Dans les starting-blocks    Son procès en appel programmé le 23 janvier: Sit-in de solidarité avec le journaliste Adlène Mellah    Walis de la République : chacun d'eux a compris qu'il était sacrifiable!    Fiscalité locale: De nouvelles prérogatives pour les APC    Macron : une communication sans fin, mais sans beaucoup de réponses    Ligue des champions : JSS-Ahly du Caire, vendredi à 20h00: Les Bécharis au pied de la pyramide    Football - Ligue 1: Le CRB dos au mur, le leader et son dauphin en expédition    Volleyball - Coupe d'Algérie - Tour préliminaire: Les cendrillons en quête d'exploits    Affaire de la petite Nihal: L'enquête des gendarmes achevée    Tlemcen: Plus de 10 tonnes de kif saisies en une année    Je suis certain que je doute !    Aïn Temouchent: La journée des communes à Aghlal    L'APN prend part à la réunion de la commission des affaires politiques, de la sécurité et des droits de l'Homme de l'UPM à Strasbourg    Sensibilisation sur l'opération des déclarations annuelles des salaires et des salariés    Les cours du pétrole stables en Asie    Vingt-deux équipes dont le GSP au rendez-vous de Tunis    L'Algérien Dib élu président de la zone I nord    Les arbitres des équipes algériennes connus    «La colonisation et l'occupation continuent de saper le développement» de l'Etat de Palestine    Tout accord Maroc-UE incluant les territoires sahraouis, sont nuls et non avenus    Des mesures pour le parachèvement des travaux du projet du stade de Bordj Menaïel    Les chasseurs tirent la sonnette d'alarme    69 millions DA pour des projets de développement à Aïn Sidi Chérif    Les représentants des membres de l'UA se penchent sur le dossier des personnes déplacées    Le secteur de l'assurance automobile domine sur celui des catastrophes naturelles    L'urgence de les récupérer et numériser    Théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi-Ouzou    L'operette séduit le public tlemcenien    Le "shutdown" de Donald Trump coûtera bientôt plus cher que son... mur    Les députés britanniques le rejettent massivement    Le Snapo accuse les importateurs "véreux" !    Les Algériens indésirables en France ?    Vers la réforme du Bac    Commerce : Tout sur les soldes d'hiver 2019 qui débuteront demain à Alger    Avec 280 000 places pédagogiques pour la rentrée de février : Engouement croissant pour la formation professionnelle    Ressources en eau : Une demande annuelle de 12,9 milliards de m3 à l'horizon en 2030    Gouvernance vertueuse    Après les 4 000 logements distribués à Alger : 40 000 seront distribués à travers le pays avant la fin du mois en cour    Isolé dans la région, vers quels pays le Venezuela se tournera-t-il?    Attentat terroriste contre un complexe hôtelier à Nairobi : L'Algérie condamne "avec force" l'attaque    En exil depuis 28 ans: Il y a 27 ans, Mohamed Boudiaf revenait en Algérie pour présider le Haut-Comité d'Etat    Le sociologue Nacer Djabi interdit de tenir une conférence sur les mouvements amazighs    Djisr El Djazair" : La rencontre d'Alger, le 26 janvier au Mama    Le fauteuil qui attise les appétits    Baghdad Bounedjah sacré    Tahrat forfait face à la Gambie    Enquête au FLN    L'Alliance présidentielle dans l'expectative    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les massacres du 17 Octobre 61 commémorés à El-Biodh
NAÂMA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 10 - 2018

La commune d'El-Biodh (50 km au nord de Naâma) a abrité mercredi dernier, les festivités commémorant le 57e anniversaire de la journée de l'Emigration relative au massacre des centaines d'Algériens jetés dans la Seine à Paris, rappelons-le le 17 octobre 1961.
Une autre pieuse pensée a été organisée au lycée technicum de Aïn-Séfra, en présence de la directrice des moudjahidine, du directeur de l'éducation et bien d'autres figures historiques, où une conférence a été donnée par l'écrivain Ahmed Derdour. La Sûreté de wilaya de Naâma a, de son côté, commémoré la Journée de l'émigration, en rendant visite, au grand moudjahed Mohamed Hafaïna. Peu avant cette nuit d'horreur, alors que la guerre d'Algérie s'approchait de sa fin (quoiqu'on ne le savait pas encore), le préfet de police Maurice Papon avait instauré un couvre-feu pour les Algériens, en publiant un communiqué, leur interdisant de circuler la nuit dans les rues de Paris plus particulièrement de 20h à 5h30 du matin. La police parisienne était-elle noyautée par l'OAS, comme on l'a déjà dit ? Ou, était-ce du racisme ordinaire ? Des interrogations qui, 57 ans après, n'ont pas trouvé de réponses et que la lumière n'a toujours pas était faite sur cette nuit meurtrière qui a coûté la vie à des centaines d'Algériens, massacrés et jetés dans la Seine, par la police française. On relève dans un témoignage recueilli par l'écrivain Michel Levine, publié dans un livre intitulé : Dans les ratonnades d'octobre, un meurtre collectif à Paris en 1961. L'auteur publie dans ce livre, des témoignages dispersés de quelques Algériens rescapés ou dont leurs proches ont vécu durant cette nuit d'horreur : Slimane Alla de Aïn-Séfra, encore en vie à Annaba, l'a échappé belle cette nuit d'horreur, alors que son frère Ahmed, a été arrêté et jeté dans la Seine. Mohamed Badache que deux policiers ont étranglé avec un lacet, dans un fossé. Mohamed Trachi, assommé et jeté dans la Seine au pont de Suresnes. Ahcène Boulanouar battu, volé et jeté dans la Seine face au jardin Notre-Dame. Bachir Aïdouni, seul rescapé d'une autre tentative de noyade. Ramdane Berkani, assommé à coup de crosse. Medjdouli Lalou, violemment matraqué sur tout le corps, menacé, puis abandonné par les policiers au coin d'une rue, incapable de bouger. Akli Benadji et son ami Arezki, tabassés à coup de barre de fer et laissés dans les bois de Meudon. Ahmed Bouzidi, dont le neveu est retrouvé noyé. Misérable liste, fragmentaire, désespérante. Alors que pour la région de Aïn-Séfra, l'on dénombre plus d'une centaines de rescapés dont certains sont encore en vie, en témoignent les moudjahidine Fadel Mohamed (cicatrice au crâne), Batoul Kaddour (bastonné sur un capot d'une 2 CV), Belfar Houari, Mbata Mohamed et bien d'autres… Bref ! L'histoire avec un grand H reste l'un des grands soucis des anciennes générations : comment passer le flambeau aux futures générations.
B. Henine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.