Italie : Rome maintient son projet de budget, rejeté par Bruxelles    2ème session du dialogue de haut niveau Algérie-UE : Détermination commune à approfondir les relations    Entre appuis et critiques : Avis mitigés sur le PLF 2019 à l'APN    Conférence sur la Libye Ouyahia prend part à Palerme à une réunion restreinte    14e journée de la Ligue 1 (match décalé): L'USMA tient en échec le MCO (0-0) et creuse l'écart    Décès :La légende de la bande dessinée américaine Stan Lee n'est plus    Début du stage des Eperviers à Lomé    Atal dans l'équipe type de la 13e journée    Dernière mission d'inspection de la CAF au Cameroun avant la décision finale    Refus des visas par les consulats français en Algérie    «La wilaya doit s'intégrer dans la stratégie nationale du développement écologique»    Lancement des premières récoltes de safran    Augmentation des ventes de bonbonnes de gaz à 30.000 unités/jour dans 3 wilayas de l'ouest du pays    Ouahab Aït-Menguellet, le P/APC de Tizi Ouzou, annonce sa candidature    Dans la littérature et l'Histoire    Décès de la légende américaine Stan Lee    Selon le FMI : Le PIB de l'Algérie s'établirait à 188 mds de dollars    Liste des logements sociaux à Tlemcen: Les protestataires ne décolèrent pas    Artisanat à Guelma: Plus de 18.000 emplois créés dans le secteur    Conférence de Palerme pour la Libye: Un énième échec    Commission de discipline de la LNF: L'audience du président de la JS Kabylie, Mellal, reportée au 19 novembre    Ligue 1 Mobilis: La JSK se relance, le MCA à l'arrêt    ESCROQUERIE VIA INTERNET : Deux réseaux de faussaires neutralisés sur Oued Kniss    Remaniement ministériel en Tunisie : Youssef Chahed obtient la confiance du parlement    Trop de soutiens, on veut des candidats !    Sun Tzu au secours du Parti communiste    Le bon dos des «migrants»    Conférence sur la Libye : Ouyahia aujourd'hui à Palerme    Stabilité régionale : Le rôle de l'Algérie mis en avant    La sécurité régionale au menu du dialogue de haut niveau    Benflis s'en félicite    Jil FCE optimiste    Le Premier ministère dénonce une «odieuse manipulation»    Les candidats du FLN et du RND choisis, HMS temporise    Comment faire sortir le Salon du Palais    Le «cœur blanc» de Salima Souakri    El Djedouel et le savant Cerbère du poète Seddik Souir    Ouargla : Sensibilisation sur le montage de projets Ansej    Cas de rougeole : Des enquêtes épidémiologiques menées    Accrochages, tirs de roquettes et raids aréiens : Ghaza est de nouveau en guerre    Il signe une 4e passe décisive à Man City : Mahrez sermonné par Fernandinho !    Equipe nationale: Début de stage dans une ambiance détendue    «Coup de force» contre Bouhadja: Les députés RCD reviennent à la charge    Incertitudes    RDC : Fayulu candidat-surprise de l'opposition, tensions pré-électorales en vue    14 membres du PKK "neutralisés" par l'aviation turque    Ouyahia parle de "manipulation"    Exposition à Alger d'Arezki Larbi du 17 novembre au 1er décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





17 octobre 61 : il pleuvait ce jour-là, mais le soleil scintillait à l'horizon…
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 10 - 2018


«Ô cœurs de saleté, Bouches épouvantables,
Fonctionnez plus fort, bouches de puanteurs !»
