Unions de wilaya UGTA : Les travailleurs appellent à une grève générale le 22 mai    Egypte: attentat contre des touristes près des pyramides    Pétrole: le panier de l'Opep se maintient plus de à 72 dollars le baril    Faible adhésion des politiques, rejet sur les réseaux sociaux    "Non à la criminalisation de l'acte politique"    Bélaïd et Sahli aux côtés d'une pléthore de plaisantins    Les universitaires dans la rue pour commémorer leur journée    L'appui de Benflis    Quelques vérités bonnes à dire    «Il y a eu un manque de rigueur dans la formation des enseignants»    Les bénéficiaires peuvent contracter un nouveau prêt    Le syndicat des pharmaciens réagit    Paidoyer pour une conférence de concertation    Manœuvres saoudiennes et émiraties    La contestation veut un civil à la tête de la transition    Ankara va produire les S-500 avec Moscou    Le NAHD dans tous les esprits    L'ES Tadjenant dernier qualifié pour les demi-finales    Le GS Pétroliers s'offre son 20e championnat d'Algérie    Mahrez : "Je retiens cette fin de saison ..."    M'bolhi rejoindra le CTN avant le 27 mai    Réflexion et débats au programme à Oran    Nette diminution des cas en 2018    Le nouveau directeur contesté    Les étudiants se réapproprient le 19 Mai    ACTUCULT    Cheveux d'ange au miel    Tajine malsouka au poulet    Boxe : Début du hirak sportif ?    Ces chantiers qui n'en finissent pas    Du talent à revendre    On vous le dit    L'événement estival    L'armée syrienne dément avoir utilisé des armes chimiques à Lattaquié    Les joueurs en grève    La semaine de Dame justice    Chacha TV pourra-t-il concurrencer Netflix en Algérie?    Deux candidats pour succéder à Haddad    L'alternative de la dernière chance    Le peuple algérien se classe premier de l'Afrique    Des membres de la société civile, des politiques et des universitaires réagissent    Almodovar ne tourne pas rond, tant mieux!    Jusqu'au bout de la nuit à Tizi Ouzou    "Une tempête" aux Glycines    Coupe d'Angleterre: Troisième trophée domestique pour Mahrez et Manchester City    Sahara Occidental-Maroc : Une loi instrumentalisée contre la liberté de la presse    Des législatives sur fond d'enjeu climatique    Saisie de 16,5 quintaux de kif traité,    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les beautés saignantes
«CHRONIQUE D'UNE DECHIRURE» AUX ATELIERS SAUVAGES
Publié dans Le Soir d'Algérie le 15 - 10 - 2018

Les artistes plasticiens Mouna Bennamani et Mahmoud Agraine exposent jusqu'au 17 octobre aux Ateliers sauvages. Création débridée, questionnement brûlant sur les accointances du beau et de la douleur, «Chronique d'une déchirure» propose une transgression audacieuse des limites du regard.
Poétiser les fractures, physiques, morales, mentales ; donner corps à une douleur sourde et abstraite, jusqu'à la rendre aussi palpable qu'un objet, aussi volubile qu'un long discours. Mouna Bennamani jette son dévolu sur un support anodin, voire trivial : le papier. Tandis que Mahmoud Agraine choisit de malmener la photographie dont il démultiplie les possibilités visuelles et plastiques. Mahmoud avait un tout autre projet pour cette résidence mais, durant son séjour aux Ateliers sauvages, il fait une rencontre décisive : Abdelkader Naït Djoudi, un personnage christique, dont le récit d'une vie faite de chutes, de blessures et de cruauté guidera le regard de l'artiste sur une incarnation possible de la déchirure. Abdelkader est un ancien chef-monteur à l'ENTV qui se réfugie au Canada dans les années 1990 après les multiples menaces de mort des groupes islamistes. Huit ans plus tard, il revient en Algérie, terrassé par un AVC, abandonné par sa famille professionnelle, démuni et seul. Depuis, il erre dans les rues d'Alger et raconte son histoire à qui veut bien l'entendre ; son art de la narration et sa dignité plongent l'auditeur dans une double tristesse : le souvenir des années de sang et le sort réservé aux victimes survivantes des intégristes. Mahmoud Agraine, lui, a pu traduire les béances incurables de cette blessure à travers une série de portraits en fragments, en éclats et en débris : métaphore multidimensionnelle d'une vie abimée. Le visage de Abdelkader, toujours prêt à se distordre au gré des émotions, s'offre ainsi au regard du visiteur comme une fresque déchirée, un drame anonyme devenu soudain la personnification même de la tragédie algérienne. Et paradoxalement, ce visage marqué et lacéré par l'empreinte du temps et de la souffrance, n'est pas avare de beautés et va même jusqu'à introduire le spectateur dans un labyrinthe de verre et de lumière où il pourrait retrouver ses propres blessures. Pour sa part, Mouna Bennamani creuse ses sillons et ses plaies dans la chair d'un papier blanc dont les nombreuses couches superposées dévoilent tantôt une esquisse de visage, tantôt un fragment de corps ou une illusion d'un tunnel infini. L'artiste sculpte littéralement son matériau et lui confère une «corporalité» déroutante jurant avec l'esthétique de la ruine et du démembrement qui suinte de l'ensemble du travail. La plasticienne offre ainsi une seconde vie aux choses et aux êtres brisés en les sublimant au cœur même de leur défaite.
Sarah H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.