur une variété de mécanismes de financement, dont l'emprunt extérieur pour financer des projets d'investissement sélectionnés avec soin. Une dépréciation progressive du taux de change, accompagnée de mesures visant à éliminer le marché des changes parallèle, favoriserait les mesures d'ajustement».
A propos de l'usage de la planche à billets, dont le FMI semble avoir fait contre mauvaise fortune bon gré, les administrateurs encouragent les autorités algériennes à se tenir prêtes à durcir la politique monétaire si des tensions inflationnistes se manifestent. Mais, la directrice tient à rappeler que ses administrateurs déconseillent le financement monétaire du déficit «mais si celui-ci se poursuit, ils soulignent la nécessité de mettre en place des mesures de sauvegarde pour en atténuer l'impact négatif, dont des limites temporelles et quantitatives. Dans ce contexte, ils saluent l'engagement de la banque centrale à stériliser, le cas échéant, les liquidités apportées par le financement monétaire».
Les efforts visant la diversification de l'économie nationale pour la sortir de la dépendance vis-à-vis des hydrocarbures, l'amélioration de la gestion des dépenses publiques, la revue annoncée du système de subventions, la propension des autorités à donner toute sa place au privé en améliorant le climat des affaires, ce sont autant de bons points accordés par le FMI à l'Algérie qui, toutefois, se doit d'«agir pour réduire l'inadéquation des qualifications, améliorer le fonctionnement du marché du travail, accroître le taux d'activité des femmes et continuer d'ouvrir l'économie au commerce extérieur et à l'investissement direct étranger».
Et à la présidente du conseil d'administration et directrice du FMI de conclure sa note à l'attention des autorités algériennes en relevant «les administrateurs notent que le secteur bancaire continue de se porter relativement bien. Ils soulignent que, eu égard aux risques macroéconomiques et aux liens financiers au sein du secteur public, il convient de renforcer le cadre macroprudentiel, notamment en menant plus régulièrement des tests de résistance et en établissant un dispositif de gestion des crises». Des délibérations qui ne cachent pas, donc, l'inquiétude du FMI quant aux options choisies par l'Algérie pour sortir de la crise induite par la baisse des prix des hydrocarbures.
Az. Maktour


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.