(L'orgie parisienne, mai 1871 d'Arthur Rimbaud)
Par Ali Akika, cinéaste
Il pleuvait ce jour-là. C'était un mardi du mois d'octobre dans Paris, la ville des Lumières et capitale des arts. Nedjma, Yacine, Assia et Chérif, en dépit du froid précoce de la morne saison automnale, se tenaient tranquillement aux côtés de leurs parents. Leur innocence et la présence de leurs parents étaient leur protection dans ce lieu où se rassemblait petit à petit une foule de gens de leur cité. Leurs parents, eux, savaient le pourquoi du remue-ménage dans ce bidonville de la banlieue parisienne. Au milieu de la foule qui grossissait, des militants s'assuraient que les consignes données par El Nidham (Fédération de France du FLN) étaient respectées. Lesdites consignes se résumaient en deux phrases, être bien habillé et interdiction de porter sur soi la moindre arme, pas même un canif à couper du pain. La foule se mit en marche en direction de Paris. Nedjma,(1) Yacine, les autres gamins et gamines voyaient au loin d'autres colonnes de manifestants se dirigeant vers un pont qui faisait office de frontière entre la banlieue et Paris. Sur ce pont, dont la noire célébrité est depuis liée à un événement qui se déroula ce 17 octobre 61, se dressait un barrage de police. Non loin de ce pont, les enfants, bien qu'effrayés par le bruit des bombes lacrymogènes tirées par des policiers, ne désertaient pas les lieux. La détermination des parents qui avançaient, malgré les dangers encourus, leur donnait du courage. En face d'eux, des policiers harnachés et hargneux ne cessaient de faire tomber une pluie de lacrymogènes sur ces pacifiques manifestants. Ces policiers obéissaient à l'ordre donné par les plus hautes autorités du pays : empêcher par tous les moyens que la manifestation n'entre dans Paris. Ainsi, des ordres, au mépris des règles de l'Etat de droit dont on se vante, interdisaient à une catégorie d'habitants de circuler dans Paris à la tombée de la nuit. Le Paris by night était réservé aux fêtards insouciants et aux touristes à qui il ne faut pas gâcher leur séjour dans la capitale. Mais à côté du Paris touristique, il y a heureusement celui des rues pavées de Paris chantées par Arthur Rimbaud. Des habitants de ces rues accoururent pour soigner et témoigner sur les graves événements en cours dont on voulait cacher l'existence à l'opinion internationale… Oui, ce jour-là, dans le Paris de la beauté, ce fut le triomphe de la laideur, ce fut, oui, un honteux et minable ‘'fait d'armes'' contre une population qui refusait d'obéir à une loi scélérate faite sur mesure pour elle… On avait soumis à un couvre-feu les Algériens de Paris qui luttaient pour leur dignité, une dignité qui ne pouvait avoir pour eux que la couleur et la saveur de l'indépendance de leur pays. A ces manifestants qui ne représentaient aucune véritable menace, on opposa un arsenal de guerre pour les brutaliser, les tuer dans une chasse à l'homme dans les rues de Paris, dans les couloirs et les quais de métro. Et pour enterrer ce crime et effacer la moindre trace, on choisit comme cimetière le fleuve de Paris. Le lendemain, au petit matin, la scène macabre qui s'offrait aux passants n'était que cadavres d'hommes que l'on avait préalablement ligotés avant de les jeter dans La Seine devenue l'Achéron, fleuve maudit dans la mythologie grecque. Spectacle hallucinant de corps flottant dans les eaux rougies de la honte de leurs bourreaux. Mais l'eau aux couleurs du sang des victimes pétillait sous les premiers rayons matinaux du soleil qui venait de chasser la nuit. Les morts de cette nuit allaient rejoindre une place dans le récit poétique de ceux que Rimbaud avait glorifiés dans son sublime poème l'Orgie ou Paris se repeuple. Les survivants de cette nuit-là avaient été entassés dans le fort de Vincennes, transportés dans cet établissement militaire depuis le centre de Paris dans des bus. Pour la journée de ce 17 octobre 1961, l'histoire retiendra que, décidément, les trains de la SNCF durant la Seconde Guerre mondiale et les bus de la RATP pendant ce mardi d'octobre 61 furent aussi des acteurs d'une séquence peu glorieuse sous le ciel de Paris obscurci de nuages, non de la journée pluvieuse de ce mardi, mais de la fumée des gaz des policiers dans une «bataille» sans risque. Cette bataille-là de sinistre mémoire hantera leur vie et seul leur sommeil fera écran pour apaiser les troubles de leur conscience…. Neuf mois plus tard, sous un autre ciel, le soleil enveloppait de sa chaleur l'Algérie, capitale Alger.(2) 61 ans plus tard, l'Etat français fait toujours la sourde oreille pour ne pas reconnaître ce crime d'Etat. Au nom d'une raison d'Etat aux accents maurassiens d'une France «éternelle» préférée à la République des citoyens, les héritiers des Versaillais détournent leurs regards de ce passé encombrant. Mais ces héritiers ne peuvent rien contre l'Histoire. Celle-ci, honorable et intraitable Dame, a déjà révélé les secrets de la tragédie du 17 octobre 61… Le temps où l'on pouvait ensevelir ou triturer l'Histoire est révolu, révolu avec la disparition des scribes qui suivaient les puissants sur les champs de bataille dans le seul dessein de chanter leur gloire…. Mais la gloire est aujourd'hui du côté des peuples qui résistent à l'oppression.
A. A.
1) Nedjma/Yacine, référence à Kateb Yacine qui écrivit un bouleversant poème sur le 17 octobre 61 à l'adresse du peuple français.
2) Algérie, capitale Alger, clin d'œil à Anna Gréki, auteure d'un beau poème de l'Algérie qui recouvrait son indépendance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.