Ligue 1 (France) : Marseille s'impose face à Lens    Un match de Premier League interrompu à cause d'un drone    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    Le projet de loi en débat au gouvernement    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bras de fer OPGI-souscripteurs de logements LPA au sujet du tirage au sort
BOUMERDÈS
Publié dans Le Soir d'Algérie le 05 - 08 - 2018

Idir Hachèche, avocat de la cour de Boumerdès et représentant une partie des souscripteurs des 400 logements LPA implantés au Sahel, agglomération située près de la ville du chef-lieu de la wilaya de Boumerdès, affirme que les souscripteurs qu'il représente sont lésés par l'Office de promotion et de gestion immobilière, OPGI, de Boumerdès, le promoteur de ces habitations.
«L'OPGI a procédé au tirage au sort de positionnement des postulants sur 218 logements, comme par hasard ceux qui ont une vue sur la mer. Ce tirage au sort a été effectué dans l'opacité, sans la présence des postulants. Certains n'ont rien payé et ont le privilège de choisir alors que d'autres ont tout payé mais n'ont pas été dans la liste du tirage au sort.» Ils soupçonnent donc du favoritisme. «Moi-même j'ai tout réglé , financièrement parlant, je pouvais me contenter d'être parmi les favorisés et me taire mais je défends les droits de tous les souscripteurs et surtout la transparence.»
Les contestataires ne sont pas restés les bras croisés puisqu'ils ont fait signer au président du tribunal de Boumerdès une ordonnance interrogative sur ce tirage au sort. «La réponse de l'OPGI était évasive et ne répondait pas sur le fond», estime le défenseur. Maître Hachèche, qui a introduit une seconde ordonnance, compte ester l'OPGI en justice pour refaire ce tirage au sort.
En effet, selon maître Hachèche, le DG de cet office a violé la loi 11/04 relative à la promotion immobilière notamment l'article 41 et surtout l'article 71 qui expose le contrevenant à une condamnation à une peine de prison.
Cet article interdit, en effet, la perception d'une avance sur l'achat de logement sans remettre au souscripteur un VSP (vente sur plan). «Ces logements ne sont pas concernés par ce dispositif légal», rétorque-t-on au niveau de l'OPGI. En l'absence du nouveau DG, en congé, c'est le DGA, Mohand Ouidir Ben Oussaïd, qui nous a reçu en présence d'un chef de service en charge de ce projet. Les deux responsables ont répondu à toutes nos questions relatives à ce dossier. «Nous ne permettrons aucun favoritisme parmi les souscripteurs. Nous avons effectué ce tirage au sort partiel pour encourager ces souscripteurs à payer. On aurait pu arrêter le chantier pour manque de financement mais on a financé les travaux sur nos fonds propres pour ne pas sanctionner les familles.»
Les deux responsables qui précisent que l'OPGI a répondu à l'injonction du juge, avancent, par ailleurs, comme gage de bonne foi, le fait d'avoir engagé 24 entreprises pour réaliser ces logements. Sur l'absence du VSP, l'intérimaire du DG nous fournit l'explication : «Nous avons eu l'acte de propriété il n'y a que deux mois.» En clair, selon ce qui nous a été dit, l'OPGI ne devait même pas lancer la construction de ces bâtiments sans ce document par lequel il ne pouvait pas avoir, en outre, le permis de construire car sans ces deux documents, l'office n'a pas le droit de signer les VSP. On a compris que les pouvoirs publics avaient «collé» ce projet à ce promoteur dans la précipitation.
C'est un quota affecté lors de la visite du Premier ministre Abdelmalek Sellal dans la wilaya de Boumerdès. Reste aux deux parties de trouver un compromis parce que les amis de maître Hachèche sont décidés à s'expliquer devant le juge.
Abachi L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.